publicité
Accueil du site > Actu > Les Brèves > Stéphane Le Foll dégaine son nouveau plan Ecophyto
30-01-2015

Stéphane Le Foll dégaine son nouveau plan Ecophyto

Taille texte
Stéphane Le Foll dégaine son nouveau plan Ecophyto
(Crédit photo : StagiaireMGIMO - Wikimedia)
 
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 65 - mars 2015

Ecologie : pourquoi tout le monde s’en fout

Cet après-midi du vendredi 30 janvier, l’air de rien, le gouvernement a fait un discret bond de sept ans. Oui, la France devra bien réduire le recours aux pesticides de 50%… mais d’ici à 2025 et non plus à l’horizon 2018, comme le prévoyait le Grenelle de l’environnement signé en 2008. Il faut dire que le ministre de l’Agriculture n’avait pas vraiment le choix : l’utilisation des produits chimiques a crû de 10% entre 2009 et 2013, et même de 9,2% rien qu’entre 2012 et 2013. Pour enrayer la tendance, Stéphane Le Foll a dévoilé les grandes lignes de sa nouvelle stratégie : encourager le développement des vertueuses fermes « Dephy », développer de nouvelles pratiques agroécologiques (biocontrôle, diversification des cultures, rotations plus longues…), contraindre l’industrie phytosanitaire à réduire le dosage des produits, en réduire l’usage dans les jardins et espaces publics… Pas un mot, en revanche, regrettent les associations, au sujet de l’interdiction de nouveaux néonicotonïdes (trois molécules de cette famille font déjà l’objet d’un moratoire européen). Pour la Fondation pour la nature et l’homme, « le compte n’y est pas » : « les premières annonces de Stéphane Le Foll doivent être impérativement complétées pour arriver rapidement à un plan Ecophyto 2 efficace et à la hauteur des enjeux et des alertes sanitaires et environnementales », précise-t-elle, dans un communiqué.

A lire aussi sur Terraeco.net :
- Notre interview de Stéphane Le Foll : « “J’ai choisi une autre voie, l’agroécologie” »
- Relire notre galerie de portraits « Les visages de l’agriculture de demain »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Oui ben en attendant d’ici 2025, y a Valls et d’autres "grands amoureux" de la France qui veulent bétonner pour tous projets inutiles. Ben, ça continue comme ça, y aura plus rien pour cultiver et encore moins pour pesticider, là ! Mais quand est-ce que l’industrie de l’agro-alimentaire et celle du bâtiment se trucident, histoire qu’on ait 1 monde plus sain ?
    Sur ce, qu’on se rappelle également que ces multinationales ont à leurs têtes, les pétrôlières...

    2.02 à 14h51 - Répondre - Alerter
  • Ah les belles paroles, les intentions, les déclarations, les "on va le faire", les "budgets volontaristes" (cf commentaire précédent) ça on est très fort !
    Les résultats ?
    Bah, là oui, bon, d’accord, faut voir, il est vrai que, oui mais là non !

    Heureusement, en France tout se termine avec des chansons !

    Tous avec moi, sur un air que vous n’aurez pas de mal à reconnaître :

    "Où sont les compétences ?
    Avec leur belles assurances
    Dites moi où sont les compétences ?
    Pensent pensent pensent pensent
    Où sont les compétences ?
    Qui nous font rire quand on y pense
    Auraient-elles perdu la France ?
    France France France France
    Où sont les compétences ?"

    Ça fait du bien, non ?
    A bientôt !

    31.01 à 23h29 - Répondre - Alerter
  • Bonjour
    Une réaction très forte à l’annonce des résultats du dernier plan phyto : plus de 450 millions d’euros ) dépensés par l’Etat français pour le plan de réduction des phytosanitaires avec un résultat non seulement nul, mais une régression certaine (chiffres lus dans le Monde il y a quelques jours et dans le Progrès) . Que d’argent dépensé inutilement !

    Car, par ailleurs, des petites associations, comme le Serpolet dans la région de Dole (39) qui vise à faciliter l’installation de paysans bio sur le territoire, ne sont pas du tout soutenues, malgré des résultats probants :
    - 8 AMAP en place dans le Pays dolois,
    - l’installation d’un marché hebdomadaire de producteurs locaux,
    - la mise en œuvre d’une association de vente en ligne par des producteurs locaux bio,
    - des paysans qui s’en sortent, et même qui recrutent.
    Nous avons besoin d’un vrai soutien pour nos initiatives locales qui sont l’avenir de l’agriculture, ici , et dans le monde.

    31.01 à 16h50 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité