publicité
Accueil du site > Actu > Nature > Aux sciences, citoyens !
24-11-2010
Mots clés
Sciences
Biodiversité
France
Pratique

Aux sciences, citoyens !

Taille texte
Aux sciences, citoyens !
(Crédit photo : Flore-Aël Surun - Tendance floue)
 
Vos photos de papillons ou de bourdons, vos plongées dans le Grand bleu ou votre mémoire d’ordinateur valent désormais de l’or. La science participative permet à chacun de participer au recensement de la vie.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 20 - décembre 2010

Homme-femme : qui est le plus écolo ?

Aujourd’hui, la planète compterait entre 10 et 30 millions d’espèces vivantes. Mais nous n’en connaissons à peine 2 millions. Alors, en attendant de cloner les scientifiques à la chaîne et de les poster derrière chaque arbre et sous chaque caillou, ceux-ci font appel au grand public. Nostalgiques du microscope et de l’éprouvette, ou fans des balades en nature, la science participative – aussi appelée citoyenne – est pour vous ! Grâce aux nouveaux outils disponibles en ligne, le recensement du vivant est devenu un jeu d’enfant. On observe, on identifie, on dénombre et on enregistre ses données sur le Net. Au-delà du simple recensement, cette avalanche de données est précieuse pour évaluer l’impact du changement climatique, de l’urbanisation et de l’intensification de l’agriculture sur les migrations de la faune.

Havre urbain

Les citadins ne sont pas exclus de cette grande partie de Sherlock Holmes. Au contraire. La ville est devenue, au fil des ans, un havre de biodiversité. « L’absence de prédateurs et d’épandage de pesticides, ainsi que la chaleur urbaine en hiver favorisent l’installation d’espèces, notamment d’oiseaux », confirme Gilles Bœuf, président du muséum national d’Histoire naturelle. On vient d’ailleurs de découvrir que les abeilles prospèrent désormais mieux en ville qu’à la campagne…  —


Vigie nature

Le muséum national d’Histoire naturelle est devenu au fil des ans la « multinationale » française de la science participative. Avec un principe simple : les volontaires s’inscrivent gratuitement sur un site Internet, puis remplissent des fiches de comptage – environ une par mois – qui seront traitées par les chercheurs du Muséum. Le programme Vigie Nature regroupe aujourd’hui plusieurs opérations :

- L’observatoire des papillons des jardins (OPJ) a été lancé en mars 2006, avec l’association Noé conservation : munis des fiches d’identification et des photos des papillons disponibles en ligne, vous comptez le nombre d’ailes colorées autour de vous. A la fin du mois, vous saisissez vos données, qui seront traitées par les scientifiques du Muséum. Grâce à la surveillance de 3 500 à 4 000 jardins, cette collecte d’infos a permis d’établir aujourd’hui une carte nationale de la répartition et de l’abondance des 28 espèces les plus communes de papillons.

- L’observatoire des bourdons a déjà mobilisé 450 bénévoles en France, en partenariat avec le Groupe associatif estuaire et l’association Asterella : même si vous avez été un fidèle de «  Maya l’abeille  » dans votre enfance, votre œil devra être bien exercé pour reconnaître le pattern. Ce n’est pas un gros mot, juste la suite de couleurs qui caractérise une espèce de bourdons.

- L’opération escargots : au-delà du traditionnel recensement, elle propose une expérience pratique à base de planches sur lesquelles viendront se «  scotcher  » naturellement des escargots. 700 jardiniers français ont cédé à l’appel de la bave.

- Spipoll (suivi photographique des insectes pollinisateurs) : « Devenez un paparazzi des insectes pollinisateurs ! » Comment résister à un tel appel ? Vous sélectionnez un groupe du même type de fleurs dans votre jardin, une forêt, en ville ou à la campagne. Puis, pendant une période référence de vingt minutes, vous mitraillez chaque insecte qui fréquente la fleur. Le Muséum espère atteindre les 100 000 clichés en cette fin d’année.

Cousteau divers

Pierre-Yves Cousteau, fils du célèbre commandant, a lancé « Cousteau divers » afin de « transformer les plongeurs loisirs en agents actifs du monde sous-marin ». Après s’être enregistrés sur le site Internet, ceux-ci devront répondre à un questionnaire sur l’état de santé de leurs lieux de plongée. Ils accéderont aussi aux archives de l’équipe de la Calypso, mélange de photos, de films et de vidéos pris au cours des soixante dernières années, qui permettront de visualiser l’évolution des sites.

Nichoirs

« Devine qui vient nicher chez moi ? » Voilà la question à laquelle la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) vous propose de répondre. Cette opération a pour objectif de constituer un Observatoire national des nichoirs (ONN), en récoltant des données sur les espèces d’oiseaux fréquentant ces derniers. La pose de nichoirs permet d’abriter la reproduction d’espèces d’oiseaux en fort déclin au niveau national.

L’herbier 2.0

Voilà déjà plus de vingt ans que le mouvement associatif des Petits Débrouillards offre aux enfants l’accès à de multiples activités scientifiques et techniques. Il ne pouvait pas rater le saut dans les nouvelles technologies et propose, depuis juin, le site collaboratif « Les taxinomes ». Le principe ? Participer à un inventaire multimédia et géolocalisé de la biodiversité et créer un herbier 2.0.

Einstein@home

Participer à la science, mais sans bouger de son ordinateur, c’est également possible. Einstein@home est un programme, lancé en 2005, qui mobilise un réseau de 250 000 ordinateurs personnels dans 192 pays. Vous téléchargez juste un logiciel qui va autoriser Bruce Allen, chef du projet, et son équipe, à se servir de la puissance de votre PC quand vous ne l’utilisez pas. Avec cette astuce, le projet bénéficie d’une puissance de calcul démentielle permettant de traiter rapidement une masse importante de données. Objectif final ? Détecter des ondes gravitationnelles, et donc possiblement, de nouvelles étoiles. Cet été, Einstein@home a permis de dévoiler une étoile à neutrons qui se trouve dans la Voie lactée, à environ 17 000 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Petit Renard.

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité