publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > Gaz nocifs : l’homme continue à détruire la couche d’ozone

Gaz nocifs : l’homme continue à détruire la couche d’ozone

Taille texte
Gaz nocifs : l'homme continue à détruire la couche d'ozone
(Le trou de la couche d'ozone en 2001 Crédit photo : ECMWF)
 
Quatre nouveaux gaz destructeurs d'ozone ont été découverts dans l'atmosphère. D'où viennent-ils ? Pourquoi sont-ils dangereux ? Explications.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

On les croyait interdits depuis 1987. En signant le protocole de Montréal, la communauté internationale s’était en effet engagée à tirer un trait sur les substances nocives pour la couche d’ozone, à commencer par les terribles chlorofluorocarbones (CFC). Mais certains gaz méconnus destructeurs d’ozone continuent à être émis, révèle une étude publiée ce dimanche dans la revue Nature Geoscience. Terra eco décrypte cette découverte.

Pourquoi vient-on seulement de « découvrir » ces gaz ?

« Ces gaz n’étaient pas complètement inconnus. Mais ils se trouvent à un niveau de concentration très bas dans l’atmosphère, si bien qu’on ne les avait jamais détectés auparavant », explique Patricia Martinerie, chercheuse au CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et co-auteure de l’étude. Trois des gaz repérés sont des chlorofluorocarbures : les CFC 112, 112a et 113a. Le quatrième est un hydro-chlorofluorocarbure : le HCFC 133a. Ils s’ajoutent à la liste des sept CFCs et six HCFCs qui avaient déjà été identifiés comme espèces contribuant à la destruction de la couche d’ozone et donc interdits ou fortement réglementés.

D’où viennent-ils ?

C’est la grande question que pose cette découverte. Une seule certitude : ces gaz n’étaient pas présents dans l’atmosphère avant les années 1960, ce qui suggère qu’ils sont émis par les activités humaines. Impossible d’en dire plus pour le moment : « Il n’y a pas d’émission recensée. On suspecte une éventuelle source dans la fabrication de certains pesticides », indique la chercheuse. Certains solvants utilisés pour le nettoyage de composants électroniques sont également visés.

En quoi sont-il dangereux ?

Ces nouveaux gaz sont aussi dangereux que leurs cousins mieux connus, mais ils sont présents à des niveaux bien moindres dans l’atmosphère. Toutefois, leur découverte inquiète bien les auteurs de l’étude. L’un de ces gaz, le CFC 113a, a en effet vu sa concentration fortement augmenter depuis 2000. Ce qui va bien sûr à l’encontre des ambitions affichées par la communauté internationale : « Le problème, c’est que ces gaz restent plusieurs dizaines d’années dans l’atmosphère. La concentration des gaz interdits dans les années 1980 commence par exemple à peine à baisser. Donc toute nouvelle émission va se cumuler aux gaz existants et rester présente pendant plusieurs décennies », alerte Patricia Martinerie, qui suggère de mettre en place de nouvelles études pour mieux connaître les sources d’émissions de ces destructeurs d’ozone. Et, à terme, pouvoir les réglementer à leur tour.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz incolore, inodore, un peu plus léger que l’air. Sa densité est de 0,968 alors que celle de l’air est de 1. Cette différence est en pratique négligeable, le CO se mélange à peu près complètement à l’air.

    Le CO forme des mélanges explosifs avec l’air mais cela ne se produit qu’à une concentration plusieurs fois mortelle (entre 12,5 à 74,2 %). Lorsque le CO s’accumule dans un espace clos en cas d’incendie, le danger d’explosion est réel.

    Propriétés chimiques

    L’oxyde de carbone est un composé métastable à température et à pression ambiantes. Il réagit avec certains métaux (nickel, fer, cobalt, manganèse, chrome) et forme des composés d’addition peu stables et très toxiques : les métaux carbonyles.

    Dans l’air,le CO persiste longtemps et ne se décompose pas spontanément

    1er.04 à 17h25 - Répondre - Alerter
  • La cupidité de l’homme le conduit à sa perte.
    La solution ?
    Arrêter d’acheter tous les merveilleux produits dont vous n’avez pas besoin, et même ceux dont vous croyez encore de pas pouvoir vous passer.
    En commençant pas ces magnifiques voitures qui rendent nos villes irrespirables et nos vies misérables (faites un tour dans un service des cancers du poumon...) et qui épuisent la Terre tellement elles consomment de ressources...
    Avec le temps et l’argent économisé, vivez avec vos proches, cultivez-vous, voyagez (sans avion si possible), œuvrez localement pour la communauté, partagez...
    Il y a une vie après la société de consommation !

    17.03 à 20h28 - Répondre - Alerter
  • Ôtez moi d’un doute ! Ne serait-ce pas dû aux Chemptrails !

    11.03 à 15h16 - Répondre - Alerter
  • Pour votre info : venant de mon beau frère ingénieur spécialiste en matériaux légers pour l’aéronautique et l’automobile (soit disant bon pour la nature) et plus particulièrement le magnésium dont la production a été délocalisé en chine pour des raisons de coûts (les producteurs d’automobiles serrant de plus en plus le kiki aux fournisseurs...). Cette production fait appel soit à une technique couteuse employé en Europe soit à une technique plus ancienne faisant appel à un produit chimique qui est, selon mon beau-frère, 13 000 fois plus destructeur pour la couche d’ozone que les CFC, ça fait rêver non ?

    11.03 à 10h30 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité