publicité
 
 
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > La France bascule dans l’économie circulaire : la preuve en 5 (...)

La France bascule dans l’économie circulaire : la preuve en 5 chiffres

Taille texte
La France bascule dans l'économie circulaire : la preuve en 5 chiffres
(Crédit photo : MadEmoiselle Sugar - Flickr )
 
Moins de biens matériels et industriels, plus de services et d'objets d'occasion : le consumérisme recule dans l'Hexagone. C'est ce que démontre la dernière étude de l'Ademe.

Les Français sont de moins en moins matérialistes. Dans une étude publiée le 17 juin (ici en pdf), l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et le Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) ont scruté « les évolutions du comportement des Français face au développement de l’économie circulaire ». Parmi une flopée de signes encourageants, Terra eco a sélectionné cinq chiffres éloquents.

  • 2 tonnes : C’est la baisse de la consommation de matière par Français et par an entre 1990 et aujourd’hui. Pour sa vie de tous les jours (voiture, logement, équipement…), un Français ne mobilise plus que 12,1 tonnes de matière par an, contre 14,3 tonnes il y a vingt ans. Grâce à ce recul (-15%), l’économie française est devenue moins gourmande en ressources palpables que la moyenne des économies européennes (17 tonnes par habitant et par an). Plusieurs facteurs expliquent cette frugalité : un appareil productif plus efficace, une économie qui se contracte – en particulier dans le bâtiment – et surtout l’émergence de nouveaux comportements.
  • +15% : C’est la hausse de la part des services dans notre consommation depuis 1970. Sur cette période, celle-ci est passée de 47% à 63%, au détriment des biens industriels. En trente ans, l’essor du numérique et des technologies de la communication ont rendu nos besoins de plus en plus immatériels. L’Ademe parle d’un « changement de paradigme ». En parallèle, les objets de seconde main ont gagné du terrain.
  • 75% des Français ont acheté un bien d’occasion au moins une fois en 2012. Ils n’étaient encore que 59% à le faire en 2004. Et pour cause : nous sommes 6% de plus à courir les brocantes et vide-greniers qu’il y a sept ans. Car dans le même temps, nous jetons moins.
  • 54% : c’est la part des Français qui réparent ou font réparer leurs appareils électroménagers, hi-fi ou informatiques au lieu de les jeter. Les objets en état de marche restés au fond des placards ne sont pas en reste : un tiers de la population a déjà vendu sur Internet. Et quand nous n’avons l’âme ni bricoleuse, ni marchande, nous donnons.
  • 88%. C’est le pourcentage des Français qui ont déjà donné des vêtements ou des chaussures à une association. Dans le même temps, 38% déclarent avoir récupéré des objets jetés ou déposés dans la rue. Un petite communauté (14%) se laisse tenter par l’achat de matériel neuf, mais en collectif : l’usage est destiné à être partagé.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • L’étude du CREDOC est très peu convaincante, notamment dans ses conclusions. Il est regrettable que Terra Eco, connue pour son sérieux, la reprenne sans critique.
    La principale observation critique a été faite dans la même session des 1ères Assises de l’Economie Circulaire où elle a été présentée :
    Le chiffre clé de 2 tonnes de baisse de consommation matérielle ne tient pas compte du bilan matériel importations - exportations. Comme le dit Fabrice Flipo dans son commentaire, il est probable qu’il y a report de la ponction matérielle des Français à l’extérieur du territoire français. L’économie française importe beaucoup plus de matière et d’énergie qu’elle n’en exporte. L’argument clé, dans l’étude d’une baisse de 2 tonnes de consommation de matière par Français et par an ne tient donc probablement pas.

    Les autres évolutions constatées ne sont que des indices d’une évolution de tendance, pas un retournement. Selon les études menées par les sociologues de l’Obsoco, les Français qui recourent le plus à la consommation collaborative (domaine non évoqué ici) ou au marché de l’occasion sont aussi ceux qui consomment le plus de neuf par ailleurs. On a donc ici une sorte d’effet rebond (continuer à consommer, mais autrement), qui n’est pas évoqué.

    De façon général, il semble que le concept d’économie circulaire, bénéficiant d’un certain effet de mode, soit loin d’être encore compris dans sa profondeur. Or une véritable économie circulaire consisterait à synchroniser les flux et processus économiques avec ceux du vivant, en les rendant compatibles. C’est-à-dire par exemple extraire et consommer les matières premières et l’énergie au maximum au rythme de leur renouvellement. On est encore très loin du compte. Notre croissance et ses tableaux de bord sont loin d’être dématérialisés.

    24.06 à 23h44 - Répondre - Alerter
  • Bonjour

    L’étude est peu convaincante, sur le numérique en particulier. On ne sait pas si la dématérialisation est relative au mode de vie des Français (ce qui inclut les impacts occasionnés à l’étranger) ou si c’est seulement l’impact sur le territoire français (qui baisse en effet, mais au prix d’un report au-delà des frontières, à l’image des déchets électroniques). Le passage sur le numérique augmente considérablement la demande en produits matériels non-renouvelables, faisant chuter il est vrai une petite partie de la demande en produits... renouvelables. Progrès ? sans doute pas.

    FF

    24.06 à 09h01 - Répondre - Alerter
  • Bonjour , merci det article qui donne des chiffres encourageants et je m’en réjouis.
    Auriez des informations concernant les raisons de cette déconsommation ? S’agit-il réellement d’un acte totalement volontaire ou est-ce que la crise économique qui oblige les français à ne pas consommer

    23.06 à 22h12 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité