publicité
Notre futur, par Edgar Morin

Le média qui change le monde

Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives,
le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger...

Abonnez-vous au magazine papier...

 
 
Accueil du site > Actu > Nature > Des prêtres catholiques philippins mêlés à un trafic d’ivoire
12-10-2012
Mots clés
Biodiversité
Asie Et Océanie

Des prêtres catholiques philippins mêlés à un trafic d’ivoire

Taille texte
Des prêtres catholiques philippins mêlés à un trafic d'ivoire
(I love trees - flickr)
 
Le scandale autour de la contrebande d'ivoire gonfle aux Philippines. Dans l'oeil du cyclone, des prêtres catholiques accusés de posséder une quantité importante de statuts et d'objets liturgiques en ivoire de contrebande.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

L’information a été révélée par le magazine National Geographic. Ce sont de nombreuses saisies d’ivoire de contrebande à la frontière philippine qui ont mis la puce à l’oreille du journaliste américain Bryan Christi. 5,4 tonnes en 2009, 7,7 tonnes en 2005 et 6,1 tonnes saisies en 2006 à Taïwan mais destinées à rejoindre là aussi les Philippines. « Si l’on estime qu’un éléphant, c’est 22 livres d’ivoire, ces saisies représentent 1745 éléphants tués ». Pourtant la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites) – dont est signataire les Philippines - a prohibé le commerce international de l’ivoire en 1990 - même si elle a autorisé, à partir de 1997, les pays d’Afrique australe de faire quelques ventes ponctuelles. Problème : rappelle le journaliste, la Cites a peu les moyens de faire appliquer ses directives.

L’enquête a mené le reporter dans l’église de l’île de Cebu, où un prêtre, Msgr. Cristobal Garcia, lui a livré les astuces pour faire passer une statuette d’ivoire de contrebande aux États-Unis : « Enveloppez la dans un vieux sous-vêtement sale et déversez du ketchup dessus. Pour que ça ait l’aspect de la merde et du sang ». Et l’homme - accusé de collectionner de multiples objets en ivoire - de lui donner les noms des meilleurs sculpteurs de Manille ou il pourra faire faire sa statuette. « Nous savions déjà (...) que les Philippines étaient une plaque-tournante pour les défenses de contrebande qui sont ensuite passées à l’étranger comme des objets religieux , explique à l’AFP Mundita Lim, responsable de l’office philippin de la protection de la faune. Mais c’est la première fois qu’un lien est fait entre le commerce illégal (d’ivoire) et des membres éminents de l’Eglise. ». Fin septembre, les autorités de Manille ont annoncé l’ouverture d’une enquête. Prenant les devants, l’église catholique – par la voix du Vatican - a suspendu monseigneur Garcia, non pour son rôle dans cette affaire, soutient-elle, mais à cause d’accusations liant le religieux à des abus sexuels sur des mineurs dans les années 80 aux Etats-Unis.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Le rédacteur :
Karine Le Loët

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité