publicité
Accueil du site > Actu > Société > Faut-il encore faire des enfants  ?

Faut-il encore faire des enfants  ?

Taille texte
 
En 2050, nous serons 3 milliards de plus qu’aujourd’hui. Face à l’appauvrissement des ressources en eau, aux crises alimentaires à répétition et au changement climatique, quelques-uns osent s’attaquer à un tabou : le contrôle des naissances.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°7 - octobre 2009

Faut-il arrêter de faire des enfants ?

Nous sommes 3 milliards de plus que lorsque l’homme a posé le pied sur la Lune, et nous serons encore 3 milliards plus nombreux en 2050. Pour la première fois dans l’histoire, les villes s’apprêtent à héberger davantage d’habitants que les campagnes. Une nouvelle ère commence : les 3 milliards d’humains supplémentaires iront TOUS vivre en ville, et pour la plupart dans des bidonvilles, prévoit l’ONU. Passer de 6 à 9 milliards d’habitants, signifie-t-il que nous endommmagerons la planète dans la même proportion ? Probable. Quelques-uns osent bousculer le tabou du contrôle des naissances. Ne plus faire d’enfants pour sauver la planète ? Logique, oui ! Mais éthique ? Hum. Et pratique ? Seul le régime autoritaire chinois sait comment s’y prendre. L’explosion de la population mondiale est-elle un danger en soi ? Ou bien est-ce parce qu’elle semble impliquer une explosion de la misère qu’elle fait si peur ? Et le capitalisme global saura-t-il répondre à ce défi historique ?


SOMMAIRE

« La naissance d’un Européen équivaut, en terme d’impact, à celle de 10 Congolais  » - Face-à-face acéré entre Yves Cochet, député Vert, et Henri Leridon, démographe sur le contrôle des naissances, sa « pertinence écologique » et la possibilité de mettre en place une telle politique.

Sommes-nous trop nombreux sur la planète ? - Malthus avait-il raison ? La politique de l’enfant unique devrait-elle de venir notre religion ? Les pénuries actuelles annoncent-elles les guerres de demain ? La croissance de la population peut-elle se calmer d’elle-même ?... Décryptage intégral.

Ils ont choisi de ne pas avoir d’enfants - Témoignages de Los Angeles à Bruxelles d’hommes et de femmes qui ont décidé de briser ce tabou. Entre convictions, engagement, militantisme, ils racontent les raisons de ce choix, la façon dont ils le vivent et la manière dont il est perçu.

Photos : Stefan Falke - Laif/Rea ; Stringer Japan / Reuters ; Nina Berman / Redux-Rea

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Chargé de la prospective et du lobbying au Shift Project, think tank de la transition carbone, et blogueur invité du Monde

37 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • non il faut s’arreter qui dit surpopulation dit pollution qui dit pollution dit apauvrissement de notre planete les femmes ont-elles une cervelle pensente ou non !!!!

    31.12 à 20h41 - Répondre - Alerter
  • Donner des aides aux gens qui n’enfantent pas serait une mesure de basique bon sens, mais notre société reposant sur le non-sens (les aides sont données, sans contrepartie [si ce n’est l’injonction de polluer], aux pollueurs de façon générale) il ne faut pas s’étonner qu’on alloue des sommes considérables aux gens qui procréent.
    L’aberration étant que le financement de ces aides est imposé à ceux qui ne procréent pas ! J’ai envie de dire aux procréateurs : « Procréez, O-K, mais financez vos procréations et vos élevages d’humains entre procréateurs, laissez les gens conscients en dehors de tout cela. »

    Indépendamment de l’aspect antiécologique de la procréation, je n’ai jamais compris comment on pouvait s’aimer, s’adorer, s’idolâtrer au point de vouloir reproduire soi, de vouloir se reproduire, il me semble qu’il faut avoir un ego singulièrement hypertrophié, me trompé-je ?

    29.10 à 16h51 - Répondre - Alerter
  • Je suis choquée de ces réactions :
    - les gens se reproduisent « comme des lapins »
    - ils ne font des enfants « que pour les allocations »
    - « comme ils en ont beaucoup, ils les envoient à la guerre, ou en martyrs »
    - « les frenchs doctors devraient arrêter de sauver les enfants en les vaccinant »
    - l’éducation des enfants devrait être confiée aux gens « intelligents » (déterminés sur quels critères, on se demande !...)
    ... non mais qu’est-ce que c’est que cette vision de l’Humanité ?!
    Franchement, si on vous écoute, on fonce tout droit dans un système criminel où seules certaines personnes ont le droit de se reproduire,... donc de vivre ! ... on connait la suite il me semble, et elle s’appelle crime contre l’humanité !

    De plus, excusez moi mais si ce sont les "écolos" qui arrêtent de faire des mômes, ça fera autant d’enfants en moins qui seront sensibilisés aux grandes problématiques écologiques pour la génération future. C’est littéralement tuer l’écologie dans l’oeuf.

    Commençons, comme ça a été dit, par aider les personnes qui n’ont pas accès à la contraception, et par soutenir l’application des droits universels de l’enfant.
    Aimons nous les uns les autres, ainsi que nos enfants.

    Un femme qui espère être mère un jour.

    26.10 à 22h20 - Répondre - Alerter
    • Oui il faut ! enfin au moins un encore ! J’aimerais bien être grand père :-) !

      Passée la réaction pûrement affective entre pro et contre, il reste qu’un tel sujet de société est éminemment difficile à débattre.

      Dans certains des propos tenus sur ce fil de discussion, nous sommes proches de l’eugénisme voire même des solutions massives et radicales qui ont marqué l’histoire (la pire) du monde. Ce n’est pas un hasard si les références sont pétainistes ou chinoises...
      Oui même en militant pour que les écologistes se reproduisent plus que les autres (quid du postulat que l’écologie soit un caractère héréditaire ?) on ne se place pas dans un modèle louable !

      Il est important comme dit dans l’article de donner accès pour tous à un niveau de subsistance correct, permettant d’avoir une éducation suffisante pour ne pas prendre n’importe quelle vessie pour une lanterne, et d’avoir conscience des conséquences moyen et long termes de ses actes.

      28.10 à 12h39 - Répondre - Alerter
    • Je sui tou a fait dacor avec fanny meme si nous somme de plus en plus nombreux,

      10.03 à 13h26 - Répondre - Alerter
  • "Il n’est de richesses que d’hommes" (Jean Bodin)

    De ces enfants qui naissent, beaucoup apporteront des solutions aux problèmes actuels. Et ceux qui considèrent qu’ils en valent la peine qu’ils se disent qu’ils ont aussi été des enfants.

    Un enfant n’est pas un problème. C’est une solution si ses parents lui apprennent à partager et à construire, à être un créateur et non un simple consommateur. Mais ce n’est effectivement pas la solution de facilité.

    30.12 à 10h02 - Répondre - Alerter
  • si déja on faisait en sorte que l’accès aux moyens contraceptifs ne coutent pas les yeux de la tete pour les femmes pauvres,on aurait sacrémment fait un progrès dans la limitation des naissances !

    13.12 à 20h01 - Répondre - Alerter
  • Le problème est de savoir si la surpopulation est le vrai noeud gordien de la perte de la planète ou bien la redistribution utile de la richesse de concert avec la mondialisation.

    La forte croissance démographique provient en partie des pays pauvres. Le développement de ces derniers devrait faire émerger une classe moyenne capable d’absorber la surproduction des pays développés et relancer par là la production. La présence de cette classe moyenne est le moteur de la réduction de la natalité.

    Le nouveau capitalisme doit intégrer cette donnée pour résoudre la crise.

    12.12 à 19h09 - Répondre - Alerter
  • je suis choqué de ces propos, je suis issue d une famille ou nous sommes que deux filles moi ma vie ce sont mes 5 enfants

    Je travail, et j’ eleves mes enfants le mieux que possible dans les valeurs morale de la famille, et par amour, et non pour une histoire pécuniere.

    De plus ne pensser pas que l on élève ses enfants avec la caf un enfant vous coute bien plus que ce que vous verse ces prestations , je suis persuader que plusieurs qui témoignent sur ce sujet, sont issu de familles nombreuses , parents ou grand parents ils auraient du pensser comme vous, vous ne seriez pas là aujourdhui pour en débattre. je suis fier d etre une maman de 5 enfants.

    10.12 à 23h37 - Répondre - Alerter
    • Alice Bretaneo : Vous avez raison.

      Vous avez raison, moi je suis aussi très fière d’être une femme sans enfant et qui gagne encore suffisamment d’enfants pour payer les prestations qui font vivre les vôtres.
      Et si vous pensez que ces prestations ne sont pas suffisantes, vous pouvez aussi y renoncer et ainsi montrer à vos chérubins vos vraies valeurs morales de la famille (genre de texte utilisé durant de très sombres périodes).

      Regardez large au lieu de vous fixer sur votre petite famille.

      25.02 à 11h15 - Répondre - Alerter
      • laurent : pathétique

        se permettre de donner des leçons quand on est aussi mesquin, les valeurs de la famille sont des bonnes valeurs et ce n’est pas parce que le régime de vichy les a bafouée qu’il faut les rejeter, quand à l’argument de l’argent le système français est ainsi fait que ceux qui gagnent le moins peuvent bénéficier d’aide financières, soyez heureuse d’être du coté des payeurs. pour info, vous pouvez si vous le voulez, bénéficier aussi des avantages de ce système (assurance maladie, chômage, etc), il vous suffit de réduire de manière drastique votre salaire.
        Enfin sachez, qu’il existe des gens qui ont des enfants et qui ne touchent aucune prestation sociale (j’en suis), que devient votre belle démonstration.

        28.04 à 10h01 - Répondre - Alerter
  • Arrêtons les Pour ou Contre : Faut-il encore faire des enfants  ?

    La reproduction n’a fondamentalement rien à voir avec le sens du bonheur.
    Les raisonnements de cette page sont marqués par l’émotion.
    D’ailleurs tous les journaux en ligne permettent ce type de commentaires.
    Comment un tel débat peut-il continuer dans ces conditions.

    10.12 à 21h59 - Répondre - Alerter
  • Hélas : il est beaucoup trop tard pour se poser cette question

    10.12 à 18h15 - Répondre - Alerter
  • « L’effort à long terme nécessaire pour maintenir un bien-être collectif qui soit en équilibre avec l’atmosphère et le climat exigera en fin de compte des modes viables de consommation et de production, qui ne peuvent être atteints et maintenus que si la population mondiale ne dépasse pas un chiffre écologiquement viable ».
    Rapport 2009 de l’agence onusienne pour la population (Unfpa)

    Pour un pays comme la France, qui voit sa population augmenter inexorablement (naissances + immigration = 350.000 personnes de plus en 2008 = 100 millions dans un siècle = écologiquement insoutenable), il faut évidemment inciter nos compatriotes à se contenter de 2 enfants en supprimant (sans effet rétroactif évidemment) les aides publiques au-delà de 2 enfants.

    Pour les pays du sud, dont certains ont encore un taux de natalité délirant (plus de 6 enfants en moyenne pour certains…), il faut investir massivement dans le planning familial (prévention des grossesses non désirées en particulier) et dans l’instruction et l’émancipation des femmes.

    9.12 à 09h29 - Répondre - Alerter
    • Tous les démographes sérieux prévoient un plafonnement de la population, dans 50 ans environs, autour de 9 milliards d’habitants, soit 3 milliards de plus qu’aujourd’hui.
      Les spécialiste de l’agro-alimentaires peuvent vous prouver qu’il est possible de nourrir cette population.Ainsi je ne vois pas où est le problème, si ce n’est que c’est la juste répartition du pouvoir d’achat qui est à faire, et en premier lieu diminuer le gaspillage de l’alimentation, dans les pays dits"riches".
      Quant à faire des prévision à 1 siècle, c’est insensé.faisons dèjà de bonnes prévisions à 10-20 ans !
      Essayons d’être réalistes et non pas démagogues ou idéologues et tout ira mieux !

      4.01 à 10h31 - Répondre - Alerter
      • Alice Bretaneo : Le probleme ?

        Le probleme ?
        C’est que premièrement nous n’en sommes pas sur (du plafonnement) et que même si l’on peut vivre (ou plutôt survivre) à 9 milliards, nous préférons bien vivre à 1 milliard voire 200 millions maxi.

        Si aujourd’hui à 6,5 milliards, vous ne voyez pas déjà de problèmes, c’est que vous vivez sur une autre planète ou que vous avez de la m##### dans les yeux.

        25.02 à 11h23 - Répondre - Alerter
    • Alice Bretaneo : Minimum

      C’est un minimum, c’est ce qu’on appelle le minimum vital.

      25.02 à 11h18 - Répondre - Alerter
  • Il faut beaucoup de cynisme voire de cruauté pour faire des enfants aujourd’hui...

    6.12 à 16h27 - Répondre - Alerter
  • je suis choquée de voir des propos aussi médisants à l’égard des parents de familles nombreuses, dont beaucoup s’occupent très bien de leurs enfants. Le fait de n’avoir qu’un enfant ne fait pas non plus toujours de bons parents, il y a de nombreux contre-exemples !
    En quoi votre système se distinguerait-il de celui qui est actuellement en vigueur par le biais de l’aide sociale à l’enfance (placement des enfants dont les parents n’assurent pas les conditions indispensables à leur bon développement art. 35 du Code Civil) ?

    La question de l’éducation est différente de la question de la planète, et j’ai cru comprendre que les pays les plus pollueurs ne sont pas ceux où l’on fait le plus d’enfants.
    Donc inculper les parents de familles nombreuses me paraît absolument déplacé.

    5.12 à 20h48 - Répondre - Alerter
    • C’est l’éternel problème entre les statistiques qui envisagent globalement un fait et la perception que l’individu a de son entourage.
      "Les Chinois sont 2 fois moins riches que les Français" (par exemple) est une vérité statistique mais il y a peut-être plus de milliardaires en Chine qu’en France !
      Ce n’est pas parce que vous connaissez un Chinois plus riche que vous que TOUS les Chinois le sont.

      C’est la même chose pour les familles nombreuses. Il est clair qu’on ne peut caser sur une Terre finie une population infinie. De même si vous être bien à 3 dans 75 m², vous serez mal à 6 dans la même surface.

      La baisse de la natalité se fait naturellement avec l’éducation, mais il faut accélérer le mouvement car il est trop lent.
      Si certains pays africains ou asiatiques ont une population qui augmentent trop c’est en partie la faute des "French Doctors" qui en vaccinant les enfants les ont sauvé, mais n’ont pas appris à leur mères qu’elles n’avaient désormais pas besoin d’en faire 12 pour en conserver 3. Il faut dire que faire changer les mentalités prend des décennies alors que vacciner un enfant prend 2 minutes...

      7.12 à 17h30 - Répondre - Alerter
    • GiovannietMichela : Vivre les enfants

      Ca c’est vrai, nous on n’a 5 enfants et il sont tres bien elevees. ils on tout leurs chambre avec une bel tele a plasma et ils vont a les coles bien nabillés, ils ont meme des nike comme leures stars qu’ils preferent. C’est grasse a nous que les gens ils ont leurs retraites c’est pas les ecolos qui vont consommes comme nous abvec leure decroissance, ils veeullenet retournés comme dans temps préhistorics y a des millions d’annees.

      16.03 à 12h56 - Répondre - Alerter
      • Si tu es allé à l’école, il n’en reste pas grand chose ... (ils vont a les coles bien nabillés ...)

        27.10 à 12h39 - Répondre - Alerter
  • Et pour les parents qui ont des jumeaux en deuxième grossesse ou des triplés, il faut en tuer un ???
    Le problème est tellement plus complexe que ça...

    3.11 à 22h03 - Répondre - Alerter
    • La politique familiale actuelle date de temps immémoriaux où le "croissez et multipliez " était la règle .
      Nous savons depuis que la terre est ronde et limitée et que les espèces sont aussi mortelles , la notre donc aussi.

      Actuellement , la politique familiale incite au lapinisme , plus d’enfants donc plus de revenus . certes les plus intelligents d’entre nous savent se limiter et s’assumer, par contre , les moins intelligents ,ceux dont la conscience ne dépasse pas leurs intérêts immédiats ou leur idéologie archaïque ou primitive , se reproduisent comme des lapins .

      Il faut donc revoir cette politique suicidaire .

      Comment ?

      tout d’abord en se disant qu’un enfant c’est une bénédiction , un gage d’avenir et qu’il nous faut des enfants .
      ensuite , pour se dire que chacun a droit a donner de l’amour à un enfant , à éduquer un enfant quels que soient ses aptitudes biologiques à se reproduire
      enfin, faut-il laisser à des femmes , généralement immatures l’obligation d’élever une nombreuse progéniture alors qu’elles sont incapables de se gérer elles mêmes ?

      La solution , à mon avis , consisterait à créer un statut de "parent éducateur" permettant à tout un chacun reconnu apte , à éduquer un enfant et à l’aider dans ce sens.
      Mais si on peut éduquer un enfant , il est bien plus difficile d’en éduquer plusieurs à la fois surtout si on est incompétent .

      Le statut de "parent éducateur" à côté du "parent biologique" répondrait parfaitement à la demande .
      Chaque enfant serait à sa naissance , non seulement identifié comme étant issu de parents biologiques (incontournable ) mais également serait doté d’un parent éducateur qui pourrait être différent du parent biologique .
      Ce parent éducateur prendrait en charge l’éducation et les besoins matériels de l’enfant . IL en serait entièrement responsable et serait rémunéré pour cela .
      Cependant
      Cette rémunération serait forfaitaire , quel que soit le nombre d’enfant pris en charge .
      L’enfant pourrait changer de parent éducateur dans le courant de sa vie d’enfant sur sa demande ou sur la demande de parent biologique .
      Le parent éducateur pourrait s’adjoindre des parents éducateurs auxiliaires, qui seraient également responsables mais non tenus à l’éducation matérielle de l’enfant .

      enfin , l’enfant pourrait être déclaré adulte sur sa demande et à l’âge de sa convenance aprês contrôle de la DDASS si l’enfant est trop jeune .

      Bien entendu dans l’immense majorité des cas , les parents éducateurs seraient les parents biologiques ou les grands parents , ou les oncles ou tantes mais la porte serait ouverte à une véritable adoption de fait sans tenir compte de la notion de couple ou de famille .

      Il me semble que cette méthode serait , administrativement , très efficace , et aurait le mérite de limiter le nombre d’enfants pondus pour des raisons financières .

      3.12 à 18h52 - Répondre - Alerter
      • Alice Bretaneo : Comme des lapins...

        Très bonne analyse.

        Sauf le "comme des lapins", hélas notre croissance est bine plus rapide que celle des lapins, car nous n’avons pas de prédateurs naturels.

        Savez-vous que la population du lapin sauvage est en nette régression et en voie d’extinction dans certaines régions et disparu totalement d’autres.

        C’est le gros problème de l’espèce humaine, être en haut de la pyramide écologique en tant que prédateur suprême et se reproduire comme un invertébré, c’est ce qui fait de cette espèce, sûrement la moins adaptée et adaptable.
        Car c’est l’espèce la moins bien finie, hélas pour nous c’est la notre, et si certains l’ont compris, d’autres en trop grand nombre continuent dans leur irresponsabilité et ignorance insoutenable.

        25.02 à 11h37 - Répondre - Alerter
      • Grâce à votre pseudo, je vois ce texte comme de l’humour noir, sinon ça me ferait froid dans le dos !

        28.10 à 12h21 - Répondre - Alerter
  • Il est bien évident que nous sommes trop nombreux, personnellement nous avons décidé avec ma femme d’avoir des enfants heureux, et le plus sur moyen d’assurer cela est de ne pas en faire, c’est ce que nous avons fait.
    Nous savons dès lors que notre impact environnemental sur cette planète sera de 0 et c’est vous et/ou vos enfants qui en bénéficieront.

    12.10 à 10h40 - Répondre - Alerter
    • Remettre en cause la finalité reproductrice de l’individu sera une révolution dont on n’a pas idée des répercussions. Direction dangereuse qui ne va certainement pas dans le sens du bonheur. A quoi ca sert d’avoir une terre si on ne peut pas aimer passionnément, comme un parent aime son enfant ?
      Mieux vaut s’attaquer serieusement à notre mode de consommation qu’à notre mode de reproduction.

      13.10 à 09h17 - Répondre - Alerter
      • Bonjour,
        tout à fait d’accord, sauf qu’il y a plus de gens qui pensent aux aides, plutôt qu’à l’amour des enfants.
        N’interdisons surtout pas d’avoir des enfants, mais seulement arrêtons les aides dés le troisième, et il y aura en France un sérieux coup de frein à la natalité.

        15.10 à 16h56 - Répondre - Alerter
    • Votre impact environnemental sur cette planète n’est pas de 0 car vous etes encore deux pollueurs de trop.
      Pour être à 0 la seule solution est de vous suicidez.mdr !

      21.10 à 13h35 - Répondre - Alerter
      • Le but est simplement d’arriver à une moyenne par femme de 2 enfants ou moins. Il n’est pas nécessaire que tout le monde décide de ne pas avoir d’enfants. Certains peuvent prendre cette décision, d’autre décider d’adopter, d’autre décider de s’arrêter à 2 enfants ou adopter au-delà, etc.

        Mais il est vrai que tant qu’il y aura des gens qui ont 10 enfants, il faudra des gens qui n’en ont aucun pour compenser. Réduire notre comsommation, même de 49%, ne sera pas assez si la population polluante (les pays développés, les villes) double.

        La solution idéale serait une combinaison des deux. Maintenir la population mondiale en ayant une moyenne de 2 enfants, et réduire notre consommation afin de cesser les dégâts le plus tôt possible.
        Une moyenne de 2 enfants par femme (puisqu’on compte ça par femme) peut vouloir dire 4 enfants pour certaines et aucun pour d’autres. Il ne s’agit pas d’empêcher tout le monde d’en avoir ni de limiter le nombre d’enfant de chaque personne, simplement de tenter d’avoir une moyenne qui permette de maintenir ou réduire notre population plutôt que de l’augmenter.

        Personnellement je n’aurai pas d’enfants non plus (bien sûr, ça ne suffit pas comme effort, je tente également de réduire ma consommation et de consommer de façon responsable. Il ne s’agit pas dire "je ne fais pas d’enfants, je peux polluer autant que je veux").
        D’autres personnes ont des enfants et optent pour des solutions de consommation responsable (couches lavables pour ne nommer qu’un exemple).

        Combiner les deux est il me semble idéal, sachant que chacun ne peut agir que sur une échelle personnelle et non pas forcer qui que ce soit dans un sens ou dans l’autre.

        23.10 à 12h01 - Répondre - Alerter
        • J’estime qu’il faudrait donner des aides aux femmes qui décident de ne pas avoir d’enfant et que l’école, l’hôpital etc ne devraient être gratuits que pour deux enfants. Les parents devraient payer les frais à partir du 3ème, et les frais + un supplément à partir du 4ème, supplément de plus en plus important au fur et à mesure que le nombre d’enfants augmente. Je pense que deux enfants maximum constitue non seulement un avantage pour la planète et donc pour le bien-être de tous, mais aussi un avantage pour la paix entre humains. Quand on n’a qu’un ou deux enfants, on veut les garder en vie et on a moins tendance à les envoyer grossir les rangs des martyrs à diverses causes politiques et ou religieuses. Si nous étions moitié moins nombreux sur terre, nous aurions plus d’espace et plus de ressources et il y aurait donc moins de tensions. Si les êtres humains ne sont pas capables de réduire leur nombre, comme ce sont des parasites de la planète, ils finiront comme tous les parasites qui prolifèrent, par tuer leur hôte.

          26.10 à 12h12 - Répondre - Alerter
          • Alice Bretaneo : Merci

            Merci de faire partie de ces gens qui ont encore de la réflexion et qui sont responsables.

            25.02 à 11h46 - Répondre - Alerter
      • Unmondemeyeur a dit notre impact écologique sera de 0 cela veut bien dire après leur disparition.

        C’est bien parce que vous ne savez pas lire, que vous êtes un irresponsable de plus.

        25.02 à 11h42 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité