publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > Economie et culture : mauve qui peut !
Article Abonné

Economie et culture : mauve qui peut !

Taille texte
Economie et culture : mauve qui peut !
(Crédit illustration : Jean Jullien)
 
C’est un concept tout neuf qui s’attache à un pan négligé de la vie des entreprises : l’« économie mauve » mesure leur empreinte sur l’identité des peuples. Une arme contre l’uniformisation planétaire ?
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"8 millions de pauvres, à qui le tour ?"

Ce n’est peut-être qu’un coup de pub… ou une idée révolutionnaire : Hermès a lancé une marque de luxe en Chine, Shang Xia, qui est dirigée par la designeuse shanghaïenne Qiong Er Jiang. Elle puise dans l’histoire, l’esthétique et les pratiques artisanales du pays pour créer une ligne de produits 100 % chinoise, exportée partout, y compris en Europe. Intéressant retournement. Le monde du luxe est plutôt régi par la règle : « Achetez, ça vient d’Occident. » Sans le savoir, en agissant pour remettre en avant une tradition artisanale locale, donc un morceau de l’identité d’un peuple, Hermès participe à l’« économie mauve ».

A la quoi ? « L’économie mauve se penche sur un pan du développement durable qui est souvent oublié, résume Jérôme Gouadain, secrétaire général du cabinet Diversum et inventeur du terme. Il s’agit de l’engagement des entreprises à respecter et valoriser les cultures et identités des peuples. » Lui n’hésite d’ailleurs pas à parler d’« empreinte culturelle », comme on parle d’empreinte écologique, pour désigner l’action des compagnies sur l’inconscient collectif, sur les langues et, au sens large, sur la richesse culturelle.

Communication ou secret ?

Une préoccupation si essentielle que Jérôme Gouadain a eu l’idée d’en faire, cet été, un manifeste (1), signé par un certain nombre de personnalités (Mercedes Erra, patronne de l’agence de pub Euro RSCG, Bernard Ramanantsoa, directeur d’HEC Paris…), soucieuses de rallier le mauve panache – « mauve parce que c’est l’une des couleurs de la communication », avance son créateur (qui, au passage, oublie qu’en Occident, c’est surtout celle du secret et du deuil). Comme sa consœur écologique, l’empreinte culturelle peut être positive ou négative, selon qu’elle enrichit ou appauvrit la diversité des cultures. « Par exemple, nous nous penchons sur le respect des multinationales pour les langues des pays dans lesquels elles s’installent, explique Jérôme Gouadain. Une entreprise imposant l’anglais comme seule langue de travail partout dans le monde sera mal notée par Diversum », qui délivre son label pour des fonds d’investissement éthiques.

Folklore en toc

A contrario, la note sera relevée si l’entreprise confie les rênes du pouvoir à des cadres 100% locaux plutôt qu’à des parachutés de la maison mère. « Ou si, comme McDonald’s, le choix est fait de passer d’un modèle standard à un modèle où les sandwichs tentent de s’adapter à la gastronomie de chaque pays. » Pas facile de tresser des lauriers à McDo… mais assurément, il faut ranger dans le tiroir mauve tous les produits bios et « terroir », qui valorisent les spécialités et pratiques agricoles traditionnelles. On peut aussi y placer les voyagistes de qualité, qui préservent les spécificités culturelles des pays visités au lieu d’imposer un folklore en toc pour touristes pressés. « Nous ne sommes pas parfaits, mais nous essayons d’éviter les dégâts du tourisme de masse, précise ainsi Jean-François Rial, pédégé de Voyageurs du monde et signataire du manifeste mauve. Nous refusons ainsi que certaines tribus reculées soient visitées. »

Et le patron de souligner que, par exemple, un tourisme intelligent a permis aux Touaregs de Mauritanie de conserver leur culture, en trouvant des moyens de subsistance. Dans un autre genre, mais tout aussi intéressant, Hermès – encore lui – vient d’éditer chez Actes Sud un drôle de Petit lexique des gestes qui répertorie tous les jolis verbes techniques utilisés dans ses ateliers : abat-carrer, chipoter, putoiser, rétreindre, etc. Lesquels ont, mine de rien, étoffé nos dicos. C’est d’ailleurs souvent par le vocabulaire que les firmes laissent une trace durable dans la psyché collective. Ainsi, une palanquée de noms communs comme frigidaire, mobylette, kleenex, scotch étaient d’abord des noms de marque. Et le patrimoine visuel français du XXe siècle serait-il aussi riche sans la Voix de son maître, la Vache qui rit, le Bibendum Michelin ou Mamie Nova ? Sans doute pas.

Rouleau compresseur

C’est justement la vraie problématique du mauve : son caractère fort aléatoire. Car tous ces mots, tous ces logos se sont imposés d’eux-mêmes dans nos cultures, presque involontairement. Et comme toujours quand on parle culture, il est bien difficile de distinguer ce qui relève de l’« empreinte positive » du rouleau compresseur uniformisateur. Qui dit que le jargon franglais mâchouillé par les cadres sup ne sera pas un jour considéré comme un argot touchant du XXIe siècle ? Et que le triumvirat McDo-MTV-Nike ne sera pas comme une mythologie merveilleuse des années 1980-1990 ? N’oublions pas que le déferlement de la culture américaine dans l’Europe d’après-guerre (les Marlboro, le jazz, le Coca-Cola, les films noirs…), qui nous rend un peu nostalgiques, a provoqué en son temps une levée de boucliers. On avait d’ailleurs un mot pour ça : la « coca-colonisation ». —

(1) A retrouver ici

Sources de cet article

Le site du cabinet Diversum

Le site d’Hermès

Le site de Voyageurs du monde

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • C’est interessant votre histoire d’économie mauve mais c’est une idée pour Mme Kozsuisko-Morizet qui est devenue le porte parole de Nicolas Sarkozy. On dirait que vous souhaitez que la ministre du développement durable s’empare de votre concept d’économie mauve pour squeezer Eva Joly, rendre ridicule toute candidature écologiste à la présidence de la république et en un mot, grâce à l’economie mauve faire que tout écologiste reformateur bon teint et pas extremiste vote à droite plutôt qu’à gauche. Il y en a deja pas mal des écolos de droite (Corine Lepage ; Hulot ; Benhamias ; Lalonde ;...) : est-ce que vous croyez vraiment necessaire de les rassembler autour de ce projet d’etiquettes mauves et d’enlever à Eva Joly un score qui pourrait depasser 5% si on ne voyait pas en permanence à la télé des NKM ou des Gerard Collomb expliquer a l’écran qu’ils peuvent faire le programme ecologiste sans les ecologistes ?

    14.02 à 22h35 - Répondre - Alerter
  • Ce qui m’inquiète c’est tout ce que nous donnons comme procédés aux chinois qui par la suite se retourne contre nous. Les marques Françaises ne défendent pas nos atouts et en plus il faudrait que nos ingénieurs n’aillent pas en Chine. Pays qui avec les ETATS UNIS ET L’ALLEMAGNE sont en train de couler la zone EUROS. NE LES AIDONS PAS !!!!

    14.02 à 08h12 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité