publicité
Notre futur, par Edgar Morin

Le média qui change le monde

Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives,
le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger...

Abonnez-vous au magazine papier...

 
 
Accueil du site > Actu > L’objet > Quelle est l’empreinte carbone d’un ordinateur ?
L’objet

Quelle est l’empreinte carbone d’un ordinateur ?

<-  Retour à l'article

Une nouvelle étude menée par le constructeur Fujitsu nous éclaire sur l’impact en CO2 de la fabrication et de l’utilisation d’un micro-ordinateur flambant neuf.

11 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour à tous

    Auriez vous les émissions de Co² à la construction et la destruction d’un ordinateur chiffrée ? Je trouve beaucoup d’affirmations et peu de chiffres, j’aimerai pouvoir justifier une arguementation sur le sujet du reconditionnement informatique.

    J’ai trouvé dans un rapport de min. de l’Ecologie que la construction serait égale a 332Kg de CO² émis, mais il date de 2008.

    Any idea de sources ?

    Merci à tous

    28.03 à 15h50 - Répondre - Alerter
    • J’ai participé à la création de la méthode spécifique officielle en France pour l’évaluation des émissions de GES des équipements électriques et électroniques de catégorie 3 pour le compte de l’Ademe et du Cigref : Guide sectoriel TNIC. Ce guide propose notamment une quarantaine de facteurs d’émission scope 3 détaillés pour les ordinateurs fixes et mobiles.

      Juste pour rappel, on parle d’émission de gaz à effet de serre (GES) ou de xx kg d’équivalent CO2 (CO2eq.) mais de CO2. Arrêtez, s’il vous plait, de comptabiliser du CO2 là où il n’y en a pas.

      31.03 à 09h29 - Répondre - Alerter
      • Merci pour la source Frédéric, et la précision sur les termes.
        Je travaille pour une association qui fait du reconditionnement d’ordinateurs dans le secteur de l’économie solidaire, je cherche donc des indicateurs pertinents afin de montrer l’intérêt de ce traitement par rapport aux autres pour les D3E de catégories 3.
        Je serai intéressée de discuter plus amplement avec vous sur ces sujets, qu’en dites vous ?

        Bonne semaine

        Julie

        31.03 à 12h38 - Répondre - Alerter
  • Et concrètement, quelles sont les solutions actuelles pour faire durer son PC ? existe-t-il des filières de réparations de vieux PC qui permettent qu’ils soient revendus d’occasion au lieu d’être détruits en DEEE ?

    8.04 à 10h06 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Merci pour cet article qui permet de quantifier le coût environnemental du caprice consistant à changer de PC tous les 3-4 ans, et qui montre l’intérêt qu’aurait une conception des PC permettant de les upgrader périodiquement, sans avoir à tout jeter pour tout racheter.

    Par contre, j’aurais aimé connaître la consommation énergetique d’une UC et d’un écran et elles ne sont pas explicitées directement dans l’article.
    La consommation annuelle est fournie, ainsi que l’hypothèse en nb de jours d’utilisation par an (260), mais il manque le nombre d’heures d’utilisation par jour.
    Merci !

    14.02 à 10h49 - Répondre - Alerter
    • La dernière étude sérieuse sur la consommation moyenne d’un ordinateur de bureau, d’un ordinateur portable, et d’un écran (plat et cathodique) est celle d’Enertech. En résumé : 386 kWh par an pour un ordinateur de bureau (dont environ 40 kWh / an pour l’écran plat). Plus de détail ici.

      Le profil utilisé par Fujitsu lors de son ACV est le suivant :
      - 8 heures d’utilisation par jour,
      - 2 heures en veille,
      - 14 heures éteint.

      14.02 à 11h08 - Répondre - Alerter
  • Un ordinateur allumé consomme énormément d’énergie, entre l’écran, la chauffe des CPU et le refroidissement !
    La façon dont est tourné cet article tend à minimiser ce fait en nous disant que ce n’est rien parceque c’est 100 fois moins que ce que la fabrication de l’appareil a couté !

    Cette communication me choque.
    Cette énergie à faire tourner un ordinateur n’est pas rien ! IL FAUT réduire notre empreinte et réduire notre facture d’électricité réellement en éteignant notre ordinateur dès qu’il ne marche pas !

    C’est le cout énergétique de la fabrication qui est inacceptable si le besoin de l’ordinateur n’est pas expresse. Ce que notre ordinateur tout neuf a couté en énergie pour le fabriquer et le transporter jusqu’à nous est encore beaucoup plus énorme que ce qu’il va couter en énergie sous nos yeux ! Ce cout là est beaucoup trop important pour que l’on cède à un caprice de mode ou simplement pour télécharger plus vite encore des fichiers ou faire tourner des jeux de plus en plus lourds sans que cela soit nécessaire.

    Et l’on parle de consommation d’énergie (le bilan carbone, ce n’est rien d’autre que ça) mais on ne parle pas ici de pollution des eaux dans les pays où sont fabriqués les composants !
    Si je suis écolo, et j’essaye de l’être aussi dans mon comportement, je ne contribue pas à la production inutile de puces informatiques, de cartes mères ... qui salissent la planète et détruisent aussi les ressources en eau potable en achetant des ordinateurs ou téléphones portables qui ne sont pas NÉCESSAIRES.

    Ecologiquement votre,

    14.02 à 09h30 - Répondre - Alerter
    • Mon objectif n’est pas de vous choquer, mais de rappeler que les phases de fabrication et de fin de vie sont bien plus impactantes que la phase d’utilisation. C’est vrai pour les émissions de CO2 et encore plus pour l’épuisement des ressources non renouvelables et les pollutions chimiques. Partant de ce constat, faire des économies d’énergie sur la phase d’utilisation c’est bien, mais peu efficace. L’effet de levier est sur l’allongement de la durée de vie du matériel. La démonstration ici.

      14.02 à 09h56 - Répondre - Alerter
      • Je vous remercie pour votre réponse qui tempère mon intervention.
        Je "m’insurgeais" justement contre le "peu efficace" (valeur absolu, peu encourageante à prendre en main une action personnelle) que je tiens à remplacer par "MOINS efficace" (valeur relative qui encourage à regarder au-delà).

        L’allongement de la durée de vie du matériel ne m’avait pas sauté aux yeux comme étant l’objet de la démonstration. Sur ce point de jeter moins, je vous rejoints maintenant à 300% et même 1000% !

        Merci,

        14.02 à 11h37 - Répondre - Alerter
        • Cela montre une fois de plus que le choix du seul critère CO2 est très mauvais puisqu’il incite à consommer l’énergie sans compter ! Le critère énergie primaire est de ce point de vue plus pertinent ! Vu le piètre rendement de notre nucléaire, la conclusion ne serait pas du tout la même...

          14.02 à 13h53 - Répondre - Alerter
        • Marsu,
          pour être précis, c’est mieux d’acheter moins, ca vous évitera à jeter moins par la suite....
          sur le fond on se retrouve : consommer moins de ressources non renouvelables

          L’IT est un excellent exteur pour montrer l’impact de la fabrication car l’industrie des semi conducteurs, des micro-processeurs et plus généralement de l’électronique est la plus émettrice en CO2 au monde (au kg de matière produite).

          Mais cela reste vrai pour votre voiture : il faut rouler plus de 30.000 km par an pour amortir les émissions de GES de construction d’un nouveau véhicule qui émettraity 40g de CO2 en moins au km parcouru.... C’est le problème du remplacement de qqch que l’on a déjà et qui fonctionne bien par qqch de plus attractif à priori.... Attention à l’obsolescence programmée !

          FredO

          14.02 à 23h50 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité