publicité
Changer de vie : ils ont osé, pourquoi pas vous ?

Le média qui change le monde

Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives,
le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger...

Abonnez-vous au magazine papier...

 
 
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Les tests du mois > Vis ma vie … aux toilettes sèches

Les tests du mois

Par Moi
14-09-2012

Vis ma vie … aux toilettes sèches

Vis ma vie … aux toilettes sèches

Qu’est ce que c’est ? Les toilettes sèches sont des toilettes qui n’utilisent pas d’eau. Nous les retrouvons sous différentes appellations selon le mode de gestion : toilettes à compost, toilettes à litière sèche ou toilettes à litière bio maîtrisée mais le résultat est le même pas une goutte d’eau lors de son utilisation. Très simplement, il s’agit de récupérer les excréments pour en faire du compost. Pour nous, la solution qui s’est imposé est celle des toilettes à litière sèche. La différence avec les autres : nous ne séparons pas les liquides des solides !

Pourquoi des toilettes sèches ? C’est de l’eau potable qui est utilisée à raison d’une moyenne de 40 litres/habitant/jour pour "chasser " nos déjections.

Je te vois déjà lecteur plissé le sourcil gauche dubitatif … NO N les toilettes sèches n’ont plus rien à voir avec les trous au fond du jardin de nos aïeux ni même avec la chanson détourné d’un célèbre chanteur.

Nos toilettes sèches made in maison Notre 1ère version : dans une mini véranda entourée des rideaux avec une porte de fortune. Point positif : nous possédions encore des WC traditionnels pour les irréductibles même si il servait de placard. Points négatifs : nous avons eu très froid l’hiver et la nuit il fallait une lampe de poche … mais nous avons tenu près de deux ans en centre ville dans une maison avec un jardin de 500m². La seconde version est plus luxe. Il s’agit d’une pièce à l’intérieur de la maison. Comme nous avons rénové intégralement notre logement cette pièce possède déjà les arrivées d’eau et évacuation en cas de revente ou autre chamboulement de vie. Le point positif : il y a la lumière et il y fait bon par contre vous l’aurez compris les irréductibles sont pris au piège … Mais bon après au temps de temps, nos familles et amis s’y sont mis sans souci même mamie âgée de 90 printemps joue le jeu. L’aspect le moins sympa des deux versions reste donc la vidange du sceau une à deux fois par semaine selon le nombre d’utilisation. A deux, un sceau de 20L nous fait la semaine.

Comment les utiliser ? C’est très simple : Une fois nos déjections terminées, on met aussi le papier toilette dans le sceau. Attention fini le papier ultra coloré à la lavande. Puis on couvre du mélange de sciure et copeaux obtenue gratuitement auprès d’une scierie locale (attention, ne pas utiliser de bois traité ou exotique afin de ne pas récupérer un compost toxique pour la terre).

Les ++++ Économie d’eau : Les toilettes sèches comme alternative à la chasse d’eau évitent le gaspillage de trois à douze litres d’eau potable à chaque utilisation et les fuites. La constitution d’une ressource naturelle : Création d’un amendement organique de qualité à partir des déjections permettant de restituer à la terre les éléments qu’on en a retirés. Nous cultivons un jardin, nous avons donc trouvé directement une utilisation de notre compost. Absence de bruits générés par la chasse d’eau Réduction des problèmes d’eutrophisation : éliminés par des toilettes à eau traditionnelles, les selles et urines libèrent des quantités importantes d’azote de phosphore dans l’eau, participant ainsi de manière sensible à la dégradation des écosystèmes aquatiques. Peu onéreux : en étant un brin bricoleur la construction peu ne rien coûter Facile à mettre en œuvre puisque totalement mobile car aucun raccordement à installer Pas de toilettes bouchées

Les – Les réticences vis-à-vis des toilettes sèches sont principalement dues à un blocage culturel mais aussi à un souci de place pour mettre en route un compostage. 1er apriori ca ne sent pas : Versée en quantité adaptée, les copeaux bloquent les fermentations anaérobies et permettent le démarrage du compostage. Le stockage des copeaux : Même si son coût est modique, il faut s’approvisionner en sciure et la stocker à proximité des toilettes. Dans le cas de copeaux ou de sciure, il faut de plus s’assurer qu’ils ne proviennent pas de bois traités afin de ne pas contaminer la terre via le compost. Par an, prévoir un à deux mètres cubes de sciure pour un ménage de trois-quatre personnes. Le compostage nécessite un lieu adéquat à l’extérieur du logement. La toilette sèche est donc plus appropriée aux zones rurales et périurbaines, mais quelques mètres carrés par ménage suffisent (c’est-à-dire un mètre carré au sol par personne). Entretien : Il faut veiller à la vidange et entretien minimal du seau ; en prévoir un second au besoin. Préférer investir dans un seau en inox (plus durable et facile d’entretien) ou se contenter d’un seau en plastique (polyuréthane de préférence).

Et nos invités dans tout ça !!! La plupart du temps (heureusement !), ils sont amusés surtout les plus jeunes. Attention malgré tout à la consommation de copeaux... Certains sont réticents et d’autres en possèdent déjà.

Pourquoi pas des toilettes sèches chez vous ? Il suffit d’un seau et d’un peu d’imagination et de se procurer des copeaux qui seront utilisé comme litière après chaque passage. Quand les toilettes sont pleines, les vider sur le compost, avec les épluchures de légumes et les déchets du jardin.

Un petit point législatif Depuis 2009, la loi reconnaît enfin l’existence des toilettes sèches dans un arrêté portant sur l’assainissement non collectif. L’article 17 autorise l’installation de toilettes sèches. Elles sont autorisées « à la condition qu’elles ne génèrent aucune nuisance pour le voisinage ni rejet liquide en dehors de la parcelle ni pollution des eaux superficielles ou souterraines ». L’arrêté décrit les toilettes sèches par « une cuve étanche recevant les fèces ou les urines (...) régulièrement vidée sur une aire étanche conçue de façon à éviter tout écoulement et à l’abri des intempéries. » Pour notre part, nous sommes en pleins dedans car nous devons rénover notre système d’assainissement !!! Le texte est bien mal fait en particulier sur la partie compostage grrrr comment faire décomposer un tas si les micro-organismes du sol ne peuvent atteindre la matière !

Le compostage Et bien non ! Le compost demande un minimum d’entretien. Afin de dégrader au plus vite votre tas de compost, il faut donc mélanger des matériaux azotés (tonte d’herbe, bio-seau...) et des matériaux carbonés (carton, bois, papier...). Ensuite il faut de l’humidité et de l’oxygène pour que la dégradation commence par les microorganismes. Cette matière dégradée sera ensuite digérée par les vers de compost. Il faut donc penser à deux choses pour mener à bien son compost : brasser pour l’oxygéner et l’humidifier sans le détremper si besoin.

COMMENTAIRES
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour à tous,
    Voici mon article sur le choix des toilettes sèches : http://www.bio-ecolo.fr/2014/05/jai-teste-les-toilettes-seches/
    A bientôt !

    19.05 à 14h49 - Répondre - Alerter
  • Bonjour Gaëlle et merci d’avoir parlé de mon entreprise MADOM. Effectivement toute notre récupération déchets va en compostage. (3ans). Utilisation de paille activée. Tas à l’air libre et ensuite en composteurs.
    Nous faisons également un service de ramassage pour les familles qui n’ont pas la possibilité d’installer des composteurs chez eux. 4 seaux de 20 litres avec couvercles vides contre 4 seaux pleins (avec couvercle également bien-sûr !).
    Sinon nous avons inventé un porte charge pendulaire qui permet de retirer des bacs de 80 litres, et terminé le mal au dos. C’est vraiment génial ! Les toilettes c’est ma vie et l’avenir.
    Marie

    20.02 à 17h09 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Ma maison est équipée de toilettes sèches et d’un compost situé en extérieur.

    Le bac à compost unique (urine et matières fécales) est en train de déborder et je cherche en vain si une entreprise ou une association peut venir vider et récupérer tout ce compost car je vais déménager et je voudrais laisser l’endroit propre et vidé avant mon départ ?

    Merci de votre aide.

    8.01 à 14h40 - Répondre - Alerter
  • cristalattitude : TLB Mode d’emploi

    Voici le mode d’emploi bien détaillé et très utile du site www.eautarcie.com.

    Nous ferons le saut pour notre prochaine maison !

    20.09 à 15h49 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Attention une remarque quand meme pour du compost utilisant nos dejections comme c’est decrit dans l’article.

    Il n’est pas conseille d’utiliser le compost "humain" dans vos potagers ou arbres frutiers mais plutot fleurs et autres "decorations" paysageres.

    En effet, il y a dans les selles tout un panel d’agents actifs (et qui le restent un moment qu’on estime a deux ans...) notamment dus aux medicaments que nous ingerons et autres substances chimiques qui proviennent de ce que vous pouvez manger et boire.

    Il est donc important de mentionner que faire son compost n’est pas immediat et que ces "bienfaits" ne le sont pas non plus ! Il serait meme extremement dangereux que tout le monde deversent ces dejections, meme dans de la sciure, au petit bonheur. Il faut une certaine humidite, un certain pourcentage de carbonnes, de feuillage, d’air pour que le compost prenne ce qui demande une certaine experience ( pas un bac +5 mais un peu de tatonnements quand meme !!!) et on conseille donc 3 ou 4 tours de composts (soit 1an et demi a 2 ans) pour que les excrements humains servent d’engrais...

    La creation des egouts ne repondaient pas seulement a un probleme de confort mais aussi a celui de la sante publique attention a ne pas regresser quand on veut progresser...

    Sinon, j’ai des toilettes seches et ce n’est vraiment pas sorcier. Ma principale motivation est effectivement de ne pas user d’eau et comme il n’y aucune gene (pas d’odeur et franchement sortir un seau toutes les semaines j’appelle meme pas ca une contrainte...) je vois pas pourquoi on cherche d’autres excuses de rentabilite !

    19.09 à 08h07 - Répondre - Alerter
    • J’ai lu dans un article que pendant le compostage, les "agents actifs" ou les bactéries ou ... qui sont dangereuses pour la santé disparaissent. Dans ce cas, pourquoi on ne peut le mettre dans son potager ?
      Il y a quand même bien des labos qui ont du étudier ça non ?

      19.09 à 13h22 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    c’est drôle, vous parlez tous de toilettes à sciure et la photo montre un modèle avec pédale.
    Après recherche, cette photo viens d’un fabricant français de toilettes à pédale www.ecodomeo.com et il est dit qu’il n’y a plus de seau à porter et que l’entretien est très réduit. Intéressant quand on trouve que sortir le seau est une grosse contrainte !

    18.09 à 15h24 - Répondre - Alerter
  • Pour tester les TLBs, vous pouvez utiliser une poubelle en PE de taille moyenne (la mienne fait 34cm de diamètre pour 38cm de hauteur).
    Elles sont assez solide pour s’assoir dessus et la contenance est géante ;-).
    Il suffit de rajouter une lunette de récupération en clouant des cales en dessous pour l’emboiter dans la poubelle.

    Ces poubelles ont généralement un couvercle, ce qui est pratique pour le transport ou entre deux utilisations.

    Pour ce qui est de l’odeur, c’est franchement bluffant.
    Passer l’odeur normal pendant l’opération de soulagement (comme dans des WC mouillés) après l’ajout de broyat de bois, cela ne sent plus rien : c’est magique !

    Pour le compostage, il est vrai que cela peut poser problème en ville et malheureusement il n’y a pas de service de ramassage urbain des TLBs.

    Cela pourrait apparaitre pourtant... En mettant des sacs compostable dans les TLBs, ceux-ci pourraient être collecter et peut-être même que cela couterait moins cher que l’entretient des égouts !

    18.09 à 09h51 - Répondre - Alerter
  • il serait quand même intéressant d’écrire : "seau" et non pas "sceau".... ici nous ne mettons pas : "Un cachet où sont gravés en creux des signes propres à une autorité souveraine" ... mais bien autre chose !!!!!!

    18.09 à 09h42 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Pour améliorer la rapidité de décomposition du compost vous pouvez utiliser la technique de la paille activée cela améliorera son taux d’humidité et accélérera le processus de monter en température. Très simple à mettre en œuvre comme expliquer ici http://www.lesecoreporters.fr/dossi...

    Tinette en effet avec une famille de 5 la sortie su sceau doit être très fréquente .. peut etre faut il repenser l’emplacement du compost et des toilettes afin de les rendre le plus proche possible ?

    Isa les toilettes portatives ont été de mise aussi à la maison mais plus trop envie de concession maintenant tout le monde connait notre mode de fonctionnement donc tout le monde s’y met.

    17.09 à 14h44 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    nous utilisons une toilette sèche depuis plus de 2 ans maintenant ; comme nous habitons à la campagne, le stockage de la sciure et du compost ne pose pas de problème particulier ; en revanche, la seule vraie contrainte qui demeure, c’est la vidange du seau : tous les jours ou tous les 2 jours max pour un seau de 15l, pour une famille de 5 personnes.
    Le compost à base de sciure a aussi tendance à être sec, surtout en été ; on y remédie en y versant de l’eau récupérée par ailleurs (eau de lavage des légumes par exemple).
    Sinon, c’est vrai que la réduction de consommation d’eau est spectaculaire ; et côté compost, en quelques semaines, le volume réduit beaucoup, et on obtient un beau compost qui sent bon l’humus, aucune trace des matières fécales initiales.

    17.09 à 14h36 - Répondre - Alerter
  • Isa d’Ecolo-bio-nature : Vis ma vie … au toilette sèche

    Bonjour,

    J’ai fait des toilettes sèches portatives (qui ressemblent plus ou moins aux anciennes chaises percées) ainsi je peux les enlever lorsque des invités irréductibles viennent à la maison ou lorsque le composteur est plein (dans ce cas je dois attendre un peu que le compost diminue pour y remettre le contenu des futurs seaux et donc je n’utilise plus les toilettes sèches pendant quelques jours) .

    Amicalement,
    Isa d’Ecolo-bio-nature

    17.09 à 10h10 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS
publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
Site conçu avec
publicité