publicité
Accueil du site > Actu > Présidentielle > Marine Le Pen : « Je suis plus cohérente que les Verts »
21-02-2012
Mots clés
Développement Durable
Emploi
France

Marine Le Pen : « Je suis plus cohérente que les Verts »

Taille texte
Marine Le Pen : « Je suis plus cohérente que les Verts »
(Crédit photo : hamilton - réa)
 
Climato-sceptique, la candidate à l’élection présidentielle pour le Front national tacle les énergies renouvelables et le bio. Pourtant, Marine Le Pen se voudrait écolo.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N°34 - mars 2012

Aux banques, citoyens !

A quoi ressemblerait la France de 2017 si vous remportiez l’élection présidentielle de 2012 ?

Ce serait une France de la sécurité. Une sécurité sociale, économique, alimentaire, professionnelle, fiscale. La sécurité est la première des libertés. Or, aujourd’hui, on se sait plus à quel saint se vouer. On ne doit pas avoir le sentiment d’être en danger permanent, y compris dans ce qu’on mange ou dans les médicaments que l’on absorbe.

Quelles seraient vos trois premières mesures de présidente élue ?

Un ministère des Souverainetés, le retour au franc et une modification du droit de la nationalité, via une modification constitutionnelle, par référendum d’initiative populaire.

Vous dites : « Nicolas Sarkozy a fait perdre tout espoir de progrès écologique aux Français ». Etes-vous plus verte que les Verts ?

Je suis beaucoup plus cohérente pour la protection de la planète qu’eux. Cela fait des années que je dis que le modèle ultralibéral et de libre-échange qu’ils ont choisi est destructeur pour la planète.

Ultralibéraux, les Verts ?

Ils sont contre le protectionnisme et pour l’ouverture de toutes les frontières. Pour moi, si l’on considère que le marché est autorégulateur et que l’on refuse toute règle, on s’inscrit dans une vision économique à la fois inhumaine et destructrice pour la planète. Cette vision est celle d’un monde du jetable auquel je m’oppose. Le modèle qui consiste à aller fabriquer à 10 000 km les produits que l’on consomme et à les recycler 10000 km plus loin – en général dans un pays pauvre qui n’a pas d’autre moyen que d’accepter –, ce n’est pas possible. Le modèle écologique, c’est produire au plus près et retraiter sur place.

Comment fait-on ? Doit-on fermer toutes les frontières ?

On met en place des barrières de protection, oui. Mais je propose aussi d’im- poser une garantie minimum de cinq ans sur les produits, non pas à la charge du consommateur mais du fabricant. Si votre ordinateur tombe en panne pendant ses cinq premières années, c’est au constructeur de sortir le carnet de chèques, plus à vous. Nous sommes dans une société de la surconsommation imposée. Ce consumérisme est organisé par les constructeurs. Et c’est ravageur.

N’êtes-vous pas frustrée que François Bayrou se soit emparé de l’étiquette « made in France » ?

Lui, il laisse les consommateurs choisir ! Moi, je mets des protections. Le made in France, c’est Marine Le Pen. Il suffit de regarder mon programme, en avril 2011. Que préférez-vous ? Une Toyota Yaris fabriquée à Valenciennes ou une Renault Clio en Roumanie ? La Yaris made in France, évidemment. Tant que nos entreprises, quelles qu’elles soient, trouveront un avantage à aller fabriquer ailleurs leurs produits, eh bien nous serons dans l’impasse.

Mais comment empêche-t-on une PME de délocaliser ses activités ?

On ne l’empêche pas ! On n’est pas en Union soviétique. Regardez la Dacia fabriquée en Roumanie. Renault nous assurait que cette gamme n’était pas des- tinée au marché français. Aujourd’hui, la Dacia est vendue chez nous ! On est dans une situation où une entreprise fait de la concurrence, en France, à des salariés français. Ce n’est pas possible.

Vous prônez un minimum vital énergétique. Expliquez-vous.

Cela consiste à diviser la facture d’énergie en deux volets, notamment pour l’eau et l’électricité. On fixe un palier minimum vital dont tout le monde doit s’acquitter au prix coûtant. Et passé ce seuil, on fait payer plus cher. Le PS et les écologistes défendent eux aussi cette progressivité... Oui, mais eux assoient le tarif de la consommation au-delà du seuil vital sur le niveau de revenu. Moi, je fais payer tout le monde pareil. L’intérêt consiste à rendre le consommateur citoyen. Par sa facture, il va prendre conscience de sa consommation et de son gaspillage.

Etes-vous favorable à une fiscalité écologique ?

Il faut arrêter la fiscalité à tout prix. Les gens n’en peuvent plus.

Pas de taxe carbone non plus ?

Rien. Je pense que la seule façon de baisser les émissions de gaz à effet de serre, par exemple, c’est de revenir à un modèle économique qui soit rationaliste et d’arrêter la course au libre-échange.

Que fait-on avec le nucléaire ?

L’Etat doit rester propriétaire des acteurs de l’industrie nucléaire. L’entrée du privé est un danger majeur. Par définition, le privé recherche la rentabilité, qui peut s’effectuer au détriment de la sécurité. On a bien vu à Fukushima l’importance de ce détail. Il faut investir massivement dans la sécurisation et dans la recherche et le développement. Il n’existe aucun autre choix. C’est l’histoire de l’humanité : à la préhistoire, il fallait arrêter de tailler des cailloux pour faire des lances, par crainte qu’il n’y en ait plus. Et un jour, on a découvert le fer. Pour le nucléaire, c’est pareil.

La science va donc nous sauver...

Exactement. Il n’y a aucune autre alternative crédible au nucléaire. Il faut cesser de se raconter des histoires.

Les énergies renouvelables...

Pour l’instant, c’est du bricolage. Je suis contre les éoliennes, c’est immonde et ça ne marche pas. Idem pour l’offshore. Il y a des recherches sur l’énergie des courants, pourquoi pas ? Mais cessons cette idéologie qui consiste à dire « c’est génial » dès qu’on parle d’une énergie renouvelable ! Si c’est laid, si c’est cher, si ça ne sert à rien, arrêtons là. Ça va pour faire tourner l’électricité de la maison mais pas pour les grandes industries.

Le changement climatique a disparu de l’actualité. Que faites- vous pour lutter contre cela ?

Peut-on y faire quelque chose ?

Selon vous, les changements climatiques n’existent pas ?

Ce n’est pas ce que je dis. Je ne suis pas sûre que l’activité humaine soit l’origine principale de ce phénomène.

Vous remettez en cause les conclusions du Giec, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat ?

Ça ne me pose aucun problème. Pour la simple et bonne raison que quand j’étais petite, mon père m’expliquait que le Sahara gagnait déjà un kilomètre par an. Le monde a connu des changements climatiques qui n’avaient rien à voir avec l’activité humaine. Ce ne sont pas les travaux du Giec qui peuvent établir avec certitude que l’homme est la cause du changement climatique.

Vous allez recruter Claude Allègre avec ce genre de raisonnement...

Je pourrais, oui. Pourquoi pas ? Le Giec, c’est le consensus de ceux qui ont la parole. Ce sont les prêtres et les évêques du changement climatique. Ceux qui disent l’inverse, ce sont les hérétiques...

Huit millions de pauvres, pas assez de toits, toujours plus de précarité. Comment faire ?

Il faut changer de modèle économique. L’Etat doit devenir stratège, protecteur et remettre les règles du jeu. Il n’existe pas d’activité humaine sans règles du jeu. Ça n’existe pas.

Dans cette vision, on nationalise tout ? Les banques aussi ?

A titre temporaire et partiel, on peut. On sépare les activités de dépôt et d’affaires pour protéger l’épargne des Français. Quant aux banques d’affaires, on fait comme toutes les entreprises. Celles qui jouent et qui perdent, eh bien, elles tombent. Tant pis pour elles.

Parlons agriculture. Que pensez-vous des circuits courts ?

Le bio est une dictature, avec souvent des histoires de gros sous enrobées dans des bons sentiments. La recherche effrénée du profit ne s’est pas accompagnée de la recherche de sécurité que l’Etat doit au consommateur. Il faut aider tous nos agriculteurs. On doit faire la Politique agricole française au lieu de la Politique agricole commune. Les aides doivent être diversifiées. Je milite aussi pour la diversité de l’économie. Or, la multiplication des franchises, ou des enseignes de grande distribution, tue les indépendants. Moi, je plaide pour la diversité.

Y compris des peuples ?

Mais bien sûr. C’est pour ça que je suis contre l’uniformisation et le multiculturalisme. Chaque nation doit conserver sa culture, défendre son identité...

Pas de mixité ?

S’il ya de la mixité,il n’ya plus de diversité. Si on retrouve la même chose aux Etats-Unis, en France, ou en Inde, ça voudra dire que nous avons partout abandonné notre culture, nos traditions et notre identité de peuple.

Votre parti oppose souvent les Français. Par quel miracle seriez- vous capable de les rassembler ?

Pour une simple raison. J’appelle cela l’insulte en miroir. Ce sont ceux qui créent la haine et la division, en rejetant au passage les 20% des Français qui annoncent vouloir voter pour moi, qui finissent par être punis. Moi, je défends tous les Français, quelle que soient leur couleur, leur origine, leur confession...

... leurs papiers ?

Non. Les Français.

Ceux qui vivent en France ?

Non. Les Français. Et je l’assume. Ça ne veut pas dire que je hais les étrangers. L’idée n’est pas de mettre tout le monde dans des charters. Je veux mettre en place une politique dissuasive d’immigration en disant : « Ne venez pas car nous n’avons plus rien à vous offrir. On a plein de pauvres, on a plein de chômeurs et on se doit de leur venir en aide en priorité. » Je suis d’ailleurs la seule à vouloir associer le peuple, via les référendums. A chaque fois que j’estimerai qu’il y a un sujet qui touche aux tréfonds du droit qu’ont les peuples à disposer d’eux-mêmes, je susciterai un référendum. Ceux qui refuseront s’excluront du champ de la démocratie. —

En dates

1968 Naissance à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)

1991 Obtient un DEA de droit pénal à l’université Paris-2-Assas

1998 Elue conseillère régionale Front national (FN) dans le Nord

2004 Elue député européenne

2011 Devient présidente du FN

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Président de l’association des Amis de Terra eco Ancien directeur de la rédaction de Terra eco

Rédacteur en chef édition

28 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Ridicule mais dangereuse, comme Trump.

    22.04 à 03h47 - Répondre - Alerter
  • claude allegre a raison lez réchauffement climatique existe mais il provient de cycles millénaires qui n ont rien à voir avec la pollution de la plannete ......17 sur 300 co2
    et marine le pen n a rien a voir la dedans mais elle est cohérente........ c est élémentaire mon général

    16.04 à 18h00 - Répondre - Alerter
  • Elle est incroyable de bon sens ! Il n’y a pas à dire l’écologisme politique des Verts comparé à ses mesures concrètes c’est vraiment du blabla de bobo des villes ! En pointant du doigt l’ultra-libéralisme, le libre-échangisme intégrale, elle touche là au véritable cœur idéologique du système ! Puis elle ne se laisse pas bouffer du cerveau par le GIEC (ou GIEC Gate) pour nous imposer le nouveau système totalitaire et collectiviste dit de "développement durable" que prône l’ONU et le Club de Rome ; ses malthusiens eugénistes qui voudrait bien se débarrasser d’une bonne partie de l’humanité en instillant dans un premier temps une éthique verte anti-humaniste et en culpabilisant l’humanité avec leur religion du pseudo réchauffement climatique, du mur écologique qu’eux ne veulent pas éviter. Tout ça pour préserver surtout le système inégalitaire et les bénéfices qu’ils pourraient dégager en fixant les prix des matières premières par un cartel de "gouvernance mondiale".
    Je suis fier qu’on est encore des politiques avec un véritable niveau de conscience politique, maintenant vu certains commentaires le problème c’est surtout les incultes et ignorants conditionnés par le système et les lobbies ou partis verts dévoyés par l’anti-nucléarisme primaire (cela certainement au service de l’industrie pétro-chimique dont il ne propose là jamais la pur et simple interdiction !).

    28.04 à 19h35 - Répondre - Alerter
  • Allègre et Le Pen (la fille de son père) : c’est du pareil au même...

    même esprit borné, étroit, "scientiste", même volonté de clouer au pilori des boucs émissaires , l’étranger, le juif, l’arabe,... pour l’une et l’écologiste "sectaire et gauchiste" pour l’autre, "révisionnistes climatiques" tous les 2...

    Allègre, ancien éléphant du PS, soutient aujourd’hui Sarkozy, demain il soutiendra Marine le Pen, c’est sur...

    15.03 à 15h19 - Répondre - Alerter
  • Madame lepen surfe allégrement sur un fort pourcentage de français et de françaises qui n’ont que peu d’analyse politique clair et subisse l’actualité des catastrophes et les médias de masse .
    ils ne lisent pas la presse ou alors celle très orienté nationaliste et xénophobe .
    malheureusement pour eux,elle berne sont électorat et les bercent d’illusions et de clichés populistes.
    en bonne démagogue qu’elle est ,elle joue de ses esprits qui devraient s’émanciper de ces discours de haine qui dressent des populations entières les unes contre les autres surfant sur la peur de l’inconnue.

    votre article est intéressant,car il montre toute l’hypocrisie e t l’ignorance de cette candidate qui fera sans doute de 16 à 20%.
    qu’elle tristesse de vivre dans le pays des lumières ou beaucoup de gens semblent avoir éteins la leur ,oh pas pas par économie non ,par ignorance.

    alors que l’on a une candidate écologistes et humanistes à 3%/4% au mieux.
    Il y a des jours ,ou l’on désespère de l’espèce humaine.

    13.03 à 19h34 - Répondre - Alerter
  • Interview complaisante, avec peu de relance où Marine le Pen déroule son discours face à deux journalistes qui n’ose pas faire leur boulot/

    2.03 à 14h40 - Répondre - Alerter
  • La moitié des réponses est à côtés de la plaque, par exemple :

    Parlons agriculture. Que pensez-vous des circuits courts ?
    Le bio est une dictature, avec souvent des histoires de gros sous enrobées dans des bons sentiments
    (Ainsi les circuits courts ne seraient que bio, mais sait-elle seulement ce qu’est un circuit court, pourtant cela relocalise une part de notre alimentation)

    On doit faire la Politique agricole française au lieu de la Politique agricole commune
    ( vaste programme, la PAC en plus petit ?)

    Pour résumer, des propositions très superficielles illustrant une très mauvaise maîtrise des sujets, en particulier celui de l’agriculture. Les journalistes auraient gagné à approfondir les questions, parce qu’à part le couplet "l’étranger c’est pas bien" ça plane pas bien haut...

    1er.03 à 15h39 - Répondre - Alerter
  • Les réponses de Marine Le Pen à vos questions ont au moins le mérite d’être claires et non électoralistes , que l’on soit pour ou que l’on soit contre .Cependant , votre article de repentir en dernière page m’a laissé perplexe : il est inutile de s’excuser lorsque comme vous le dites ,on respecte "l’honnêteté , l’équité et la conscience professionnelle qu’impose l’équilibre" .Ce méa culpa manque de courage .

    28.02 à 21h25 - Répondre - Alerter
  • Que d’inepties !
    Mais cette interview a le mérite d’exister !
    Au moins, nous savons que :
    - Marine Le Pen se fout du réchauffement/dérèglement climatique
    - se fout des agriculteurs "bio"
    - se fout du danger du nucléaire
    - se fout des énergies renouvelables
    etc...
    Du coup, on peut choisir en connaissance de cause !!!

    27.02 à 11h38 - Répondre - Alerter
  • L’immigration n’est qu’un épiphénomène.. 100 000 immigrés en plus ou en moins ne changera pas grand chose au problème... la proposition de lutte contre la mondialisation ultra libérale semble plus intéressante.. il faut obliger les français et les européens a consommer, quitte payer plus cher, ce qu’ils fabriquent eux mêmes.. et réduire l’exploitation des autres moins riches...
    En fait Marine élue présidente serait une véritable remise en cause de la Vème Republique.. et montrerait que le président ne sert à rien.. puisqu’elle n’aurait pas d’assemblée, ni de gouvernement...

    ça ne serait pas pire que ce qui nous attend avec un président-roi qui ne changera rien au problème et qui repoussera à plus tard la recherche de solutions... mais qui continuera à servir ses copains...

    25.02 à 22h32 - Répondre - Alerter
  • Moyen-âge, te revoilà !
    Bon, bon, quand on lit ce genre de discours, comment expliquer à ces personnes qu’ils ont tord et comment arriver un jour à les réveiller...c’est assez désespérant je dois dire !
    Avoir de tel propos et réussir même à remettre en question des faits scientifiques comme ceux prouvés par le Giec, ça revient à remettre en question le fait que la Terre est ronde !!
    Et oui, Madame Le Pen, la Terre est bien ronde !

    23.02 à 12h06 - Répondre - Alerter
  • Les propos et propositions de Marine Le Pen sont très cohérents et il y a pas mal de choses qui sont bonnes à prendre. La sortie du Franc, en revanche, me fait peur. Mais je suis visiblement une ringarde et petite d’esprit selon green e motion puisque je ne fuis pas en criant attention au fascisme ! devant les propos de Marine Le Pen !! Parce que vous croyez que Hollande ou Mélenchon sont des saints et qu’ils sont désintérressés ?? Et bien vous êtes aussi ringard et petit d’esprit que les 20% qui votent Le Pen. Vous croyez que donner le vote aux élections locales à tous les immigrés n’est qu’un très belle intention et pas du tout une "jolie" façon de s’attirer les votes des enfants d’immigrés qui sont français et voteront à la présidentielle ? Vous êtes bien naïf vous aussi.
    Arrêtez d’essayer de nous faire peur avec la menace Le Pen que vous comparez à Hitler sans avoir le courage de le nommer : ça ne marche plus et ça agace beaucoup de monde, même ceux qui ne votent pas FN. Si la France en est là aujourd’hui, c’est le résultat des politiques de ceux qui, eux, ont gouverné, et mal gouverné depuis les 40 dernières années.

    23.02 à 11h34 - Répondre - Alerter
    • ah bon, j’ai écrit qlq part que Hollande et Mélenchon étaient la solution ???!!! Ravi de l’apprendre...
      Ne me faite pas dire ce que je n’ai pas dit. Quant aux propositions de MLP, à vos heures perdues, essayer d’en faire un programme fonctionnel et réellement opérationnel dans le monde dans lequel nous vivons.
      Non, vraiment, ça manque cruellement de sérieux. Et il n’y a bien que les naïfs pour croire qu’il "suffit" de fermer les frontières et imposer le retour au franc pour remettre la France sur pieds.
      Pour le reste, je m’abstiendrais de tout commentaire tellement ça n’en vaut pas pas la peine.

      23.02 à 15h04 - Répondre - Alerter
  • Toujours aussi à côté de la plaque la Marine, et finalement au moins aussi dangereuse que son tortionnaire de père ...
    Aym

    22.02 à 16h36 - Répondre - Alerter
  • @ martine 44 : rassurez-vous, vous n’êtes pas seule à être effrayer devant tant de médiocrité et d’incompétence. Et dire que ce genre de personne sera bientôt candidate à la présidence de la république française...

    Pour le reste, C du Le Pen dans les gènes. Alors face à une telle médiocrité, je n’aurai qu’un mot : no comment

    22.02 à 15h11 - Répondre - Alerter
    • finalement, à lire de telles conneries, j’en arrive même à penser que la diversité (en politique au moins) a aussi ses limites.

      Que de blabla et d’enfoncement de portes ouvertes. Pour ce qui est des mesures concrètes et vraiment réalistes, merci de repasser plus tard.

      Hélas, il reste encore les petits d’esprits, les ringards et les naïfs pour continuer à croire pareil discours.

      Vive l’éducation populaire !

      22.02 à 15h17 - Répondre - Alerter
  • La tentation des solutions extrêmes et du repli sur soi apparaît toujours comme une lueur d’espoir en temps de crise... souvenons-nous bien des leçons de l’histoire, d’autres peuples il y quelques décennies ont cru voir cette lueur mais c’était une illusion, et le monde a plongé dans l’obscurité et l’inhumanité...
    La France n’est pas une île, au contraire elle est un acteur majeur de ce monde globalisé, qu’elle le veuille ou non. Pour cela, elle se doit de développer d’urgence une vision ambitieuse, incluant progrès social et écologique, et faire partie des pays qui montreront la voie pour sortir de la crise. Est-on toujours le pays des Lumières, ou est-on devenu celui de l’obscurantisme ??

    22.02 à 12h21 - Répondre - Alerter
  • Votez Le Pen c’est demander le protectionisme de notre territoire (donc replis sur nous même), avec comme conséquence de mettre en danger d’autres pays comme la Chine. Taxer aveuglement les produits chinois qui ne respectent pas les règles sociales et environnementales ? Le résultat d’une telle démarche serait socialement et économiquement dramatique pour ce pays, alors que l’OMC (avec notre complicité) n’a pas fait son travail de contrôle depuis 20 ans. "On tape" toujours sur les autres sans se remettre en question.
    On fait quoi des risques de déplacements de populations/réfugiés économiques ?
    Pourquoi pas mettre en place sur 5 ans un plan de progression avec la Chine ? Tirer vers le haut nos partenaires économiques. L’europe est le premier client de la Chine. Un client a du pouvoir d’influence non à l’heure de la RSE ?
    Votez Le Pen, c’est vouloir le changement par le bas.
    Votez Le Pen, c’est ralentir la recherche, l’innovation, la technologie de notre pays.
    Le made in France n’est pas viable tel quel, nous devons penser local et cohérence. Ce qui m’attriste ce ne sont pas les propos du FN mais la récupération du Made in France qui réduit la réflexion des citoyens par d’autres candidats républicains. C’est stérile, et le partage des richesses ? Je finirais par rappeler ce que dit Stéphane Hessel, "non la mondialisation n’est pas coupable même si il faut l’humaniser et l’équilibrer". Je pense que les journalistes interwiever ont du se mordre plus d’une fois les lèvres face à cette incarnation d’idées d’un autre temps.

    22.02 à 11h37 - Répondre - Alerter
  • Le virus nationaliste est une maladie du sous-prolétariat qui n’y comprend plus rien. Ce personnage en profite,c’est son business et rajoute une couche d’âneries obscurantistes.

    22.02 à 10h49 - Répondre - Alerter
  • Moi je trouve inquiétants tout à la fois son discours, mais aussi les commentaires favorables à son endroit... et dommage qu’il n’y ait pas des lecteurs inquiets comme moi face à un tel discours !

    22.02 à 10h33 - Répondre - Alerter
    • Mieux vaut ne rien dire, ça ne vaut Même pas La PEN..
      Je pensais qu’elle allait se faire défoncer cette vieille moule, mais non apparemment.
      Je suis très inquiète des réactions mais je suppose qu’il y a des personnes qui viennent poster ici qui ne lisent pas vrmt Terra Eco..
      Laissons les s’exprimer, ils font parti du paysage, comme la vague qui revient éternellement et s’écrase..
      Allez, bon week end et haut les coeurs !

      25.02 à 12h26 - Répondre - Alerter
  • Bravo Marine ! Je suis de tout coeur avec toi et d’accord avec tes réponses.

    22.02 à 08h45 - Répondre - Alerter
  • Elle assume et son raisonnement n’est pas dénué de bon sens sur bien des points. On est loin de la démagogie de certains qui font dans l’esbroufe avec tel ou tel Grenelle. Une interview équilibrée qui me renforce dans mes opinions.

    22.02 à 06h14 - Répondre - Alerter
  • Madame Le Pen est pronucléaire, pense que les éoliennes ne servent qu’a brasser de l’air (on se demande pourquoi on en installe, pour faire joli surement),n’a rien contre monsieur allègre et son parti soutient bachar el assad.On est bien en face d’un parti démagogique d’extrème droite.Même si certaines de ses visions peuvent séduire ne nous y trompons pas, c’est de la démagogie pour prendre le pouvoir et après ....vont plus le lâcher

    21.02 à 23h15 - Répondre - Alerter
    • Je pense que beaucoup de personnes à la sensibilité ecolo sont aussi pronucleaires... Il ne faut pas generaliser. Je le suis personnelement, par défaut car les autres energies ne permettent pas, selon moi, de remplacer le nucleaire. Tout le monde n’est pas pour la decroissance donc pour ma part je ne souhaite pas reduire ma consommation electrique, raisonnable d’ailleurs, et je ne souhaite pas payer 2 à 3 fois plus cher l’electricité. Je pense qu’il faut un grand debat sur le sujet et ne pas eriger des verités unilateralement, ce que font trop souvent certains ecolos.
      Alors oui je suis de sensibilité ecolo et pro FN. Localisme, lutte contre le mondialisme, protection des espèces et des cultures, quoi de plus naturel pour ma part et quoi de plus logique dans mon choix politique. L’écologie au même titre que la charité ou la politesse (ce sont des exemples) ne sont ni de droite ni de gauche...

      24.02 à 22h04 - Répondre - Alerter
  • Très intéressant et des questions très pertinentes, au moins ses positions sont claires, mais y aura t-il un entretien avec chaque candidat ? Enfin on connaitrait les propositions concrètes des candidats sur l’écologie, l’économie, l’europe (et la pac), la mondialisation...

    21.02 à 15h20 - Répondre - Alerter
    • Propos qui a le merite de la clarté et du bon sens ... et courageux

      Quand on pose les bonnes questions, on risque de trouver les bonnes solutions ...

      Ce qui n’est pas le cas de ceux qui pensent que la "loi du plus fort" ( experts, politiques, finance, mondialisation des échanges ... ) est une fatalité.

      8.03 à 07h35 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité