publicité
Accueil du site > Actu > Conso > Comment choisissez-vous votre poisson ?

Comment choisissez-vous votre poisson ?

Taille texte
Comment choisissez-vous votre poisson ?
(Crédit photo : Giam - flickr)
 
Bio ou pas bio ? D'ici ou d'ailleurs ? Avec assurance ou sans grande conviction ? Racontez-nous.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Vous êtes au rayon poisson ou devant l’étal du poissonnier. Il fait frais, le temps est compté. Le thon rouge vous fait de l’œil. Mais pas touche, on vous a dit qu’il s’éteignait à vue d’œil. Le saumon vous appelle d’un coup de nageoire. Mais bio ou pas bio, comment choisir ? Vous lorgnez vers le colin. Mais est-ce vraiment une bonne idée de l’intégrer à vos assiettes s’il vient d’Alaska ? Avouez-le vous êtes paumés. Mais que faites-vous ? Baissez-vous les bras ou tentez-vous sur internet d’y voir plus clair dans la jungle des appellations et des labels ?

Racontez-nous tout dans le forum au bas de cet article.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Installée entre Paris et Nantes, la rédaction de « Terra eco » commet des enquêtes et articles originaux et « pilote » un réseau de 100 correspondants sur les 5 continents.

- Aimez notre page Facebook

- Suivez nous sur Twitter : @terraeco

- Rejoignez-nous : ouvrez votre blog en un clic sur Terraeco.net

- Terra eco vit principalement du soutien de ses lecteurs. Abonnez-vous à partir de 3€ par mois

11 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je fais confiance à mon épicerie "alternative", Un Grain dans le Grenier, Lyon 4, qui a passé un accord avec un petit producteur du Vercors (100 km de chez moi). Nous passons commande de truite ou de saumon de fontaine, produite sur place avec système de récupération des déchets etc. Le monsieur livre les colis de poisson sous vide une fois par mois, et on congèle.

    C’est sûr qu’on ne mange pas du poisson tous les jours. Mais en habitant Lyon, ce n’est pas évident de manger du poisson de mer, pêché de manière raisonnée etc. ne serait ce que parce qu’il est transporté sur des centaines de kilomètres !

    Et quand je vais chez mes parents en Bretagne, je mange des produits achetés à la criée, ou les crabes pêchés par le voisin, ou les maquereaux pêchés à la traine par mon papa.

    Quant aux hydrocarbures, au plomb etc. je vis en ville, alors je ne crois pas être à l’abri, quelle que soit mon alimentation !

    14.11 à 13h37 - Répondre - Alerter
  • Je n’en mange quasiment plus en frais car j’habite la région Parisienne. J’attends d’être en vacances ou en week-end en bord de mer pour manger "local".
    Toute l’année je consomme des conserves de sardines, maquereaux et thons de la marque connétable en label MSC car j’avoue ne pas faire confiance aux poissonniers Parisiens.

    12.11 à 15h16 - Répondre - Alerter
  • J’ai décidé de choisir la rareté, donc la qualité à la fréquence de consommation.
    Je l’achète plutôt sur des petits bancs au marché, plutôt sauvage qu’élevage en toute circonstance, surtout pour les crustacés et les poissons comme le bar ou entiers.
    Des bigorneaux, bulots, petites crevettes pays, ici en provenance de petits bateaux Croisic etc.. les St Jacques de nos baies Françaises comme Erquy donc à cause du prix, peu dans l’assiette, mais quand c’est rare c’est d’autant plus délicieux.

    12.11 à 14h44 - Répondre - Alerter
  • poisson frais petit bateau , pas d’élevage , même bio .

    12.11 à 13h20 - Répondre - Alerter
  • J’habite dans le Morbihan, j’achète uniquement atlantique nord est où je n’en mange pas et je ne mange pas de viande.

    12.11 à 11h21 - Répondre - Alerter
  • En passant devant...

    Hélas, nous n’en mangeons quasiment plus. L’élevage : Bof. La pleine mer : mercure, plomb, pesticides, ... Si j’avais à choisir ce serait un petit pêcheur local... comme avant !

    “Lorsque le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson pêché, alors tu découvriras que l’argent ne se mange pas"

    Les cris / Peuple amérindien

    11.11 à 21h56 - Répondre - Alerter
    • j’ai résolu cette question en m’inscrivant définitivement en faux dans l’achat du poisson ... je suis devenue végétalienne ! et par la même occasion j’ai aussi résolue la question de l’impact environnemental de l’alimentation carnée ! =)

      11.11 à 22h04 - Répondre - Alerter
  • billo : Avec une liste

    Acheter du poisson , c’est compliqué. A Nantes, les étals des poissonniers regorgent pourtant de produits de premier choix et il semble difficile de s’en passer. Pas d’étiquette « biologique » pas d’informations précises sur les lieux de pêche (ANE, GG, MN etc…) ni les types de pêches (gros bateaux, petits bateaux…)

    Nous avons donc préparé une petite liste de course pour acheter du poisson

    La liste suivante provient de la sélection WWF des produits de la mer à privilégier. A laquelle nous avons soustrait les pêches très éloignées (patagonie, Alaska, Pacifique…) pour ne conserver que les espèces pêchées sur les côtes françaises ou européennes.

    ANE : Provenance Atlantique Nord Est
    GG : Provenance Golfe de Gascogne
    M : Provenance Manche

    Araignée GG/M

    Bar de ligne GG/M (voir le site pointe de bretagne sur le bar de ligne) le bar de chalut est à éviter.

    Crevette grise M

    Dorade grise de ligne GG/M

    Hareng ANE (Omega 3)

    Huître France

    Lieu Jaune de ligne GG/M

    Maquereau ANE (Omega 3)

    Moule France

    Sardine ANE (Omega 3)

    Sole d’Hastings Angleterre Voir le site Marine Stewardship Council msc.org

    Tacaud GG/M

    Thon germon de ligne GG

    Tilapia Europe

    Tourteau GG/M

    Truite Europe

    Turbot Europe

    Signalons en parallèle que le patrimoine gastronomique de la région (référence : Patrimoine gastronomique de Loire-Atlantique HERSCHER 1998 – médiathèque J. Demy) compte quelques-unes des espèces dites « à éviter » ou à consommer « avec modération » dans la sélection WWF :

    Civelles et anguilles, Europe

    Coquille Saint Jacques, Pays divers

    Homard, M/GG

    Langoustines, ANE

    9.11 à 18h56 - Répondre - Alerter
  • Perso, je le trouve de moins en moins frais le poisson. Je trouve qu’il pue l’hydrocarbure. Je me demande surtout s’il est logique de consommer des produits de la mer lorsqu’on habite à 400Km du littoral (c’est mon cas !). Si encore il s’agissait de ressources alieutiques de côtes maritimes proches et pêchées de manière responsable ... je ne crois pas que ce soit le cas la plupart du temps, malgré tous les efforts de communication de la Grande Distribution (un vrai panier de crabes !).

    Alors mangeons de "l’élevé" me direz-vous ! A l’approche des fêtes de fin d’année où une fois de plus nous consacrerons le roi saumon fumé, cela tombe bien : Elevage en cage 5 étoiles scandinave... Nourriture pour les bestiaux en provenance directe du Pérou... Transformation à Pétaouchnok... Conditionnement à Tataouine... Transport express dans ma GS préférée... Atterrissage dans nos assiettes le 24 décembre avant Papa Noël... Non merci !

    J’ai fais mon choix : je ne mange plus de poisson qu’en de rares occasions (poisson d’eau douce d’élevage bio de ma région).

    Un certain Vatel, chargé d’organiser un somptueux banquet pour le "bon roi" Louis, se donna la mort, déshonoré, voyant que sa commande de poissons, passée à moins de 250Km de là, n’arrivait pas.

    C’était il y a un peu plus de 300 ans. Les choses on bien changées depuis.

    La principale différence est qu’aujourd’hui, je ne pense pas que mon poissonnier se fasse hara-kiri s’il n’a pas reçu sa commande de crevettes asiatiques.

    9.11 à 15h04 - Répondre - Alerter
  • En adhérant à une "AMAP poisson" (celle de l’Ile d’Yeu en l’occurrence) via mon AMAP locale. Et donc je ne choisi pas : je fais confiance au pêcheur qui me livre (sans intermédiaire) une caisse de 4 kg une fois par mois (en fonction des espèces pêchées). De cette façon, le pêcheur prélève dans l’océan juste ce qu’il a besoin pour satisfaire les besoins des consommateurs qui se sont engagés à lui acheter le fruit de son travail... et cela avec des petits bateaux et en respectant la ressource. Et en plus le pêcheur s’en sort mieux financièrement et peut pérenniser son emploi.
    Mais bon, c’est sûr, découper un thon de ligne entier en tronçon c’est moins pratique que de sortir un poisson carré d’un boite en carton !!

    8.11 à 23h29 - Répondre - Alerter
  • Je choisis mon poisson en fonction de l’arrivage.
    J’évite simplement les poissons d’aquaculture et si possible les filets.

    8.11 à 20h19 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité