publicité
Accueil du site > ZZZ Papiers en attente > A classer depuis V4 > Le Blog de Terra Economica > Le jeune chômeur : erreur statistique et légende journalistique
6-04-2006

Le jeune chômeur : erreur statistique et légende journalistique

Taille texte
 
SUR LE MÊME SUJET
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Cofondateur et directeur de la publication du magazine Terra eco et du quotidien électronique Terraeco.net

- Suivez-moi sur twitter : @dobelioubi

- Mon blog Media Circus : Tant que dureront les médias jetables

10 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • « En France, un jeune sur quatre est au chômage ». La nouvelle circule dans tous les médias depuis quelques semaines et alimente largement le débat sur le CPE. Un tel chiffre est politiquement inacceptable. Problème : il est totalement faux.

    Ce que disent les statistiques (notamment Eurostat : voir notamment cette page), c’est qu’un jeune ACTIF sur quatre est au chômage, et non un jeune sur quatre. Qu’est-ce qu’un actif ? Un actif est une personne officiellement en situation d’occuper un emploi. Précisons encore : il faut distinguer l’actif occupé, qui est une personne « employée », de l’actif inoccupé, qui est en situation de chômage.

    Revenons à nos jeunes. Tous ne sont pas actifs, loin s’en faut. En fait, la plupart des jeunes de 15 à 24 ans ne sont pas en situation de travailler pour une bonne raison : ils sont lycéens ou étudiants. Dans cette catégorie d’âge, le taux d’activité, qui mesure le nombre d’actifs occupés ou non (c’est-à-dire occupant un poste ou non) est seulement de 29,9 % pour les femmes et de 37,3% pour les hommes (source : Insee 2005, voir cette page) . Conséquence, évoquer un taux de chômage de 22% chez les jeunes actifs de 15 à 24 ans revient à dire que, dans la catégorie des jeunes qui recherchent un emploi, - et dans cette catégorie seulement - 22% restent sur le carreau (Eurostat, 2004). Ceux-là sont effectivement au chômage.

    1 jeune sur 12 au chômage

    Résumons, en allant du général au particulier. Un Français peut être un jeune de 15 à 24 ans. Un jeune de 15 à 24 ans peut le cas échéant être un actif (s’il n’est pas à l’école ou en études) : on le voit, seulement un tiers environ de la population des jeunes est active. Enfin, une partie - et une partie seulement - de ces jeunes français actifs est au chômage : dans la catégorie des jeunes actifs de 15 à 24 ans, on dénombre 22% de chômeurs.

    Conséquence : la France ne compte pas un jeune sur quatre au chômage, comme cela a été dit de manière abusive. La France compte un jeune sur DOUZE au chômage. Autrement dit, 8% « seulement » de la population des jeunes de 15 à 24 ans est aujourd’hui en situation de chômage. Ce chiffre se situe exactement dans la moyenne européenne (8,1% selon Eurostat). A titre de comparaison, le Royaume-Uni - dont nous les chiffres du chômage sont régulièrement cités en exemple - affiche une statistique proche de celle de la France : 7,6% de la population des jeunes de 15 à 24 ans y est au chômage.

    6.04 à 08h51 - Répondre - Alerter
    • Démonstration logique. Espérons que tout ceci soit véridique mais attention aux statistiques ! Reste que la situation est préoccupante aussi bien pour les jeunes (15-24 ans) que pour les jeunes adultes (plus de 24 ans) ...

      6.04 à 10h32 - Répondre - Alerter
    • Je suis un peu perplexe... quand on dit que 22% des jeunes sont au chômage, l’imagination populaire ne prend pas en compte l’étudiant ou le lycéen... dont on sait pertinemment qu’ils ne sont pas en recherche d’emploi !!! C’est comme croire qu’un pré-retraité de 59 ans est chômeur sous prétexte qu’il a moins de 60 ans...

      Vous jouez avec les mots de la même manière que des journalistes ou des politiques jouent avec les statistiques.

      Au passage, parler de 8% des jeunes au chômage ne veut rien dire... car si 50% de ces jeunes ne sont pas en cours d’étude, alors cela signifie un taux de chômage réel très bas. Mais si la plupart des jeunes étudient, un chiffre de 8% des jeunes reviendrait à un chômage très élevé.

      Il est donc beaucoup plus sensé de parler de chômage des jeunes, même si le terme ’actif’ n’est qu’implicite. Les citoyens ne sont pas idiots au point de croire que des élèves de seconde (par ex.) sont des chômeurs !

      6.04 à 11h43 - Répondre - Alerter
    • Il parait évident qu’il s’agit de jeunes actifs dont il est question, sans quoi cette statistique n’aurait aucun intérêt. Il est important de démontrer que 22% des 15/24 ans actifs sont au chomage, le reste importe peu. Ceci est un faux débat. La plupart des jeunes de cette tranche d’âge étant occupée par des activités lycéennes ou estudiantines, il me paraitrait plus pertinent de s’intéresser à la tranche d’âge suivante, celle des 25/30 ans, celle des jeunes sortis des études. Les journalistes en parlent peu voir pas du tout. On évoque les 15/24 ans puis les "séniors". Entre les deux il y a un vide intersidéral, à croire qu’il n’y a aucun problème passé 24 ans pour trouver du travail.

      6.04 à 11h59 - Répondre - Alerter
    • A la lecture de cet article, la première réflexion qui me vient à l’esprit concerne son bien fondé :
      Avez vous réalisé une étude représentative sur la population montrant que la grande majorité des personnes interrogées est persuadée que les 25% de chomeurs annoncés chez les jeunes concernent TOUS les jeunes ?
      Je pose ma question différemment : Qui peut être crédule au point d’imaginer que ces statistiques comprennent la population étudiante(/lycéenne) ?
      Sérieusement, depuis quand un étudiant est-il une personne inactive qui doit être comptabilisée dans les chiffres du chomage ???
      Non, je n’arrive pas à imaginer un seul instant que le chiffre de 25% annoncé puisse porter à confusion... Il parait tout de même EVIDENT que ce chiffre ne peut prend en compte les jeunes qui ne cherchent pas d’emploi...

      Bien cordialement,
      Zoe

      6.04 à 11h59 - Répondre - Alerter
      • Je suis surpris par votre capacité à imaginer que la compréhension d’une annonce par une personne qui écoute la radio ou la télévision dépasse le stade d’une simple écoute sans réflexion.

        C’est un peu comme si vous disiez que les messages publicitaires n’atteignent pas leur cible.
        Si vous arriviez à le démontrer alors l’ensemble de la profession du marketing et du journalisme vous tomberait dessus à bras racourcis.

        Depuis le temps que l’on fait de la propagande il est clair qu’un message simple est ambigue laisse d’abord passer la simplicité et laisse derrière l’ambiguité.

        6.04 à 16h43 - Répondre - Alerter
    • Enfin des vrais chiffres............MERCI

      6.04 à 13h01 - Répondre - Alerter
      • Dans tous les cas cette étude statistique semble bien plus fiable qu’un sondage ou une enquête effectué dans des conditions qui ne sont jamais précisées.

        6.04 à 20h57 - Répondre - Alerter
        • Ce n’est pas aussi simple !

          Que faîtes-vous du jeune (- 24 ans) étudiant qui travaille comme livreur de pizzas ? Il fait du PIB et il est comptabilisé comme salarié !

          Que faîtes-vous du jeune non-étudiant qui travaille au black ? Il est comptabilisé dans les 22% et poutant il bosse...

          Trève de plaisanteries... Il y a un problème de chômage des jeunes en France, comme pour toutes les tranches d’âge.

          J’aimerais poser une question qui choque : selon vous, sur 10% de chômeurs en France, quelle est la proportion de fainéants ? Autrement dit, les 5% de chômeurs qui nous séparent du plein-emploi à l’anglo-saxonne (5% de chômeurs au Royaume-Uni et aux Etats-Unis) peuvent-ils être comblés par des CPE, CNE, CDI, CDD, CZK, CWP, CJZ, CXBHYT.... ou y a-t-il des gens qui, quoiqu’il arrive, ne veulent pas de boulot ?

          7.04 à 13h02 - Répondre - Alerter
    • Lorsque le 1er ministre ou un autre dit que le chômage des jeunes est plus dramatique que celui d’une autre catégorie, il ajoute que c’est parce qu’il y a 25 % des jeunes qui sont chômeurs. Ce qui est donc faut. C’est donc 8 % des jeunes qui sont des chômeurs et ce sont bien 25 % des jeunes actifs qui sont au chômage comme 10 % de la population active est au chômage selon les statistiques ministérielles. La nuance est de taille.
      Que le simple dise 25 % des jeunes... oui ; que le ministre ou un journaliste le dise, non. Ce simplisme est coupable et de nature à induire en erreur le crédule et même à le tromper que cela soit volontaire ou non.

      Mais au fait est-ce 10 % des actifs qui sont chômeurs ou 10 % de la population qui est au chomage ?

      7.04 à 18h36 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité