publicité
Accueil du site > Actu > Les Brèves > Petite histoire du déclin du covoiturage américain
30-10-2014
Mots clés
Transports
Etats-Unis

Petite histoire du déclin du covoiturage américain

Taille texte
Petite histoire du déclin du covoiturage américain
(Crédit photo : U.S. National Archives and Records Administration)
 
Partager sa voiture, c'était branché aux Etats-Unis dans les années 1970. Pourquoi cette mode est-elle passée ? Eléments de réponse.
SUR LE MÊME SUJET

Blablacar n’a rien inventé. Dans les années 1970, un salarié américain sur cinq covoiturait pour aller travailler. Puis, alors que la pratique s’apprêtait à prendre son essor en Europe, elle a décliné outre-Atlantique. A tel point qu’aujourd’hui moins d’un salarié américain sur dix partage ses trajets. La cause de ce déclin ? « Starbucks, les berlines bon marché et les femmes au travail », titre de façon un rien polémique le magazine Vox.

En clair, plus il y a de véhicules en circulation, moins on a tendance à les partager. Et quand rouler coûte moins cher, le nombre de véhicules en circulation explose. Dans les années 1990, la baisse du prix du pétrole et l’apparition de véhicules un peu plus bon marché et moins goulus en carburant ont incité les foyers à s’équiper. Quand les femmes sont parties travailler, les trajets et les revenus des ménages ont augmenté. La plupart ont alors opté pour une deuxième voiture. L’expansion du nombre de véhicules expliquerait pour près de 40% du déclin du covoiturage américain.

Quid des 60% restants ? Les chercheurs l’attribuent à « l’effet Starbucks », entendez la tendance à s’arrêter en chemin pour faire une course, récupérer les enfants ou prendre un café. Ajoutez à ces nouveaux comportements un travail plus flexible et des horaires moins prévisibles et toutes les excuses sont réunies pour rouler seul… au milieu des bouchons.

A lire en anglais sur Vox

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Si le covoiturage, comme la voiture électrique, ont un tel succès auprès des médias, des élus et de la technostructure, c’est qu’ils prolongent la domination de l’automobile et de son système routier dévastateur.
    Le covoiturage prospère sur la faillite de la politique ferroviaire (le tout-tgv).

    9.11 à 19h01 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité