publicité
Accueil du site > Actu > Ils changent le monde > Les commerçants du XIe ouvrent leur porte aux SDF

Les commerçants du XIe ouvrent leur porte aux SDF

Taille texte
Les commerçants du XI<sup>e</sup> ouvrent leur porte aux SDF
(Crédit illustration : Alexandre Caralp - Lecarillon.org)
 
Lancée en novembre dernier, l'asso parisienne Le Carillon permet aux sans-abri de boire un verre d'eau, d'utiliser les toilettes ou de recharger leur portable dans les boutiques du quartier, via un simple système d'autocollants.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Dans le XIe arrondissement de Paris, des stickers bleu ciel fleurissent de part et d’autre des vitrines des commerçants. Certains représentent grossièrement une tasse de café, d’autres un téléphone portable ou encore des toilettes. Ce ne sont pas des autocollants décoratifs : il s’agit pour les commerçants d’indiquer leur adhésion au Carillon. Comme l’instrument de musique, cette association créée le 24 novembre dernier ambitionne de créer une « harmonie sociale » entre commerçants, particuliers et sans-abri. Son fonctionnement est simple. Louis-Xavier Leca, son fondateur de 27 ans, fédère au sein de son réseau des commerçants de l’arrondissement qui s’engagent à offrir aux personnes qui vivent dans la rue des services simples et qui ne coûtent rien ou presque. Au menu : la possibilité de boire un verre d’eau ou une boisson chaude, d’utiliser les toilettes, de recharger un portable ou encore d’accéder à une trousse à pharmacie. D’où ces pictogrammes affichés sur les vitrines qui visent à informer les bénéficiaires. Louis-Xavier Leca s’est inspiré de Pumpipumpe, un projet de troc entre voisins à l’aide de pictogrammes collés sur les boîtes aux lettres.

A ce jour, 23 boutiques ont répondu favorablement à l’appel de l’association. Charly Hanafy, gérant de la poissonnerie Lacroix, est le premier à avoir rejoint le réseau. Une évidence pour lui, investi depuis toujours dans la vie du quartier. « Il faut arrêter d’être égoïstes. Nous avons la possibilité d’aider ces personnes en détresse, de les encourager à aller de l’avant », dit-il.

Les habitants du quartier associés

Mais tous les commerçants n’acceptent pas la proposition du Carillon. « Certains ne souhaitent pas intégrer le réseau au même motif qu’ils ne s’engageraient pas dans un syndicat. D’autres ont peur d’être envahis demain, relève le fondateur. On ne les culpabilise absolument pas. » Quid des habitants du quartier ? Ils sont aussi associés à la démarche mais de « manière indirecte ». Outre la possibilité de verser une petite cotisation, l’équipe de Louis-Xavier Leca a imaginé une « carte de fidélité solidaire », qui permettrait, par exemple, pour un certain nombre de menus consommés dans un restaurant d’en offrir un à un sans-abri.

L’initiative se veut « complémentaire » des associations déjà existantes. Le Carillon s’est associé à l’antenne du XIe arrondissement de la Croix-Rouge ainsi qu’aux associations Charonne et Autre Monde, qui les aident dans la réalisation du projet. « Ce sont des professionnels, ils ont une formation sociale qu’on n’a pas, reconnaît Louis-Xavier Leca. Sans eux, le projet serait inexistant. » Les bénévoles de la Croix-Rouge profitent ainsi de leurs maraudes régulières pour diffuser l’information aux sans-abri.

Une dizaine de services « consommés »

La démarche reste encore difficile à mettre en place sur le terrain. Si une cinquantaine de bénéficiaires potentiels ont été « sensibilisés » au projet, seuls une dizaine de services « consommés » jusqu’à présent par les sans domicile fixe. Il y a d’abord la barrière de la langue, qui rend délicate la compréhension du projet par ceux qui maîtrisent mal le français. « C’est gratuit ? », s’interroge, lui, Djamel, en lisant le flyer de l’association. Quant à Christian, il reconnaît, ému, avoir « honte » d’aller à la rencontre des commerçants. Des obstacles que l’association compte surmonter par un travail sur le long terme. « On est encore au stade de l’expérimentation, reconnaît Louis-Xavier Leca. On va voir par la suite si les pictogrammes sont assez lisibles, quel service ne marche pas, etc. »

A l’avenir, l’équipe ambitionne aussi de porter le projet au-delà des frontières du XIe arrondissement. « Beaucoup de villes se montrent intéressées par le projet, relève Louis-Xavier Leca. A nous de montrer que ça marche ! »


- Le site du Carillon

A lire aussi sur Terraeco.net :
- Voisins, vous avez besoin de ma tondeuse ? Sonnez !
- Visitez Paris guidés par des SDF
- En Australie, une laverie mobile pour SDF

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité