publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Fessenheim met de l’eau dans le gaz entre Paris et Berlin
27-01-2015
Mots clés
Nucléaire
France
Allemagne

Fessenheim met de l’eau dans le gaz entre Paris et Berlin

Taille texte
Fessenheim met de l'eau dans le gaz entre Paris et Berlin
(Crédit photo : Florival fr - Wikimedia)
 
Alors que François Hollande s'est fait on ne peut plus flou sur la question, la ministre allemande de l'Environnement a pris sa plume pour réclamer à son homologue française, Ségolène Royal, la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Le ton est courtois. Mais le propos est ferme : « Je vous prie de m’informer du calendrier et des procédures que vous avez l’intention de suivre pour l’arrêt de Fessenheim ». Dans son courrier adressé à Ségolène Royal, la ministre allemande de l’Environnement, la sociale-démocrate Barbara Hendricks, ajoute : « comme vous le savez, la population vivant dans les zones frontalières est très préoccupée par la sûreté de la centrale. Je vous prie vivement de prendre en compte ces préoccupations lorsque vous pèserez le pour et le contre lors de vos décisions, et de prévoir l’arrêt de Fessenheim à une échéance aussi rapide que possible ».

En service depuis 1977 et dotée de deux réacteurs d’une puissance de 900 mégawatts chacun, Fessenheim se trouve à… 1,5 km de la frontière allemande et à 20 km de Fribourg-en-Brisgau.

Fessenheim ? Une centrale « poubelle »

L’initiative de la ministre allemande de l’Environnement fait suite aux nombreuses interrogations qu’a suscitées en Allemagne le flou des propos de François Hollande lors de son intervention sur France Inter le 5 janvier. Le chef de l’Etat n’y a indiqué aucune date précise quant à la fermeture de la centrale alsacienne.

Et les dernières déclarations de Ségolène Royal annonçant une relance du nucléaire ont semé un trouble bien plus grand encore outre-Rhin. La colère gronde dans la sphère politique allemande, devant la volte-face française.

Et les mots ne sont pas tendres. « Alors que nous fermons nos centrales les plus dangereuses, il est intolérable de voir qu’une centrale poubelle, située directement à la frontière et encore plus dangereuse que les nôtres, voit non seulement sa date de fermeture repoussée à la Saint-glinglin, mais puisse encore fonctionner », s’indignait il y a quelques jours encore la députée au Bundestag Sylvia Kotting-Uhl, des Bündnis 90/Die Grünen (les Verts), et porte-parole du groupe parlementaire sur les questions nucléaires.

1,6 million de riverains inquiets

L’inquiétude des habitants de la région ne repose pas sur rien. Ils ont le sentiment de voir les intérêts économiques et industriels prévaloir sur leur sécurité. « Nous avons la centrale devant les yeux tous les jours », rapporte Didier Nocus, membre du collectif « Fessenheim Stilllegen. JETZT ! » (« Fermer Fessenheim. Maintenant ! »). Et les pannes à répétition de la centrale nous inquiètent. Pourquoi vouloir à tout prix la faire encore fonctionner si ce n’est pour des intérêts économiques ? »

La mobilisation ne s’arrête pas à la frontière. Corinne Lepage représente l’Association trinationale de protection nucléaire (ATPN), qui défend les habitants du Rhin supérieur, soit le triangle formé par la France, l’Allemagne et la Suisse (Fessenheim se trouve à 40 km de Bâle). Dans un communiqué publié à l’occasion de l’élection de François Hollande à la présidence de la République en 2012, les associations antinucléaires d’Alsace rappelaient que près de 1,6 million de riverains, habitant précisément dans cette région, ont voté pour des motions exigeant la fermeture de Fessenheim.

Trois ans après, le courrier de Barbara Hendricks somme Paris de ne pas l’ignorer.

A lire aussi sur Terraeco.net :
- « Non, fermer Fessenheim ne fera pas 2 000 chômeurs de plus »
- « Et si la France ne fermait finalement aucune centrale nucléaire ? »

Cet article de Claire Stam a initialement été publié sur Novethic le 23 janvier 2015

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Par
Novethic

Le média expert du développement durable

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Pas d’accord ! pour moi il ne s’agit pas de provocation, mais d’une réaction de bon sens... C’est Mme ROYAL qui semble agir avec une cervelle de moineau ! Il est sûr qu’il y aurait moins de retraites à financer si cette fichue centrale se mettait à faire comme celle de TCHERNOBIL !

    28.01 à 10h50 - Répondre - Alerter
  • Quelle provocation ! Une démarche de ce type veut-elle dire que le Gouvernement allemand met en doute la position prise par l’Autorité de sûreté française ? Il a ici été dit et redit que la fermeture de Fessenheim était motivée par des choix de politique énergétique et pas par des questions de maîtrise des risques ! Si Mme Hendricks croit intelligent de s’exprimer ainsi, est-ce pour dire que EnBW, entreprise allemande s’il en est, renonce gratuitement à partir de maintenant à tout droit sur la production de Fessenheim ? Renonce à réclamer le moindre dédommagement pour l’arrêt de cette centrale ?
    S’il s’agit de rendre plus difficile toute prise de position en France, toute décision positive ou négative sur l’arrêt de Fessenheim, tout remplacement de ce dossier par un autre, quel est le but de cette dame ? A-t-elle réfléchi 2 secondes avant de signer cette lettre ?
    Il y a danger si ceci correspond au niveau d’intelligence et d’amitié du Gouvernement allemand actuel !

    28.01 à 07h01 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité