publicité
Accueil du site > Actu > Société > Eau, forêt, emplois : polémique en 10 chiffres sur le Center Parcs (...)
1-12-2014
Mots clés
Tourisme
Bois-forêts
France

Eau, forêt, emplois : polémique en 10 chiffres sur le Center Parcs isérois

Taille texte
Eau, forêt, emplois : polémique en 10 chiffres sur le Center Parcs isérois
(Crédit photo : Pour les Chambarans sans Center Parcs )
 
Ce dimanche, des milliers de défenseurs de l'environnement ont manifesté contre un projet de Center Parcs. Le groupe Pierre et Vacances, derrière le village vacances, parle, lui, de la création de près de 700 emplois…
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

La « pleine nature » façon Center Parcs ne convainc pas. Après Sivens, dans le Tarn, et Notre-Dame-des-Landes, en Loire-Atlantique, un vent de colère gagne l’Isère. Ce week-end, l’un des multiples points chauds qui émaillent désormais le territoire français est devenu brûlant. Dans la forêt de Chambaran, un projet touristique mobilise les défenseurs de l’environnement. Pourquoi ? Comment ? Réponse en dix chiffres.

  • 29°C : C’est la température de l’Aquamundo, la bulle tropicale géante, présentée comme l’attraction phare des Center Parcs. « C’est un projet qui énergétiquement est d’un autre monde », a déclaré Alain Chabrolle, vice-président du Conseil régional de Rhône-Alpes, délégué à la santé et l’environnement lors de la manifestation de ce dimanche. « Le président de la République a déclaré le climat “Grande cause nationale” et là, on construit une serre, bulle climatique aberrante d’un tourisme d’un autre âge », s’est-il emporté.

  • 1 000 cottages devraient sortir de terre d’ici à 2017. Le site comportera un parc aquatique, une zone de shopping, des restaurants. Sa capacité d’accueil avoisinera les 5 600 personnes. « Du tourisme hors-sol », dénoncent les opposants.

  • Une maison occupée : Depuis ce samedi soir, des dizaines d’opposants au projet occupent les lieux, inaugurant une nouvelle ZAD (Zone à défendre) sur le modèle de Sivens ou de Notre-Dame-des-Landes. A proprement parler, la bâtisse, propriété de l’ONF (Office national des forêts), n’est pas située sur le site convoité.

  • Deux avis négatifs ont été déposés contre le projet. En mars dernier, le Conseil national de protection de la nature a ouvert les hostilités. Il a rendu un avis défavorable à la demande de dérogation sur la protection des espèces menacées sur laquelle on lui demandait de statuer. Huit mois plus tard, même verdict mais pour un motif différent. L’enquête publique estime que le projet ne peut voir le jour en l’état puisqu’il ne respecte pas la loi sur l’eau. Le préfet de région et les élus locaux décident pourtant de passer outre et, avec leur autorisation, les travaux de déboisement commencent le 20 octobre dernier.

  • 50% de ces travaux auraient déjà été menés à bien, selon l’association Pour les Chambarans sans Center Parcs (PCSCP), qui s’oppose au projet. Cela correspond à 40 hectares sur les 79 censés être déboisés. Le reste de la forêt sera conservé, mais doit être aménagé. Pour stopper l’avancée des travaux, la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (FRAPNA), qui regroupe 220 associations, a annoncé qu’elle allait déposer, dans les jours à venir, de nouveaux recours.

  • 202 hectares : c’est la superficie sur laquelle s’étendra le site. Sur ce total, les opposants soulignent que 120 hectares sont en zone humide. Pierre et Vacances, le porteur du projet, conteste et en compte 76. « Un chiffre sous-estimé », selon la Commission d’enquête publique.

  • Entre 600 et 1000 manifestants ont défilé dans la forêt des Chambaran ce dimanche. Depuis la première évocation du projet touristique en 2007, le réseau d’opposants s’est structuré. L’association PCSCP, dont l’activité est entièrement dédiée à la lutte contre ce Center Parc, regroupe aujourd’hui 600 adhérents. Au niveau départemental, régional et communal des élus s’opposent au projet « mais ils ne sont pas assez nombreux pour faire changer d’avis ces assemblées », déplore Myriam Laïdouni-Denis, membre de PCSCP.

  • 697 emplois promis par Pierre et Vacances. Telle est la carotte sur laquelle mise le groupe pour faire accepter son projet aux élus locaux. Mais parmi les élus Europe Ecologie - Les Verts (EELV), beaucoup nuancent la promesse. « La question des emplois est à prendre avec des pincettes , avance Maryvonne Boileau, conseillère régionale. Le gros de l’activité, c’est le nettoyage des cottages, ce qui représente tout juste quelques heures par jour. » De fait, converties en temps pleins, les créations d’emplois tombent à 468 !

  • 880 m3 d’eau potable par jour : c’est le besoin en eau du site, selon le dossier d’enquête publique. Or, « le lieu d’’implantation se situe pile au dessus d’une nappe phréatique qui alimente une centaine de communes », précise Jean-Marie Chosson, conseiller régional EELV de Rhône-Alpes. Sur la question de l’eau, les risques de pollution inquiètent autant que l’épuisement des ressources. Les opposants craignent que les vidanges des piscines et le traitement des eaux usées puissent altérer la qualité de l’eau pour plusieurs milliers d’habitants.

  • 37 millions d’euros d’argent public sont investis dans le projet. C’est un dixième des 370 millions d’euros d’investissement total. Parmi les collectivités engagées, le département est le plus gros financeur, suivi par la région (7 millions) et la communauté de communes (7 millions) et enfin le syndicat des eaux. « Sans compter les subventions indirectes, souligne Myriam Laïdouni-Denis. Si on prend en compte les exonérations d’impôts des niches fiscales, on atteint les 120 millions. »
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • L’écotourisme n’est pas écocidaire dès la base de sa création, mais aide plutôt à la préservation des ressources naturelles. Or nous sommes loin de ce cas : ce que fait Pierre & vacances s’appelle du green washing. Que les actionnaires de cette société soient lié(e)s au lobbying des compagnies pétrôlières ne m’étonneront pas.

    Tous les parcs d’attraction font de l’édulcoré et sont coupables de destruction massive des patrimoines nationaux et du taux croissant de paysans sans terre. Ils parlent d’emploi. Pourquoi n’évoquerons nous pas les populations déportées, expropriées pour leurs spéculations ?! Le taux de chômage est de + en + criant et ils continuent à oser jouer au chantage de l’emploi ?!

    2.12 à 18h01 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité