publicité
 
 
Accueil du site > Actu > Société > Le top 5 des villes où il fait bon pédaler
28-03-2013
Mots clés
France
Data

Le top 5 des villes où il fait bon pédaler

Taille texte
Le top 5 des villes où il fait bon pédaler
 
« Terra eco » a réalisé un classement des villes où il fait bon pédaler. Strasbourg, Bordeaux et Toulouse se hissent sur le podium tandis que Nice, Le Havre et Limoges sont en queue de peloton.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

- 1/ Strasbourg (Agglomération) 200 points

Strasbourg mérite son surnom de capitale française du vélo. L’agglomération comprend de très nombreux aménagements cyclables (la moitié de sa voirie), qui sont de bonne facture (surtout des pistes séparées de la route). Elle a mis le paquet sur le stationnement, la pédagogie, la cartographie ou encore les déplacements de ses agents. Certes, Strasbourg part avec l’avantage d’être plane et d’avoir des rues très larges. Mais elle est bien en avance sur le peloton. Prochain projet, une « autoroute cyclable » construite d’ici à 2020, qui doit faire grimper la part modale du vélo de 8 % à 20 %. —

- 2/ Bordeaux (Ville) 171 points

La force de Bordeaux ? La cité a repensé son centre-ville pour le vélo. On y trouve un réseau important de vélos en libre-service, des kilomètres de pistes cyclables, des zones 30 et des « zones de rencontre », des contre-sens cyclables, des feux où les vélos peuvent tourner à droite et même le « Pibal », un vélo dessiné par Philippe Starck. Attention toutefois, les chiffres donnés correspondent à la ville et non à son agglomération, ce qui constitue un avantage certain. Nous ne disposons pas de chiffres pour les 27 autres communes de l’agglo, où résident les deux tiers des habitants de la zone. —

- 3/ Toulouse (Agglomération) 169 points

Avec pas moins de 15 % de sa voirie aménagée pour les vélos, dont une bonne partie de pistes cyclables, et son grand réseau de vélos en libre-service, VélÔToulouse, Toulouse se hisse à la troisième place de notre palmarès, dans la roue de Bordeaux. Pour les départager, nous avons eu recours à la photo-finish. Encore un petit effort, notamment sur les places de stationnement pour le vélo – l’agglomération ne compte aujourd’hui que 3 000 arceaux, contre 12 000 à Strasbourg – et la Ville rose pourrait passer devant sa voisine girondine. —

- 4/ Nantes (Agglomération) 153 points)

Nantes, capitale mondiale du vélo urbain en 2015, pointe à la quatrième place du palmarès de Terra eco. En termes de kilomètres, mais surtout de qualité des aménagements cyclables, Nantes fait moins bien que les autres agglomérations primées. Elle compte trop peu de pistes séparées de la route et beaucoup de simples marquages au sol. Pour ses vélos en libre-service Bicloo, notre appréciation est « Bien mais pas top ». Elle s’est en revanche lancée en danseuse sur les aménagements aux carrefours, notamment sur les « Cédez-le-passage cyclistes aux feux », dispositifs qui permet aux vélos de tourner à droite. — 

- 5/ Grenoble (Agglomération) 150 points

Elle a beau être entourée de montagnes, Grenoble reste l’une des villes les plus plates de France. Voilà qui vous booste la pratique du cycle. En prime, l’agglo a aménagé un quart de ses voies pour les vélos et facilité la circulation des biclous à de nombreux carrefours. Comme à Strasbourg, on n’y loue pas les vélos en libre-service, mais à la journée, au mois ou à l’année. Point noir, on n’y trouve ni vélo-école ni incitation à la pratique pour les agents publics. —

Le flop 3 des villes en queue de peloton

L’agglomération de Limoges, la ville du Havre et l’agglomération de Nice forment le tiercé perdant de notre classement. Cependant, gardons-nous de leur jeter la pédale ! Elles ont eu le mérite de nous répondre, ce que d’autres villes, peu vélo-friendly, n’ont pas eu l’élégance de faire. Limoges compte très peu de voies aménagées pour les cycles et ne propose pas de location de vélos, mais elle dispose d’un nombre honnête de places de stationnement sécurisées. Le Havre et Nice pèchent aussi sur les aménagements, mais la première gagne des points grâce aux facilités de circulation pour les vélos aux carrefours et la seconde propose des vélos en libre-service. 

Les données, ville par ville  :

Pour ce classement, Terra eco a envoyé un même questionnaire à 40 villes et agglomérations françaises entre janvier et mars 2013. 34 nous ont répondu, mais les données de 17 d’entre elles se sont avérées trop parcellaires. Grâce à ces chiffres, nous avons bâti un classement selon le kilométrage d’aménagements cyclables, la qualité de ces derniers (pistes, contre-sens et couloirs de bus ouverts aux vélos ont été primés), les aménagements aux carrefours et pour le stationnement, la taille de l’éventuel réseau de location de vélos, la politique d’incitation à la pratique… Ces données ont été pondérées en fonction de la taille et du nombre d’habitants des villes. Retrouvez ci-dessous les résultats, ville par ville, à chacune de nos questions. Choisissez, via l’onglet en haut à gauche de chaque diagramme, la ville dont vous voulez connaître les résultats. Attention, certaines données manquantes empêchent un affichage correct des résultats :

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

34 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour,

    Caen n’a pas répondu à cette enquête ?
    La place du vélo s’y est développé ces dernières années et j’aurais été curieux de voir une comparaison avec des villes où la dynamique autour du vélo est enclenchée depuis plus longtemps...

    7.11 à 17h22 - Répondre - Alerter
  • Je voudrais signaler que, quoique cela soit à la mode, le pluriel de km reste km et non kms (invariant). Sinon, nous aurions le pluriel de mètre (m) en ms, qui signifie milliseconde ...

    1er.10 à 00h25 - Répondre - Alerter
  • Pas très fiable votre étude ,manque beaucoup d’éléments dommage

    1er.03 à 09h35 - Répondre - Alerter
  • Personnellement je suis de Strasbourg et c’est vrai que c’est vraiment agréable de “pédaler“ dans cette ville. Surtout qu’il n’y a pas que Strasbourg qui est bien équipé mais également toute sa communauté urbaine, on peut donc facilement faire des dizaines et des dizaines de kilomètres sans avoir à aller sur la route et prendre des risques, c’est vraiment agréable.

    Justine de Bureautique Strasbourg

    4.06 à 10h23 - Répondre - Alerter
  • Classement absurde qui comptabilise (au moins pour Toulouse) le nombre de kms de bandes blanches materialisant le droit (l’obligation ?) pour le cycliste de circuler dans le caniveau sur le bord de la chaussée. Et j’oublie le droit aussi de se faire serrer par les bus dans leur voie prioritaire. Il serait plus intéressant de comptabiliser le nombre de kms à chaussée séparée par ex. Parce que Toulouse 3ème ville pour les cyclistes, on rêve. Ou alors que dire du reste du pays ?

    1er.06 à 09h52 - Répondre - Alerter
  • Parmi les flops, on pourrait aussi citer Biarritz et Pontoise (voir ici : http://cergyvelo.xooit.fr/t59-Ponto... ) qui viennent juste d’être nominées pour le "Clou rouillé 2013" de la FUB :..

    16.04 à 06h04 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Je suis Strasbourgeoise et si STRASBOURG est numéro 1 dans le top des villes où il fait bon pédaler il faut tout de même préciser que tout n’est pas si "rose" que cela ;
    Je travaille dans le domaine de la prévention routière et il force m’est de constater que les cyclistes Strasbourgeois ont une très mauvaises éducation, pire à force d’être louer pour leurs efforts musculaires (ce qui est vrai mais...) ils en arrivent quelquefois a être agressifs avec les autres usagers (piétons - automobilistes).
    Bon nombre de piéton, lors de forum sur la prévention routière organisé dans la ville, viennent se plaindre du peu de prudence dont font état les cyclistes lorsqu’ils circulent dans les nombreuses zones piétonnes (du genre "je suis seul au monde, pousse-toi de là, je passe). Certains cyclistes, avec lesquels j’ai discuté, au regard des efforts qu’ils fournissent en utilisant leurs cycles, "s’auto absolvent" des règles du code de la route qui pourtant s’appliquent EGALEMENT aux usagers de la petite reine.
    Ainsi beaucoup de cyclistes roulent à contre sens sur les pistes cyclables et traverse la chaussée sur la bande verte (non reconnue par le code de la route.. !) sans tenir compte de la circulation automobile (sans même pour d’aucun regardé si des véhicules arrivent sur leur gauche...) ou alors certains cyclistes circulent sur le trottoir (autorisé jusqu’à l’âge de 8 ans) et lorsqu’ils arrivent à un passage piétons, ils s’y engagent d’autorité sans tenir compte encore une fois des automobilistes...
    Par ailleurs, à force de vouloir à tout prix êtres les "champions" du cycle, la communauté urbaine à certes multipliés les pistes cyclables, qui si elles sont pour la majorité des pistes en site propre, sont aussi aménagés pour bon nombre sur les trottoir. Le trottoir est ainsi divisé en deux - une moitié pour les piétons - une moitié pour les cyclistes, les deux moitié séparés par une bande blanche que personne ne respecte....Ce n’est pas top et cela génère des accidents entre piétons et cyclistes.
    Bref, pour conclure je pense qu’il faudrait mettre un bémol à ce classement de STRASBOURG en numéro un eu égard au comportement peu citoyen des cyclistes dans leur application des règles de circulation. Strasbourg pourra être de plein droit, à mon avis, le numéro un lorsque les cyclistes adopteront un comportement respectueux des autres usagers.
    Et finalement répéter ou dire que la ville est en tête de peloton finit par "enivrer" certains cyclistes qui se croient ainsi tout permis.
    Une de mes amies vient de s’installer à Strasbourg et m’a fait remarquer qu’elle était surprise par le grand nombre de cyclistes mais aussi qu’elle était choquée par leur comportement, les traitants "d’intégristes du cycle"............................
    MCC

    6.04 à 15h18 - Répondre - Alerter
  • Un aspect primordial non évoqué est celui de la qualité de l’air respiré par les cyclistes. En plein effort, ils sont particulièrement exposés, notamment aux particules fines émises par les motorisations diesels. Ces particules sont considérées comme cancérigène probable par l’OMS. A Paris, la qualité de l’air près des axes routiers est fortement influencée par ces émissions. Autre polluant, le dioxyde d’azote qui en moyenne annuelle, a des niveaux jusqu’à deux fois plus élevés que les valeurs préconisées par la réglementation.

    6.04 à 08h37 - Répondre - Alerter
    • Certes oui, mais ne nous laissons pas formater, ce n’est pas depuis hier que le diesel est cancérigène et si cette rengaine nous est servi au jour d’aujourd’hui c’est pour nous pousser à achetet de nouveaux véhicules voire des véhicules électriques dans le but de relancer les bénéfices de la filière automobile qui comme tout le monde le sait est déficitaire.
      Par ailleurs en matière de particules fines, il faut aussi sur le champ arrêter le chauffage au bois. Et par ailleurs aussi, les moteurs essence émettent toujours du CO2 (ne l’oublions pas) que respirent lesdits cyclistes ainsi que....tous les autres usagers.
      mARIE

      6.04 à 15h31 - Répondre - Alerter
    • Bonjour,

      Merci pour votre remarque.
      Cet aspect est bien évoqué dans le dossier, en page 44. Des études confirment que les cyclistes sont moins exposés que les automobilistes.
      Cordialement,
      Thibaut Schepman

      7.04 à 18h58 - Répondre - Alerter
  • allez faire du velo au havre et à nice c’est impossible selon l’endroit où vous habitez vous êtes vraiment très bêtes

    5.04 à 15h31 - Répondre - Alerter
  • Je trouve la note concernant Nantes complètement surévaluée et je me demande qui à été interrogé. Il suffi de rouler hors de l’hyper centre pour déchanter.
    - Les bandes cyclables sont pour beaucoup mitoyennes des stationnement en épi en marche avant dont les voiture sortent en reculant, donc sans voir les vélos.
    - Les entrées et sorties de rond points ne sont jamais protégées par des plots ou bordures et il est régulier de se faire serrer par des voitures qui coupent le virage.
    - A quelques très, très rares exceptions, les voies de bus ne sont pas élargies pour faciliter la circulation des vélos et les rétrécissement de chaussée aux arrêts de Chronobus ne permettent pas aux cyclistes de doubler ces dernier quand il sont à l’arrêt.
    - Les vélos en libre service (bicloo) sont réservés à l’hyper centre.
    Bref, bien que globalement, la qualité de vie soit meilleure que dans la capitale ; il me semble que pour tous les points évoqués plus haut, la note devrait être inférieure à celle de paris où je circulai il y a maintenant trois ans, où je me sentais beaucoup plus en sécurité et où les vélib étaient accessibles en tous points.
    Cordialement

    5.04 à 14h08 - Répondre - Alerter
  • Comment se fait-il que Lille ne figure pas dans l’étude ?

    5.04 à 09h26 - Répondre - Alerter
  • Au Havre il y a un système de prêt de vélo par la mairie, bien mieux que la location Vinci ou autre = gratuit ! Mais Ce cas n’est pas pris en compte dans le questionnaire apparemment...

    5.04 à 09h14 - Répondre - Alerter
  • le problème de ces classements c’est que l’on compare des villes qui n’ont rien a voir en terme de géographie du territoire et en terme de contraintes, mieux vaudrait mettre en lumière les progrés effectués.

    il est plus facile d’aménager des pistes cyclables a nantes ou les artéres sont larges et plutot planes, qu’à nice ou les rues sont pour la plupart étroites et ou le relief domine.

    Ensuite une piste cyclable ne fait pas tout, comment promouvoir le vélo quand les pistes sont limités a 10 km heure, (exemple de cagnes sur mer), je me sens plus en sécurité sur le coté de la route que sur cette piste.

    c’est sur par contre que si l’on compare a létranger suisse hollande, la france est loin derrière, surtout en terme de partage de la route entre voitures et cycles, c’est un vrai bonheur de rouler en suisse ou les automobilistes sont respectueux des vélos pas comme en france ou le vélo est vu comme un empécheur de rouler .

    5.04 à 00h06 - Répondre - Alerter
  • un utilisateur quotidien du velo à grenoble : Le top 5 des villes où il fait bon pédaler

    Bonjour

    J’ai l’occasion de voyager à vélo hors de france durant les vacances

    Quand je vois comment la suisse, l’allemagne, la belgique, la hollande, l’autriche etc... ont développé l’usage du vélo, je constate que nous sommes réellement à la traine et cette réflexion est valable aussi pour GRENOBLE notamment vu le potentiel existant

    Je pense que la municipalité ne met pas les moyens appropriés pour développer ce mode de déplacement en comparaison des sommes englouties dans le tram sans parler du gouffre financier du stade

    4.04 à 19h28 - Répondre - Alerter
  • vallait mieux pas mettre Marseille, la honte du classement ...

    4.04 à 10h23 - Répondre - Alerter
  • Merci pour cette étude ! je suis étonné de ne pas voir Marseille sur le banc des accusées. Cannebière et Vieux Port entièrement refaits sans une pensée pour le vélo

    3.04 à 22h27 - Répondre - Alerter
  • La nouvelle école de vélo de Grenoble est en face du Palais des Sports : www.vivravelo.net
    On y trouve des cours de vélo à partir de 2 ans (draisienne), mais aussi pour les adultes qui souhaitent apprendre à se déplacer à vélo, jusqu’au perfectionnement à VTT.
    L’encadrement est assuré par plusieurs monitrices et moniteurs diplômés d’Etat.

    3.04 à 18h02 - Répondre - Alerter
  • Un classement des arrondissements à Paris serait utile !

    3.04 à 12h13 - Répondre - Alerter
  • ...J’aime beaucoup Toulouse, mais là, elle ne merite pas du tout sa troisième place. Les automobilistes ne respectent strictement rien.
    A la place, je propose Paris !

    3.04 à 11h36 - Répondre - Alerter
  • J’ai habité pendant 3 ans à Toulouse. Il est vrai qu’il y a pas mal de pistes cyclables et que le bord de la Garonne ou du Canal du midi sont des endroits très plaisants pour faire du vélo. Cependant, on s’énerve assez rapidement en centre-ville car les automobilistes ne respectent absolument pas les pistes cyclables et se garent n’importe où !

    3.04 à 11h30 - Répondre - Alerter
  • intéressant , mais il faudrais y ajouter les donnée d’accidentologie et de comportement .

    En effet j ’ai été cycliste à Orléans et Blois entre 1981 et 1999 et j’y avais un accident par an avec les automobilistes , puis tout les 2 ans grâce au permis moto ; et ai renversé une mamie sur une piste cyclable , au point que j’ m’équipait comme un motard en termes de protection .

    J’ai été ensuite à La Rochelle de 1999 à 2006 et n’y ai eu que deux accidents ; avec une mamie traversant devant un bus (col du fémur) et avec un chien dont la laisse traversait la piste cyclable .

    Depuis je suis à Rochefort sur mer et n’est eu qu’un accident avec un automobiliste qui tournait à droite sans avoir fini de me dépasser (un classique).

    Je recommande donc le permis moto aux cycliste pour les villes les plus dangereuses ; je crois que le comportement est plus important que les aménagements .

    3.04 à 10h13 - Répondre - Alerter
    • 00ced : Hum !

      Je sais bien que les équipement cyclables sont souvent mauvais, je sais bien que le chauffard c’est l’autre. Mais cette logique rencontre quand-même certaines limites : avoir autant d’accidents devrait inciter à une légère introspection quant à son comportement à vélo. La mamie, par exemple, ne me semble pas avoir la vélocité suffisante pour atterrir par surprise devant un vélo roulant à allure raisonnable en tenant compte des circonstances. Avec récidive et sans remise en cause de votre comportement, franchement...

      3.04 à 11h25 - Répondre - Alerter
    • Toujours déplace à vélo (plus de 30ans donc) et jamais eu d’accident. Pourtant je n’ai aucun permis.

      6.04 à 11h19 - Répondre - Alerter
  • Il est à noter que ce classement est plus quantitatif que qualitatif car sinon Toulouse ne serait pas 3ième

    Petite précision sur le mot de "contre sens". Il est mal choisit car il signifie que le bon sens est celui de la voiture, or il n’y a pas de véhicule prioritaire ni de véhicule toléré, il faudrait alors dire "contre sens automobile" mais la dénomination officielle et usuelle est bien un double sens cyclable.

    3.04 à 09h37 - Répondre - Alerter
  • Une initiative intéressante qui doit être renouvelée périodiquement pour pouvoir juger de l’évolution des pratiques. Au delà de son rôle de première ville cyclable de France, Strasbourg dont le part modale vélo sur la ville est de 15 % expérimente également de nombreuses évolutions pour développer le vélo et essayer de faire évoluer la réglementation au niveau de certains pays comme l’Allemagne, la Hollande ou le Danemark.

    Vous pouvez en avoir un aperçu à l’adresse suivante : http://www.ibikestrasbourg.com/2013... et d’autres sur http://www.ibikestrasbourg.com/

    3.04 à 08h52 - Répondre - Alerter
  • Rien de bien neuf, ce sont les mêmes qui avaient déjà été distinguées en 1990 dans 50 Millions de consommateurs. Mais les critères (longueur, comptée comment ?, "contre-sens"), et le fait que cela soit "déclaratif" rendent ces résultats à prendre avec prudence !

    2.04 à 19h44 - Répondre - Alerter
  • Pas de vélo-école à Grenoble, je suis étonné :
    voir http://www.adtc-grenoble.org/spip.p... et http://www.stationmobile.fr/actuali...

    2.04 à 17h31 - Répondre - Alerter
  • He ben.. si Toulouse se hisse 3e alors la situation en France est bien pathétique.

    2.04 à 14h56 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

En route pour la COP21
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité