publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > Vacances en Espagne : j’ai essayé d’éviter l’avion, c’est la galère
19-02-2013
Mots clés
Tourisme
Transports
Europe
Point De Vue

Vacances en Espagne : j’ai essayé d’éviter l’avion, c’est la galère

Taille texte
Vacances en Espagne : j'ai essayé d'éviter l'avion, c'est la galère
(Crédit photo : Seat61)
 
Réserver un train depuis Paris pour Séville est une plaie. Si vous avez un conseil, je suis preneur.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Mise à jour le 5 mars 2013 : J’ai finalement pu commander mes billets de train, un peu moins d’un mois avant mon départ. Ils m’ont coûté plus cher que prévu, mais il faut parfois faire des concessions...

Moi aussi, je vais faire ma transhumance vers le Sud dans quelques semaines. A Séville exactement, puis dans le reste de l’Andalousie. Et en famille, en prime. Par principe, j’essaye de ne pas prendre l’avion, sauf quand c’est incontournable. En clair, je ne me prive pas pour voyager, mais j’essaye dès que possible de le faire autrement. Parce qu’un seul voyage en avion suffirait à ruiner mes efforts annuels pour être un peu plus responsable. Même pour s’en mettre plein les mirettes, c’est dommage. Et puis je trouve ça beau d’avoir le temps de regarder défiler les paysages.

J’ai réussi à voyager ainsi, en bus ou en train, sans aucun problème, pour de nombreux déplacements, de Copenhague, au Danemark, à Saint-Jean-Pied-de-Port (Pyrénées-Atlantiques). Je devrais même pouvoir me rendre prochainement sur rails jusqu’à Bishkek, au Kirghizstan. Alors, aller à Séville en train, me direz-vous, fastoche ? Et bien non.

Voyages-scnf.com m’a tué

J’ai commencé par disséquer les lignes de bus et de train du sud de l’Europe. Jusqu’à découvrir que le voyage le moins cher et le moins long consiste à partir dans la soirée de Paris pour joindre directement Madrid en début de matinée. Là, des cars partent toute la journée vers les grandes villes d’Andalousie, Séville y compris. Le tout devrait prendre un peu moins d’une journée de voyage, et coûter un peu moins de 200 euros aller/retour. Parfait.

Encore faut-il pouvoir réserver son billet de train. Ce qui n’est pas possible sur le site Voyages-sncf.com. Depuis quelques jours, j’ai dû y indiquer 217 fois que je voulais joindre Madrid en train et que je préférais la couchette du haut. Mais ce satané site me répète sans cesse :

Exaspéré, je me suis souvenu que des déçus de Voyages-sncf.com ont lancé l’an dernier Capitaine Train, un site sans pub et beaucoup plus pratique pour réserver les billets de la SNCF. J’ai retenté ma chance avec eux, et là ce fut le drame :

« Dans deux heures, dans deux jours ou dans deux semaines »

Ni une ni deux, je passe un coup de fil surtaxé (34 centimes la minute) au service client de la SNCF. Qui m’apprend que mon billet ne coûte plus 74 euros aller mais 93 euros : « L’offre à 74 euros n’est plus disponible. » Pire, même le billet à 93 euros, censé lui être disponible, ne peut être réservé. « Aujourd’hui cela ne fonctionne pas, l’Espagne n’a pas ouvert ses lignes à l’étranger. Il faut attendre que l’Espagne ouvre ses lignes », m’explique le service client. Ah bon ? Et ce sera quand ? « Personne ne sait, ça peut être dans deux heures, dans deux jours ou dans deux semaines. Il faut essayer régulièrement. » Fin de la discussion. Même le très bon site seat61 n’avait pas prévu un tel imbroglio. J’ai tenté aussi via le site de la Deutsche Bahn, qui semble avoir le même problème. Et les prix sont bien plus élevés sur le site espagnol Renfe.com. Je vais donc essayer régulièrement sur les sites français, en croisant les doigts. Pendant ce temps, les prix des billets grimpent. Pour l’instant, je n’ai pas comparé avec ceux des avionneurs low cost. Mais je pourrais bien finir pas craquer. Si vous avez une info pouvant m’en empêcher, je suis preneur !

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

29 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je ne prends pas l’avion. Par conviction mais pas que... Il est vrai que parfois on ne peut pas faire autrement. Donc je recule le plus possible. J’ai 48 ans et ne l’ai pris que 4 fois.

    La galère des départs en vacances, je confirme. J’ai projeté 4 jours à Venise, au départ de Gap pour cet été et impossible de trouver un moyen de transport autre que la voiture. Que ce soit le site de voyages-sncf ou tgv-europe, les deux sont tout aussi nullissime. De gros efforts sont encore à faire.

    7.03 à 16h28 - Répondre - Alerter
  • lamoule : Et les Maldives ?

    N’est-ce pas Cécile AeroDuflot ?

    3.03 à 16h43 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Une alternative à l’avion et au train est le covoiturage. J’en fait régulièrement l’expérience et ça me va très bien. C’est même la plupart du temps une aventure sympa. Il y a beaucoup de personnes qui le font, il est donc possible de trouver/composer des trajets assez facilement (de ville à ville).

    20.02 à 20h33 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    vivement un vrai aéroport international à nantes pour éviter la pouriture parisienne , le RER B ou les transferts à Madrid. Toutefois en attendant, Pour voyager vers tout le continent américain il est maintenant plus simple et moins cher de Nantes de passer par Madrid. Et c’est plus rapide l’aller à madrid qu’a Roissy

    20.02 à 17h15 - Répondre - Alerter
  • As-tu essayer du côté de TGV-europe.com ?

    20.02 à 13h37 - Répondre - Alerter
  • Je suis absolument d’accord avec l’auteur qu’il faut s’abstenir de prendre l’avion et que le site de la sncf est un desastre qui n’y aide pas. Le site voyages-sncf.com est particulierement galere quand on doit faire des connections (notamment a l’etranger) et/ou quand on cherche en plus a mettre un velo dans le train et donc a eviter le TGV.

    J’ai fait un Paris-Seville en train en 2004. A l’aller j’ai fait un stop a Barcelone, au retour a Madrid et Burgos. C’etait tres chouette.

    Ma strategie est la suivante :

    - etablir ma feuille de route avec le site autrichien oebb.at (il est capable de vous fournir toutes les combinaisons de TER-Intercite-TGV possibles en france et a l’etranger des mois a l’avance). J’imprime la feuille de route puis
    - je me rends physiquement dans une agence SNCF pour l’achat du billet. Avec l’information de l’oebb, je guide la personne au guichet en decomposant le voyage train par train et en lui indiquant trajet, horaires, numero du train.

    20.02 à 13h08 - Répondre - Alerter
  • Vous connaissez toute la France ? Notre pays est si beau ! Et l’été le climat y est bien doux.....Pourquoi aller ailleurs ? posez vous les vrais questions, aller loin est parfois une fuite.....de quoi ? osez vous interroger. nous avons parfois l’art de nous gâcher la vie...pour rapporter de jolies photos de nos exploits merdiques ? Cordialement
    Cool

    20.02 à 11h17 - Répondre - Alerter
  • Salut, ça fait 30 ans que je refuse de prendre l’avion pour raison écologique. J’habite en Espagne, à Alicante. Un billet d’avion aller retour me coûterait bien meilleur marché et serait bien plus confortable (temps) qu’en bus, en train ou en voiture. Ces trois derniers mois j’ai fait Alicante Strasbourg par obligation pour aller soutenir une personne malade de cancer, pas pour mes loisirs. En septembre en bus : + de 24 h au lieu de 22h, conditions de sécurité du bus déplorable, condition de confort tiers monde (toilette pas de produit, porte toilette qui ne ferme pas, sièges pas fait pour les gros mais nous sommes de plus en plus de gros donc pas de place, un pneu du bus dans un état déplorable et le parebrise complètement fêlé jusqu’à la frontière française et qui s’agrandissait encore jusqu’à Strasbourg...) et je ne suis pas douillet. Retour en train, très cher et les trains longue distance comme ils sont tous du genre TGV ne circulent plus la nuit en Espagne : bloqué 7 heures la nuit à Barcelone. La deuxième fois il y a un mois, je suis reparti en kangoo en prenant des routes sans péage, à 90 km/heure pour ne pas trop polluer et que ce soit plus économique. J’ai mis trois jours mais je suis arrivé plus relax qu’en bus ou en train. De toute façon pour un salaire espagnol voyager est devenu hors de prix, si ce n’est avion low coast. Alors nous restons chez nous

    20.02 à 11h13 - Répondre - Alerter
  • Pourquoi toujours jeter l’opprobre sur l’avion ? sinon toujours réchauffer des idées reçues, fausses depuis longtemps, et une ignorance affirmée de l’aéronautique ?
    L’aéronautique prend au sérieux le bilan carbone de son activité, et agit en ce sens pour réduire ses émissions de Co2. Le comparatif du bilan carbone d’un voyage Paris Séville en avion (turboprop) / train en surprendrait plus d’un s’il était correctement fait : prise en compte de tous les éléments : infrastructures (énergie consommée pour la construction), déplacement des acteurs pour la construction de ces infrastructures (en voiture pour la majorité), énergie utilisée pour le transport (l’électricité est produite à partir d’une énergie fossile, un peu d’uranium pour la France, beaucoup de charbon et de pétrole pour les autres pays), etc...

    - pour le train : près de 1800Km de voies à construire et entretenir : toute l’énergie qui y est consacrée est du pétrole, la construction du matériel a requis une énorme quantité d’énergie fossile, charbon principalement, dans des usines aux procédés ignorant tout des contraintes d’émissions de Co2, l’électricité utilisée pour faire rouler les trains est à 80% nucléaire en France uniquement (ce % est prévu à la baisse dans les années qui viennent), sinon, pétrole ou charbon pour les autres pays, lorsque la motrice est un diesel, c’est 100% émission de Co2..matériel ancien, très gourmand en énergie...

    - pour l’avion : usines de fabrication récentes, ou constamment remises aux normes pour respecter les normes d’émission : procédures de fabrication, prise en compte du déplacement des ouvriers, bâtiments produisant de l’énergie "verte", etc... nouveaux moteurs très performants, procédures de vol optimisées pour réduire la consommation, renouvellement constant du matériel pour réduire son coût d’exploitation. Les infrastructure d’accueil (aéroports) sont limités aux endroits desservis, rien à construire entre ces dessertes. Les bâtiments des aéroports sont eux aussi en constante évolution pour diminuer leurs poids en Co2 avec prise en compte de tous les aspects, fabrication, déplacement des ouvriers, consommations finales ; etc

    A titre d’exemple, pour ce qui est de la conso d’un avion, le vieux 747-200 a une consommation de kero par passager de 5l/100 km à 980 Km/h (vitesse sol sans vent) ce qui est moins que ce que l’on observe tout les jours dans les embouteillages parisiens, où il y a généralement un seul passager par voiture.

    Merci donc aux rédacteurs de prendre un peu de recul par rapport aux idées reçues sur l’aviation et le train

    20.02 à 11h06 - Répondre - Alerter
    • Un Marseille-Paris est donc moins polluant en avion qu’en tgv ? On nous aurait menti ? :p

      20.02 à 12h16 - Répondre - Alerter
      • ai-je dit cela ? non.
        Le sujet de l’article concerne un voyage plus long, un Paris - Séville. le % de l’électricité d’origine nucléaire en Espagne est différent (et inférieure) de celle produite en France. Le bilan carbone/passager du voyage en train n’est donc pas aussi bon qu’il n’y apparait, et risque fort d’être fortement concurrencé par l’avion, même s’il est meilleur. Compte tenu des difficultés comparées pour le même voyage, l’avion semble être la solution sur des voyages de cette distance.
        Par contre, un voyage Paris Marseille a un meilleur bilan carbone/passager en TGV qu’en avion.

        20.02 à 14h42 - Répondre - Alerter
    • Et ça coûte quoi énergétique-ment de remettre a neuf des usines de fabrication d’avion, de renouveller constamment les procédures d’aviation, etc ?
      Vos propos ne sont guère plus étayés et objectifs que ceux que vous critiquez...

      20.02 à 13h13 - Répondre - Alerter
      • votre réponse manque d’argument aussi : une procédure est une réflexion. Concernant l’amélioration énergétique des usines aéronautiques, c’est un investissement payant, tant vis à vis des émission en Co2 que vis à vis des coûts d’exploitations. Compte tenu de la concurrence dans les transports et des coûts de l’énergie, le salut de l’aéronautique est de s’adapter aux contraintes environnementales, afin de réduire ses coûts de fonctionnement. Une des conséquences est une amélioration très sensible, et meilleure que dans d’autres domaines, des bilans carbone.

        20.02 à 14h49 - Répondre - Alerter
        • L’aéronautique fait des efforts, c’est certain, mais elle pourra faire tout les efforts qu’elle voudra ce sera toujours bien plus énergivore de faire voler un appareil à 1000km/h que d’en faire rouler un autre équivalent en terme de passagers à 200km/h.
          Et puis la voie qui est prise avec ces maudits agrocarburants, si elle va dans le sens de s’adapter aux contraintes environnementales, ils sont aussi une belle aberration. Enfin, on est plus à ça prêt comme bêtise égoïste dans l’histoire de l’humanité.
          Je comprends que vous vouliez protégez votre emploi, d’autant plus que l’aéronautique peut être une passion (je parle en connaissance de cause ayant travaillé un moment dans l’aviation civile et militaire), mais viendra le moment où il faudra penser à se recycler. On ne pourra bientôt plus se permettre celle folie qui est de fossoyer et de consumer la planète pour notre seul plaisir.
          Pour ma part je préfère prendre le vélo (vélotourisme) que le train pour partir en vacances, c’est encore plus propre, et une vie entière de pédalage ne suffirait pas pour découvrir tous les recoins de la France, l’Espagne et l’Italie. Mais va falloir vite en proffiter, car au train (ou à l’avion) où va l’urbanisation ..

          20.02 à 18h25 - Répondre - Alerter
  • Bah moi je fais en vélo, c’est plus long mais pas galère du coup :)

    20.02 à 10h17 - Répondre - Alerter
  • Je viens de faire le test, j’ai acheté un billet Paris Séville, en partant de Paris le soir, en cinq minutes, sans aucun problème...

    19.02 à 21h32 - Répondre - Alerter
  • Je voyage en Europe exclusivement en train depuis 4/5 ans. Et ce grâce à l’excellent seat61.com. En toute honnêteté, ce n’est pas tant que ça la galère. Et il est de toute façon hors de question que je prenne l’avion en Europe, c’est complètement déraisonnable.
    Je suis même allé au Maroc jusqu’à Marrakech de cette façon.
    J’avais pu réserver mon voyage Paris-Madrid en train de nuit Elipsos via la SNCF (mais ça n’est pas un vrai train SNCF). Je ne me souviens pas si ça avait posé problème. Pas impossible que ce soit en fonction de la date. J’ai déjà eu le souci sur un site de train étranger : la réservation n’était pas ouverte plus d’un certain temps à l’avance. En agence SNCF je n’avais pas eu beaucoup plus d’information.
    Pour le reste du voyage en Espagne (Madrid-Algeciras) j’étais passé par le site Renfe.com, sans soucis.
    Allez, un peu de persévérance !

    19.02 à 18h10 - Répondre - Alerter
  • Mmmm...c’est difficile.
    Mais au lieu de low-cost, ce serait plus ’durable’ de prendre un avion une compagnie ’normale’/traditionelle (et qui paie ses employés) ; parfois en prennant les billets en avance, on paie pas tellement plus cher.
    On ne peut pas toujours éviter l’avion. Pour votre conscience, plantez quelques arbres cet été.

    19.02 à 17h56 - Répondre - Alerter
    • On ne peut pas éviter l’avion ?
      Bah si : il suffit de ne pas le prendre.
      Ah, mince, ça empêche de voyager dans des beaux pays.

      Oui, mais à moins d’être chef d’état, diplomate ou scientifique, en quoi est-ce un dû de pouvoir aller à l’autre bout du monde en quelques heures ?

      C’est marrant comme on a toujours des arguments de confort individuel à opposer aux arguments d’intérêt général...
      Pour rappel : un voyage en avion c’est 5 à 10 fois plus de CO2 qu’un voyage en train.
      En un voyage à New-York, vous grillez votre quota annuel d’émissions de CO2 raisonnables (à savoir si on veut diminuer par deux nos émissions d’ici 2050).

      19.02 à 18h22 - Répondre - Alerter
      • New York en train, bateau, etc ?
        A moins d’être millardaire, je n’ai pas assez jours de congés...Congés sans solde, pourqoui pas...mais du coup, pas assez d’argent pour payer mes billets train (et 2 autres).
        Je trouve que le fait d’exagerer avec les arguments écolo, on tue tout l’envie d’être écolo. Je suis pourtant une et à fond. Mais je n’ose pas imaginer d’aller en Andalousie ou en Suède en train(s), voyager 25 heures ou plus avec les enfants en bas age.
        En revanche, je vais tout faire pour éparger ma quota autrement et d’y aller quand même en avion, s’il n’y a pas d’autres solutions.

        19.02 à 18h41 - Répondre - Alerter
        • J’aimerais bien aller à NY.
          Pas possible en train ou en bateau ?
          Et bien je n’y vais pas.
          Pas plus compliqué que ça.
          Nous sommes dans une société où il nous faut tout, tout de suite et pour pas cher...

          Vous dites "le fait d’exagérer avec des arguments écolo". En quoi est-ce exagérer ? Par rapport à quoi ? Pour ma part je vous donne un point de comparaison factuel, sans jugement de valeur. Un voyage à NY et vous grillez votre quota annuel d’émissions de CO2. C’est un fait, pas une opinion, je n’y peux malheureusement rien.
          A moins bien sûr que vous vous moquiez complètement du réchauffement climatique et du pic pétrolier.

          Et pour ce qui est des 25h de train, c’est un peu exagéré. Et prenez des trains de nuit, ça économise du temps.

          19.02 à 19h10 - Répondre - Alerter
          • Voilà une bonne réponse !
            Les gens raisonnent à l’envers : je veux aller à NY/Moscou/Bamako -> Ah mince, je n’ai pas le choix que de prendre l’avion. Quel dommage.

            Chez nous on raisonne à l’endroit : on prend nos vacances là où les transports nous permettent d’aller, en boycottant la voiture et l’avion.
            Ben ça nous arrive de faire quand même dans les 10 000km de train, de bus et de stop dans l’été.

            20.02 à 09h23 - Répondre - Alerter
        • Pourquoi vouloir a tout prix aller à l’étranger en vacances ?
          La France a la réputation d’être le plus beau pays à visiter... Pour les étrangers ! (et pourquoi pas pour nous ?). Qui la la prétention de connaître la France comme sa poche ? Moi, en ce qui me me concerne, j’ai décidé de ne plus voyager à l’étranger depuis déjà quelques années, pas par économie, mais pour l’écologie, et je ne regrette rien, car mon plaisir c’est la randonnée et en France de multiples circuits de randonnée s’offrent à nous, et tous différents : le tour de la chaîne des Puys d’Auvergne, les Pyrénées, les Vosges, le Jura, les Alpes, la Corse (je les ai déjà tous pratiqués, mais il me reste encore d’autres destinations...).

          27.02 à 12h02 - Répondre - Alerter
  • Essayer le site de la Deutsche Bahn

    19.02 à 17h50 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité