publicité
Accueil du site > Actu > Société > Dans les entrepôts d’Amazon, « on a l’impression d’être des robots (...)
19-11-2014
Mots clés
Multinationales
Allemagne

Dans les entrepôts d’Amazon, « on a l’impression d’être des robots »

Taille texte
Dans les entrepôts d'Amazon, « on a l'impression d'être des robots »
(Crédit photo : Amazon)
 
Invisibles derrière l’écran de nos ordis, des « petites mains » contribuent à faire de cette plateforme le n°1 mondial de la vente en ligne. Mais leurs conditions de travail sont désastreuses. Rencontre avec un syndicaliste allemand.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Le syndicat allemand Verdi, qui représente la branche des services, appelle une nouvelle fois à la grève sur les huit sites que compte Amazon en Allemagne. Depuis Pâques 2013, le syndicat ne cesse de lancer des piquets de grève pour que le géant de la vente en ligne applique enfin la loi allemande, à travers la signature d’une convention collective entre les dirigeants de l’entreprise et les représentants du syndicat. Celle-ci réglerait un grand nombre de contentieux scandaleux : cadences infernales, flicage systématique, opacité de la politique salariale, pression du chiffre…


« Franchement, on a l’impression d’être des robots. Le travail est monotone et éreintant. Nos managers nous mettent constamment sous pression. Leurs systèmes informatiques leur indiquent à la seconde près tous nos faits et gestes. Même lorsque nous sommes aux toilettes, raconte Christian Krähling. Et tout ça pour des salaires minimes. » En quelques mots, ce solide gaillard de 37 ans, drapeau du syndicat Verdi dans les mains, a tôt fait de résumer les revendications des quelque 600 salariés (chiffre Verdi) en grève ce jour-là sur le site d’Amazon à Bad Hersfeld (Land de Hesse).

« On paie notre travail avec notre santé »

Planté devant les fenêtres de la direction du site, se sachant observé par les managers, il ne se laisse pas pour autant intimider. Et n’hésite pas à se faire le porte-parole des grévistes n’osant pas s’exprimer devant la presse. Il poursuit : « On paie notre travail avec notre santé. Dans l’entrepôt FRA- [1], il n’y a pas de fenêtre. Avant que la direction n’installe des climatiseurs, il y faisait 40°C l’été, les gens s’évanouissaient. » Birgit Reich, déléguée syndicale chez Verdi, rapporte elle aussi de nombreux cas d’évanouissement sur les sites du groupe. Elle précise que le taux d’arrêts maladie se situe chez Amazon entre 15% et 19%. Un record ! La moyenne nationale oscille entre 4% et 6% (chiffres valables pour la branche du commerce)…

Christian prend l’exemple des « pickers », ceux qui collectent les objets commandés en parcourant les kilomètres de rayonnages. Ils sont équipés d’un scanner qui leur indique le produit à aller chercher et le nombre de secondes qui leur est imparti. « Le scanner fait bip en permanence, c’est un compte à rebours perpétuel. Ils parcourent entre 15 et 30 km par jour », rapporte-t-il. Le site de Bad Hersfeld comprend deux entrepôts : FRA-1 fait 42 000 m2, soit sept terrains de football. Le deuxième, FRA-3, occupe, lui… 110 000 m2, soit 17 terrains de football. Que se passe-t-il lorsque le picker dépasse le nombre de secondes imparti ? Remontrance ou « feedback » dans le jargon d’Amazon. Mais gare à ne pas en amasser trop.

« Nous ne sommes pas seulement des mains »

Ce que raconte Christian n’est pas une originalité de Bad Hersfeld. « Tout est standardisé chez Amazon. C’est la même chose ailleurs en Europe. » Le 5 décembre 2013, la BBC diffusait un documentaire tourné en secret sur le site du groupe au Pays de Galles. « Je n’ai jamais vu un travail pareil, susurre le journaliste dans la caméra cachée. La pression est juste incroyable. » En France, le journaliste Jean-Baptiste Malet les décrit dans son ouvrage En Amazonie [2]. L’universitaire Simon Head, membre du Rothermere American Institute à l’université d’Oxford, décrypte et dénonce dans un article au vitriol le management des salariés qu’il décrit comme le plus oppressif qu’il ait jamais vu.

Ce qui revient comme un leitmotiv : ces conditions de travail qui font scandale en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne ont été conçues dans l’optique d’un rendement maximal. Aucune place n’est faite à l’humain. Tout est standardisé, informatisé. Et plus que les revendications salariales, ce qui touche au vif Christian et ses collègues, c’est le manque de reconnaissance face au travail fourni. « En faisant grève, ce n’est pas la lutte des classes que l’on cherche, mais le respect envers les gens qui travaillent chez Amazon. Et ça commence par des conditions de travail décentes et une rémunération correcte. Parce que nous ne sommes pas seulement des mains, mais des personnes. »


- A lire : Episode 2 : La « stratégie des piqûres d’aiguilles » du syndicat Verdi contre le géant Amazon

Cet article de Claire Stam a initialement été publié sur Novethic le 7 octobre 2014

[1] L’acronyme renvoie à l’aéroport le plus proche, en l’occurrence celui de Francfort.

[2] En Amazonie, Fayard, 2013. Voir également l’article paru dans Le Monde Diplomatique

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Par
Novethic

Le média expert du développement durable

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Il faudrait un mouvement coordonné entre les sites Amazon d’Allemagne et de France, en unification européenne, ce serait déjà un début. Ensuite, pour tous les clients qui achètent des livres sur Amazon, au lieu d’aller à la librairie de quartier, alors qu’en France, le prix du livre est unique, il faut aussi réfléchir à son acte d’achat.

    25.11 à 08h44 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité