publicité
Accueil du site > Actu > Enquêtes > Exclusif : le bilan CO2 de Nicolas Sarkozy
22-10-2008

Exclusif : le bilan CO2 de Nicolas Sarkozy

Taille texte
 
A l'occasion de l'anniversaire du Grenelle de l'environnement, le magazine « Terra Economica » dévoile la facture écologique du président de la République. Pour ses seuls voyages officiels, ce dernier a émis en 11 mois 7 061 tonnes de CO2. C'est autant que le total annuel des émissions de gaz à effet de serre de mille Français.
SUR LE MÊME SUJET

Un minimum de 7061 tonnes équivalent CO2 : voici la quantité de gaz à effet de serre rejetée dans l’atmosphère par Nicolas Sarkozy au cours de ses déplacements officiels des onze derniers mois. C’est-à-dire depuis la signature du « Grenelle de l’environnement », le 26 octobre 2007, en présence du prix Nobel de la paix Al Gore.

Ce chiffre, que révèle Terra Economica, c’est en quelque sorte le "train de vie écologique" ou le "coût écologique" des déplacements officiels de Nicolas Sarkozy. 7061 tonnes équivalent CO2 (dioxyde de carbone), c’est l’équivalent des émissions de gaz à effet de serre totales annuelles - transport, logement, nourriture... - de 1000 Français ordinaires, ou encore du village de Monbazillac (Dordogne).

Un troupeau de 823 vaches

C’est aussi l’équivalent des émissions d’une des voitures les plus économes du marché (de type Smart), qui aurait accompli – tenez-vous bien – 1750 fois le tour de la Terre. Dans un registre plus bucolique, c’est, enfin, l’équivalent des émissions d’un troupeau de 823 vaches laitières du Nord-Bretagne pendant toute une année.

Précision : le renouvellement en cours de la flotte élyséenne, et le changement pour un avion long courrier plus lourd que l’avion présidentiel actuel, devrait avoir un impact à la hausse sur ces chiffres. Selon nos estimations, si Nicolas Sarkozy maintient le rythme de ses déplacements pour l’année à venir, ses émissions de gaz à effet de serre passeraient de 7061 tonnes équivalent CO2 à 13956 tonnes.

Mais revenons au chiffre des 11 mois passés. Pour atteindre le niveau de 7061 tonnes - vertigineux mais pas forcément inexplicable compte tenu de la charge présidentielle - Nicolas Sarkozy a parcouru selon nos informations – forcément sous-évaluées - 301 236 kilomètres, soit une moyenne de plus de 900 km par jour. C’est 80% de la distance de la Terre à la Lune. Précision : ce chiffre ne prend pas en compte les escapades privées de Nicolas Sarkozy et de la première Dame de France Carla Bruni, en Jordanie ou en Egypte par exemple.

"Exemplarité écologique"

Soyons clairs, l’idée de cette enquête inédite ne consiste pas à stigmatiser le comportement du chef de l’Etat qui doit, c’est une évidence, se déplacer souvent, vite et parfois loin. A ce sujet, nous livrons ci-dessous les (trop) rares éléments de comparaison disponibles pour l’ex-chef du gouvernement britannique Tony Blair et pour l’ancien président français François Mitterrand.

Mais deux événements ont poussé la rédaction de Terra Economica à mener cette enquête. D’abord nous avons entendu les demandes récurrentes depuis un an de la bouche du président lui-même, de celle de son Premier ministre François Fillon ensuite, et bien entendu de son ministre de l’Ecologie, du développement et de l’Aménagement durables Jean-Louis Borloo. Tous trois appellent depuis octobre 2007 à « l’exemplarité écologique ». Il y a tout juste un an le Chef de l’Etat déclarait en conclusion du Grenelle, et en parlant de la France : « Comment devenir un exemple, si on n’est pas capable de s’appliquer à soi les règles qu’on voudrait voir retenues par les autres ? ».

Ensuite, la publication, il y a quelques jours, du budget de l’Elysée 2009 intégrant une augmentation de 33% du budget pour les « déplacements de la Présidence » nous a laissés sur notre faim. Il nous a semblé utile de prolonger cette information en évaluant une partie du "coût écologique" du fonctionnement de l’Elysée.

A la pêche aux bilans

Force est de constater que les bilans CO2, promis pour les différents ministères, ne sont toujours pas faits ou pas rendus publics. Contacté par nos soins, l’Elysée n’a pas pu ou pas su répondre à nos questions. Et nous a renvoyé vers le ministère de l’Ecologie et du Développement durable de Jean-Louis Borloo. Là, le conseiller de communication précise qu’un bilan carbone a bien été mené à la prise de fonctions de Jean-Louis Borloo, sans pouvoir en dire davantage. A supposer qu’il existe, ce document n’a manifestement fait l’objet d’aucune publication. En définitive, seul le ministère de l’Agriculture et de la Pêche a réalisé son bilan et osé le publier [1]. Est-ce parce que Michel Barnier fut dans une vie précédente ministre de l’Environnement ?

Terra Economica est aussi allé voir du côté des 4 principaux organismes de compensation des émissions de gaz à effet de serre. Ces derniers sont formels : aucun ministère, pas plus l’Elysée, ne font appel à eux pour compenser leurs émissions de CO2.

Revenons aux déplacements de Nicolas Sarkozy. Première info : à voir la configuration d’une semaine présidentielle, pas question pour le chef de l’Etat de grimper dans un train. Le 2 avril dernier, par exemple, après un conseil des ministres le matin, le chef de l’Etat se rendait à Nantes pour le congrès de la FNSEA, avant d’atterrir le soir au Sommet de l’OTAN, à Bucarest. Le 3 mai, il était en Haute-Savoie le matin, et à Rome l’après-midi, le 5 juin direction Saumur, le 6, embarquement pour Athènes, avant de gagner, le 7, Beyrouth. D’ailleurs, souhaiterait-il glisser un petit TGV dans le planning qu’il ne faudrait même pas y penser. Selon nos sources, un trajet en train implique un dispositif de sécurité complexe comprenant la réservation de trois wagons entiers et une opération de déminage. Du coup, il n’y a pas une semaine sans que le président ne s’envole. Ce sont les contraintes du métier.

Airbus ou Falcon

L’agenda de l’Elysée, public, révèle que Nicolas Sarkozy a effectué 89 déplacements entre le 26 octobre 2007 et le 26 octobre 2008 : 47 en métropole, 2 Outre-mer et 40 à l’étranger, dont 5 dans le cadre de la présidence de l’Union européenne et 35 en tant que chef de l’Etat français. La flotte gouvernementale est gérée par l’ETEC (Escadron de Transport, d’Entraînement et de Calibration). Difficile de savoir exactement dans quel avion le président a effectué chacun de ses déplacements. Mais il est de notoriété que le chef de l’Etat utilise un ACJ, un dérivé de l’A319 aménagé pour les VIP, ou un Falcon, par exemple de type 900 EX.

Nous avons retenu l’hypothèse selon laquelle le Président a utilisé toute l’année l’A319CJ. Cet appareil, pouvant transporter 58 passagers, émet en moyenne 20,56 kilos éq.CO2 par kilomètre. En tenant compte des cycles d’atterrissage et de décollage particulièrement gloutons en carburant, la totalité des déplacements présidentiels auraient donc émis 7 061 tonnes de gaz à effet de serre.

Si le chef de l’Etat avait utilisé un Falcon EX, moins polluant en valeur absolue car plus petit, ses déplacements auraient émis près de 2 000 tonnes de gaz à effet de serre, décollages et atterrissages non compris. Le bon chiffre se tiendrait-il entre ces deux valeurs ? En réalité, pour des raisons de sécurité, l’avion du président est toujours escorté par un autre, souvent un Falcon. Nous voilà en réalité plutôt à additionner des tonnes de CO2 qu’à les soustraire. D’autant qu’un troisième avion, chargé de journalistes et de chefs d’entreprises, accompagne parfois le président. Le convoi pèse forcément lourd. Le résultat, calculé selon les méthodes appliquées par les experts, de 7 061 tonnes éq.CO2 pour 89 déplacements aériens se situe en fait en dessous de la réalité.

Tony Blair encore plus lourd, François Mitterrand "super CO2"

Qu’en est-il des homologues européens de Monsieur Sarkozy ? Mystère ! A ce jour, il existe peu ou pas de bilans carbones des édiles de ce monde. Le journal britannique The Independant a publié, il y a un an, une estimation du bilan carbone de Tony Blair sur l’année 2006. Selon une méthode similaire à celle utilisée par Terra Economica, The Independent a estimé les émissions des déplacements du chef du gouvernement à 8 127 tonnes équivalent CO2 en seulement 55 voyages ! La faute au Boeing 777, très lourd. Utilisé sur les longs courriers, il émet environ 50 kilos éq.CO2 au kilomètre ! Beaucoup plus polluant que l’A319CJ.

D’autres chefs d’Etat, avant Nicolas Sarkozy et Tony Blair, ne se sont pas privés de lâcher les gaz. Ainsi le président François Mitterrand courait-il le monde en Concorde. Chic mais extrêmement polluant. Feu le supersonique émettait en effet environ 95 kilos éq.CO2 au kilomètre. Ainsi, le 28 septembre 1983, le président socialiste s’est rendu à New-York à l’occasion de la 38ème session de l’Organisation des Nations Unies. Une traversée de l’Atlantique qui aura émis quelque 551 tonnes éq.CO2. Si le 22 septembre dernier, le président Sarkozy a utilisé l’A319CJ pour effectuer le même trajet à l’occasion de la 63ème Assemblée Générale, il n’a dégagé que 119 tonnes. Pour information, Tony Blair, avec le B777 en aurait, lui, émis 302.

Pas question, ici de lancer un concours. D’ailleurs l’Elysée ne compense – toujours - pas ses émissions, mais consent tout de même quelques gestes. Il y a un an, à l’appel d’un collectif d’associations, le palais de l’Elysée a symboliquement éteint ses lumières « cinq minutes pour la planète ». Estimation : 7 kilogrammes de CO2 économisées, soit un millionième du bilan CO2 du président de la République.

ARTICLES LIES :

- Nicolas Sarkozy explose les compteurs de gaz

- Monsieur le Président, voici 3 astuces pour polluer moins

- Un nouvel avion pour Nicolas Sarkozy

- L’équation qui tue

[1] Résultat : le bilan du ministère de l’Agriculture et de la Pêche est d’environ 3 000 tonnes eq.CO2.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Installée entre Paris et Nantes, la rédaction de « Terra eco » commet des enquêtes et articles originaux et « pilote » un réseau de 100 correspondants sur les 5 continents.

- Aimez notre page Facebook

- Suivez nous sur Twitter : @terraeco

- Rejoignez-nous : ouvrez votre blog en un clic sur Terraeco.net

- Terra eco vit principalement du soutien de ses lecteurs. Abonnez-vous à partir de 3€ par mois

69 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • pourquoi vous contentez-vous de faire le bilan CO2 des politiques quelque soit leur tendance, demandez plutot à l’ensemble de nos bons retraités le nombre impressionnant de voyages par avion qu’ils font chaque année et le nombre de kilomètres avec leur camping-car consommant environ 20 litres au 100 km. Certains osent même se dire écologistes...

    22.03 à 22h41 - Répondre - Alerter
  • Moi aussi, je découvre cet article et les réactions lamentables de certains.
    En résumé, Sarko et ses amis chefs d’état (et les autres malins chefs d’entreprises) pourraient de temps en temps penser aux video-conférences ; puisque ça existe, utilisons-les ! Je crois que tous ces gens qui croient "indispensable" de se déplacer, le font surtout pour se rendre "importants" Voyez sur Facebook, ça regorge de voyages, photos de voyages, tous plus inutiles les uns que les autres, oui mais ça vous pose en personne importante aux yeux des autres. Pourquoi Sarko serait-il différent ?!!
    Enfin, pensons juste que si les habitants des pays riches ne changent pas un peu leurs habitudes, on va à la catastrophe pour tout le monde, y compris et en premier pour ceux qui ne font que marcher, sarcler à la daba et s’éclairer à la lampe à pétrole (oh ! c’est drôlement polluant la lampe à pétrole...) C’est un changement RADICAL de toutes nos habitudes qu’il faut, et si seulement M. Sarkozy se déplaçait pour en convaincre ses homologues, là, on pourrait lui pardonner... Mais comme ce n’est pas le cas, on ne lui pardonne pas !!!!!

    3.03 à 11h37 - Répondre - Alerter
  • Monsieur Pletsim est une personne comme il en existe des millions en France, un brave type, un mec sans histoire, et à l’appel de son association, se prépare à manifester aujourd’hui contre les nuisances d’un incinérateur, tout y passe, les gaz à effet de serre, les mâchefers, la pollution de l’air, etc, etc, et il ne sait pas que dés son réveil, lui, va contribuer aux émissions de gaz à effet de serre calculé sur un bilan CO2 de production

    Aussitôt levé, il prend une douche, utilise shampoing (1kg CO2) savon (1 kg) et s’éponge avec une serviette (2.5 kg)

    Il s’habille, met ses sous vêtements (2 kg) enfile un jean (25 kg) ajuste une chemise (5 kg) et je passe sur son pull over (6 kg) et son manteau (60 kg)

    Il prend son petit déjeuner chocolat ou café (torréfaction et transport 4 kg CO2 par kg) et lit un magazine (0.6 kg) ou un livre (3 kg)

    Il utilise sa voiture peut être en possède t-il deux (7.15 t CO2 à l’achat et 2.8 t pour 14.000 km parcourus) et là pollution tout azimut, CO2, dioxines, furanes, etc non récupérables

    A midi, il déjeune, menu du repas, « steak frites » (4 kg, la viande de bœuf au kg 19 kg CO2) ou poulet (2.2 kg par kg) au riz cantonnais (120 g méthane par kg) et boit un verre de vin (0.5 kg)

    *Une seule vache peut émettre 100 à 500 litres de méthane par jour. À cela s’ajoutent les émissions liées aux déchets (excréments, fumier d’étable) qui continuent leur décomposition avec une méthanisation plus ou moins marquée selon le contexte.
    Les bovins sont présents sous toutes les latitudes. Leur population mondiale s’élève à 1,5 milliard de têtes (dont 1,4 milliard de taurins et 150 millions de zébus). Emission mondiale de 450 millions de m3 de méthane dont 6 millions en France

    *La culture intensive du riz contribue au réchauffement climatique. Elle est à l’origine de l’émission d’une quantité assez importante de méthane, puissant gaz à effet de serre.
    La production d’un kilo de riz correspond à l’émission de 120 g. de méthane. La riziculture représente de ce fait le deuxième producteur mondial de méthane avec 60 millions de tonnes/an ; juste derrière l’élevage des ruminants.

    Il utilise souvent son ordinateur (1,280 tonne de CO2) et son téléphone portable (600 kg)

    Arrivé chez lui le soir, il allume l’électricité dans son appartement, met en fonctionnement la télévision (1,200 t) s’installe dans son fauteuil (60 kg).
    Sans compter pour son confort personnel, tout l’électroménager (lave vaisselle, lave linge, réfrigérateur, micro onde, four, congélateur, etc) (4,45 tonnes)

    C’est l’hiver, il allume donc un feu de cheminée et apprécie le confort de la chaleur diffuse cependant que le chauffage central lui amène le bien être tant désiré.

    Il ignore toutefois qu’il ne cesse d’émettre des gaz à effet de serre

    * feu de cheminée 22 kg CO2 par jour, HAP, SO2, Nox, etc,
    * chauffage central fuel 25 kg sans compter toutes des dioxines mais là pas de filtre ni d’épurateur et pas de contrôle
    * l’énergie électrique 90 gr/kwh (à même puissance une voiture électrique émettra aussi 90 gr de CO2 au km)

    *un an d’électricité, de chauffage au gaz et d’eau (4,350 t de CO2)

    L’été arrive, peut être possède t-il aussi une piscine alors il émettra de la même façon du chlore dans l’atmosphère environ une trentaine de kg annuellement (il existe en France, 2 millions de piscines privées et 2.552 piscines publiques) soit l’émission de 70 000 tonnes de chlorure d’hydrogène HCl (300.000 fois les rejets de l’incinérateur Ocréal) qui s’évaporent dans l’atmosphère et iront grossir la masse des polluants

    Les molécules de composés chlorés parvenues dans la stratosphère, sont décomposées par le rayonnement solaire, les produits de cette décomposition détruisent irrémédiablement les molécules d’ozone par le jeu de réactions catalytiques.

    Il fait chaud et il en profite pour allumer sa climatisation, multiples problèmes pour l’environnement

    Le 14 Juillet et les fêtes de fin d’année, au comble du paradoxe, M. Pletsim va voir un feu d’artifice avec son fils sur ses épaules, comme l’ont fait et le feront des millions de parents, et naturellement il applaudit, il se pollue, il pollue son fils et il est heureux.

    Un feu d’artifice produit plus de dioxines et de furanes en une demi heure qu’un incinérateur en une année (15 000 feux chaque année en France) et concentre le plus grand nombre de particules toxiques, jusqu’à 4 000 microgrammes par mètre cube contre 30 ou 40 en général.
    A-t-on déjà vu des manifestations contre les feux d’artifices ? non jamais !

    M. Pletsim ignore aussi qu’il produit 360 kg de déchets et 8 tonnes de CO2 par année
    Les 20.000 habitants d’une ville comme Lunel (Hérault) produiront sans aucun contrôle autant de nuisances que l’incinérateur Ocréal avec dix fois plus de dioxines et furanes .

    M. Pletsim ignore aussi que l’incinération est la source la plus écologique de la transformation des déchets ménagers car le méthane CH4 issu de la méthanisation est à quantité égale, 75 fois plus toxique pour la couche d’ozone que le CO2 et dioxines réunis produits sur une période de 20 ans.

    Une molécule de méthane absorbe en moyenne 25 fois plus de rayonnement qu’une molécule de dioxyde de carbone sur une période de 100 ans, son potentiel de réchauffement global (PRG) est donc de 25 ; à échéance 20 ans, son PRG est même de 75. Le méthane est considéré comme le 3e gaz responsable du dérèglement climatique, après le CO2 et les fréons).

    Autant dire qu’avant de prendre décisions, si chacun d’entre nous se mettait à réfléchir l’on se jugerait tous coupables de polluer notre atmosphère car ce ne sont que les êtres humains qui provoquent les émissions toxiques de tout ce qui existent au monde alors messieurs les libres penseurs, philosophes et autres conteurs, « Les moins pardonnables offenses : tous les gens querelleurs, jusqu’aux simples mâtins, au dire de chacun, étaient de petits saints. » et avant d’aller manifester contre les nuisances générées par telle et telle usine, faite d’abord votre mea culpa.

    La solution miracle n’existe pas, à moins de devenir homme de Cro-Magnon et de vivre démuni dans des grottes,

    Afin de réduire la propagation des émissions de gaz à effet de serre, M. Pletsm est-il prêt à sacrifié son confort, son bien être et à modifier son train de vie. Difficile de changer ses habitudes, n’est ce pas !!!!! Serait‘il assez courageux pour le faire, je ne le pense pas, vous ne pourrez résoudre les problèmes liées à notre environnement, au lieu de « vous prendre pour la mouche du coche », projetez vous dans l’avenir, essayez de positiver et de trouver des solutions à vos désagréments. Au moins vous vous rendrez utiles.

    Alors il faut bien éliminer la pollution, mais M. Pletsim ignore encore que l’on peut récupérer la totalité des fumées d’un incinérateur ou d’une centrale thermique par l’intermédiaire de la photosynthèse de l’algue et que l’on peut transformer la biomasse en bio pétrole et énergie, mais cela est pour demain et ce ne sont pas les manifestants qui on trouvé la technologie

    Enfin une bonne nouvelle

    14.12 à 12h31 - Répondre - Alerter
  • Le petit poison rouge : Pourquoi tant de haine ?

    Je ne comprends pas le déchaînement de critiques suscitées par cet article, vraiment !
    La simplicité et l’inexactitude de la méthode sont clairement avouées, et TE reconnaît volontiers qu’il est difficile pour quelqu’un occupant une fonction présidentielle d’utiliser les transports de tout un chacun.

    Mais pourquoi ne pas choisir un avion plus économe, des voitures électriques ou hybrides... En quoi cela n’est-il pas à la portée du Président de la République ??

    Quant à ceux dont le raisonnement conduit à dire : si les voyages polluent, il n’y à qu’à interdire le tourisme, qu’ils regardent un peu plus loin que le bout de leur nez... Ce n’est pas parce que cette affirmation (les voyages polluent) est déplaisante qu’elle est fausse... Oui, et ils feraient mieux de se demander si c’est vrai, si cela peut être évité, et , quand ce n’est pas le cas, compensé !

    Mais pour beaucoup, il suffit de montrer que l’on ne peut pas tout changer pour justifier son non-engagement... Après tout pourquoi je trierai mes déchets puisqu’il y a des marées noires, n’est-ce pas ?

    Absurde, et lâche.

    Merci TE de faire de l’info qui fait réfléchir et se remettre en cause ... Je vais m’abonner de ce pas.

    6.11 à 13h39 - Répondre - Alerter
  • Bravo à Cécile Cazenave et à la rédaction de Terra Economica, qui, n’en déplaise au troupeau d’indigents intellectuels venus ici faire la claque pour l’UMP, ont produit un bon exemple de journalisme intelligent, équilibré, ne tombant ni dans l’excès de chiffres indigestes, ni dans les simplifications réductrices.

    Vous avez l’intelligence de mettre en rapport les dépenses d’autres dirigeants européens, de F.Mitterand ; bien, on ne peut vous reprocher de tomber dans l’attaque personnelle gratuite et partisane.

    Un minimum de lecture critique montre que vous n’avez jamais envisagé de prescrire la calèche ou la bicyclette pour les déplacements d’un chef d’état, la seule évocation des contraintes sécuritaires dans le cas du TGV soulignant la difficulté de recourir à d’autres solutions que l’avion. Mais vous soulevez bien comment le simple choix d’un appareil plutôt qu’un autre, les pratiques jamais remises en question, et surtout les déplacements qui n’ont d’autre finalité que d’occuper le terrain médiatique font exploser ce bilan CO2 et comment une simple prise de conscience sincère dans l’entourage du président pourraient le réduire.

    Je suis sidéré par la virulence et le nombre d’interventions allant dans le sens d’un soutien inconditionnel aux pratiques du chef de l’état, et du niveau affligeant de leurs arguments. Je suis incliné effectivement à penser qu’elles relèvent d’une politique concertée. Comment le club de fans de l’UMP parvient-elle à rameuter ces tristes sires ; en leur offrant des tickets d’entrée aux shows sarkoziens, des petits fours aux réceptions ? Ces gens n’ont-ils que ça à faire, ne devraient-ils pas être occupés à travailler plus pour gagner plus ? À moins peut-être qu’ils ne soient rémunérés ? Ce serait au moins une excuse honorable.

    Continuez, la seule présence de ces commentaires doit vous conforter dans l’idée que votre travail est utile.

    Bien à vous.

    6.11 à 11h54 - Répondre - Alerter
  • A l’auteur de l’article.
    Votre sujet provoque des réactions virulentes (trop peut-être) ! La mienne reste modérée, mais votre article soulève pas mal de questions que vous trouverez sur mon blog, et auxquelles j’aimerai connaître vos réponses.

    Voir en ligne : L’empreinte écologique de Nicolas Sarkozy

    3.11 à 13h24 - Répondre - Alerter
  • Le sujet mérite, selon moi, d’être traité. Ce n’est pas le cas ici.
    Si le président de la république avait pris conscience de l’enjeu que représente le contrôle des émissions de gaz à effets de serre, il se poserait la question de savoir quelles sont les priorités dans ses déplacements, est-ce nécessaire de se faire accompagner d’une cohorte de CRS, ... Quel est l’apport du déplacement en regard de ce qu’il coûte en dépense énergétique ?

    Mon avis, et je ne suis pas journaliste et n’ai donc pas enquêté sur ces points, c’est que ce n’est pas le cas. Il a du pouvoir, il fait ce qu’il veut quand il veut, et se moque de son bilan carbone.

    La comparaison avec François Mitterrand me parait mal venue. Les questions et enjeux d’une société évoluent au cours du temps, et il y a 20 ou 30 ans, le concorde a probablement été choisi car il était le produit de recherches et d’innovations françaises alors que l’on n’avait pas conscience de l’enjeu environnemental que cela représentait. On peut également dire "nos parents émettaient plus de gaz à effets de serre car ils utilisaient des voitures plus polluantes, ne triaient pas leurs déchets, etc...", cela ne fera pas d’eux les bêtes noires de l’écologie, mais des citoyens qui vivent avec les technologies et les connaissances de leur temps.

    27.10 à 16h37 - Répondre - Alerter
  • Incroyable ! Je ne m’en serais pas douté.

    J’apprends que Nicolas Sarkozy émet plus de CO2 que ma concierge, que la nounou de mon fils, que mon boulanger et que moi, et même plus que nous tous réunis.

    Je suis tellement choqué que je propose que l’on fasse tous grève pendant 2 semaines afin de l’obliger à aller à son meeting aux US sur la crise économique à la nage, ou en pédalo s’il ne sait pas nager.

    26.10 à 01h35 - Répondre - Alerter
  • Maxime Berthier bonjour !

    Bravo ! bien vu !

    J’imagine bien un Président de la République descendre de Paris à Perpignan en calèche pour régler par exemple un problème suite à un séisme local : sûr, il aura économisé du Carbone mais le temps qu’il arrive un autre problème aura eu le temps de naître à Lille ou Dunkerque... solution ? le clonage sans doute ! (pas très développement durable çà !)

    Il faut atterrir ; de trop longtemps les Verts et Ecologistes divers sont restés dans l’utopie et n’ont pas su passer au concret malgré souvent leur participation au pouvoir ; une personne active dans la société actuelle ne peux pas être efficace compte tenu de la vitesse d’évolution des choses en se calant sur un rythme de la fonction publique ; il est temps de passer aux actes... donc Trimig est peut-être plus réaliste...

    Un de mes condrère, sur ce sujet, se demandait quelle nécessité il y avait à ce que le Président se déplace : sûr que suivant vos raisonnement un simple coup de fil aurait impressionner les Communistes Chinois, Communisme qui n’a que faire du social et de l’environnemental (les deux valeurs enfin associées dans le Développement Durable aux suites du Grenelle de l’Environnement que le Président, à peine élu, a donné comme priorité à ses ministres...), à impressionner Bush ou Poutine pour leur souligner que d’autres voies de société étaient à empreinter...

    Alors que Terra Economica passe autant de temps sur Un Seul Personnage, en plus celui ayant les plus hautes responsabilités de décision, laisserait plutôt à penser à une prise de position partisane : qu’en est il du bilan carnone des matches de foot qui amènent tant de gens à se déplacer ? qu’en est il du bilan des voyages du leader (ex) socialiste Georges Frèche en Chine ou de Mme Royal en Amérique du sud (sans autre objectif qu’un "coup people" et un soutien électoral local) ?

    En balance au bilan carbone de Sarkozy, pourquoi ne lit on pas les retombées à venir des impositions faites par les lois de son gouvernement aux professionnels que nous sommes afin de limiter ces désastres écologiques justement, cela depuis le Grenelle aujourd’hui enfin salué par les socialistes ?

    Alors Terra Economica a sans nul doute des débats de réflexion plus enrichissants et constructifs à nous offrir j’en suis sûr...

    24.10 à 18h05 - Répondre - Alerter
  • Oauis, un véritable scandale... pourquoi se déplace t’il donc ?

    Info Reuters :
    "Nicolas Sarkozy a plaidé vendredi à Pékin pour la fin du travail des enfants en Asie et l’amélioration des droits de l’homme dans cette région du monde."

    Vrai finalement, pour ceux qui oublient que Développement Durable c’est à la fois environnement et social, tous ces déplacements sont inutiles ! (? ?)

    D’ailleurs le pc qui nous sert à lire ces infos est lui même issu de cette exploitation des simples citoyens dans le monde, en particulier dans les pays collectivistes où il n’y a pas le moindre droit social... alors l’environnement, n’en parlons pas !

    Il aurait pu rester "pépère" à Paris dans un fauteuil de l’Elysée, et juste leur passer un coup de fil ; ils auraient sans doute été impressionnés les communistes Chinois, et la presse internationale aurait sans nul doute évoqué les faits et attiré notre attention... (? ?!)

    C’est un peu comme ces leaders politiques qui font du spectacle dans les zénith en pleine période de crise financière et à la veille des crises sociales et économiques : on les sent bien concernés dans leur "one-man (one-woman) show people électoral" par le soucis du lendemain de bien des gens modestes...

    et puis ces mesures pour l’amélioration thermique des logements anciens et toute cette mise en valeur pour le développement des matériaux "propres" : quel gaspillage de publicité par ce gouvernement, non ? (! !)

    La chance du Grenelle est le passage au concret et non plus aux utopies ; alors ces voyages, sûr qu’ils consomment, mais à certains moments il est peut-être nécessaire de tenir compte des réalités et du contexte pour avancer et défendre des idées surtout face à l’urgence...

    mais tout compte fait, suivant ce type de rapport critique mais pas forcément exhaustif, préfère t’on qu’il aille produire des fromages de chèvres sur la Larzac et juste passer un coup de fil au Chinois, à Bush ou Poutine pour défendre une autre vision de la société...

    Quoi vous n’êtes pas d’accord ?

     :-)

    24.10 à 17h06 - Répondre - Alerter
  • Pour que notre terre respire mieux…je propose de faire une campagne de suppression en urgence sur un métier très hyper polluant : TOURISTIQUE !

    Fait vos calcul l’émission de CO2 produit par le 50 000 000 de touristes du monde entier qui visitent La France chaque année ?

    Combien de central nucléaire que nous avons besoin simplement pour faire monter et descendre les 50 000 000 touristes idiots sur la Tour Eiffel ?

    Combien de vache laitière que nous avons besoin pour laver les draps de nos hôtels, et de passer à l’aspirateurs des chambres pour ses 50 000 000 touristes ?

    Combien de voiture Smart que nous avons besoin pour transporter les 50 000 000 touristes imbéciles pour leurs déplacement en autocar de Paris-Nice-Monaco-Rome etc.

    Pour transporter 50 000 000 de touristes, nous avons besoin 125 000 Boeings 747 Jumbo qui font aller retour chaque année !

    Il est urgence de faire une campagne de sensibilisation pour que les 50 000 000 de touristes étrangers ne viennent pas en France !

    Pour regarder La Tour Eiffel, ces idiots (50 000 000 touristes), il suffit de cliquer sur Google, non ?

    S’ils ont besoin un souvenir, ces idiots (50 000 000 touristes), ils peuvent faire ses photos en copie collé sur La Tour Eiffel depuis leurs chambres chez eux, au lieu de faire un déplacement inutile jusqu’à Paris !

    24.10 à 13h24 - Répondre - Alerter
  • Puisque Terre Economica est nul en proposition, mais très dué en calcul :

    Pourquoi pas La Terre Economica n’a pas fait le calcul l’émission de CO2 qui a été produit par Mitterrand pendant ses 16 ans au pouvoir pour faire la comparaison avec Sarkozy ?

    Pourquoi La terre Economica n’a pas fait le calcul l’émission de CO2 qui a été produit par Al Gore dans ses tours du monde pour vous sensibiliser sur la question écologique ?

    Pourquoi La terre Economica n’a pas fait le calcul l’émission de CO2 qui a été produit par Voynet dans ses campagnes présidentielles (financé par les contribuable) : ses brochures, ses déplacements en France… pour un résultat de rien du tout, moins d’un pourcent ?

    Pourquoi La terre Economica n’a pas fait le calcul l’émission de CO2 qui a été produit par notre champion du Monde en Ecolo, Monsieur Nicolas Hulot pour ses émissions Ushuaia pendant plus de dix ans ?

    A chaque déplacement, notre champion a embarqué avec lui des équipements lourds de télévision, des caméramans. Il a remué le ciel et la terre entière. Il était sur terre, il était sous terre, il était dans le ciel, il était sur la mer, il était sous l’océan !

    24.10 à 12h43 - Répondre - Alerter
  • Quel article imbécile !

    Avez vous calculé le coût en CO2 de tous les écolos partant chaque année en avion aux quatre coins du monde pour assister aux sommets internationaux altermondialistes ou protester aux sommets du G7 et autres ?

    24.10 à 12h00 - Répondre - Alerter
  • Digression pour détendre une atmosphère chargée de CO2 :

    Je constate que même si parfois quelques erreurs de frappe peuvent le justifier, l’orthographe n’est pas le fort des internautes.
    Un premier bilan au vu de cet échantillon : si on devait choisir de renvoyer "pro" ou "anti" Sarko à l’école, la priorité devrait être donnée aux "pro" _ ;-)

    24.10 à 10h50 - Répondre - Alerter
  • Hélico, déplacement en 4*4, avion pour la Patagonie, l’Australie...Nicolas Hulot a fait le tour du monde en vélo pour dénoncer ceux qui voyageait en relachant du carbone ?
    Victoire permanente de la dictature émotionnelle...

    24.10 à 10h44 - Répondre - Alerter
  • Article édifiant !

    A quand le bilan de professionnels de l’écologie comme Arthus ertran ou Nicolas Hulot ...

    24.10 à 10h33 - Répondre - Alerter
  • Même si on n’entre pas dans le détail et que l’on considère en bloc que tous ces déplacements sont légitimes, on peut se demander si certains déplacements de sa personne doivent nécessairement s’accompagner de celui d’une centaine de journalistes et plus encore dans certains cas d’une centaine accompagnateurs, dont certains ne sont là qu’au titre d’invités et d’amis du Président (non Mr Balkany je ne dis pas ça uniquement pour vous...hélas....)

    24.10 à 10h29 - Répondre - Alerter
  • Bravo, cet article est un beau coup marketing, repris par l’AFP, il a du vous valoir de nombreux nouveaux lecteurs.

    Pour les gens qui connaissent un peu comme moi la méthodologie bilan carbone, il décrédibilise totalement votre site.

    D’abord, vous dîtes que vous "dévoilez" le bilan carbone de "Nicolas Sarkozy", comme si vous aviez mis la main sur un document officiel et confidentiel. En réalité, vous ne dévoilez rien du tout, vous avez fait votre propre estimation, à partir de très peu d’informations.
    Cette estimation a été selon vous réalisée par "vos experts", mais elle est à la portée d’un enfant de 7 ans !
    Et comme vous le répétez plusieurs fois dans l’article, compte tenu des hypothèses extrêmement simplificatrices, elle est certainement fausse (vous préférez dire "sous-évaluée").
    Vous dîtes 7061 tonnes de CO2, mais ça peut aussi bien être le double ou la moitié.
    Donc où est l’information ? Que le président, pour qui la majorité des français a voté (pas moi), pour remplir sa mission, utilise beaucoup les avions de l’Etec, qui rejettent beaucoup de gaz à effet de serre, n’est une surprise pour personne. Vous le dites vous même, il n’y a pas d’alternative.
    Ensuite vous parlez du Bilan Carbone de Nicolas Sarkozy, comme s’il était tout seul à l’Elysée, qu’il voyageait toujours seul, et vous le comparez à celui de mille français moyens. C’est une escroquerie intellectuelle.
    C’est dommage de tomber dans la facilité alors qu’il y a certainement de bonnes questions à se poser sur ce sujet (notamment faire une comparaison fouillée avec le mode de fonctionnement d’Angela Merkel et ses équipes).

    24.10 à 09h54 - Répondre - Alerter
  • Le journal des champions niveau connaissance et approche "durabilité & environnement" !

    Merci de surfer sur le marketing écolo qui fait culpabiliser pour nous faire payer ensuite !

    A +

    24.10 à 09h36 - Répondre - Alerter
  • comme 823 vaches ! ben mon cochon !

    24.10 à 01h52 - Répondre - Alerter
  • Un français moyen voire en dessous : Exclusif : le bilan CO2 de Nicolas Sarkozy

    Un grand bravo à Cécile Cazenave et la rédaction de ce journal.
    L’AFP en a fait une nouvelle

    Et donc la majeure partie des journaux ont en fait leur couverture.

    Les petits journalistes on sauté dessus.

    Et même les soit disant plus grands commeLeMonde.fr
    Sauf Que !

    Il suffit de lire les commentaires de réactions dans toutes ces publications pour réaliser la catastrophe.
    Ex chez LeMonde (payant pour commenter)

    Inutile d’avoir un QI élevé. D’ailleurs j’en suis la preuve pour imaginer que ce post sera publié sinon lu.

    "Votre" Terra Economica sera dorénavant synonyme de truc / nom à éviter.

    Et dans l’eau du bain biens des effort écologiques important.
    Pour cela j’aimerai vous insulter de tous les noms. (voilà c’est fait)

    Le mal est fait, je pense que cela vous servira de leçon ? Certes ceux qui ont un QI encore plus bas que le mien et ne cherchent pas sur le web les avis des autres vont me critiquer.
    Paix aussi à leur âme.

    PS : j’ai vécu sous Pompidou, Giscard, le double règne de Mitterrand puis celui de Chirac. Eu vent quelques unes de leurs magouilles de Chef d’État. Des parents Communistes d’un coté et de Droite dure de l’autre, on ne me la fait pas sur "je critique un chef d’état aveuglément". Il faut dépasser les détails pour toucher le fond. Cet article C02 sert le superficiel des abrutis.

    23.10 à 22h31 - Répondre - Alerter
  • En voilà d’une bonne idée ! La vente des ampoules électriques à filament va être interdite au profit des ampoules à basse consommation !
    Ce qui fait la différence entre les deux, sur le plan énergétique, c’est que les ampoules à filaments ne produisent pas seulement de l’énergie dans la bandes des fréquences visibles mais également dans l’infra rouge. L’infra rouge c’est du chauffage. En d’autre termes vos ampoules électriques vous aident à vous chauffer et ce que vous allez économiser en courant électrique vous allez devoir le payer sur votre facture de gaz ou de fuel car à 90 % l’éclairage artificiel est utilisé de nuit et en hiver justement quand vous devez vous chauffer !
    Bel intérêt lorsque l’on sait que ces que ces nouvelles ampoules énergétiquement plus coûteuse à produire et à recycler sont polluante et que l’on ne sait pas récupérer la totalité du mercure qu’elle contiennent
    Mais au moins une belle victoire des écolos ignards qui une fois de plus auront réussi à emmerder le monde. Oui, il y en a pour qui le prix d’une ampoule électrique basse consommation, dix fois plus cher que les autres, parait dans le budget. Tant pis pour eux

    Rien a voir avec le sujet mais je n’ai pas trouvé ou le mettre !

    23.10 à 22h03 - Répondre - Alerter
  • Bonsoir,

    MadameCazenave, permettez moi d’apporter un commentaire à votre article qui est, au delà de son coté accrocheur actuellement sur la cible "Sarko", vous en conviendrai, assez conventionnel est réservé au nigauds.
    Une Vache produit de méthane ( C4H4 ) et beaucoup mais les réacteurs d’avion produisent beaucoup d’effluents mais pas de méthane.
    Je vous propose d’équiper toute les arrière trains des vaches un bec Bunsen pour éviter cette pollution d’un gaz plus lourd.
    Je vous propose d’être l’allumeuse de bec bunsen, voilà là une excellente promotion que vous méritez amplement après un article d’une telle qualité.
    Cordialement
    Philippe Convert

    Ps : Il y a plus de vaches à travers le monde que de réacteurs d’avion.
    Je suggère que l’on supprime les vaches ! mais on garde le Président

    23.10 à 19h36 - Répondre - Alerter
  • Je crois, comme la majorité, semble-t-il, de ceux qui ont réagi à cet article,que c’est Terra Economica qui pollue avec ses niaiseries.

    23.10 à 18h23 - Répondre - Alerter
  • OK... donc :
    Concernant les bilans carbone des ministères, il faut savoir que le grenelle a impulsé la démarche au début de l’année 2008. Mais à votre avis, combien de temps faut-il pour rédiger un cahier des charges, passer un appel d’offre, le dépouiller, choisir un prestataire, réaliser le bilan carbone d’une énorme institution où l’on va demander les consommations énergétiques de l’ensemble des bâtiments, les km parcourus par les salariés pour l’ensemble de leurs trajets ainsi que leur modes de transport, le fret, les matières entrantes... et environ 1000 autres données à recueillir dans des centaines de services avec des interlocuteurs plus ou moins disponibles... Au bas mot et si on veut un travail pas fait à la va vite, la procédure prend au moins deux ans.

    Un deuxième point discutable est le suivant :
    Certe, l’avion est aujourd’hui le transport le plus polluant en terme d’émissions de GES, néanmoins, une des préconisations d’action à mettre en oeuvre est le co-voiturage, ou comment diviser les consommations d’un véhicule lors d’un déplacement, par le nombre de passager... Je veux bien ne pas compter les pilotes (quoi qu’on ne devrait pas), mais je ne pense pas que l’avion présidentiel soit exclusivement utilisé par une seule personne. Ces émissions peuvent donc être divisées par 2 voir 5 ou 10... Et c’est là tout l’intérêt du bilan carbone, on ne peut pas accepter un résultat brut de 7061 tonnes de CO2 si l’on peut le diviser par 2, 5 ou 10, mais il faut garder en tête l’ordre de grandeur qui est de quelques milliers de tonnes de CO2.

    23.10 à 17h52 - Répondre - Alerter
  • Les voyages officiels de Sarkozy sur les 11 derniers mois ont engendré l’émission de 7.061 ton de CO2, soit l’équivalent des rejets de 1000 français.

    Si je comprends bien, un français a engendré sur 11 derniers mois 7,061 tons de CO2 (7.061 tons divisé par 1000 personnes).

    Mais le problème… Nicolas Sarkozy travail pour 60.000.000 des français.

    60.000.000 divisé par 1000 français = 60 000 français.

    Donc… Sarkozy a engendré l’émission de CO2 de 0,117683333 CO2 par un français (7.061 tons divisé par 60.000).

    Donc vos calculs sont faux !

    Sarkozy est plus économique et plus écologique que nous tous !

    23.10 à 17h18 - Répondre - Alerter
  • J’ai du mal à comprendre les réactions violentes contre cet article, il est simplement question de savoir dans quel mesure un président pollue, on note que ce n’est pas le pire mais aussi que cela risque de s’aggraver. C’est un article assez équilibré en fait. Je trouve que le journaliste est même presque trop empressé de tempérer, peut être a t il peur (:D) ou peut être veut il nous orienter sur une autre question plus générale qui se pose lorsque l’on a de telles infos à disposition qui pour moi est à quoi bon prendre l’avion pour un oui ou pour un non à l’heure de la visioconférence, d’internet, des satellites et autres moyens de communication à grande échelle. Nos gouvernements et la manière dont ils sont régis ne seraient ils pas complètement dépassés, archaïques ?

    23.10 à 17h03 - Répondre - Alerter
  • Votre article est tout simplement consternant... Mais cela me rassure de voir que la plupart de vos lecteurs ne sont pas dupes.
    journalisme 0 environnement 0

    23.10 à 15h50 - Répondre - Alerter
  • Vous êtes descendus bien bas pour être obligé de vous servir de pareils calculs.
    Vous devriez calculer aussi à combien de vaches (d’ânes) correspond le papier sur lequel ont été imprimées ces niaiseries.

    23.10 à 15h09 - Répondre - Alerter
  • Très bon article.

    J’en suis arrivé aux mêmes conclusions sur l’énergie dépensée (par l’Homme et ses véhicules), le bian final est loin d’être positif.

    Je réside en région lyonnaise et un samedi matin au printemps dernier, j’ai eu le plaisir de voir passer le cortège officiel des 5-6 berlines de fonction du Roi et sa cour vers midi au tunnel de Fourvière à l’heure des bouchons.
    Ce cortège provenait certainement de Monaco car la veille, notre bon président était présent en Principauté pour visiter un salon dédié au luxe (jt du vendredi soir).

    Je suppose qu’il n’allait pas se "taper" tous ces kilomètres en voitures au milieu des masses populaires et tous ces véhicules remontant, girophares et sirènes , hurlantes ne devaient même pas contenir le couple présidentielle.

    Je vous laisse faire le calcul entre l’aller-retour Paris Monaco par autoroute de 5-6 berlines blindées à des vitesses prohibées aux français moyens que nous sommes.
    N’oublions pas éventuellement l’aller-retour en parallèle avec le jet de la république.

    Ce n’est pas nouveau, Mme Monrozier, journaliste sur France Inter, narrait dans un livre consacré à l’automobile sous toutes ses formes qu’un car était parti de Paris en direction de Strasbourg sous les caméras des journalistes avec tous ministres en poste à l’époque des faits pour montrer la volonté du gvt à travailler pour l’environnement.

    Le seul problème étant que le retour s’était fait de façon individuelle avec chauffeurs et berlines attitrées et bien évidemment passé sous silence.

    Résultat des courses :
    un aller plein pour le car et retour à vide.
    des allers à vides pour les berlines de fonction et des retours "pleins".

    Ecologie "0", Gvt "1"

    23.10 à 15h01 - Répondre - Alerter
  • Totalement stupide comme analyse même si vous vous défendez de vouloir stigmatiser le président !
    Le contribuable moyen et lambda que je suis n’a pas la nécessité de traverser la planète tous les quatres matins ou de s’entourer d’un aréopage de conseiller ou de services de sécurité. Dans ces conditions, vos pseudos-prudences sont totalement hypocrites et la publication de ce type d’analyse inutile et stérile. Sarkozy est adepte du jus d’orange : avez-vous comptabilisé le carbone rejeté pour la culture des agrumes concernés par ses absorbtions quotidiennes ??? Affligeant...
    Sans compter l’électricité dépensé par nous tous pour réagir à cet article en tapotant sur nos clavier ! :-))

    23.10 à 14h06 - Répondre - Alerter
  • Si vous cherchiez à décridibiliser votre journal, c’est bien joué ! Vive le café du commerce !!
    Cette info est nulle, elle n’a aucun intérêt et elle reflète une réflexion primaire et partisane.
    Un chiffre n’a d’intérêt et de valeure que lorsqu’il est mis en contrepartie. Je pense qu’aller aux states ou en Georgie en urgence pour régler des crises aussi lourdes vaut bien une surconso de CO2 de la part du plus haut personnage de l’Etat. S’il ya bien une personne que l’on peut excuser sur ce plan, c’est bien lui (pour une fois). Heureusement qu’il n’est pas comme ses prédécesseurs ou le Français moyen (dont je fais parti et qui sert de référent dans votre "analyse") à rester dans son fauteuil. Il y a bien des efforts à faire c’est certain, mais lui jeter la pierre sur ce plan n’a pas lieu d’être.

    Avez-vous comptabilisé la pollution dégagée par la transpiration qu’il évacue ?

    A ce point ridicule, doit-on en sourire ou en pleurer ?

    23.10 à 11h46 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité