publicité
Accueil du site > Actu > Nature > En Californie, les agriculteurs vendent leur eau, plus leurs (...)
21-04-2015
Mots clés
Eau
Agriculture
Etats-Unis

En Californie, les agriculteurs vendent leur eau, plus leurs légumes

Taille texte
En Californie, les agriculteurs vendent leur eau, plus leurs légumes
(Crédit photo : Ikluft - Wikimedia)
 
Tirer un trait sur sa récolte pour mieux gagner sa vie ? Confrontés à une quatrième année de sécheresse les maraîchers californiens n'irriguent plus leurs parcelles pour mieux négocier leur « droit à l'eau ».
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Cette année, de nombreux sols californiens resteront nus, secs et craquelés, sans qu’aucun légume, aucun plant de riz n’y soit cultivé. Alors que l’Etat le plus peuplé des Etats-Unis traverse, pour la quatrième année consécutive, une très sévère période de sécheresse, certains producteurs décident volontairement de laisser leurs graines à l’entrepôt. Paradoxalement, ce choix est source de revenus. Car ainsi épargnées, les rares ressources en eau peuvent être vendues !

En Californie, chaque agriculteur bénéficie d’un « droit à l’eau ». Ce système, hérité de la conquête de l’Ouest, donne aux cultivateurs un accès gratuit, bien qu’inégalitaire, aux réserves souterraines. Dans une phase de sécheresse telle que la région n’en a pas connu depuis la fin du XIXe siècle, l’usage agricole de ce droit n’est plus synonyme de récoltes.

20% des droits à l’eau vendus

Vendus tels quels, ces droits à l’eau rapportent gros. Un acre-pied – soit 1 233 mètres cubes – se vend en ce moment700 dollars (650 euros). Un pactole. Et les acheteurs se bousculent. Malgré les mesures d’urgence prises pour réduire de 25% la consommation, les contraventions pour gaspillage et la « police de l’eau », les collectivités peinent à répondre aux besoins de leur population. La ville de Los Angeles et l’Etat de Californie se sont déjà portés acquéreurs des « droits à l’eau » des agriculteurs. Au total, 20% d’entre eux auraient déjà trouvé preneurs.

De maraîchers à marchands d’eau, la reconversion des agriculteurs californiens est révélatrice d’un malaise profond. Si l’on en croit les données satellites de la Nasa, cet Etat, premier producteur de fruits et de légumes des Etats-Unis, n’a plus qu’un an de réserves en eau devant lui. Or, la grande majorité des producteurs californiens, qui dénoncent la part trop grande de l’eau réservée à la protection des écosystèmes, sont incapables de cultiver sans irriguer.

A la place des pelouses, des cactus

Le phénomène n’est pas propre à la Californie. « On va toujours chercher plus loin et plus profond au lieu de se poser la question des usages de l’eau », déplore le spécialiste de l’eau, Alexandre Taithe dans une récente interview à Terra eco. Ainsi, en Californie, le gouverneur Jerry Brown a évoqué l’idée d’installer des pipelines qui traverseraient l’Etat du nord au sud. Un non-sens si l’on se réfère à l’analyse d’Alexandre Taithe, qui dénonce une « abondance en trompe-l’œil qui coûte cher et qui consomme beaucoup d’énergie ». Seul levier efficace, « une action forte sur la demande », préconise le chercheur. Selon Le Monde, la Californie a déjà décidé de remplacer ses 4,6 millions de mètres carrés de pelouses gourmandes en eau par des cactus et autres plantes plus adaptées. Un petit pas ramené aux mètres cubes avalés par les cultures de coton ou d’amandiers.

A lire aussi sur Terraeco.net :
- « La Californie adopte un plan pour l’eau »
- « Troque ta pelouse contre du liquide »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité