publicité
Accueil du site > Actu > Société > Faut-il encore faire des enfants  ?

Faut-il encore faire des enfants  ?

Taille texte
 
En 2050, nous serons 3 milliards de plus qu’aujourd’hui. Face à l’appauvrissement des ressources en eau, aux crises alimentaires à répétition et au changement climatique, quelques-uns osent s’attaquer à un tabou : le contrôle des naissances.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°7 - octobre 2009

Faut-il arrêter de faire des enfants ?

Nous sommes 3 milliards de plus que lorsque l’homme a posé le pied sur la Lune, et nous serons encore 3 milliards plus nombreux en 2050. Pour la première fois dans l’histoire, les villes s’apprêtent à héberger davantage d’habitants que les campagnes. Une nouvelle ère commence : les 3 milliards d’humains supplémentaires iront TOUS vivre en ville, et pour la plupart dans des bidonvilles, prévoit l’ONU. Passer de 6 à 9 milliards d’habitants, signifie-t-il que nous endommmagerons la planète dans la même proportion ? Probable. Quelques-uns osent bousculer le tabou du contrôle des naissances. Ne plus faire d’enfants pour sauver la planète ? Logique, oui ! Mais éthique ? Hum. Et pratique ? Seul le régime autoritaire chinois sait comment s’y prendre. L’explosion de la population mondiale est-elle un danger en soi ? Ou bien est-ce parce qu’elle semble impliquer une explosion de la misère qu’elle fait si peur ? Et le capitalisme global saura-t-il répondre à ce défi historique ?


SOMMAIRE

« La naissance d’un Européen équivaut, en terme d’impact, à celle de 10 Congolais  » - Face-à-face acéré entre Yves Cochet, député Vert, et Henri Leridon, démographe sur le contrôle des naissances, sa « pertinence écologique » et la possibilité de mettre en place une telle politique.

Sommes-nous trop nombreux sur la planète ? - Malthus avait-il raison ? La politique de l’enfant unique devrait-elle de venir notre religion ? Les pénuries actuelles annoncent-elles les guerres de demain ? La croissance de la population peut-elle se calmer d’elle-même ?... Décryptage intégral.

Ils ont choisi de ne pas avoir d’enfants - Témoignages de Los Angeles à Bruxelles d’hommes et de femmes qui ont décidé de briser ce tabou. Entre convictions, engagement, militantisme, ils racontent les raisons de ce choix, la façon dont ils le vivent et la manière dont il est perçu.

Photos : Stefan Falke - Laif/Rea ; Stringer Japan / Reuters ; Nina Berman / Redux-Rea

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Chargé de la prospective et du lobbying au Shift Project, think tank de la transition carbone, et blogueur invité du Monde

37 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • non il faut s’arreter qui dit surpopulation dit pollution qui dit pollution dit apauvrissement de notre planete les femmes ont-elles une cervelle pensente ou non !!!!

    31.12 à 20h41 - Répondre - Alerter
  • Donner des aides aux gens qui n’enfantent pas serait une mesure de basique bon sens, mais notre société reposant sur le non-sens (les aides sont données, sans contrepartie [si ce n’est l’injonction de polluer], aux pollueurs de façon générale) il ne faut pas s’étonner qu’on alloue des sommes considérables aux gens qui procréent.
    L’aberration étant que le financement de ces aides est imposé à ceux qui ne procréent pas ! J’ai envie de dire aux procréateurs : « Procréez, O-K, mais financez vos procréations et vos élevages d’humains entre procréateurs, laissez les gens conscients en dehors de tout cela. »

    Indépendamment de l’aspect antiécologique de la procréation, je n’ai jamais compris comment on pouvait s’aimer, s’adorer, s’idolâtrer au point de vouloir reproduire soi, de vouloir se reproduire, il me semble qu’il faut avoir un ego singulièrement hypertrophié, me trompé-je ?

    29.10 à 16h51 - Répondre - Alerter
  • Je suis choquée de ces réactions :
    - les gens se reproduisent « comme des lapins »
    - ils ne font des enfants « que pour les allocations »
    - « comme ils en ont beaucoup, ils les envoient à la guerre, ou en martyrs »
    - « les frenchs doctors devraient arrêter de sauver les enfants en les vaccinant »
    - l’éducation des enfants devrait être confiée aux gens « intelligents » (déterminés sur quels critères, on se demande !...)
    ... non mais qu’est-ce que c’est que cette vision de l’Humanité ?!
    Franchement, si on vous écoute, on fonce tout droit dans un système criminel où seules certaines personnes ont le droit de se reproduire,... donc de vivre ! ... on connait la suite il me semble, et elle s’appelle crime contre l’humanité !

    De plus, excusez moi mais si ce sont les "écolos" qui arrêtent de faire des mômes, ça fera autant d’enfants en moins qui seront sensibilisés aux grandes problématiques écologiques pour la génération future. C’est littéralement tuer l’écologie dans l’oeuf.

    Commençons, comme ça a été dit, par aider les personnes qui n’ont pas accès à la contraception, et par soutenir l’application des droits universels de l’enfant.
    Aimons nous les uns les autres, ainsi que nos enfants.

    Un femme qui espère être mère un jour.

    26.10 à 22h20 - Répondre - Alerter
  • "Il n’est de richesses que d’hommes" (Jean Bodin)

    De ces enfants qui naissent, beaucoup apporteront des solutions aux problèmes actuels. Et ceux qui considèrent qu’ils en valent la peine qu’ils se disent qu’ils ont aussi été des enfants.

    Un enfant n’est pas un problème. C’est une solution si ses parents lui apprennent à partager et à construire, à être un créateur et non un simple consommateur. Mais ce n’est effectivement pas la solution de facilité.

    30.12 à 10h02 - Répondre - Alerter
  • si déja on faisait en sorte que l’accès aux moyens contraceptifs ne coutent pas les yeux de la tete pour les femmes pauvres,on aurait sacrémment fait un progrès dans la limitation des naissances !

    13.12 à 20h01 - Répondre - Alerter
  • Le problème est de savoir si la surpopulation est le vrai noeud gordien de la perte de la planète ou bien la redistribution utile de la richesse de concert avec la mondialisation.

    La forte croissance démographique provient en partie des pays pauvres. Le développement de ces derniers devrait faire émerger une classe moyenne capable d’absorber la surproduction des pays développés et relancer par là la production. La présence de cette classe moyenne est le moteur de la réduction de la natalité.

    Le nouveau capitalisme doit intégrer cette donnée pour résoudre la crise.

    12.12 à 19h09 - Répondre - Alerter
  • je suis choqué de ces propos, je suis issue d une famille ou nous sommes que deux filles moi ma vie ce sont mes 5 enfants

    Je travail, et j’ eleves mes enfants le mieux que possible dans les valeurs morale de la famille, et par amour, et non pour une histoire pécuniere.

    De plus ne pensser pas que l on élève ses enfants avec la caf un enfant vous coute bien plus que ce que vous verse ces prestations , je suis persuader que plusieurs qui témoignent sur ce sujet, sont issu de familles nombreuses , parents ou grand parents ils auraient du pensser comme vous, vous ne seriez pas là aujourdhui pour en débattre. je suis fier d etre une maman de 5 enfants.

    10.12 à 23h37 - Répondre - Alerter
  • Arrêtons les Pour ou Contre : Faut-il encore faire des enfants  ?

    La reproduction n’a fondamentalement rien à voir avec le sens du bonheur.
    Les raisonnements de cette page sont marqués par l’émotion.
    D’ailleurs tous les journaux en ligne permettent ce type de commentaires.
    Comment un tel débat peut-il continuer dans ces conditions.

    10.12 à 21h59 - Répondre - Alerter
  • Hélas : il est beaucoup trop tard pour se poser cette question

    10.12 à 18h15 - Répondre - Alerter
  • « L’effort à long terme nécessaire pour maintenir un bien-être collectif qui soit en équilibre avec l’atmosphère et le climat exigera en fin de compte des modes viables de consommation et de production, qui ne peuvent être atteints et maintenus que si la population mondiale ne dépasse pas un chiffre écologiquement viable ».
    Rapport 2009 de l’agence onusienne pour la population (Unfpa)

    Pour un pays comme la France, qui voit sa population augmenter inexorablement (naissances + immigration = 350.000 personnes de plus en 2008 = 100 millions dans un siècle = écologiquement insoutenable), il faut évidemment inciter nos compatriotes à se contenter de 2 enfants en supprimant (sans effet rétroactif évidemment) les aides publiques au-delà de 2 enfants.

    Pour les pays du sud, dont certains ont encore un taux de natalité délirant (plus de 6 enfants en moyenne pour certains…), il faut investir massivement dans le planning familial (prévention des grossesses non désirées en particulier) et dans l’instruction et l’émancipation des femmes.

    9.12 à 09h29 - Répondre - Alerter
  • Il faut beaucoup de cynisme voire de cruauté pour faire des enfants aujourd’hui...

    6.12 à 16h27 - Répondre - Alerter
  • je suis choquée de voir des propos aussi médisants à l’égard des parents de familles nombreuses, dont beaucoup s’occupent très bien de leurs enfants. Le fait de n’avoir qu’un enfant ne fait pas non plus toujours de bons parents, il y a de nombreux contre-exemples !
    En quoi votre système se distinguerait-il de celui qui est actuellement en vigueur par le biais de l’aide sociale à l’enfance (placement des enfants dont les parents n’assurent pas les conditions indispensables à leur bon développement art. 35 du Code Civil) ?

    La question de l’éducation est différente de la question de la planète, et j’ai cru comprendre que les pays les plus pollueurs ne sont pas ceux où l’on fait le plus d’enfants.
    Donc inculper les parents de familles nombreuses me paraît absolument déplacé.

    5.12 à 20h48 - Répondre - Alerter
  • Et pour les parents qui ont des jumeaux en deuxième grossesse ou des triplés, il faut en tuer un ???
    Le problème est tellement plus complexe que ça...

    3.11 à 22h03 - Répondre - Alerter
  • Il est bien évident que nous sommes trop nombreux, personnellement nous avons décidé avec ma femme d’avoir des enfants heureux, et le plus sur moyen d’assurer cela est de ne pas en faire, c’est ce que nous avons fait.
    Nous savons dès lors que notre impact environnemental sur cette planète sera de 0 et c’est vous et/ou vos enfants qui en bénéficieront.

    12.10 à 10h40 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité