publicité
Accueil du site > Actu > Data > Le CO2 importé plombe la facture
2-06-2015
Mots clés
Climat
Europe
France
Monde
Data

Le CO2 importé plombe la facture

Taille texte
Le CO2 importé plombe la facture
(Crédit photo : DR)
 
Oui, les émissions européennes de dioxyde de carbone sont en baisse. Mais c'est un peu facile si on ne compte pas celles qui viennent des pays qui fabriquent les biens que nous consommons ! Le point en infographie interactive.

Alors que commence à Bonn, en Allemagne, une nouvelle étape des négociations climatiques, la France se targue d’être à l’avant-poste des engagements en matière de décarbonisation. L’Union européenne ne s’est-elle pas engagée à diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici à 2030 par rapport à leur niveau de 1990 ? Hélas, les annonces sont d’ores et déjà biaisées. Car en France comme en Europe, une grande partie des émissions de CO2 générées par notre consommation n’est pas prise en compte… puisqu’elle est émise ailleurs, dans les pays qui fabriquent les biens que nous achetons ! Terra eco vous montre ce CO2 caché en infographie.


A lire aussi sur Terraeco.net :
- « Europe : d’où viennent les gaz à effet de serre ? »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Et si on ajoute là dessus l’empreinte générée par notre consommation d’électricité ... j’ai bien dit notre consommation et non notre production.
    L’électricité décarbonnée française est une escroquerie par omission.
    Si c’est bien une réalité de production, ce n’est pas du tout une réalité de consommation.
    Hors ce qui est important, ce n’est pas ce qu’on produit mais bien ce qu’on consomme !
    L’électricité consommée par les français n’est pas uniquement française, elle est européenne depuis trente ans. Nous sommes dans un réseaux intégré à l’Europe et chaque jours des millions de kWh passent la frontière dans les deux sens selon nos besoins.
    Pire encore, notre façon de compter est complètement fausse. On ne comptabilise que la différence, entre ce qui rentre et ce qui sort, alors qu’il faudrait additionner ce qui est produit et consommé ici avec tous ce qui rentre et produit ailleurs.
    Toute la production excédentaire n’aurait pas été consommée par la France de toute façon car on ne sait pas la stocker.
    Mais voilà, avec cette vraie empreinte les français ne seraient pas plus décarbonés que nos voisins et comme il faut 3kWh d’énergie primaire pour faire 1kWh d’électricité, le chauffage électrique serait encore plus polluant que le gaz naturel.

    3.06 à 11h20 - Répondre - Alerter
  • Tiens, un peu de la lucidité.
    Depuis Copenhague c’est mal d’aller décarboner à la source (énergie/industrie) dans les pays qui produisent nos biens & services. La compensation territoriale onusienne y a été condamnée sans appel par les procureurs de la terre et leurs alliés objectifs : ils ont trouvé qu’elle donnait bonne conscience... Evidemment inacceptable.
    Ce contresens restera dans l’histoire de la vanité humaine : la planète se moque bien de ces états d’âme humanoïdes, elle veut des RESULTATS.
    Deux chiffres :
    - 1 $ de production PIB c’est en moyenne 4 fois plus de GES au sud qu’au nord, et l’on sait ou se fera la croissance.
    - pour le prix d’une tonne de GES évitée au nord, on peut en éviter 10 fois plus au sud, au soleil.
    Continuons donc à briller plus propre !.. par notre absence au sud.

    3.06 à 10h19 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité