publicité
Accueil du site > Hors-séries > Le climat de vous à moi > Elizabeth Kolbert : « Nous sommes clairement en train de vivre une (...)
21-11-2015
Mots clés
Biodiversité
Climat
Monde
Entretien

Elizabeth Kolbert : « Nous sommes clairement en train de vivre une extinction de masse »

Taille texte
Suiv

(Crédit photo : Barry Goldstein)

Prec

Tigre dans une tempête tropicale (ou Surpris !), Henri Rousseau, 1891, huile sur toile, 129,8 x 161,9 cm ; National Gallery, Londres. (Crédit photo : National Gallery, London, UK / Bridgeman Images)

 
L’espèce humaine détruit le vivant à vitesse grand V et en paiera fatalement le prix. Dans « La Sixième Extinction », prix Pulitzer 2015 du meilleur essai, la journaliste américaine Elizabeth Kolbert lance un cri d’alerte, strident mais nécessaire.

Dans votre essai, vous commencez par évoquer les extinctions de masse survenues dans le passé. Le concept même d’extinction n’a pas toujours été une évidence. C’est un Français qui en est à l’origine…

Au XVIIIe siècle, l’idéologie qui prévalait, c’était que tout avait été conçu par le Créateur. Pourquoi le Créateur aurait-il mis sur Terre des espèces pour les détruire ensuite ? Le souci, c’est qu’à cette période on trouvait beaucoup de fossiles qui laissaient les scientifiques perplexes. En Amérique du Nord, les explorateurs tombaient sur des vestiges encore récents de mastodontes, de mammouths. Les scientifiques essayaient de faire rentrer ces découvertes dans un cadre : tout ce qui a été créé l’a été pour l’éternité. Jusqu’à ce qu’un naturaliste français, Georges Cuvier, débarque et coupe court à tout ça. Simplement en disant : « Regardez, il s’agit de gros animaux – depuis l’Amérique du Nord, on avait rapporté des os de mastodontes et de mégathériums, soit des paresseux géants –. Si ces animaux étaient encore présents sur Terre, on les aurait déjà aperçus. » Il a eu une de ces intuitions scientifiques qui changent le monde, de l’ordre de « le soleil ne tourne pas autour de la Terre, c’est la Terre qui tourne autour du soleil ». Les gens ont continué à découvrir beaucoup de fossiles et, en quelques années, Cuvier s’est retrouvé avec une liste de deux douzaines d’espèces éteintes ou en voie de l’être. La liste s’est allongée ensuite.

Pour Cuvier, non seulement les animaux disparaissaient mais ils le faisaient parfois massivement.

Oui, il était convaincu que les animaux étaient parfaitement adaptés à leurs modes de vie : un carnivore, par exemple, avait forcément des dents adaptées à son régime alimentaire. Alors, qu’est-ce qui pouvait bien le pousser à l’extinction ? S’il disparaissait, c’était que le monde devait changer autour de lui, parfois drastiquement. Il a ainsi développé une théorie appelée par la suite « catastrophisme » et que l’on peut résumer ainsi : la vie sur Terre se poursuivait jusqu’à ce qu’une catastrophe se produise et qu’une nouvelle classe d’animaux apparaisse. Puis Darwin est arrivé et il a dit : « C’est ridicule, cette histoire de catastrophe. » Pour lui, les espèces s’éteignaient lentement pour laisser la place à d’autres. Or, à l’époque, Darwin a « gagné » parce que l’évolution et son mécanisme de sélection naturelle était une théorie très puissante qui permettait d’expliquer beaucoup de choses, tandis que Cuvier ne pouvait pas justifier l’apparition de nouvelles espèces. Aussi le catastrophisme s’est-il retrouvé complètement discrédité. Il a fallu attendre les années 1980 ou même 1990 pour que les gens disent : « Oui, à certains moments, des événements catastrophiques ont eu lieu – dont certains inexpliqués – qui ont causé des extinctions de masse. » David Raup, un célèbre paléontologue américain, décrit d’ailleurs l’histoire de la Terre comme « de longues périodes d’ennui interrompues occasionnellement par des épisodes de panique ».

Vous dites que nous sommes en train de vivre l’un de ces épisodes. Comment en être sûr ? Quelles sont les caractéristiques d’une extinction de masse ?

Il n’y a pas vraiment de définition technique, mais plutôt une description. Une extinction de masse, c’est la disparition d’un nombre important d’espèces réparties sur un nombre important de groupes dans un temps relativement court. Et c’est clairement ce que nous sommes en train de vivre. Evidemment, lors des cinq extinctions majeures du passé – il y en a eu aussi beaucoup de plus modestes –, 75% des espèces de la planète ont disparu. Ce n’est pas encore le cas aujourd’hui. Mais ce qui est très alarmant pour les scientifiques, c’est le rythme. Si vous regardez la vitesse à laquelle s’éteignent les mammifères – l’un des groupes pour lesquels nous avons des données suffisantes –, c’est un rythme compatible avec ce que l’on pourrait attendre d’une extinction de masse. Un mammifère sur quatre entre dans les catégories de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Mais à quelle vitesse passeront-ils de « vulnérables » à « en danger critique » puis à « éteints », cela reste à nous de le déterminer. Il y a aussi beaucoup d’espèces qui ne sont pas techniquement éteintes mais le sont « fonctionnellement ». Pour celles-là – et il y en a un nombre préoccupant –, il ne reste que 200 individus. Sont-elles éteintes ? Techniquement, non. Mais elles ne fonctionnent plus à l’intérieur d’un écosystème comme elles le faisaient auparavant. (…)

Vous pourrez découvrir l’intégralité de cet entretien dans le hors-série « Le climat de vous à moi », disponible en kiosque et sur commande, en suivant ce lien. Bonne lecture !

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité