publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Demande à FredO > 5 actions top pour réduire tes émissions de GES

Demande à FredO

Par Frédéric Chomé
18-10-2010

5 actions top pour réduire tes émissions de GES

5 actions top pour réduire tes émissions de GES
(Le livre {How To live a low carbon life de Chris Godall / Natural Collection)
Avec la sortie récente du Coach Carbone, on observe un engouement des citoyens pour mesurer de leurs émissions de gaz à effet de serre. N'ayez plus peur de parler de carbone aux repas de famille ! Voici actions faciles, pas chères et immédiatement réalisables pour réduire votre impact.

En sachant que les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la Belgique calculées par habitant représentent environ 13 tonnes d’équivalent CO2 (tCO2e) par habitant et par an (9 tCO2e/hab/an en France) on obtient pour un ménage moyen les chiffres suivants [1] :
- 1 année d’électricité = 0,9 tCO2e
- 1 année de chauffage = 6 tCO2e
- 20 000 km en voiture = environ 4 tCO2e
- 1 téléviseur écran plat = environ 2 tCO2e à la fabrication

Par ailleurs, les émissions de GES des entreprises ramenées à l’employé varient entre 2 et 200 tCO2e/pers/an [2]

Au vu de ces chiffres, ce n’est probablement pas le fait d’éteindre la lumière en sortant qui va sauver la planète !

Dès lors, je vous propose ci-dessous cinq gestes essentiels pour réduire drastiquement votre empreinte carbone globale (qui risque de dépasser les 13 tCO2e/personne/an) :

1. Gérer son patrimoine mobilier avec raison environnementale

850 euros placés dans une banque classique (compte courant, épargne, assurances) ou en bourse, génèrent environ 1 tCO2e.

L’ensemble de vos avoirs mobiliers est probablement votre premier poste d’émissions de GES. Le Belge est « riche » de 86 500 € par personne en moyenne (et le Français un peu plus). Faisons le compte : ça fait quand même plus de 100 tCO2e par personne et par an en moyenne. Bien entendu, la moyenne ne reflète pas du tout la médiane dans les avoir financiers, puisque les distributions ne suivent pas du tout les courbes gaussiennes.... [3]

Placer au minimum 10 % de vos avoirs dans des entreprises dites à balance carbone positive (qui génèrent plus de réductions d’émissions de GES qu’elles n’en produisent) vous permet de « compenser » cet impact.

2. Choisir l’entreprise qui vous emploie et travailler dans des secteurs à balance carbone positive

Elle sont rares aujourd’hui, mais ça existe ! Si vous ne pouvez pas changer de job, soyez de ceux qui feront changer votre entreprise de métier, de secteur, de produits, de qualité. Réalisez l’empreinte carbone de votre boîte et passez à l’action.

L’empreinte carbone d’une entreprise par employé représente entre quatre et plusieurs centaines de tCO2e par an. Soit souvent un multiple de son impact à domicile !

Quelques exemples d’activités positive en carbone :
- Isolation des bâtiments (en rénovation plus qu’en construction neuve) : vitres, ouvrants, matériaux isolants, pose...
- La construction avec une superstructure bois (non issu de la déforestation)
- Efficacité énergétique au sens large : maintenance, optimisation énergétique, augmentations de rendement...
- Energie renouvelable décentralisée : remplacement de chaudières aux hydrocarbures par des chaudières biomasse
- Agriculture raisonnée, élevage extensif faisant appel à la prairie
- Seconde main au sens large : réparer, rénover, réutiliser, remettre au goût du jour, entretenir, fournisseur de pièces détachées...
- Recyclage des déchets en matière première réutilisables dans les processus de production
- Tous les métiers de la location et de la mise à disposition de biens sur des périodes nécessaires à leur utilisation en lieu et place de la possession
- Le tourisme de proximité, le Woofing, les échanges de logements (avec trajets autres qu’en avion entre les deux)
- Les ONG environnementales
- L’artisanat à base de matériaux qui stockent du carbone et pour fabriquer des biens de longue durée de vie
- Finance environnementalement positive : qui soutient exclusivement des entreprises dont l’activité restaure l’environnement
- Sauvegarde et entretien des espaces naturels et des puits de Carbone
- etc. [4]

3. Réduire fortement la consommation de biens neufs

- Privilégiez les biens existants, la réparation pour prolonger la durée de vie, et l’achat de seconde main
- Louez ce qu’il n’est pas nécessaire d’acheter.
- Ne succombez pas aux « offres exceptionnelles » pour renouveler vos équipements alors qu’ils fonctionnent encore.
- Tous les équipements qui font appel à de l’électronique émettent plus de 80% de leurs émissions de GES lors de la fabrication. Acheter un bien neuf (télé, Hi-fi...) ne sera que très rarement compensé par les économies de consommation que vous réaliserez lors de son utilisation. Sauf pour les bâtiments, les congélateurs et les frigos, ainsi que pour les véhicules... à condition de réduire les émissions d’au moins 60g de CO2/km par rapport à votre ancien véhicule).

4. Manger bas carbone

Il est assez simple de diviser par un facteur 5 à 8 l’empreinte carbone de sa nourriture, tout en améliorant globalement sa santé et celle de notre environnement, en mangeant moins de viande rouge et plus de viandes blanches ou de protéines végétales (haricots, pois, lentilles, etc. appelés « la viande du sage »). Evitez cependant le soja en trop grandes quantités (déforestation en vue si l’origine est brésilienne dans un cas sur deux), sauf celui qui est clairement certifié comme provenant de zones non déboisées.

5. Redéfinir la notion de richesse et de plaisir

Repenser notre notion au temps : on n’est pas né sur Terre pour travailler comme des brutes en vue d’espérer « vivre » une fois à la pension… Ni pour se comparer en permanence à son voisin, beau-frère ou collègue en luttant sur le paraître et les biens matériels. Vivre simplement, a aussi des côtés positifs (si si si) et la philosophie ne fait de mal à personne.

Exemples non limitatifs : réinvestissez le terrain social, partez à la recherche de l’autre, tentez de faire du bien autour de vous, investissez vous dans la vie de l’école de vos enfants, dans des mouvements associatifs qui se battent pour des causes que vous défendez, acceptez de donner de votre temps, de ralentir, de choisir volontairement d’effectuer des activités non rémunératrices et à l’inverse des activités gratuites (qui deviennent de plus en plus rared en raison de la marchandisation de la société).

Bonne méditation !

[1] (relativement identiques en France si ce n’est une moindre impact carbone pour l’électricité)

[2] expérience personnelle sur base de plusieurs bilans carbone

[3] Selon le lien, les 10% des personnes les plus riches détiennent 83% de la richesse mondiale... Égalité quand tu nous tiens !

[4] Merci de compléter cette liste non exhaustive avec vos idées de secteurs à empreinte carbone positive

COMMENTAIRES
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS

Directeur de Factor X, un bureau de conseil en stratégie climatique et développement durable qui a notamment travaillé sur le bilan carbone des JO 2012 de Londres.

publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité