publicité
Accueil du site > Actu > Santé > Comment améliorer les mesures de pollution ? Grâce aux smartphones des (...)
1-10-2015
Mots clés
Pollution
Europe

Comment améliorer les mesures de pollution ? Grâce aux smartphones des citoyens !

Taille texte
Comment améliorer les mesures de pollution ? Grâce aux smartphones des citoyens !
(Crédit photos : Sebastiaan ter Burg - Flickr)
 
Des chercheurs néerlandais ont équipé des milliers d'Européens d'un capteur de pollution. De quoi améliorer la cartographie des particules, mais aussi alerter les populations sur leurs dangers.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Tout a commencé par un jeu. Ce vendredi-là, Frans Snik et ses collègues s’amusent à tester des instruments d’optique sur l’objectif d’un smartphone. Et là, surprise : « Ça fonctionnait très bien ». Aussi une idée germe-t-elle : « Si l’on veut pouvoir mesurer la pollution de l’air tout le temps et partout, pourquoi ne pas utiliser ces outils que l’on a tous, aujourd’hui, dans nos poches ? » 

Jusque là Frans Snik, chercheur à l’université de Leyde, aux Pays-Bas, travaillait en collaboration avec d’autres instituts néerlandais sur le développement d’instruments d’astronomie capables de scruter l’atmosphère d’autres planètes, mais aussi de mesurer la pollution dans la nôtre. Au terme de ce vendredi après-midi, le voici qui met sur pied une expérience de science participative : Ispex.

Des données qui complètent les mesures traditionnelles

Lui et son équipe construisent un prototype d’appareil qui, adapté à un smartphone (un Iphone 4 ou 5 pour commencer), permet de mesurer la concentration de particules de poussière dans l’atmosphère. Et recueillent des données fort intéressantes. Les voilà qui décrochent, au détour de l’expérience, un prix néerlandais et empochent 100 000 euros. Assez pour mettre au point 10 000 petits appareils de mesure – des spectropolarimètres, en langage technique – et l’application qui va avec. Ils en équipent des milliers de Néerlandais qui, en juillet 2013, pointent leur appareil vers le ciel. L’occasion pour les chercheurs de recueillir une photographie de l’atmosphère de leur pays deux jours durant. « Nous voulions voir à quel point cela fonctionnait, explique aujourd’hui Frans Snik. Mais l’objectif n’était pas seulement technique mais aussi conceptuel : nous voulions savoir si nous étions capables de réunir des milliers de gens pour participer à notre expérience. » Pari tenu, grâce à l’appui des médias et d’une association de patients atteints de maladies respiratoires.

(Crédit photo : DR)


Une fois les chiffres recueillis, au tour de l’équipe de les mettre en ordre et de les comparer aux mesures plus traditionnelles effectuées par les satellites et les stations au sol. Et les données coïncident ! Mieux, elles complètent le travail des outils plus anciens. « Les satellites passent sur une même zone une à deux fois par jour. Les stations de mesure au sol, elles, ne couvrent pas tout le territoire. Avec nos données, on peut combler les trous. Par ailleurs, les mesures officielles se contentent de répartir les aérosols selon leur taille : d’un côté les PM10 (au diamètre inférieur à 10 microns, ndlr), de l’autre les PM2,5 (diamètre inférieur à 2,5 microns, ndlr). Mais elles ne distinguent pas les particules d’un micron par exemple. Or, plus les particules sont petites, plus elles pénètrent profondément dans les poumons. » Les mesures d’Ispex permettent, elles, d’affiner les mesures. Enfin, la nature même des particules est laissée de côté par les instruments classiques, qui ne différencient pas les particules translucides – notamment salines – qui renvoient les rayons du soleil vers l’atmosphère et participent au refroidissement de la terre et les particules sombres – comme la suie – qui absorbent la chaleur et sont suspectées de contribuer au changement climatique. Inversement, l’outil développé par les chercheurs de Leyde donne des indications sur les propriétés chimiques des particules.

Mais pour tirer des enseignements, encore faut-il cumuler les données. « Une simple mesure est porteuse d’erreurs, mais un grand nombre de relevés peut permettre de rectifier les anomalies. Quand nous aurons 10 000 personnes qui prendront des mesures tous les jours, alors on aura sans doute des données suffisantes pour tirer des conclusions sur l’impact des particules sur la santé ou le climat », souligne le chercheur.

Sonner l’alarme

Aussi était-il était temps pour Frans Snik et ses acolytes de passer à la vitesse supérieure. Pour célébrer, à leur manière, l’année internationale de la lumière (et des techniques utilisant la lumière) des Nations Unies, en 2015, les chercheurs jettent leur dévolu sur le Vieux Continent. Grâce à un financement européen, ils équipent les citoyens d’une dizaine de villes : Athènes, Bari, Barcelone, Belgrade, Berlin, Copenhague, Londres, Manchester Milan, Rome et Toulouse. Ceux-là sont chargés entre le 1er septembre et le 15 octobre, lorsque le ciel est bleu – condition indispensable pour la mesure –, de quantifier la pollution dans l’atmosphère. L’expérience varie légèrement entre les villes et les organisations locales qui participent : « A Athènes notamment, des équipements ont été installés près du Parthénon pour que les touristes puissent participer à l’expérience », souligne Frans Snik.

Au-delà de la science, là encore, c’est la mobilisation du public qui compte pour les chercheurs. Indispensable, selon Frans Snik, pour alerter sur les dangers de cette pollution. « Selon l’Organisation mondiale de la santé ou d’autres institutions, des millions de personnes meurent chaque année prématurément à cause de la pollution de l’air. En Belgique, aux Pays-Bas, dans le Nord de la France, on perd un an d’espérance de vie à cause de cette pollution ! Alors nous voulons que les gens fassent aussi partie de la solution. En quantifiant cette pollution, ils peuvent faire progresser la science. »

A lire aussi sur Terraeco.net :
- « @RoyalSegolene, l’air est irrespirable ! »
- Pollution, une appli pour changer d’air
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

9 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • allons -y franco rajoutons un peu plus de pollution et rendons les citoyens encore plus malades !! et ça ira encore plus vite ...avec des portables qui foutent en l’air les cellules vivantes !! y ’à des pollutions acceptables et d’autres pas,surtout quand ça touche autant de monde et le confort de tant d’humains !!! grrr....le pognon n’a pas de limite !

    9.10 à 16h04 - Répondre - Alerter
  • On a l’impression d’entendre toujours le même refrain. La technologie nous sauvera de la catastrophe, et nous fonçons tête baissée dans ce délire, sans prendre une seconde, voire deux, pour nous poser et réfléchir. La plupart d’entre nous sommes comme hypnotisés par les objets communicants (soi-disant) (Lire à ce sujet l’excellent livre de BYUNG-CHUL HAN, Dans la nuée - Réflexions sur le numérique). Je pense que la bonne décision serait de nous débarrasser de nos portables. Vu les dégâts que provoque cet engin en amont (exploitation des sols et exploitation sociale) et en aval (pollution électromagnétique, dégâts sur la santé) cela me paraîtrait une bonne décision. Ensuite nous pourrions faire une grande fête !

    3.10 à 10h52 - Répondre - Alerter
  • Des données sur la pollution pour faire progresser la science (laquelle ?) en utilisant un objet polluant ?
    Heureusement que le ridicule ne tue pas !
    Des données ce n’est pas ce qu’il manque !
    Ce qu’on veut et ce qu’il faut chercher c’est supprimer ces pollutions au maximum !
    Des centaines de milliers de personnes meurent chaque jour à cause d’elles, des millions souffrent !
    Mais non ça n’impressionne pas et on continue de faire joujou avec les i.phones immondes.

    2.10 à 21h01 - Répondre - Alerter
  • Comment améliorer les mesures de pollution ? En diminuant le nombre de smartphones et autres objets connectés dont la fabrication et la consommation d’énergie à l’usage est à l’origine d’énormes pollutions de l’air et qui vous offrent en prime la pollution des ondes avec son cortège de calamités : cancer, AVC, arythmie, problèmes cognitifs, insomnies... A quand une approche globale de la limitation de toutes les pollutions ?

    2.10 à 19h51 - Répondre - Alerter
  • L’idée est bonne mais effectivement le support choisi pour effectuer les mesures est totalement stupide. C’est un peu choisir entre la peste et le choléra.
    Le smartphone est lui même extrêmement polluant, énergivore et maintenant prouvé cancérigène.

    2.10 à 19h02 - Répondre - Alerter
  • Alors que ces pas si smart phones mesurent la pollution de l’air, leur propriétaires s’inquiètent d’être de plus en plus malades... et s’ils pensaient aux ondes électro magnétiques, qui sont partout ou presque, alors qu’elles étaient inexistantes il y a encore quelques décennies ?
    Cette pollution invisible n’émeut personne, alors qu’elle est source de grande souffrance, mais la plupart des gens ne savent pas qu’ils ont un cancer, une leucémie, un AVC, ou simplement un syndrome de fatigue chronique,nausées, vertiges, insomnies, etc... à cause de leur jouet préféré !
    Les dirigeants des start up californiennes le savent bien : ils envoient leurs enfants dans une école sans wifi et sans tablettes, car ils connaissent la dangerosité des ondes (voir article du journal Le Monde)

    2.10 à 11h23 - Répondre - Alerter
  • Oui il faut bien trouver un usage positif à l’envahissement de l’espace public par ces "insupportables" qui pollue électro-magnétiquement l’environnement de tous et augmentent la consommation énergétique (électricité, nucléaire....) sur toute la planète. Le "gadget de destruction massive" (titre d’un petit livre à lire d’urgence par tout le monde et en particulier par les écologistes) reconverti en objet de citoyenneté. Bravo pour la publicité. Et pendant ce temps on oubliera les coûts écologiques, les millions de mort en Afrique à cause du coltan nécessaire à la fabrication de ces objets, les enfants exploités en Chine dans les usines, sociaux etc.... de ces objets ! Accro de tous les pays unissez vous !

    2.10 à 10h18 - Répondre - Alerter
  • Et pourquoi ne pas mesurer avec un téléphone "intelligent" la pollution électro-magnétique et communiquer sur les dangers associés au monde du vivant provoqués par les portables, box, tablettes, PC, imprimantes, autoradio, enceintes, etc connectés en wifi, Bluetooth, les antennes-relais. Quid des "futurs" compteurs "intelligents" LINKY, GASPAR et aussi pour l’eau qui feront de nos habitats et voisinages des environnements toxiques déjà mesurés comme tels en Amérique du Nord, en Australie

    http://focus.levif.be/culture/arts/...

    http://www.robindestoits.org/Les-ef...

    1er.10 à 14h00 - Répondre - Alerter
  • A Dehli, une des villes les plus polluées, voire la plus polluée, du monde (beaucoup plus que Pékin ou Shanghaï http://aqicn.org/map/world/fr/ ), ils ont déjà des applis pollution, mais ça ne change pas grand chose...

    1er.10 à 12h45 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité