publicité
Accueil du site > Actu > Les Brèves > Voyez fondre le pergélisol, cette bombe climatique
30-01-2015
Mots clés
Environnement
Climat
Pôles

Voyez fondre le pergélisol, cette bombe climatique

Taille texte
Voyez fondre le pergélisol, cette bombe climatique
(Crédit photo : Laure CAILLOCE - CNRS Photothèque)
 
Dans le Grand Nord, des sols gelés depuis des milliers d'années commencent à fondre en libérant de puissants gaz à effet de serre. Une expédition de chercheurs franco-canadiens est partie évaluer cette menace.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Dans les régions arctiques, il existe un sol gelé en permanence depuis des milliers d’années. On l’appelle le « pergélisol » ou « permafrost- » dans sa version anglo-saxonne. Sous l’effet du changement climatique, il montre ses premiers signes de dégel, formant des mares de « thermokarst », ces taches blanches que l’on observe sur la photo.

Le pergélisol – qui recouvre 25% des terres émergées de l’hémisphère nord, soit la superficie du Canada – est une bombe à retardement. Sa fonte libère des quantités colossales de méthane et de dioxyde de carbone, deux gaz largement responsables, à leur tour, du changement climatique. Conséquence de ce cercle vicieux, d’ici à la fin du siècle, les températures pourraient augmenter de 5 à 8°C et non de 4, l’estimation haute donnée aujourd’hui par le Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat).

Pour mesurer l’ampleur de cette menace, huit laboratoires français et canadiens ont lancé un vaste programme de recherche. Une journaliste du Journal du CNRS (Centre national de la recherche scientifique) les a suivis et livre un récit illustré de l’une de leurs expéditions.

Un reportage à lire sur le site du Journal du CNRS.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
11 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je viens de consulter ma vieille encyclopédie Larousse en 10 volumes de 1963.
    A "pergélisol" tome 8 page 330 on peut déjà lire la même description du dégel !!!
    Sauf que là il n’est pas question de "commence à fondre" mais bien d’un phénomène ancien de fonte de" pergélisols datant de la dernière période froide quaternaire et qui dégèlent lentement".
    Donc l’attribution de cette fonte au "réchauffement climatique dû à l’activité humaine" n’est pas du tout fondée.

    Vive les anciennes encyclopédies papier pas mises à jour !!!!

    2.02 à 18h53 - Répondre - Alerter
    • La bonne blague !
      Suffit de ne pas parler des mêmes pergélisols pour pouvoir raconter n’importe quoi, bravo.
      Ceux qui sont suffisamment au nord ne dégèleront pas ou peu (je ne sais pas si il y en a dans ce cas).
      Ceux qui étaient le plus au sud sont ceux dont parle votre encyclopédie... depuis ils ont peut être déjà disparu, alors que les scientifiques de l’époque s’attendaient à ce qu’ils fondent en quelques siècles (au hazard).

      3.02 à 17h22 - Répondre - Alerter
      • Peu importe où ils sont situés, que ceux plus au sud aient commencé la fonte avant ceux qui sont plus au nord, ce qui est logique, l’important est de remarquer que cette tendance à la fonte était déjà signalée en 1963, et qu’à l’époque la cause évoquée était la fin du réchauffement après la dernière période glacière du quaternaire, ce qui est tout à fait logique à l’échelle de ces variations millénaires.
        Rien à voir donc avec un hypothétique réchauffement dû à l’activité humaine sur quelques dizaines d’années.

        3.02 à 17h56 - Répondre - Alerter
        • Non mais vraiment, prendre cet extrait d’encyclopédie des années 60 comme preuve que le réchauffement n’est pas anthropique, faut vraiment avoir la foi !
          Encore une fois, si dans cette encyclopédie on parle de fonte de pergélisol depuis la dernière glaciation (ordre de grandeur 10000 ans il me semble), c’est que ça doit être à un rythme très lent non ???
          Donc très différent de ce qui est observé depuis quelques années par les scientifiques, et qui semble très rapide, selon les témoignages qu’ils peuvent en faire en tous cas, je ne suis pas allé sur place pour vérifier...

          3.02 à 19h20 - Répondre - Alerter
          • Ce n’est pas une question de foi, mais de fait !
            Et le fait c’est qu’en 1963, la fonte du pergélisol était déjà constatée, et expliquée par le résiduel de la remontée en température après la fin de la dernière glaciation il y a 15 000 ans, aux aléas centenaires ou décennaux près (les diminutions et augmentations des banquises et glaciers se sont déjà produites dans le passé alors que l’industrie génératrice de CO2 n’existait pas encore).
            Donc la même constatation en 2014, avec la même description de formation de thermokarsts ne peut absolument pas permettre de conclure que ce phénomène serait lié à un réchauffement climatique dû à l’activité humaine.
            Réchauffement d’origine humaine d’ailleurs de plus en plus contesté par de plus en plus de scientifiques pour de nombreuses raisons.

            3.02 à 20h00 - Répondre - Alerter
            • Bon, reprenons les bases :
              - votre encyclopédie : "pergélisols datant de la dernière période froide quaternaire et qui dégèlent lentement".
              - l’article du CNRS : "au Nunavik, on a enregistré une hausse de 2 °C de la température du sol à 4 mètres de profondeur entre 1992 et 2010". (au passage, vous voyez que les scientifiques vont un peu plus loin que la simple observation de nouveaux thermokarsts, ils les étudient !).
              Moi je vois une différence nette entre 2°C sur 20 ans et une fonte lente sur 15000 ans.

              Sinon, concernant "Réchauffement d’origine humaine d’ailleurs de plus en plus contesté par de plus en plus de scientifiques pour de nombreuses raisons." : vous auriez svp une petite listes d’articles scientifiques sur le sujet ? (on parle d’articles scientifiques, donc publié dans des conditions scientifiques...).

              4.02 à 11h15 - Répondre - Alerter
              • Je me méfie des relevés de températures. Où, dans quelles conditions ? à quelle époque ? quelle est la courbe d’évolution ? quelle est l’incertitude de ces mesures ? Qu’est-ce qui a changé dans les environs pendant cette époque ?
                En général on ne sait pas. 2 degrés ce n’est pas grand chose, il peut y avoir nombre de facteurs extérieurs qui peuvent intervenir, ne serait-ce que la prise de mesure elle-même.
                On ne sait pas si cette évolution est linéaire ou pas, si elle n’est pas descendue plus bas à un moment, ou montée plus haut, ni ce qu’il est advenu après 2010.
                J’ai été dans le passé responsable d’une équipe de métrologie, et j’ai pu constater de nombreuses fois que les sources d’erreurs et les interprétations fausses ne sont pas rare, même de la part de gens habitués. Même que des fois, certains poussent un peu pour que les résultats collent mieux avec ce qui est attendu ... (dans le cas présent ne pas tenir compte par exemple de l’activité géothermique).
                Alors ces chiffres annoncés comme ça sans explication, sans croisement avec d’autres équipes, d’autres mesures, moi ça me laisse froid.

                La comparaison entre 2 degrés sur 20 ans et les 15 000 ans de réchauffement ne veut pas dire grand chose, ne connaissant pas les conditions de départ, ni l’évolution, c’est à dire la température initiale ni surtout la hauteur de glace (plusieurs centaines de mètres ?) qui pouvait se trouver au dessus et qui donc a pu maintenir la température du pergélisol stable pendant des milliers d’années avant que cette hauteur de glace disparaisse. Maintenant que cette couche a disparu, il est normal que le réchauffement du sol s’accélère.

                Pour ce qui est des scientifiques et la contestation, on peut trouver de nombreuses sources sur internet, mais celle qui me parait la plus fiable, la plus documentée et la plus sérieuse en français c’est le site de Jacques Duran, ancien Directeur de Recherche du CNRS en retraite.

                http://www.pensee-unique.fr/index.html

                Vous y trouverez les références de nombreux scientifiques ainsi que ce qu’ils racontent. C’est un peu fouillis parce qu’écrit au fil des jours, mais vous avez des références pratiquement dans chaque articles. Voir par exemple les dernières mises à jour, Chercheurs indignés (01/02/2015) ; L’année "la plus chaude" ? (22/12/14) et mise à jour (18/01/2015) et Paroles de grands chercheurs juste en dessous en haut du cadre bleu du milieu.

                Je vais régulièrement consulter "Grands Indicateurs du Climat" actualisables au quotidien, en haut du cadre jaune à droite, on y trouve des liens à tous les relevés actuels de différents organisme, indispensable pour avoir une information brute.

                Vous avez des heures de lectures !

                Alors évidemment il n’est pas prouvé à 100% qu’il n’y a pas de réchauffement climatique anthropique, mais à la lecture on se rend compte que l’argumentation est bien plus dense et précise que celle du GIEC.

                Il est à noter également que dans les médias seules sont reprises les informations en provenance du GIEC et de ceux qui soutiennent sa théorie, jamais ceux qui la contestent alors qu’ils sont de très sérieux arguments. Ce qui prouve un parti pris évident, donc une ingérence politique qui forcément sème le doute, le passé ayant largement montré les conséquences néfastes d’une telle ingérence.

                4.02 à 14h29 - Répondre - Alerter
                • Bon, je renonce : rien à faire contre le parfait discours du bon climato-sceptique qui fait le faux naïf... il était pas mal le coup de l’encyclopédie ;-)
                  Et juste un dernier commentaire : vous auriez pu aussi citer C. Allègre comme personne ayant renoncé aux fondements de la science...

                  5.02 à 19h47 - Répondre - Alerter
                  • Allez-voir sur le site que je vous ai indiqué (et il y en a bien d’autres), lisez, comparez, et faites vous votre propre idée à partir de faits et non des informations des médias biaisées et sélectionnées pour aller dans le même sens politiquement correct.
                    Bon courage !

                    5.02 à 19h54 - Répondre - Alerter
  • M’enfin, c’est de la faute des éruptions solaires, ça ! Ainsi continuent à affirmer les "experts" des groupes industriels qui ne doivent leurs empires qu’en flattant la prétention à la môôôdernité et à la gloutonnerie de leurs clientèles...
    Le permaculturel, ben ça rapporte que dalle, à part 1 monde + juste et + équitable, hein ?

    2.02 à 14h41 - Répondre - Alerter
  • Bravo aux équipes qui partent évaluer la menace.

    La solution de protection des sols et de l’atmosphère existe !!! Et il n’y aurait pas de dérèglement climatique de cette envergure.

    Lydia Bourguignon, maître ès science et d.t. oenologie, et Claude Bourguignon, ingénieur agronome et docteur ès sciences ont écrit dans "Le sol, la terre et les champs" qu’une culture sans labour avec la technique de semis direct sous couvert représenterait pour la France une fixation de 65 millions de tonnes de gaz carbonique dans les sols agricoles ! Voilà la solution, mais il y a les lobby des gens qui vendent les engrais , les pesticides ...

    31.01 à 19h32 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité