publicité
 
 
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > Augmentation du prix de l’électricité : la faute au nucléaire
11-07-2013
Mots clés
Energies
France

Augmentation du prix de l’électricité : la faute au nucléaire

Taille texte
Augmentation du prix de l'électricité : la faute au nucléaire
(Crédit photo : Lourenço Tomàs)
 
Pas chère l'énergie nucléaire ? Pas si sûr… L'affirmation ne résiste plus au vieillissement des centrales françaises. Les dépenses croissantes pour les faire fonctionner se répercutent sur les tarifs de l'électricité.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

A partir du mois d’août, votre facture d’électricité s’alourdit de 5%, soit la bagatelle de 35 à 50 euros en moyenne par an. L’an prochain rebelote, la même hausse devrait intervenir au même moment. Si pour 2015 la confusion règne, on ne peut plus s’y tromper, la tendance est lancée. Estimez-vous heureux : les dégâts ont été limités. L’augmentation décidée par le gouvernement est plus modérée que celle - de 6,8% à 9,6% - préconisée par la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Car, comme l’indique l’autorité administrative indépendante dans son dernier rapport produire de l’électricité coûte de plus en plus cher. En 2012, les tarifs en vigueur ne compensaient pas les coûts de production, de transport et de commercialisation de l’énergie.

A qui la faute ? A l’augmentation du prix des combustibles et des charges de personnel, en partie. Mais surtout au parc nucléaire. L’atome, pourtant longtemps considéré comme la clé d’une énergie bon marché, plombe de plus en plus la comptabilité d’EDF et, par ricochet, menace de déstabiliser celle des ménages.

« Un mensonge d’Etat est en train de tomber »

En 2012, sur cent euros dépensés par un particulier pour s’acquitter de ses charges en électricité, près d’un quart finançait la production d’énergie nucléaire. Et cette part est vouée à croître. De combien ? Le rapport de la CRE ne s’avance pas. Mais en lisant entre les lignes, on soupçonne l’ampleur de la hausse. Lorsqu’elle en détaille les causes, l’autorité explique qui 75% des coûts de l’énergie sont aujourd’hui liés « à la nature industrielle d’EDF qui détient un parc de production pour la majorité constitué de centrales nucléaires dont la construction, l’exploitation et le démantèlement constituent des activités à forte intensité capitalistique ». L’affirmation a de quoi faire taire les cocoricos. Rapport de la CRE sur les bras, la France peut difficilement continuer à s’enorgueillir de payer son énergie moins cher grâce à son potentiel nucléaire. « Un mensonge d’Etat est en train de tomber, s’exclame François de Rugy, président des députés EELV. En ouvrant les portes des placards, on découvre les hausses de prix cachées. »

La rénovation des centrales aussi chère que leur construction ?

D’abord les centrales existantes, dont la moyenne d’âge dépasse 25 ans, nécessitent de lourds investissements. Entre visites de contrôle et remplacements des transformateurs, le parc nucléaire historique - construit dans les années 1970-2000 - se transforme progressivement en gouffre financier. Sur la période 2007-2012, les dépenses qui lui sont consacrées ont augmenté de 22% par an, d’après la CRE. Au total, EDF estime que la prolongation pour dix ans supplémentaire de la durée du vie de ses centrales nécessitera au bas mot 45 milliards d’euros. Mais le Nouvel observateur croit savoir que ces estimations - qui datent de 2006 - sont en cours de révision. Elles atteindraient en fait entre 70 et 100 milliards d’euros. Cette somme, pourtant uniquement dédiée à la réhabilitation, se rapproche du coût de la construction initiale des 58 réacteurs français (121 milliards d’euros). Sans compter la construction de l’EPR de Flamanville, dont le devis est déjà passé de 3 à 8,5 milliards d’euros.

Et ce n’est qu’un début. La mise en place des mesures de sécurité, imposées aux centrales françaises par l’Autorité de sureté nucléaire (ASN) après l’accident nucléaire de Fukushima, commence également à peser sur les factures. Depuis 2011, pour parer à toute éventualité, « une force d’action rapide du nucléaire » de 300 personnes est en formation. Mais ce renforcement de la sécurité n’en est qu’à ses balbutiements. Les étapes suivantes, améliorer la résistance des installations face « aux risques d’inondations et de feu de sodium (incendies liés à une fuite de sodium, bénin mais difficilement gérables, ndlr ) », « bunkeriser » les installations électriques et construire « des locaux de crise robustes », sont les plus onéreuses. Pour respecter les 19 décisions de l’ASN et leurs 600 prescriptions techniques, EDF évoquait début 2012 une enveloppe de 10 milliards d’euros. Une estimation que le Réseau sortir du nucléaire jugeait alors timide, préférant parler au pluriel de « dizaines de milliards d’euros ».

Démantèlement et risques d’accident : « la politique de l’autruche »

Dans un article au nom sans équivoque - Le coût du nucléaire en France : secret, incertitude et spirale, en pdf –, les cahiers de Global Chance indiquait en 2011, que le prix du mégawattheure d’électricité nucléaire qui coutait 31 euros à l’époque, pourrait doubler pour dépasser les 60 euros dans la foulée des « stress test » post-Fukushima. L’année suivante, il atteignait déjà 49,5 euros. Aujourd’hui le chiffre actualisé n’est pas communiqué. « En réalité, les surcoûts liés à la sécurité nucléaire sont la boîte noire d’EDF », glisse Marc Jedliczka. Le porte-parole de l’association NégaWatt - qui à grand renfort de scénario, prône la sortie du nucléaire - voit dans la récente hausse des tarifs un simple « début de commencement d’une reconnaissance du coût réel de l’énergie nucléaire ».

Car les inconnues pèsent lourd. Démantèlement, enfouissement des déchets, assurance des risques d’accident, « on est en pleine politique de l’autruche », s’emporte François de Rugy. Des estimations circulent, mais elles sont constamment réévaluées. En 2005, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) estimait le coût de l’enfouissement des déchets nucléaires à 15 milliards d’euros, sept ans plus tard cette somme a plus que doublé. Or, le rapport de la CRE rappelle que depuis 2006, tout exploitant d’une centrale nucléaire à l’obligation de couvrir les charges futures « par un porte-feuille d’actifs dédiés ». En gros, EDF devrait mettre de l’argent de côté. « Ce qui n’est pas le cas », déplore Marc Jedliczka.

Moins d’1% du coût d’un accident est aujourd’hui couvert

« Cette démarche devrait également concerner les risques d’accident », soutient le militant. Mais les montants seraient pharamineux. L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) évalue le coût d’un accident nucléaire en France à plus de 400 milliards d’euros. Or actuellement un sinistre ne serait couvert, principalement par l’Etat, qu’à hauteur de 345 millions d’euros, soit moins de 1 pour 1000.

Autre facette du nucléaire sur laquelle les exploitants ferment volontiers les yeux : le coût du démantèlement des centrales. Jusqu’à présent, difficile d’en avoir ne serait-ce qu’une vague idée, pour la simple et bonne raison qu’aucune, à ce jour, n’a été totalement démontée. La centrale de Brennilis en Bretagne, arrêtée depuis 1985 et toujours en cours de démantèlement, constitue le seul repère. En 2005, la Cours des comptes évaluait les opérations à 482 millions d’euros, aujourd’hui le chiffre dépasserait 2 milliards. « Pour l’instant EDF sous-subventionne complétement cet aspect du nucléaire, dénonce François de Rugy, par conséquent, il n’est pas exclu qu’une “ligne participation au démantèlement” apparaisse bientôt sur nos factures. »

Une augmentation socialement injuste

Aucun doute donc, la note sera de plus en plus salée. « Si le gouvernement arrête de maintenir des tarifs artificiellement bas, la hausse est inéluctable », annonce Marc Jedliczka. Pour sortir de l’impasse, François de Rugy ne voit, lui, qu’une solution : réduire la consommation. Plus concrètement ? « Le chauffage électrique est une aberration c’est le moment de s’en débarrasser. » Un investissement qui, contrairement à ceux destinés aux centrales, pourrait très vite devenir rentable.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
10 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Vous souhaitez échapper au monopole d’Areva en vous équipant de panneaux solaires directement achetés aux fabricants (solution la moins chère) ? Eh bien désormais ça va être dur ! Vu que la majorité des panneaux et composants est fabriquée en Chine, Bruxelles vient de les taxer de 47,6 % pour faire plaisir à Areva. C’est une barrière douanière énorme totalement antidémocratique, protectionnisme en force pour ne pas faire de l’ombre au nucléaire. Le gouvernement français (de droite comme de gauche) lié à la mafia du nucléaire vient une fois de plus entraver - sérieusement - la possibilité d’échapper au nucléaire (EDF). Bref, le prix de l’électricité d’origine ( à 75 %) nucléaire va forcément augmenter. EDF se venge, par l’entremise de Bruxelles, pour augmenter considérablement (du jamais vu !) le coût du solaire pour les particuliers. Sympa non ?

    3.09 à 10h15 - Répondre - Alerter
  • Le prix de l’électricité ne fait qu’augmenter, Quand le gouvernement nous annonce qu’il n’y a aura pas de nouvelle hausse à telle date, nous apprenons trois mois après l’arrivée d’une hausse rétroactive... http://www.quelleenergie.fr/magazin...

    19.07 à 18h03 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Sur le site du projet de stockage Cigéo, qui est édité par l’Andra, on retrouve certaines des informations que vous mentionnez mais pas toutes.
    Vous indiquez notamment une multiplication par trois, mais je ne trouve trace de ceci ni dans l’interview que vous citez (3x15 n’a jamais fait 35), ni sur le site Cigéo, ni dans le rapport de la cours des comptes sur les coûtes de la filière électro nucléaire.

    Par ailleurs, ce coût, quel qu’il soit, est à échelonner sur la durée d’exploitation. On parle de 100 années.

    Merci de m’éclairer (attention, l’électricité est chère !) sur vos sources,

    18.07 à 11h16 - Répondre - Alerter
    • Bonjour Bernard,

      Merci pour votre commentaire. Concernant le coût du projet Cigéo, il s’agit bien du chiffre de 35 milliards ( 35,9 précisément) mentionné dans l’interview que vous citez. Cette réévaluation a été d’abord évoquée par un groupe de travail de l’Andra et annoncée dans une dépêche AFP (ici) en octobre 2010. Le même chiffre a ensuite été repris par la Cours des comptes (là). Mais effectivement, la prévision initiale ( 15 milliards ) a plus que doublé sans aller jusqu’à tripler. Mes erreurs de multiplications ont été corrigées !
      Quant au coût de l’électricité il s’agit d’une fourchette, la hausse moyenne de 50 euros concerne les ménages se chauffant à l’électricité.

      Bien cordialement,

      Amélie Mougey

      22.07 à 14h25 - Répondre - Alerter
  • Euh je n’ai jamais été fort en pourcentage mais 345 millions de 400 milliards, cela ne semble pas faire du 1% mais du 1 pour mille...

    Sinon pour sortir du nucléaire et favoriser le développement des ENR, je vous conseille de changer d’opérateur et de choisir Enercoop (http://www.enercoop.fr/)

    13.07 à 17h32 - Répondre - Alerter
  • C’est une question dont je n’ai pas trouvé la réponse sur Internet. Pour la recherche il est à peu près sûr que c’est l’état, le nucléaire civil étant lié au nucléaire militaire, mais quid des 1ères centrales, celles ayant servi à valider les concepts, les 1ères centrales commerciales. Merci d’apporter des éclaircissements.
    Nota : le lien pdf (coût du nucléaire ...) renvoie erreur 404.

    12.07 à 09h32 - Répondre - Alerter
  • Areva veut vendre sa filiale informatique Euriware à l’un des gros acteurs du marché : CAP, ATOS...

    Les repreneurs louchent sur le juteux contrat de l’informatique d’Areva et tous les salariés du groupe ( 2000) sont en paniques, car une fois Euriware intégrée à un géant, les petits sites réparties sur le territoire vont être fermés et ils rejoindrons les légions de chômeurs.

    Le but d’Aréva est de faire baisser les coût de son informatique, mais le nucléaire peut-il se limiter à une informatique au rabais ou le helpdesk serait au Maroc et les administrateurs en Inde ?

    Cela montre aussi que la politique d’Areva est piloté par l’argent et non par la sécurité ce qui est un comble pour une entreprise traitant du nucléaire.

    Si le gouvernement socialiste (actionnaire majoritaire) acceptait cela, se serait un signal fort de son échec.

    Des mouvement de grève ont éclatés dans toute la France depuis la mi-Juin et pourtant, aucun information n’est apparue dans les médias nationaux (censure ?).

    Voici un résumé : http://www.scoop.it/t/revue-de-presse-ew
    Pétition : https://www.change.org/petitions/le...

    12.07 à 09h28 - Répondre - Alerter
  • L’énergie nucléaire n’a jamais été bon marché ; c’est un mensonge !
    La recherche et les premières centrales ont été payées par les impôts, comme le sera les démantèlement (sont-ils même possible ?)
    Depuis que l’argent publique ne soutient plus ouvertement le nucléaire, il est sur un long déclin.
    Ce n’est pas une technologie viable sans d’énormes subventions.

    12.07 à 09h13 - Répondre - Alerter
  • gérard Couvert : il faut oser

    Vous pensez convaincre quelqu’un ? ou c’est juste de la provo ?
    Non, ne me dites pas que vous y croyez...
    A moins que l’on vous ait promis quelque chose, un poste, une positon sur une liste, une entrée dans une pompe a fric du PS ou de EELV.

    11.07 à 19h57 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

En route pour la COP21
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité