publicité
Changer de vie : ils ont osé, pourquoi pas vous ?

Le média qui change le monde

Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives,
le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger...

Abonnez-vous au magazine papier...

 
 
Accueil du site > Actu > Conso > Comprendre les étiquettes : qu’est-ce que l’E250, ou nitrite de sodium (...)

Comprendre les étiquettes : qu’est-ce que l’E250, ou nitrite de sodium ?

Taille texte
Comprendre les étiquettes : qu'est-ce que l'E250, ou nitrite de sodium ?
(Crédit photo : pterjan - flickr)
 
« Terra eco » vous aide à décrypter les étiquettes et à choisir vos aliments. Au tour du nitrite de sodium, appelé aussi E250.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Où le trouve-t-on ? Cet additif est assez rare. On ne le trouve que dans 140 des 3 000 produits courants référencés dans la base Open Food Facts. Il se trouve toutefois dans la plupart des produits contenant de la charcuterie et les viandes en conserve.

A quoi sert-il ? Il sert à la conservation, la coloration et le fumage des viandes et des poissons. Il évite notamment la formation de la bactérie responsable du botulisme.

Comment est-il fabriqué ? Il est obtenu lors de la synthèse de l’acide nitrique.

Effet indésirable : Des effets cancérogènes faibles ont été constatés chez le rat. « Il y a effectivement un risque de cancérogénicité, car dans certaines conditions, des nitrosamines cancérogènes peuvent se former dans l’estomac si ces nitrites sont consommées en grande quantité », confirme le docteur Jean-Michel Lecerf, chef du service nutrition de l’Institut Pasteur de Lille.

Précaution d’usage : Cet additif est utile, puisqu’il permet d’éviter le botulisme, une maladie grave. Toutefois mieux vaut en faire une consommation limitée, en ne dépassant pas par exemple 50 grammes de saucisson (soit un cinquième d’un saucisson de taille standard) contenant ces nitrites par jour.


Terra eco vous aide à décrypter les étiquettes et à choisir vos aliments. Retrouvez la liste des additifs décryptés par ici, et nos explications sur la gélatine (E428 et E441), l’aspartame (E951), le nitrite de sodium (E250), le carraghénane (E407), l’acide citrique (E330), le glutamate monosodique (E621), le sulfite d’ammonium (E150d), la saccharine de sodium (E954iv), le benzoate de sodium (E211) et l’amidon modifié (E1403).

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Le rédacteur :
Thibaut Schepman

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité