publicité
Accueil du site > Actu > Ils changent le monde > Les nouveaux résilients (6/7) : le sourcier indien
13-03-2015
Mots clés
Agriculture
Inde

Les nouveaux résilients (6/7) : le sourcier indien

Taille texte
Les nouveaux résilients (6/7) : le sourcier indien
(Crédit photo : AFD)
 
Humidifier les racines grâce à de simples bouteilles d'eau plantées dans le sol. C'est le système inédit et peu coûteux développé pour contrer les sécheresses par Gopal Komandur et l'ONG Centre for Environment Concerns.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Ici, le changement climatique n’est encore qu’une épée de Damoclès. Là-bas, il sévit déjà. Sécheresse, dégradation des sols, insécurité alimentaire… Du Togo au Congo, en passant par les Philippines et la Papouasie-Nouvelle Guinée, des populations sont, dans leur quotidien, aux prises avec les conséquences du dérèglement. Pour s’en prémunir ou s’y adapter, des porteurs de projets rivalisent d’inventivité. Ils imaginent de nouvelles sources d’énergie, redécouvrent des plantes, réapprennent à cultiver en milieu aride. Le Centre de coopération international en recherche agronomique pour le développement (Cirad) et l’Agence française du développement (AFD) a lancé le concours Challenge Climat pour récompenser ces initiatives. Terra eco est allé à la rencontre de ces nouveaux résilients.

Il a découpé une bouteille, l’a enfoncée dans le sol puis reliée à un tuyau distribuant de l’eau avec parcimonie. Le voilà qui tenait sa solution : le SWAR (« System of Watering for Agriculture Rejuvenation », « Système d’irrigation pour le renouveau de l’agriculture »). Gopal Komandur, directeur du Centre for Environment Concerns (CEC), une ONG indienne, cherchait depuis plusieurs années à résoudre le casse-tête des régions non irriguées de son pays. Son idée ? Aller directement humidifier les racines pour limiter au maximum l’évaporation et ainsi réduire par dix le recours au précieux liquide par rapport à un système classique d’irrigation. « C’est une vieille pratique indienne d’humidifier ainsi les rhizomes des plantes. Nous, nous n’avons fait qu’ajouter des solutions techniques à ce savoir ancestral, mécaniser cette solution », souligne le directeur du CEC.

Crédit photo : CEC


Car dans de nombreuses régions indiennes, les précipitations se font de plus en plus rares avec le changement climatique. Aussi les agriculteurs ont-ils souvent recours à des monocultures d’espèces importées, peu bénéfiques pour les populations locales et sans grandes qualités environnementales, assure Gopal Komandur. De l’eucalyptus notamment, accusé d’être gourmand en eau et d’appauvrir les sols. Ailleurs, de grandes étendues de terre sont laissées en jachère, privant ainsi les populations d’une ressource vivrière, voire d’un atout économique. Tant que les campagnes se vident de leurs habitants.

Le SWAR, ce sont en fait deux innovations : un sac en polyéthylène pliable et peu coûteux pour recueillir et stocker jusqu’à 1 000 litres d’eau de pluie et un moule à fabriquer des bouteilles durables capables d’empêcher l’évaporation.

Crédit photo : CEC


Pas besoin d’électricité, ni de cours d’eau pour ce système qui fonctionne de manière autonome : « C’est simple et peu coûteux. On n’a pas recours à des produits chimiques », résume Gopal Komandur. Aussi le système aujourd’hui en cours d’expérimentation s’adresse-t-il surtout à des « agriculteurs propriétaires de leur terrain et qui cherchent une productivité sur le long terme. Ils ne veulent pas tuer leurs sols. Mais ce sont des victimes. Commercialement, ils n’arrivent pas à s’en sortir. Alors ils emploient des solutions qui fonctionnent à court terme : ils travaillent avec des produits chimiques même s’ils savent les dommages causés à leurs terres. Pourtant, aujourd’hui, ils s’intéressent à de nouvelles solutions ».

Fini, la monoculture d’eucalyptus avec ce système : « On peut revenir à une biodiversité formée d’espèces indigènes, de grandes canopées, des buissons, des arbres », souligne l’Indien dans une vidéo de l’AFD. De quoi redonner des ressources aux populations (bois de chauffage, d’outillage…) en leur donnant tout intérêt à veiller sur ces cultures. De quoi aussi améliorer la protection contre le changement climatique.

Le SWAR, schéma tiré de la demande de brevet (pdf) formulée par le CEC

Le tuyau partant du réservoir livre son eau par simple gravité à des moules en terre couverts de demi-bouteilles. L’eau est ensuite acheminée vers les racines des plantes à travers de minuscules tuyaux.


A lire aussi sur Terraeco.net :
- « Les nouveaux résilients (1/7) : le gardien des sols »
- « Les nouveaux résilients (2/7) : la planteuse d’arbres »
- « Les nouveaux résilients (3/7) : le VRP du hanza mal-aimé »
- « Les nouveaux résilients (4/7) : la militante antibrûlis »
- « Les nouveaux résilients (5/7) : le marchand de carbone »
- « Les nouveaux résilients (7/7) : l’ingénieur lumineux »
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité