publicité
Changer de vie : ils ont osé, pourquoi pas vous ?

Le média qui change le monde

Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives,
le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger...

Abonnez-vous au magazine papier...

 
 
Accueil du site > Actu > Opinion > « Partageons notre énergie ! »
17-07-2012
Mots clés
Energies
France

« Partageons notre énergie ! »

Taille texte
« Partageons notre énergie ! »
(Crédit photo : pacmikey - flickr)
 
La transition énergétique passera par le citoyen ou ne sera pas, assure Serge Orru, directeur du WWF-France.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Notre société industrielle s’est développée suivant le principe d’une production d’énergie toujours croissante, basée sur l’exploitation des sources d’énergie de stock (charbon, pétrole, gaz naturel, uranium) et d’une utilisation gaspilleuse de celles-ci. Les systèmes centralisés et mondialisés de production d’énergie échappent totalement aux citoyens, réduits au rôle de consommateurs n’ayant aucune prise sur les spéculations d’acteurs financiers et industriels supranationaux.

Ce modèle n’est aujourd’hui plus tenable pour au moins trois raisons majeures. La première est géologique et économique. Les énergies de stock, avec au premier chef le pétrole, ont des réserves limitées et insuffisantes pour répondre aux besoins mondiaux, notamment des pays émergents et en développement, ainsi qu’à ceux d’une population mondiale prévue à 9 milliards d’ici à 2050.

Choisir le changement

La seconde raison est liée au caractère inacceptable du risque nucléaire confirmé par la catastrophe de Fukushima. Enfin, le risque majeur de dérèglement climatique lié aux émissions de gaz à effet de serre impose la réduction drastique de l’utilisation de ces combustibles fossiles. La transition énergétique basée sur l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables doit s’imposer au niveau mondial. La question essentielle est maintenant de savoir si ce sera une contrainte subie avec pour corollaire des pans entiers de populations tombant dans la précarité énergétique, y compris en Europe, ou si nous voulons en faire une opportunité pour construire un mode de développement vivable et durable pour tous.

Il est temps de sortir la question énergétique du domaine réservé de quelques experts et de dirigeants de grandes entreprises adeptes d’un centralisme que rien ne justifie. Il est maintenant temps pour les citoyens et collectivités de se réapproprier leur destin énergétique. Il est temps pour la France d’emboîter le pas des pays du Nord de l’Europe : sobriété, efficacité et développement des énergies renouvelables locales, au bénéfice des populations des territoires.

De la Forêt-Noire à la Belgique

Nombreux sont les exemples de réappropriation citoyenne de l’énergie. Ainsi, la commune de Schönau en Forêt-Noire en Allemagne voit l’ensemble de sa production électrique, qui est 100% verte, gérée par une coopérative de citoyens, avec 130 000 clients dans tout le pays et un chiffre d’affaire de 100 millions d’euros. En Belgique, c’est la coopérative Ecopower qui fournit 37 000 coopérateurs et verse un dividende compris entre 4% et 6%.

En France ? Nous en sommes encore loin et pourtant des initiatives discrètes et efficaces se développent. Ainsi, Enercoop, fournisseur coopératif, vend depuis 2006 de l’électricité d’origine 100% renouvelable, et vise maintenant à rapprocher la production et la consommation au travers de ses coopératives régionales.

Pour développer la production d’énergie renouvelable citoyenne, le parc éolien citoyen de Béganne (près de Redon, en Bretagne) sera constitué de quatre éoliennes. Si des projets éoliens laissent parfois une petite place à l’investissement local, il n’existe actuellement aucun projet associant, comme à Béganne, des centaines de riverains qui détiendront la majorité du capital. C’est en ce sens que ce parc éolien citoyen constitue un événement d’ampleur nationale. Au-delà de produire une énergie propre et renouvelable, ce parc permettra de financer un demi poste de conseiller en économies d’énergie et les bénéfices supplémentaires seront redistribués aux coopérateurs

Volonté de citoyens

Autre exemple, à Villefranche-sur-Saône (Rhône), la coopérative « Vendanges d’énergie citoyenne » a pour projet d’installer des panneaux photovoltaïques sur le toit d’une école primaire durant l’été 2012. La volonté du groupe de citoyens fondateurs est non seulement de produire de l’électricité d’origine renouvelable, mais également d’inclure une grande dimension pédagogique dans ce projet. Il est ainsi prévu d’intégrer fortement l’école, les équipes enseignantes, les élèves et les parents d’élève dans le projet avec, notamment, un panneau d’affichage de la production de l’installation photovoltaïque. Pour l’équipe pédagogique, comme pour les élèves de l’école, c’est l’occasion d’aborder concrètement le sujet de l’énergie, de sa rareté et de l’importance de l’économiser.

Dans le sillon de ces précurseurs, il existe au travers du territoire métropolitain une quinzaine de projets de production d’énergies renouvelables et d’économies d’énergie, qui tous font appel au fond de financement citoyen Energie Partagée, que soutient le WWF, et dans lequel chacun peut investir à titre personnel pour contribuer à la transition énergétique.

2012 est l’année internationale de l’énergie durable pour tous et verra le lancement d’un grand débat national sur la transition énergétique. Pour contribuer à redéfinir notre avenir énergétique en France, soutenons les projets coopératifs et citoyens d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique.


Serge Orru quittera la direction du WWF-France à la fin du mois de septembre prochain.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Le rédacteur :
Serge Orru

Directeur général du WWF France

PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité