publicité
 
 
Accueil du site > Actu > Conso > Viande halal : comment discerner le vrai du faux
23-02-2012
Mots clés
Alimentation
France

Viande halal : comment discerner le vrai du faux

Taille texte
Viande halal : comment discerner le vrai du faux
(Crédit photo : william veerbeek - flickr)
 
Marre qu'on vous raconte des salades sur votre bifteck ? Terra eco taille dans le lard et vous aide à y voir plus clair.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

En une semaine, notre steak haché s’est retourné dans son assiette. Quoi ? La vache est abattue n’importe comment et elle deviendrait dangereuse, comme l’explique le reportage d’Envoyé spécial, « La viande dans tous ses états ». Quoi ? Toute la viande est halal dans la capitale, comme l’explique, chiffres plus ou moins hasardeux à l’appui, Marine Le Pen ? La polémique sur le halal enfle depuis une semaine. Elle a déjà eu lieu dans d’autres pays européens, et cas classique, elle est utilisée par les populistes. Dans ce gloubiboulga d’affirmations hachées, il est temps de faire le point.

- La viande française est en grande partie halal. FAUX. Moins d’un quart de la viande française – bien sûr on ne compte pas le porc – est halal. 14%, soit 2,584 000 millions de tonnes, des bovins, ovins et caprins sont halal. Quand on regarde le nombre de bêtes abattues – attention pour une même masse, il faut plus de moutons que de vaches – 80% des ovins, 20% des bovins et 20% des volailles le sont selon les rituels musulmans ou juifs, d’après le ministère de l’Agriculture.

- On peut manger de la viande halal sans le savoir. VRAI. Selon le ministère de l’Agriculture joint par téléphone, « il peut arriver que la viande halal se retrouve sur le marché “classique”, et dans ce cas impossible de le savoir ». Il n’y a pour le moment aucun étiquetage mentionnant les conditions d’abattage. Par contre, il existe des étiquettes « halal », mais là aussi c’est flou. Il n’y a pas de règle claire à respecter pour écrire « halal » sur un produit. Cette étiquette est surtout un argument marketing.

- L’abattage rituel crée des risques sanitaires. VRAI. Abattre un animal selon le rituel halal signifie que la bête n’est pas étourdie avant sa mort. Conséquence : par réflexe, le contenu de l’estomac a tendance à refluer. Avec la cadence des chaînes d’abattage, c’est ce qui arrive dans 15% à 20% des cas. Potentiellement, la viande peut donc être souillée et contaminée. Par contre, en ce qui concerne les risques de contamination par la bactérie E.Coli, celle qui a fait plusieurs morts l’été dernier, la réponse est non. Cette bactérie est présente dans les excréments, pas dans l’estomac. Le risque est donc infime.

- Les animaux souffrent plus avec l’abattage rituel. VRAI. Avec ce type d’abattage, la bête n’est pas étourdie, elle est donc consciente lorsqu’elle meurt. Selon un rapport de l’Inra, Institut national de recherche agronomique, (page 74), la bête peu mettre jusqu’à 14 minutes pour mourir.

- Le halal et le casher vont être plus réglementés. VRAI. Le 29 décembre 2011, bien avant la polémique lancée par Marine Le Pen, un décret est publié au Journal officiel. A partir du 1er juillet 2012, certains abattoirs seront agréés pour ne faire que de l’abattage rituel. Concrètement, trois organismes des cultes musulmans et juifs garantiront que l’abattage respectent les rites religieux. Les cadences sur la chaîne diminueront pour empêcher des contaminations par les reflux gastriques. Dernière nouveauté, l’étiquetage. Le mode d’abattage sera spécifié sur les produits.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
6 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Petite précision :
    Pour le rite musulman, la bête est à jeun au moment de l’abattage.
    Parler de reflu d’aliments est donc à pondérer.

    12.03 à 11h11 - Répondre - Alerter
  • Bonsoir,

    Envoyé spécial expliquait que l’E. COLI se trouvait également dans l’estomac de la vache (pas seulement dans la bouse) et que de ce fait, on ligaturait cet estomac d’un simple élastique etc.. Comment êtes-vous sûre que cela n’est pas le cas ? merci de votre réponse Cordiales Salutations
    Mme Chantal MUNSCH

    28.02 à 18h34 - Répondre - Alerter
  • Je suis assez déçue par cet article qui oublie d’aborder par exemple la problématique du reversement d’un pourcentage de 15 % du chiffre d’affaire de l’abattage au culte musulman (est-ce vrai ?), qui donne des chiffres de façon objective certes mais peut-on ne pas prendre parti quand on s’appelle Terra Eco et confirmer froidement qu’une bête met 14 minutes à mourir quand elle est dépecée bien avant que ces 14 minutes soient écoulées.
    Je n’adhère pas le moins du monde aux propos de Le Pen quels qu’ils soient, mais je ne vois pas en quoi c’est une polémique facile. Le manque de courage des pouvoirs publics et des politiques qui ne l’abordent justement pas montre bien que c’est tout l’inverse. Personne ne veut en parler par crainte de se faire taxer de racisme, d’anti-islamisme voire d’antidémocratie. Moi, je suis juste athée et je veux manger de la viande laïque, de la viande bénie par personne qu’il s’agisse d’un imam ou d’un curé. C’est mon droit, et il est bafoué. De plus je considère que le fait que les animaux soient étourdis est un progrès, un droit qu’on leur doit. L’avoir supprimé est un recul.

    28.02 à 14h29 - Répondre - Alerter
  • Il n’y a pas encore (pour bientôt donc ?) de réglementations sur la viande halal, c’est donc forcément la porte ouverte à un marché juteux et également aux dérives. Les personnes averties sauront les discerner. Il s’agit ici d’un marché bel et bien présent, en expansion et qui apporte de la concurrence.

    Par ailleurs, l’étourdissement pourrait ne pas fonctionner pas pour tous les animaux, on peut donc être amené à penser que certains d’entre eux passent un mauvais moment.
    Aussi, à entendre ces personnes ou voir ses reportages ou documentaires, il faut faire attention et je rejoins M. Crassous : que ce soit Marine Le Pen, Envoyé Spécial ou autre, ils ne voient que sondage, audience, polémique, information et désinformation, buzz, etc. Vérifions !

    Ah, dernière chose au sujet de la viande casher, quid de la réglementation ? Du marché ? Pas assez visible ? Pourquoi les médias n’en parlent-ils pas ? Pas d’Envoyé Spécial ? TF1 ? Arte non plus ? Pas de Le Pen, Sarkozy, Hollande ou autre ? Ah, je me tais maintenant ? D’accord...

    27.02 à 23h36 - Répondre - Alerter
  • Merci pour ces informations objectives (j espère ) qui permettent que chacun se fasse son opinion. J ai déjà mange de la viande halal pour tester et c est vrai qu il n y a aucune différence de goût.

    27.02 à 14h56 - Répondre - Alerter
  • juste pour préciser ce que l’on oublie systématiquement : au moment du décès, le cerveau fabrique des toxines qui sont libérées dans le sang. le saignement dés le décès est une méthode destinée à éviter que ces toxines se retrouvent dans la viande consommée, une règle d’hygiène de base en quelque sorte.
    Et cette méthode est générale dans tous les abattoirs de longue date, halal ou non. l’étourdissement est la nuance qui, avant tout, limite la barbarie de l’abattage, et nous donne bonne conscience devant le steak.
    sinon, l’importance de la prière qui différencie le halal des autres viandes est à l’appréciation de chacun.
    Bref : encore une polémique facile, basée sur la désinformation, une fois de plus.

    27.02 à 07h53 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

En route pour la COP21
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité