publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > Publicité Areva : décryptage d’une propagande
9-01-2011
Mots clés
Chronique

Publicité Areva : décryptage d’une propagande

Taille texte
Publicité Areva : décryptage d'une propagande
 
« Terra eco » avait dévoilé en avant-première le film publicitaire qui sera prochainement diffusé par Areva. Notre chroniqueur Arnaud Gossement analyse ce qu'il considère comme une « pure propagande ».
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 22 - février 2011

Serons-nous tous gros demain ?

Ce film a pour titre « l’épopée de l’énergie » et est accompagné d’un vrai faux making of. Le but ? Nous convaincre que le nucléaire est une énergie renouvelable comme une autre et correspond au sens de l’histoire. Pour notre chroniqueur Arnaud Gossement, avocat et Maître de conférences à Sciences Po, cette publicité emprunte aux ressorts classiques de la propagande : ré écriture de l’histoire et création d’un nouvel imaginaire du nucléaire.

Ré-écrire l’Histoire

Le spot publicitaire d’Areva raconte une histoire, celle de l’énergie au moyen de tableaux successifs. Mais une histoire écrite ou plutôt ré-écrite par Areva pour convaincre de la modernité du nucléaire en 60 secondes. Ce qui est bien court pour un raisonnement, fort long pour une publicité. Dans son célèbre roman « 1984 », Georges Orwell avait très bien décrit comment un régime politique à vocation hégémonique a intérêt à ré-écrire l’histoire pour asseoir sa vérité et son autorité sur les citoyens. La réécriture de l’histoire est l’un des ressorts primordiaux de toute propagande.

Cette technique est d’autant plus précieuse aujourd’hui que le marketing et la communication ont fortement recours au « storytelling » si bien décrit par Christian Salmon. Le « storytelling » consiste à vendre, une marque ou un homme politique, non pas en vantant ses qualités intrinsèques mais en racontant son histoire. Le récit est une arme puissante pour séduire. Areva a donc décidé de raconter une histoire réécrite, celle de son énergie : la réécriture de l’histoire et le storytelling sont les deux fondements du film qui devrait être bientôt diffusé sur les chaînes de télévision. Sauf que cette histoire est fausse, totalement fausse. Elle n’est pas simplement d’une pauvreté intellectuelle navrante, elle procède surtout d’une malhonnêteté intellectuelle évidente.

Leçon n°1 : pour Areva, l’histoire de l’énergie pourrait être découpée en tranches à la manière d’un saucisson. Au temps de l’Antiquité, on utilise l’énergie éolienne, au temps du Moyen âge, on utilise l’énergie hydraulique, au temps de la révolution industrielle, on utilise le charbon, puis, à l’époque moderne : des « énergies avec moins de CO² ». En réalité, l’Histoire est légèrement plus complexe et ne peut sans doute pas être présentée de manière aussi simpliste au moyen de la présentation - façon powerpoint - de quelques cartes postales. Anticipant la critique, Areva a d’ailleurs intitulé son film « épopée de l’énergie » et non « histoire de l’énergie ». C’est bien une fiction qui est ici montrée, pas une réalité, malgré l’emploi du terme « histoire » dans le commentaire du spot.

Leçon n°2 : les sources d’énergie n’ont pas été exploitées de manière successive depuis l’apparition de l’Homme sur Terre. Le vent sert toujours à faire avancer nos voiliers, le bois brûle encore dans nos chaudières et l’hydroélectricité demeure la première source d’énergie renouvelable dans notre pays. De nouveau, le film d’Areva chasse toute complexité pour présenter une vision de l’histoire de l’énergie nécessairement fausse et simplement linéaire.

Leçon n°3 : le film est incohérent. En effet, les énergies éoliennes et hydraulique ne sont pas des « énergies avec plus de carbone » auxquelles aurait succédé une énergie (nucléaire) « avec moins de carbone ». En réalité, c’est seulement avec le charbon que le nucléaire pourrait tenter de mettre en valeur ses émissions de carbone. Même en procédant par tableaux successifs, la publicité ne peut convaincre de la logique de l’enchainement choisi.

Recréer un Imaginaire

Mais il y a plus important que de réécrire l’histoire dans ce film où la forme est bien plus importante que le fond. La priorité d’Areva n’est pas tant de mobiliser du temps de cerveau disponible que nos émotions. Ce film digne d’un jeu vidéo en 3D a un but premier : associer une émotion positive au nucléaire. Les images sont agréables, le rythme est soutenu et le spectateur a le sentiment d’être embarqué dans un simulateur de vol : le film est donc ludique, de l’ordre du jeu. Pour ne pas fatiguer le spectateur, pas de texte, pas de sous titres et un commentaire minimaliste dont le contenu est d’ailleurs affligeant « l’histoire continue de s’écrire ».

Par ailleurs, la précision des images et de leur enchainement émettent ce message, déjà porté en 2004 par Areva : les ingénieurs du nucléaire sont des « experts en énergie ». L’idée d’expertise, de maîtrise, de sécurité jaillit de ce film grâce à une forme parfaitement maîtrisée. Enfin, Areva redessine aussi l’imaginaire du nucléaire au travers des personnes le représentant. Le nucléaire ne peut plus être personnifié par des technocrates en costume cravate gris. Pour ce faire, un vrai faux making of accompagne la publicité, qui n’est en réalité rien d’autre qu’une deuxième publicité.

Si vous pensiez que les responsables de la filière nucléaire étaient gris, vous vous trompiez. Le porte parole d’Areva et les jeunes-dans-le-vent de l’agence de publicité donnent une image bien plus positive, bien plus moderne et séduisante de cette énergie. Le film lui-même se termine sur une scène fête sur le toit d’un immeuble en bord de mer ou de jeunes jet setteurs se trémoussent voluptueusement. Vous l’avez compris : les jeunes qui sont beaux, bronzés, sportifs, sympas et en bonne santé aiment le nucléaire. Seul élément étrange de ce nouvel imaginaire du nucléaire : la représentation de la nature. Tel un lapsus, Areva figure l’avenir sous la forme d’une fête sur le toit d’un immeuble situé en pleine zone littoral en bord de mer. Pas très écolo donc.

Pourquoi cette publicité maintenant ?

Le film d’Areva aurait fait l’objet d’un budget colossal de plusieurs millions d’euros (NDLR :15 millions, créations et achat d’espaces inclus). C’est dire l’importance qui lui est attachée par les responsables de cette entreprise. En réalité, le film doit fait croire le contraire de ce qui se passe dans la réalité : la filière nucléaire française va mal. Outre des contrats ratés à l’étranger, les difficultés liées à la construction de l’EPR, les accidents grave sur le site de la mine d’extraction d’uranium au Niger, Areva doit faire face à une menace réelle : l’émergence des notions de « mix énergétique » et d’« économies d’énergie ». Le nucléaire est fondamentalement une énergie hégémonique qui doit représente la plus grande partie de notre consommation finale d’électricité.

L’avènement des énergies renouvelables créé un risque de ringardisation de l’atome qui devait être prévenu. Pour ce faire, les stratèges d’Areva ont eu l’intelligence de ne pas rechercher à ouvrir – au moins publiquement - un front avec les énergies renouvelables mais ont plutôt tenté de se fondre dans le camp ennemi avec une idée toute simple : le nucléaire est lui aussi une énergie renouvelable. C’est ainsi que depuis plusieurs années, le lobby nucléaire a pour obsession d’intégrer le nucléaire parmi les énergies renouvelables. Malheureusement ce combat a été pour l’instant perdu, non seulement lors de la rédaction du paquet européen énergie climat en décembre 2008 mais aussi lors de l’élaboration des lois issues du Grenelle de l’environnement. Aucun de ces textes ne qualifie le nucléaire d’énergie renouvelable.

Et pour cause car la ficelle est un peu grosse, la production d’énergie nucléaire procède d’un combustible fossile qui est tout fait épuisable et nullement renouvelable. Dans son film Areva remet pourtant le couvert. Ainsi, le plan qui montre les tours aéroréfrigérantes d’une centrale nucléaire ne s’accompagne pas seulement d’un changement de météo (le soleil apparaît) et d’un changement de style musical (on passe du classique à l’électronique). Ce plan expose en réalité trois centrales : nucléaire, éolienne et solaire. Nul doute que les auteurs ont ici cherché désespérément un point commun entre le solaire, l’éolien et le nucléaire. Le seul qui existe semble être cette notion de « centrale ». A bien regarder cette image on a d’ailleurs le sentiment que la centrale nucléaire n’est pas nécessairement la plus imposante, comparée au parc éolien en mer et à la centrale solaire au sol, implantés à proximité immédiate.

Tout est relatif n’est ce pas. Et tout est complémentaire. Sur le même plan, la rotation des pâles des éoliennes semble participer du même mouvement que l’activité de la centrale nucléaire dont les cheminées rejettent si peu de vapeur. Total n’avait pas hésité dans une précédente publicité à employer l’expression « énergies complémentaires » quand Areva forgeait le slogan de « l’énergie au sens propre ». En toute hypothèse, l’énergie atomique semble bien moins violente que ce charbon qui rend le ciel gris et fait couler la sueur sur les fronts des travailleurs. La caméra nous précipite d’ailleurs brutalement dans le brasier de la chaudière d’une locomotive à vapeur pour bien nous convaincre du contraste entre l’époque pacifique et dansante du nucléaire et la tristesse du monde du charbon.

Cette publicité intervient donc à un moment crucial de l’histoire, non pas de l’énergie mais d’Areva. A la veille d’une augmentation du prix de l’électricité, d’un vaste démantèlement ou renouvellement du parc nucléaire qui devrait coûter des fortunes, d’une redistribution des cartes avec EDF, Areva devait communiquer pour garder la tête hors de l’eau. C’est fait et le résultat est certes brillant. Raison de plus pour décrypter ce qui n’est d’abord, ne l’oublions pas, qu’une opération de propagande. Cette campagne de publicité intervient d’ailleurs à un moment où une autre campagne, de dénigrement cette fois, est en cours contre les énergies vraiment renouvelables. C’est ainsi que l’éolien croule sous les recours en justice, que le solaire photovoltaïque vient de faire l’objet d’un moratoire, que ses acteurs sont qualifiés de spéculateurs, que ses investissements sont désormais qualifiés de « niches fiscales » ou d’instruments de « spéculation ». La diabolisation des renouvelables et la banalisation du nucléaire participent d’un même mouvement.

La nouvelle campagne de publicité d’Areva :

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Avocat, spécialiste du droit de l’environnement.

23 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Un commentaire qui me laisse bien perplexe, tant sur le fond, que sur le choix des arguments.

    Sur vos premiers commentaires, assez dénués d’intérêt :
    - Areva parle bien d’épopée, il ne s’agit pas de faire un cours dans une publicité de 60s. L’histoire ne s’entend pas seulement avec un grand H, vous en conviendrez comme moi. Un des buts premiers de la publicité est de raconter une histoire, ce qui nous amène au point suivant déjà évoqué par vos lecteurs
    - Votre acharnement à l’égard du storytelling est risible de naïveté, ou peut-être ets-ce la première fois que vous regardez une publicité ? La plupart des stratégies de marque sont basées sur des histoires (on y revient) sur un mythe fondateur (Ikea et la table en kit, Google et la mise au point dans un garage, Michelin et le pneu increvable..)
    - La critique de la "musique électronique", de jet-setteurs dansant voluptueusement, l’utilisation d’images de synthèse ?? Là vous aviez vraiment du temps à perdre. Laissez les créatifs d’Euro RSCG s’amuser un peu.

    Concernant le suite de votre texte, vous avancez certains arguments très justes (notamment sur la coexistence des sources d’énergie, et sur la comparaison des niveaux de GES)
    - Cependant sur le point commun entre solaire, éolien et nucléaire (la centrale ???), vous n’avez pas dû chercher bien loin. D’un, et c’était facile, cela représente le portefeuille d’activités d’AREVA. Nous sommes dans le cadre d’une publicité n’est-ce pas ? Une publicité sert généralement à présenter une marque/ son offre / ses activités.. De deux, ce sont des sources d’énergie ne produisant pas de rejet de C02 et c’est le point commun retenu
    - Là ou vous vous trompez grossièrement, et je m’arrêterai là, c’est lorsque vous écrivez que le lobby nucléaire cherche à intégrer le nucléaire dans le camp des renouvelables ??? Cette assertion est bien évidemment erronée, le combustible utilisé, l’uranium, étant bien entendu en quantité finie. Les technocrates experts le savent bien effectivement.
    Néanmoins, le nucléaire appartient à la catégorie des énergies dites "low-CO2", et ce fameux paquet énergie climat que vous évoquez le reconnaît. D’où encore une fois le plan présentant les 3 sources côte à côte.

    16.06 à 23h11 - Répondre - Alerter
  • Oui les installateurs de panneaux photovoltaïques sont tous des spéculateurs.
    D’ailleurs ce marché a été hors de contrôle de l’état avant que celui-ci ne réagisse et perce...la bulle.
    Oui le photovoltaïque c’est pour les riches qui cherchent diminuer leurs taux d’imposition.
    Je connais quelqu’un (de pas pauvre...) qui a fait installer 20 m2 de panneaux solaires sur son toit : 16000 euros en tout dont 8000 payés par vous chers français sous forme de réduction d’impôts. Prix de rachat de l’électricité ? Plus de 50 Cts d’euros le kWh ! N’importe quoi ! 5 fois le prix de ce que l’on paie pour du jus nucléaire ou du pétrole.
    Vous avez dit augmentation du prix de l’électricité ? Non bien sûr.
    Racheté par qui ce jus vert ? EDF ? Non, par vous aussi chers français, via une taxe sur votre facture EDF. Cette taxe doit augmenter car elle devrait couvrir le rachat de l’électricité dite verte cher à l’auteur de l’article ce qui n’est plus le cas à cause de la bubulle spéculative.

    Tout bénef pour ceux qui ont les moyens, payés par les autres.
    Au passage : pourquoi les gens qui investissent 16000 euros dans des panneaux photo ne le font-ils pas dans le double vitrage et l’isolation extérieure de leur maison ?
    Pourquoi ces mêmes personnes n’utilisent-ils pas cette électricité produite ?

    Peut être est-ce un pb d’argent ? Non ?

    1er.02 à 21h18 - Répondre - Alerter
    • C’est marrant, parce que moi, quand je vois une maison avec des panneaux solaires sur le toit, je constate que cette maison est également généralement bien isolée et avec du double vitrage de qualité supérieure, même !
      Personne ne niera que c’est un problème d’argent.... Tout est un problème d’argent, pas besoin de voir plus loin que son nez pour le comprendre ! Par contre, voir plus loin que son nez, ça sert quand même parfois....
      Vaut il mieux acheter une paire de chaussures à 150€ et la conserver 3 ans, ou alors la payer 40€ pour 6 mois de durée de vie....
      Le problème d’investir à long terme est positif, toujours, QUE L’ON SOIT RICHE OU PAUVRE....
      Voir plus loin que le bout de son nez disait on ?
      AREVA : propagande pour temps de cerveau disponible

      9.02 à 10h46 - Répondre - Alerter
  • Truff : Relativisons

    Bien sur, le nucléaire a de graves défauts (déchets, incidents...) qu’un laps de temps ne saurait effacer (ni de mémoire ni sur la nature) mais nous n’en sommes qu’aux balbutiements de cette science, en terme de mise en oeuvre technologique.
    Le nucléaire permet désormais, et plus encore dans le futur, de retraiter ses déchets pour les réintégrer dans son cycle...ce que ne propose pas les déchets des autres énergies fossiles (pétrole).
    L’image de fin selon moi est une invitation à vivre dans un monde où les énergies se combineraient selon les besoins humains.

    Pour mesurer mes propos, je dois vous dire que j’ai travaillé 2 ans pour Areva et le professionnalisme est chose courante (pas systématique) et ils ont des moyens colossaux pour garantir la sécurité (accidents de travail et incidents nucléaires), respectée par les agents et les sous traitants (pas vu souvent ce genre de comportement, notamment en pétrochimie...).

    18.01 à 14h48 - Répondre - Alerter
  • Et si on faisait le même film dans 100 ans 1000 ans 100 000 ans ..
    On verrait quoi ?
    La même chose mais en arrivant à l’ère nucléaire au lieu de belles antiquités (moulins, voiliers ..) on se heurterait à des zones interdites autour des usines nucléaires pour pollutions mortelles, des carcasses de centrales interdites pour pollutions mortelles, des régions interdites car les déchets ont fuit et on ne peut pas les récupérer il y en a partout qui ont diffusé sans qu’on puisse s’en rendre compte - une erreur à pas de chance.

    Merci AREVA et al.
    Un avenir radieux-actif.

    13.01 à 19h45 - Répondre - Alerter
  • Parfait exemple d’anti nucléaire primaire :
    Il me semble qu’un minimum de connaissance sur le domaine de l’énergie serait de mise avant d’écrire de tels articles. Cela n’est visiblement pas le cas ici. Le nucléaire n’est sans doute pas la solution à tout nos problèmes d’énergie et certainement difficilement a exporter dans le monde pour des raisons de sécurité mais il faut bien se rendre compte que les énergies dites renouvelables sont une solution très largement insuffisante à nos besoins énergétiques. De plus, les coûts de production, le rendement énergétique et le démentellement à terme de certaines de ces installations (solaire) ne plaident pas en leur faveur...

    13.01 à 16h35 - Répondre - Alerter
  • Demander une analyse de la pub d’Areva à un opposant convaincu, on se doutait du résultat...Arnaud Gossement est accessoirement ancien porte parole de France Nature Environnement, avocat d’Enerplan (filière solaire) et est notamment en guerre contre edf !
    C’est plutôt Arnaud Gossement qui fait sa propagande...

    12.01 à 12h17 - Répondre - Alerter
  • Néa : Oui mais ...

    C’est une publicité formidable qui change des choses banales que l’on a l’habitude de voir à la télévision. Areva est un des seuls groupes Français encore potable actuellement. Il est ridicule de critiquer la pub sur des détails aussi inutiles que ceux que vous reportez ici, c’est vraiment écrire un article sur du vent.
    L’énergie nucléaire c’est l’avenir, que vous le vouliez ou non.

    11.01 à 21h48 - Répondre - Alerter
    • yazan : Oui mais ...

      "L’énergie nucléaire, c’est le futur, qu’on le veuille ou non" ???
      HUM HUM.... C’est quand le futur ? Ca dure combien de temps le futur ? Parce qu’en l’occurrence, les stocks sont aussi limités que pour le pétrole, soit 1 siècle d’uranium pour peu qu’on cesse de construire de nouveaux réacteurs.... Réacteurs de 4ème génération me répondrez vous ? Espérons le voir au point avant ITER, parce que pour l’instant....
      Don, c’est des balivernes tout ça.... Le futur, c’est l’alternative et le changement.... Parce qu’on n’aura pas le choix.... Que vous le vouliez ou pas....
      Et en l’état des choses, en matière d’alternative, bon courage pour me dénicher une autre solution que ces énergies renouvelables.... IL N’Y EN A PAS ! QUE CA VOUS PLAISE OU NON !!!
      Mais je vois que la propagande fonctionne auprès des neurones de certains !
      AREVA ou la propagande pour temps de cerveau disponible

      9.02 à 10h39 - Répondre - Alerter
  • Belle analyse !

    Est-ce que l’enchainement énergie hydraulique-éolienne-charbon-pétrole et puis au final le nucléaire accompagné du PV et des éoliennes ne suggère pas plutôt que l’énergie nucléaire a aussi ça place parmi toute ces énergies (encore utilisées aujourd’hui) ?

    — 
    Wiki Eolienne

    11.01 à 18h22 - Répondre - Alerter
  • J’aimerai apporter un commentaire sur la partie suivante "(...) les stratèges d’Areva ont eu l’intelligence de ne pas rechercher à ouvrir – au moins publiquement - un front avec les énergies renouvelables mais ont plutôt tenté de se fondre dans le camp ennemi avec une idée toute simple : le nucléaire est lui aussi une énergie renouvelable"

    Je pense que la relation d’AREVA avec les énergies renouvelables est encore plus complexe que ce que vous décrivez ("Je t’aime moi non plus"). Tout comme celle de TOTAL par ailleurs, ou des grands groupes pétroliers en général, qui ont tous des participations plus ou moins importantes dans des projets d’énergie renouvelable (cf. le panorama p.16 de cet intéressant rapport de KPMG).

    De la même manière, AREVA est en train d’incorporer dans son savoir faire l’énergie éolienne, avec le rachat de l’entreprise allemande de construction de turbines offshore Multibrid. AREVA a également racheté une compagnie californienne, Ausra, spécialisée dans l’énergie thermique solaire à concentration, et on peut citer aussi des activités dans les bio énergies et l’hydrogène. Ces investissements représentent plusieurs centaines de millions d’euros, on est loin vous en conviendrez d’une simple propagande comme celle que peut apporter un spot publicitaire, aussi "gros budget" soit-il.

    Je ne cherche pas à redorer le blason d’AREVA, ils ont leurs responsabilités (environnementales et humaines) et devront les assumer un jour ou l’autre. Cependant, ils sont aussi clairement conscient du développement des "vrais" énergies renouvelables, même si vous ne les entendrez jamais les opposer ainsi à leur core business, le nucléaire !

    Au passage, si vous aimez vous aussi voir les grandes marques et leurs publicités "green-washing" brocardées, je vous conseille fortement d’aller faire un tour sur L’Observatoire Indépendant de la Publicité, c’est du très bon !

    11.01 à 15h57 - Répondre - Alerter
  • Je vous invite à lire ma réaction, publiée sur mon propre blog :
    La publicité Areva "historique"

    Enfin, la publicité Areva montre que pour cette entreprise (et c’est bien normal de son point de vue) ne conçoit la production énergétique que sous forme de centrales : centrale nucléaire, centrale éolienne offshore, centrale photovoltaïque... Je ne nie pas que la production centralisée en masse soit utile et importante. Néanmoins, en tant qu’écologistes, nous défendons une production décentralisée, seule à même de garantir l’autonomie énergétique des territoires et une sécurité maximale d’approvisionnement, au plus près du consommateur. Miracle : ça crée aussi plus d’emplois.

    En cadeau, une vieille pub Cogema (impubliable ici, allez sur mon blog :)

    11.01 à 14h28 - Répondre - Alerter
  • Éole : Sur l’éolien

    Le problème de l’éolien est qu’il est géré par des opérateurs privés qui effectivement s’enrichissent de manière importante en recourant à la spéculation ; la structure de fonctionnement induite par ce processus économique induit nécessairement des pratiques peu vertueuses et contestables, comme en sont coupables tous les grands groupes, et qui se vérifient pour quiconque a eu à faire à la Compagnie du vent. D’ailleurs, la pollution visuelle engendrée par l’éolien est aussi un problème afférent à l’existence humaine, car l’être humain est sensible au paysage, à l’échelle de perception du monde qu’il habite.

    L’analyse de la pub est cependant parfaitement juste.

    11.01 à 11h27 - Répondre - Alerter
    • Bravo pour cette grande leçon de capitalisme : les entreprises cherchent à gagner de l’argent.
      Pourquoi seuls Total et Areva auraient-ils droit d’essayer de gagner de l’argent ?
      Concernant l’esthétique, on discutera si tu veux de l’esthétique d’une ligne THT, d’une centrale nucléaire ayant bousillé une falaise, etc...
      Une éolienne, tu peux la démonter si tu trouves un moyen plus discret pour produire de l’électricité (ou de moins en consommer).
      Par contre, comment fais-tu pour remettre en état la falaise de Flamanville par exemple ?

      Rappelons le contexte de Plogoff : Plogoff, c’est la commune ou est située la pointe-du-Raz, anciennement appelée Raz de Fontenoy du fait de la présence d’une fontaine à deux pas de la côte et accessible aux bateaux. Fontaine de la côte ? Feunteun Aod en Breton, là où EDF voulait saloper le paysage à 1 km donc d’un des 8 grands sites de France. Et on viendrait nous dire que les éoliennes de Goulien dépareraient le paysage ?

      EDF dans son 25 questions - 25 réponses à propos de la visibilité de la centrale disait qu’elle s’intégrerait au paysage parce qu’elle serait peinte en blanc comme les maisons bretonnes. Comme quoi il n’y a pas qu’Areva qui prend les gens pour...

      Non, il ne faut pas mettre des éoliennes n’importe où, mais il y a des réglementations et des permis de construire pour cela.

      11.01 à 22h00 - Répondre - Alerter
  • Areva réussit un coup de maître en faisant passer leur propagande pour une oeuvre cinématographique façon Avatar, avec making-of et "secrets de tournage" à la clef. C’est génial pour créer une caution de familiarité en direction des spectateurs.
    Une bijou de comm’ qui ne doit pas tromper !
    Areva, c’est "les difficultés liées à la construction de l’EPR, les accidents grave sur le site de la mine d’extraction d’uranium au Niger"... c’est aussi l’achat exclusif de tout le sol du Congo, par la France, il y a un an. C’est le pillage des richesses d’autres contrées, il faut aussi le savoir.

    Je relaie dans mon blog qui parle aussi de décryptages de pub :

    http://canard-aux-figues.blogspot.com/

    11.01 à 02h28 - Répondre - Alerter
  • Willou : manipulation ?

    Bien sûr, la pub nous manipule.
    Les matraquages sur l’éolien aussi, et depuis des années. Mais les français ne sont pas si crédules.
    Grace à internet, l’info circule et le Green business ne fait plus illusion.

    10.01 à 19h06 - Répondre - Alerter
  • Pour être complète, cette très créative épopée aurait dû comprendre les formidables bombardements du Japon et la non moins extraordinaire catastrophe de Tchernobyl...

    10.01 à 16h12 - Répondre - Alerter
  • Sam : Rappel

    Juste pour rappel, la dernière séquence dans la pud AREVA montre simplement le savoir faire d’AREVA, qui est (biensur) le nucléaire, mais aussi le solaire et l’éolien.

    Après cet article a une vision aussi simpliste que ce spot de pub : le nucléaire c’est mal !!
    Sauf que le besoin en énergie est grandissant, que nous devons réduire nos émissions de CO2 et il n’y a malheureusement pas de solution miracle, hormis revenir à l’age de pierre mais pour ca personne n’est pour(même les écolos).
    Alors il faut trouver des solutions à ces problématiques et le nucléaire en est une, comme les énergies renouvelables, tout comme sensibiliser les personnes à la réduction des gachis et l’évolution des modes de consommation (en général)

    10.01 à 16h03 - Répondre - Alerter
  • Kaspar Michel : L’autre visage d’AREVA

    je propose de rajouter ces 2 liens dans votre article

    http://ecolopresse.20minutes-blogs....

    http://www.enviro2b.com/2011/01/04/...

    bien à vous
    KM

    10.01 à 11h31 - Répondre - Alerter
  • naika : MAUVAIS COMBAT

    Vos dénégations agissent plutôt comme un levier d’efficacité sur cette campagne plutôt ordinaire.
    Les mêmes astuces et raccourcis de communication sont des lieux communs de la pub quelque soient les émetteurs.
    Je ne crois pas que vous meniez le bon combat.
    Ce n’est pas « Areva » qu’il faut remettre en cause mais plutôt les modes de communication ou de propagandes des « PREMIERS de CLASSE des ECOLES de COMMERCE et d’ADMINISTRATION » et leurs ENSEIGNANTS qui nourrissent notre cupidité
    Je suis convaincu que les "ECOLOS" font appel aux mêmes méthodes pour tenter de convaincre.
    AREVA n’a besoin de personne pour se disperser dans ses allégations, le bon sens populaire devrait y pourvoir, sans besoin du "paradigme" écolo.

    NAIKA

    10.01 à 11h03 - Répondre - Alerter
  • “Le vent sert toujours à faire avancer nos voiliers, le bois brûle encore dans nos chaudières et l’hydroélectricité demeure la première source d’énergie renouvelable dans notre pays.”
    Effectivement il y a une simplification mais pourquoi ne soulignez vous pas que les grands oubliés sont plutôt le charbon et le gaz qui servent encore à produire la plupart de l’électricité dans le monde ? Peut-être parce que si on se rend compte que ce sont eux les concurrents du nucléaire aujourd’hui, la thèse (simpliste elle aussi) que vous défendez (le nucléaire c’est mal) est beaucoup moins attirante.
    Ce n’est pas en répondant à de la propagande par de la propagande que vous faites avancer les choses…

    10.01 à 00h25 - Répondre - Alerter
  • L’écologie a ses gouroux,ses anathèmes et ses donneurs de leçon. On a voulu nous faire croire que l’éolien allait sauver la planète, que ces merveilleuses fleurs blanches pousseraient dans nos champs pour notre plus grand plaisir.
    Qui est le plus manipulateur ?

    9.01 à 23h36 - Répondre - Alerter
  • On peut comprendre que l’association éolien et nucléaire fasse bondir Maitre Gossement, conseiller des promoteurs éoliens.
    A part l’argent, ces 2 énergies ont bien un point commun : personne n’en veut près de chez soi.

    9.01 à 23h04 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité