publicité
Accueil du site > Actu > Ils changent le monde > Du solaire pour booster l’artisanat du Sud
12-05-2015
Mots clés
Energies
Monde
Ils Changent Le Monde

Du solaire pour booster l’artisanat du Sud

Taille texte
Du solaire pour booster l'artisanat du Sud
(Crédit photo : DR)
 
Dans de nombreux pays pauvres, l'énergie du soleil est abondante. Encore faut-il que les communautés locales puissent y avoir accès. C'est le but de l'entreprise GoSol, qui leur apprend à construire des concentrateurs solaires.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Torréfier des graines de café ou des fèves de cacao, faire cuire du pain ou déshydrater des tranches d’ananas, c’est possible avec quelques miroirs, des barres de métal et du soleil. C’est ce que prouve l’entreprise finlandaise GoSol, qui aide artisans et petites boîtes à développer à moindre prix une activité reposant sur l’énergie solaire.

« Souvent, rappelle Arnaud Crétot, directeur technique de GoSol, en Inde, en Afrique et en Amérique centrale, les agriculteurs vendent un produit brut et du coup, la valeur ajoutée qui résulte de sa transformation leur échappe. En leur fournissant les moyens de faire cette transformation, de torréfier leur café, par exemple, nous leur redonnons droit à cette valeur ajoutée. »

Echafaudages en bambou

Née sous forme d’association dans les années 1990, GoSol est devenue entreprise en 2012 et regroupe de multiples nationalités au sein de son équipe. Arnaud Crétot, le Français de la bande, l’a rejointe après un tour du monde baptisé les Vagabonds de l’énergie. Avec ses collègues et en partenariat avec des ONG, il accompagne des projets d’artisanat local en Haïti, au Kenya, au Mali ou au Mexique. Ici, on enseigne à construire un four à pain solaire ; là, c’est une cuisinière… Le tout avec du matériel, des compétences et des outils locaux. Seul le principe du concentrateur solaire, aux applications diverses et variées, reste. « Nous pouvons nous adapter au pays dans lequel nous développons le projet : en Inde, par exemple, beaucoup d’échafaudages sont en bambou, alors pourquoi pas les structures de nos concentrateurs solaires ? Cette solution revient beaucoup moins cher qu’un cadre métallique. »

Guides à télécharger

Aujourd’hui, les technologies de l’entreprise sont au point, testées et améliorées sur le terrain. GoSol passe donc à la vitesse supérieure avec un nouveau projet : une plateforme en ligne où les artisans pourront télécharger gratuitement les guides de construction des concentrateurs solaires et échanger sur leurs applications pratiques. C’est le but de la campagne de financement participatif Free The Sun lancée en avril dernier.

Pour la transparence la plus totale, l’entreprise s’est doté d’une échelle de financement très détaillée : « A 8 000 dollars (7 049 euros), on met en ligne le premier guide. A 20 000 dollars (17 627 euros), le second, etc. Pas besoin de comprendre l’anglais, ils sont faits comme les kits de montage Ikea », rassure Arnaud Crétot. L’objectif ultime, la « Super Nova », est de financer un logiciel open source. Il faudra un peu de temps pour qu’il voie le jour : il en coûtera pas moins d’1,8 million de dollars (1,6 million d’euros) ! Alors en attendant, GoSol compte développer de nouvelles applications, comme un réfrigérateur, et parfaire ses outils existants, notamment sa torréfactrice solaire.

A lire aussi sur Terraeco.net :
- « Fabriquez votre four solaire pliable en carton »
- « Au Burkina, grand-mère sait faire un bon panneau solaire »
- « Les nouveaux empires du soleil cuisant »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité