publicité
 
 
Accueil du site > Actu > Conso > Nutella, la rumeur et l’étiquette

Nutella, la rumeur et l’étiquette

Taille texte
Nutella, la rumeur et l'étiquette
((Crédit photo : Nutella))
 
Non, l'Europe ne va pas barrer les pots de pâte à tartiner d'une vilaine mention contre l'obésité, comme certains l'ont écrit et réécrit ces derniers jours. Mais les qualités nutritionnelles du produit sont sur la sellette. - « Terra eco » a comparé les pubs avec les pots.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Le secret du Nutella ? Une recette inchangée - et secrète - depuis plus de quarante ans, indique la marque. Une chose est sûre, les pubs, elles, n’ont pas changé. L’INA a conservé chacune de ces réclames et certains leitmotive demeurent au fil des années : on y trouve presque toujours des parents heureux et des sourires d’enfants, très souvent une table bien remplie ou un terrain de sport et en chute, des incitations à consommer du Nutella pour ses vertus énergétiques. Dans les années 1990, la marque liste même les ingrédients d’un petit déjeuner idéal : deux tartines de Nutella, un bol de lait et un verre de jus d’orange.

C’est un cas typique d’une allégation nutritionnelle choisie par la marque comme argument marketing. Depuis le dimanche 27 juin, la blogosphère s’est pourtant enflammée autour d’une rumeur indiquant que les pots de Nutella allaient être barrés d’un message d’alerte contre l’obésité. La rumeur s’avère dénuée de tout fondement, mais montre que les marketeurs qui jouent sur les bienfaits sanitaires des produits ont des soucis à se faire. Surtout depuis que le Parlement européen se penche sur l’étiquetage nutritionnel des aliments. En attendant, Terra eco a examiné l’étiquette de la pâte à tartiner préférée des Français avec l’aide de la nutritionniste Sophie Ortega.

Le lait et les noisettes : pas les premiers ingrédients

Premier bémol, les principaux ingrédients ne sont pas le lait et les noisettes, comme semble l’indiquer la publicité, mais bien le sucre et l’huile. C’est grâce à cette dernière que la pâte s’étale et ne coule pas comme la confiture.

Second bémol, la consommation n’aide pas vraiment les enfants à devenir de grands sportifs comme l’induit la marque dans ses réclames depuis 1969. « C’est une bombe calorifique », explique Sophie Ortega. On peut lire sur l’étiquette que le Nutella contient 530 kilocalories pour 100 grammes de pâte. A poids identique, c’est plus que le chocolat noir (environ 480 kcals), deux fois plus que la confiture (200 à 250 kcals) et cinq fois plus que la banane (90 kcal). Au concours du plus fort en calories, le Nutella l’emporte même sur les pizzas surgelés (250 kcals) et le cassoulet (109 kcals) !

Un fruit meilleur qu’un jus

Alors les deux tartines quotidiennes sont-elles une bonne idée ? « On ne peut pas dire qu’il est nécessaire de manger deux tartines par petit déjeuner », répond la nutritionniste. « Je ne dis pas que le Nutella n’a aucune qualité nutritionnelle mais je conseillerais de n’en manger qu’une seule et de remplacer l’autre par un yaourt. Il faut aussi préférer un vrai fruit à un jus », ajoute-t-elle. Pour rester raisonnable, il faudrait se limiter à ce que préconise le site internet de Nutella : deux cuillères à soupe légèrement bombées.

Mais la nutritionniste n’est pas pour autant favorable à une alerte contre l’obésité. « Il ne faut pas diaboliser le Nutella. Tout d’abord parce qu’il y a des produits tout aussi riches comme les céréales du petit déjeuner qui ont réussi un véritable coup de maître pour s’imposer. Manger uniquement ces céréales ou manger trois ou quatre tartines de Nutella au réveil et à jeun crée des risques de diabète », dit-elle. « Mais je pense que la plupart des consommateurs le savent et il faut garder des produits de plaisir dans l’alimentation, le tout est de bien équilibrer ses repas », conclut-elle.

Qu’est-ce qu’un produit équilibré ?

Quel bilan tirer ? Celui que l’étiquette est bien moins flatteuse que la publicité ! Pourtant une réglementation européenne devrait bien limiter de telles pratiques. Votée en 2006, elle restreint l’utilisation d’allégations sanitaires du type : « riche en calcium » ou « pauvre en cholestérol » aux produits ayant prouvé scientifiquement leurs bénéfices. Mais « cette réglementation a de la peine à se traduire dans les faits, souligne Charles Pernin, chargé de mission à l’association de consommateurs CLCV. On attend toujours que la Commission européenne dresse une liste des allégations concernées et définisse clairement ce qu’est un produit équilibré. Tant que les règles ne seront pas définies, les industriels continueront comme avant. »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

12 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • on en fait tout un plat de ce nutella , mais personne ne semble remarquer que les laits de bébé sont rempli d’huile de palme.
    J’en ai cherché sans huile de palme pour mon petit fils ...et jamais trouvé !!!.
    Au niveau du rapport poid de l’enfant et ingestion d’huile de palme , c’est bien pire avec ces laits(lait de suite ou lait maternisés) .
    De plus ces laits sont très cher et plombent le budget des parents !!!!

    2.05 à 20h39 - Répondre - Alerter
  • Je suis assez d’accord avec le dépositaire anonyme, bien que selon moi, il n’y ait aucune raison de critiquer l’objet de cet article. Je pense juste qu’il aurait été intéressant de comparer nutritivement le Nutella à toutes les "sous-marques" quelles qu’elles soient afin de pousser un peu plus loin cette enquête. Car en effet, elles (les sous marques) regorgent de bien plus d’huile et autres substances oléagineuses que le Nutella. Ce qui les rend de fait "pire" à la consommation que leur homologue Nutella.

    26.07 à 16h17 - Répondre - Alerter
  • Argh !

    Non, non, non, je ne veux pas qu’on me dise que le Nutella, ça ne va pas ! Ça me fait culpabiliser terriblement !

    Ça fait longtemps qu’on en parle et à moins d’avoir vécu sur une île isolée du Pacifique, personne n’y a échappé. Le Nutella, c’est mal ! C’est bourré de mauvaises graisses, c’est trop riche, trop sucré, trop industrialisé, c’est trop cher pour ce que c’est, ça enrichit ceux qui n’en n’ont pas besoin et ça dépouille ceux qui n’ont déjà rien, ça déforeste, ça produit du déchet, ça carbonise à mort et ça compense rien du tout. Bref, non seulement c’est très mauvais pour la ligne et pour la santé, mais ça alimente un système économique et social qui nous mène droit à notre perte...

    Pourtant, rien à faire, régulièrement je succombe à l’appel du Nutella. Pour ma défense : je n’en achète pas ! C’est ma colocataire qui laisse traîner ses pots dans le placard (mauvaise foi). C’est absurde ! Moi, l’ardente défenseuse du bien de l’Humanité, ultra-consciente et ultra-informée, consommatrice responsable engagée qui plus est, je n’arrive pas à dépasser l’appel du Nutella. Je peux résister des mois, faire de grand sermons à sa propriétaires, et puis un jour de grande fatigue, ma colocataire absente, le pot étant là, je craque : j’y glisse un doigt. C’est à n’y rien comprendre...Avec tout ce que je sais, quelle sorte de monstre suis-je, pour encourager tous les travers de cette société que je dénonce et cautionner cette initiative obsolète et abominable ?

    1/Parce que c’est bon ! (plaisir+++)
    2/Parce que le sucre raffiné industriel est une substance addictive extrêmement puissante (état de manque)
    3/Parce que ça me rappelle mon enfance, ma tribu (souvenirs)
    4/Parce que c’est un objet familier, ça appartient à notre culture, que tout le monde connaît et qui nous rapproche parce qu’on aime tous ça (identité)
    5/Parce qu’inconsciemment j’ai enregistré un message publicitaire absolument contraire à la réalité que j’entends et vois partout, à mon insu (nutella = joie, famille heureuse, pleine santé)
    5/Parce que je pense que c’est interdit / immoral / polluant / dangereux pour la santé, ça pousse à agir dans le mauvais sens (comportement)

    Ah ben oui, vu sous cet angle, je me sens rassurée. Je relativise. Je "positivise". La consommation responsable est un art difficile. Les obstacles sont nombreux et difficiles à dépasser. Je suis sur la "bonne" voie, un pas de côté n’est rien si je reste sur le "bon" chemin. Je vais donc continuer à chercher des techniques efficaces pour aider les citoyens à changer de comportement. Vous avez des idées ?

    Je me demande comment faire pour dépasser ces obstacles sans pour autant sacrifier ce qui est vital : l’identité, les ressources, le lien avec le groupe, les sensations et émotions agréables, etc. Parce que changer le monde, je veux bien, mais il ne faudrait pas que ça me prive, quand même. Quoi qu’on en dise, il reste essentiel, mon petit plaisir à moi !

    M.V.

    PS : J’adore votre article, c’est exactement le genre de point de vue nuancé qu’on a besoin d’entendre pour avancer, ça secoue nos habitudes de pensée et ça pose des questions importantes. D’ailleurs, je vais quand même laisser traîner du cassoulet "bio, local et de saison" dans mes placards, il se pourrait que ça m’aide à contrer les attaques de Nutella...

    Merci pour l’info !

    20.07 à 11h19 - Répondre - Alerter
  • Arrêtons de tout diaboliser !

    Oui, la Nutella c’est gras et sucré, on le sait depuis longtemps ! mais pas plus que le chocolat, le bonbons, les biscuits soit disant plein de bonnes céréales mais aussi remplis de bonnes huiles...

    Le juste mot est "modération" en tout.
    Un peu de tout, tous les jours.
    Et la Nutella n’est pas plus diabolique qu’autre chose.

    En bonne italienne, j’ai été élevée à la Nutella et rien d’autre. Je ne suis ni diabétique, ni obèse ni acnéique. Tout est question d’équilibre.
    Et c’est tellement bon...tant pour les enfants que pour les parents !

    6.07 à 23h45 - Répondre - Alerter
  • Pour ceux qui veulent absolument faire plaisir à leurs enfants avec de la pâte à tartiner au chocolat, on trouve de plus en plus facilement - même dans votre supermarché préféré - des pâtes à tartiner bio.

    Gustativement, certaines sont aussi bonnes voire meilleures que le Nut***a.
    Nutritionnellement... bon d’accord, c’est kif-kif : ça reste un aliment plaisir.
    Environnementalement, c’est bien mieux : plus d’huile de palme sur la tartine.
    Et financièrement : ben oui c’est plus cher, mais c’est un aliment plaisir, vous vous rappelez ?

    4.07 à 22h18 - Répondre - Alerter
  • En marketing, on dit que le Nutella, mais surtout sa marque est un produit à forte consonance familiale, un degrés de sympathie élevé, bref un basic qui se vend bien !
    Regardez les lobbies en ce moment qui commente les nombreuse réactions sur la marque et sur cet article relayé dans toute la presse....on a un produit (sur)protégé par ses producteurs.
    L’article est malheureusement bien juste, la moitié d’un pot de Nutella contient de l’huile (de palme) et du sucre, une petite bombe à retardement pour nos enfants !!
    Les consommateurs attendent des progrès de la part des fabricants, pas plus de marge avec des sous-produits !
    A quand par exemple un pot sans huiles de palme ?

    1er.07 à 13h49 - Répondre - Alerter
  • noisettes et lait... le commentaire devrait ajouter aussi 50% de sucre et 30% d’huile...
    IL faut savoir que les nouvelles générations n’ont, pour une grande majorité, absolument aucune conscience de ce qu’est un régime alimentaire équilibré, ni comment il doit être composé. Leur seule référence est la publicité qui leur est assénée chaque jour. L’éducation nationnale ayant abandonné la transmission d’un certain volet de valeurs, à priori obsolètes, comme la santé alimentaire, la santé publique, le civisme, etc... valeurs qui étaient enseignées dans l’école de FERRY, le seul vecteur d’information qui reste aux organisme chargé de la santé publique est l’emballage des produits.. IL est dommageable pour la société entière que cette information de base ne soit pas inscrite sur chaque produit potentiellement dangereux en cas de consommation excessive : dommageable pour la société car une mauvaise alimentaiton a des effets financiers importants, inévitablement répercutés sur les charges salariales et les entreprises, à l’image du tabac et des conséquences financières du traitement d’un cancer.

    Il ne faut pas diaboliser le nutella, et les autres aliments de plaisir... seul l’excès est dangereux, et l’excès très facile, car c’est bon....

    1er.07 à 11h11 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    D’habitude en matière d’alimentation vous ne vous intéressez qu’aux impacts environnementaux et rien en matière de nutrition. Dans cet article c’est tout l’inverse alors qu’avec l’huile de palme vous aviez de quoi !

    SVP, traiter les sujets dans leur globalité...

    Merci

    PS : une petite précision, quant Ferrero affirme que la recette est inchangée depuis 40 ans, est-on bien certain que c’est de l’huile de palme qui est utilisée depuis 40 ans ?

    30.06 à 13h04 - Répondre - Alerter
  • ne pas oublier les Danacol ou autres Activa au "Bifidus" de Danone qui vont vous guérir de tous vos problèmes...

    30.06 à 11h24 - Répondre - Alerter
    • ... C’est clair. Ils ont tout compris les rois du marketing : des arguments chocs pour de pauvres hères hypocondriaques.
      Enfin, voici une suggestion : aller au marché de sa commune, et si possible acheter des produits baroques aux producteurs du coin (souvent des retraités qui veulent arrondir les fins de mois avec des produits du jardin) et ainsi, ne pas tomber dans le panneau des marketeurs de la malbouffe.

      1er.07 à 11h38 - Répondre - Alerter
  • Pousse pousse : Aaah le nutella

    Et oui il fait grossir ! L’info n’est pas vraiment nouvelle et je ne sait pas qui, aujourd’hui peut penser que le Nutella est un aliment équilibré et sain pour notre corps... Mais ce n’est pas le seul, et heureusement qu’ils sont là aussi ces aliments 100 % plaisir, c’est peut être gras, sucré, chocolaté, épaissi, coloré... mais qu’est ce que c’est bon !

    30.06 à 10h05 - Répondre - Alerter
  • C’est étrange de comparer les calories du nutella à celles du cassoulet... parce qu’on n’en consomme pas la même quantité... il serait plus raisonnable d’indiquer le nombre de calorie des fameuses 2 tartines...

    Pour ce qui est des céréales, qui sont elles aussi bourrée de sucre et de graisse, l’emballage indique souvent les calories d’un bol de 30g de céréales avec du lait... si vous avez l’occasion un jour, mettez 30g de céréales dans un bol pour voir la quantité que cela représente... c’est généralement beaucoup moins que ce qu’on a l’habitude de mettre dans un bol...

    Et de la même façon, la couche de nutella sur une tartine peut être très varié d’un individu à l’autre...

    30.06 à 09h47 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

En route pour la COP21
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité