publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Demande à FredO > 1 euro reçu = 1 euro économisé ?

Demande à FredO

Par Frédéric Chomé
27-12-2010

1 euro reçu = 1 euro économisé ?

De notre mauvaise perception des économies et de leur sous-valorisation persistante !

(Négawatt)
Les économies valent généralement beaucoup plus qu'on ne le pense - raisonnement par l'absurde !

Depuis plusieurs années, l’association Négawatt milite pour une réduction de nos consommations énergétiques selon un plan bien défini :

- 1. Sobriété : un mot gentil pour dire consommer moins, en évitant les gaspillages et en se recentrant sur ses besoins réels. C’est aussi l’occasion de rappeler que l’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas. les changements à mener ici sont essentiellement comportementaux (baisser la température, vivre avec un pull de plus, éteindre les veilles, éteindre les appareils quand on ne les utilise plus, mettre des réflecteurs derrière les radiateurs, traquer les fuites d’air, rouler de manière économe, prendre les transports en commun dès que possible, marcher plus etc.), les investissements sont faibles (on ne fait qu’améliorer l’existant) et les gains générés par ces mesures d’économies doivent pouvoir être réinvestis dans des mesures d’économie qui coûtent un peu plus, comme par exemple l’isolation thermique mais qui générera des économies ultérieures plus substantielles.
- 2. Efficacité : ou, comment faire MIEUX, c’est-à-dire produire plus (de biens, de confort, ...) avec la même quantité d’énergie :il va s’agit à cette étape d’améliorer les rendements de production pour produire plus de richesse avec la même quantité d’énergie primaire. C’est la politique suivie par les entreprises depuis de nombreuses années pour réduire les coûts. Souvent, ces mesures s’accompagnent d’investissements relativement importants, parfois compensés par une perte d’emplois (amélioration de l’automatisation, etc.) ou à tout le moins par un déplacement de la nature des emplois (moins dans la production mais plus aux expéditions).
- 3. Renouvelables : Une fois que toutes les mesures pour réduire la demande énergétique ont été prises, on peut alors augmenter progressivement la production à partir de sources d’énergie renouvelables pour satisfaire la demande résiduelle.

Ce scénario a le mérite de la simplicité alors que nous visons dans un monde où l’offre est reine, y compris en matière de combustibles fossiles (du moins jusqu’à ce jour).

Comment se fait-il que l’on ne parvienne pas chacun à suivre cette démarche dans notre vie quotidienne, nos métiers, nos loisirs ?

Je vois au moins deux raisons essentielles qui empêchent ce scénario de se déployer rapidement :

1. L’Etat agit à contre courant et ne montre pas l’exemple

Les mesures de soutien aux énergies renouvelables (mais essentiellement à l’électricité d’origine renouvelable, tant la chaleur renouvelable, première source d’Enr en France est peu soutenue) sont sans commune mesure avec les mesures de soutien à la sobriété énergétique dans les pays d’Europe Occidentale.

Cela pour plusieurs raisons :
- Il est important pour les ETATS de développer des filières d’Enr sur leurs Territoires en vue d’améliorer leur indépendance Energétique
- Il est plus simple de soutenir quelques centaines d’acteurs industriels ou professionnels dans une filière par rapport à soutenir 65 millions de français dans leur mesures d’économie d’énergie à la maison ou dans leurs entreprises
- Les énergies renouvelables, c’est de la croissance et de la valeur ajoutée pour le Pays, tandis que la sobriété énergétique c’est certes moins de dépendance directe (on achète moins de gaz et de pétrole) mais c’est aussi et surtout des taxes (Tipp, etC.) en fort recul pour le budget de l’Etat.
- Le développement des Enr est censé générer des emplois de qualité dans l’économie verte (mais pourtant, c’est bien l’isolation des bâtiments qui générera le plus d’emplois selon les études menées sur les emplois verts en France)
- Enfin, et surtout, l’économie classique nous dit que les Enr DOIVENT être soutenues car aujourd’hui elles ne sont pas rentables tandis que les mesures d’économie d’énergie de sobriété sont PROBABLEMENT TOUTES REALIS2ES puisqu’elle conduisent à une économie de coûts. De ce fait, les mesures de sobriété ne DOIVENT PAS être soutenues par les pouvoirs publics (ou alors très peu, par des campagnes d’information par exemple).

2. Nous ne valorisons pas de la même manière les primes reçues et les économies réalisées

l

Plaçons nous maintenant du côté des individus, des citoyens ou des patrons d’entreprise.

Partant du principe que nous ne sommes pas des êtres écologiquement rationnels, je fais face à deux propositions de valeur très différentes :
- La première me propose de placer des panneaux solaires photovoltaïques sur mon toit et de gagner un rendement de l’ordre de 20 à 30% par an sur mon investissement sans rien avoir à faire et en ayant le plaisir d’agir pour l’environnement (production d’énergie renouvelable).
- La seconde me propose d’investir dans des travaux de rénovation thermique de mon bâtiment qui me permettront à l’avenir de réduire ma consommation énergétique de l’ordre de 40% par an.

On le voit immédiatement, les deux propositions sont très inégales en matière d’attractivité :
- Les panneaux solaires me garantissent un revenu "additionnel" suite à mon placement (comme en bourse) avec un rendement exceptionnel. chaque année je vais recevoir mon chèque de 1000 euros de la part de mon fournisseur d’électricité et je serai TRES heureux d’avoir fait cet investissement rentable. (en oubliant presque qu’avec une partie de ce montant je rembourse un emprunt bancaire)
- Les travaux d’isolation sont tout d’abord invasifs dans mon cocon familial, et ils me promettent une amélioration de mon confort de vie avec une diminution de ma facture thermique. Mais force est de constater que :
- Ma facture sera toujours là : au lieu de payer 2500 euros de chauffage par an, je n’en paierai plus que 1500.
- Mon gain en première année sera équivalent, mais je ne le percoit pas comme tel puisque je ne reçois de chèque de personne
- Personne non plus ne m’informe sur le fait que si je n’avais pas fait les travaux, ma consommation m’aurait probablement coûté 1000 euros plus cher
- Personne ne m’explique que les 1000 euros économisés cette année, deviendront probablement 1200 euros l’an prochain et iront sans cesse croissant avec l’augmentation des prix des hydrocarbures liés au pic de Pétrole.

Conclusion

On voit facilement que sur papier l’investissement dans des Enr sur son toit est plus rentable à court terme car plus visible et avec moins de risques que des travaux d’isolation. ces derniers sont plus rentables, essentiellement car le coût des énergies fossile va TRES FORTEMENT croitre dans les années qui viennent mais pour cela il convien de :
- Accepter de faire croitre nos coûts énergétiques d’environ 10% par an dans nos budgets (ce qui va améliorer la rentabilité et les temps de retour sur investissements des solutions d’économie d’énergie)
- Accepter de mesurer sa consommation et de ne pas succomber à l’effet Rebond, qui voudrait que puisque ma maison est bien isolée, je peux maintenant me permettre de la chauffer à 22°C au lieu de 20°C....
- Accepter de comprendre que la valeur actualisée nette d’une économie d’énergie fossile vouée à disparaître a un meilleur retour sur investissement qu’une prime donnée aux énergies renouvelables qui est vouée à être stoppée un jour.

En espérant que ce post puisse vous inciter à vous tourner massivement vers les mesures de sobriété à l’avenir.

FredO

COMMENTAIRES
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS

Directeur de Factor X, un bureau de conseil en stratégie climatique et développement durable qui a notamment travaillé sur le bilan carbone des JO 2012 de Londres.

publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité