publicité
Accueil du site > Actu > Société > Où est « le » projet ?
28-10-2015
Mots clés
Immigration
France
Monde

Où est « le » projet ?

Taille texte
Où est « le » projet ?
(Crédit photo : Ludwick Hernandez pour « Terra eco »)
 
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 72 - novembre 2015

Comment le capitalisme va croquer l’économie du partage

Dans Le Monde d’hier, Stefan Zweig témoignait de l’inexorable montée des nationalismes et de l’aveuglement qui rendit possible le ténébreux projet hitlérien. « J’ai été le témoin de la plus effroyable défaite de la raison (…). Cette pestilence des pestilences, le nationalisme, a empoisonné la fleur de notre culture européenne », écrivait-il. Depuis quelque temps, au creux de nos vies modernes, peuplées de biens qui font notre confort quotidien et de minuscules polémiques qui font tourner la machine médiatique, semblent poindre quelques notes d’une musique que nous pensions oubliée. Ces notes nous surprennent, puis s’éteignent et nous passons à autre chose. C’est alors que surgit l’« épisode Aylan », dont l’image du corps sans vie échoué sur une plage turque nous a sauté à la figure. On aurait pu espérer un sursaut d’intelligence politique. Au lieu de cela, voici que les pays de l’Est de l’Europe se crispent et que l’Union tout entière finit par tergiverser et patiner. Face à l’afflux de réfugiés, le petit air rance de la politique autoritaire joue désormais sans entrave.

Le spécialiste François Gemenne nous rappelle pourtant deux faits. Tout d’abord, que le statut de réfugiés a été créé en 1951 pour des réfugiés… européens. Ensuite, que l’afflux actuel de ces populations demeure epsilonesque au regard de ce que l’Union pourrait envisager. Encore faudrait-il oser poser les questions en grand et les traiter au coeur d’une vision et d’un projet mobilisateurs. Malheureusement, nos élites ont troqué la vision pour la gestion, laissant la ritournelle sécuritaire contaminer les esprits. L’Europe doit se doter d’un projet économique et social d’envergure, capable d’aborder les migrations comme des questions et non comme des problèmes. Or, un tel projet existe : celui de la transformation écologique et sociale de notre économie. Il est réaliste : un exemple parmi d’autres, la production d’électricité solaire vient d’atteindre le seuil de rentabilité, celui qui permet de rivaliser avec les énergies fossiles. On parle bien, ici, d’une mutation énergétique majeure, génératrice d’emplois, donc de confiance en l’avenir. On pourrait ainsi parler d’agriculture, de circuits courts, de mobilité, de monnaie. Il faut penser ces recettes nouvelles, pour éviter que toute bonne idée – comme celle de l’économie du partage – ne soit rattrapée par la brigade du capitalisme financiarisé à outrance. Mais c’est en dessinant ce cap nouveau que nous chasserons de nos esprits les sombres ritournelles.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Cofondateur et directeur de la publication du magazine Terra eco et du quotidien électronique Terraeco.net

- Suivez-moi sur twitter : @dobelioubi

- Mon blog Media Circus : Tant que dureront les médias jetables

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité