publicité
Accueil du site > Actu > Techno > Ces paysans français soignent leurs champs en musique
4-06-2014
Mots clés
Alimentation
Agriculture

Ces paysans français soignent leurs champs en musique

Taille texte
Ces paysans français soignent leurs champs en musique
(Crédit photo : DR)
 
Ils sont une centaine dans l'Hexagone, vignerons et maraîchers, à diffuser des mélodies particulières plutôt que des produits chimiques près de leurs cultures. Incroyable, ça fonctionne !
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Deux millénaires que ce champignon parasite les vignes, et toujours aucun remède pour l’en retirer. L’esca, qui a la mauvaise manie de détruire les ceps de vignes depuis au moins l’époque romaine, a un temps été combattu avec l’arsénite de soude, jusqu’à ce que produit très toxique soit interdit en 2001. Depuis, les vignerons sont démunis. Mais, depuis 2009, une poignée d’entre eux tentent de résister à l’envahisseur... en diffusant de la musique. Pour comprendre d’où vient ce remède étrange, il faut remonter à la fin des années 1960, l’époque où une gloire éphémère de la chanson nommée Evariste lançait le tube « Connais-tu l’animal qui inventa le calcul intégral ? »

Avant d’être chanteur, Evariste - de son vrai nom Joël Sternheimer - est avant tout diplômé en physique de l’université américaine de Princeton. Les bénéfices engrangés avec la vente de ses disques vont l’aider à financer ses recherches et à découvrir des liens - très complexes pour qui ne connaît pas la physique quantique - entre les protéines, molécules de base pour tous les êtres vivants, et la musique. Pour comprendre, il faut savoir que les protéines sont composées de suites de composés chimiques appelés acides aminés. « On remarque que l’enchaînement des fréquences des acides aminés lors de la synthèse des protéines présente certaines régularités, et si on fait défiler ces séries de fréquences sur un appareil de musique pour les rendre audibles, ça raconte quelque chose, il y a une régularité mélodique et harmonique », nous explique par téléphone Joël Sternheimer, qui a donné aux mélodies des protéines le nom de « protéodies ». Des mélodies qu’il suffit de diffuser pour stimuler ou inhiber une protéine et donc les fonctions de certains organismes vivants. Le physicien a déposé en 1992 une demande de brevet européen pour sa méthode baptisée « génodique ». Ce brevet sera finalement validé en 2007 après quinze ans de controverses scientifiques et juridiques.

Ci-dessous une interview de Joël Sternheimer expliquant le principe des protéodies :

La musique plus forte que les pesticides

Mais revenons à nos pieds de vignes. Les travaux de Joël Sternheimer ont permis de décoder la bonne série de notes qui inhibe le fameux champignon esca, celui qu’aucun produit chimique ne parvient à éliminer. Depuis 2009, l’entreprise Genodics commercialise donc cette solution brevetée et diffuse à ce jour la mélodie chez près de 80 vignerons français. « Il suffit de sept minutes de diffusion, une à deux fois par jour pendant toute la saison de végétation pour freiner ce champignon », assure Michel Duhamel, président de Genodics, qui garantit : « On calcule entre 60% et 64% de baisse de mortalité des vignes dès la première année de traitement. [1] »

L’entreprise a élargi son répertoire et vend également ses solutions à des maraîchers, comme Christian Douillard, responsable de la culture du concombre dans la serre des Trois moulins, à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu (Loire-Atlantique) : « Les protéodies nous servent à lutter contre le champignon didymella depuis trois ans. On jette beaucoup moins de concombres et nos clients sont contents parce qu’ils voient des produits plus beaux. C’est difficile à quantifier mais on voit les résultats très vite, par exemple il y a quelques mois on a eu une panne d’un diffuseur de musique pendant trois jours et le didymella était déjà retour. »

La musique pour soigner les humains ?

Malgré ces résultats probants, la méthode ressemble encore pour beaucoup à de l’ésotérisme. « Les grands organismes scientifiques en France n’ont pour l’instant fait aucun effort pour valider nos travaux, ça ne leur semble pas sérieux », déplore Michel Duhamel. « Je me suis toujours intéressé aux méthodes alternatives donc j’étais prêt psychologiquement à essayer la musique. Mais beaucoup d’agriculteurs ne sont pas prêts. Au début, ça a fait pas mal rigoler mais aujourd’hui plusieurs personnes adhérentes du même centre technique que nous ayant vu nos résultats vont essayer aussi », confirme Christian Douillard. La suite des travaux de Genodics et Joël Sternheimer devrait encore bien plus étonner. De premiers essais sont en cours sur les maladies qui frappent les huîtres ou pour traiter les coliques mortelles qui suivent le sevrage des porcelets. Et Joël Sternheimer assure pouvoir aller plus loin encore : « La musique a des effets sur l’être humain, j’en suis convaincu. Je l’ai observé la première fois en diffusant la protéodie de l’hémoglobine pour une amie qui souffrait d’anémie, qui m’a dit qu’elle ressentait un bienfait. Et effectivement, son taux d’hémoglobine a augmenté. »




A voir aussi :

- Le reportage de France 3 Centre sur la génodique :

- « Les plantes bougent, sentent et réagissent mais nous ne sommes pas capables de le voir »

[1] Avec des variations importantes : 70% des parcelles traitées avec des protéodies ont une baisse de mortalité comprise entre 50% et 95%, mais les 30% restant ont des baisses inférieures à 50%

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

25 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je constate qu’il y a toujours des commentateurs négatifs, qui rejettent et critiquent tout, sans avoir essayé et sans avoir réfléchi. Un exemple : pour diffuser de la musique dans un jardin ou dans un champ, il ne faut plus de câbles !!!
    Soyez positifs. Essayer la musique dans vos plantations pendant une saison. Ensuite, exprimez le résultat de votre expérimentation en connaissance de cause.
    Moi, par exemple, je n’utilise plus de bouillie bordelaise contre l’oïdium, mais je pulvérise du bicarbonatede soude -1 c. à café par litre d’eau et 2 c. à café de savon liquide depuis 6 ans, et je n’ai plus eu la moindre attaque d’oïdium depuis 6 ans. Personne ne voulait le croire, mais à présent, de nombreux jardiniers le font avec succès. Alors, pourquoi ne pas le faire avec de la musique ? Ca ne coûte rien d’essayer.

    14.09 à 10h37 - Répondre - Alerter
    • désolé, petite rectification, la bouillie bordelaise n’a aucun effet sur l’oïdium, c’est le soufre qui élimine l’oïdium,
      le bicarbonate de soude éradique plusieurs maladies fongiques dont l’oïdium.

      cordialement

      16.09 à 12h41 - Répondre - Alerter
      • Je crois que tu n’as pas bien lu mon message. Tu as compris le contraire ! J’ai dit que je n’utilise jamais de la bouillie bordelaise !
        D’autre part, je n’ai pas utilisé de soufre non plus, mais je n’ai plus d’oïdium depuis 6 ans en n’utilisant qu’exclusivement du bicarbonate de soude. alimentaire ( 3,91 € la boîte de 500 g), en pulvérisations, à raison d’1 cuiller à café de 7 g par litre d’eau et 2 c. à café de savon liquide bio.

        16.09 à 16h38 - Répondre - Alerter
    • . Bonjour. Très intéressant votre réussite contre l’oïdium sans imprégner le sol de cuivre par l’application répétée de bouillie bordelaise...
      Auriez-vous une idée pour faire obstacle à la marsonia, l’affeux champignon des taches noires sur les rosiers ?

      Depuis trois ans je refuse de vaporiser le moindre produit chimique - dans notre région de Provence l’entretien chimique des jardins autant que des champs a fait disparaître les trois quarts des oiseaux... qui ont besoin d’insectes pour se nourrir et s’empoisonnent en les mangeant, de même que les lézards, et toute la chaîne des petits animaux... Donc, je ne peux qu’enlever chaque feuille sur laquelle j’aperçois une tache noire prête à diffuser ses centaines de spores... Et essayer de les empêcher de tomber par terre pour contaminer le sol ...
      Sur le conseil d’un jardinier j’attache sous les rosiers des demi-bouteilles de plastique contenant un peu de souffre en poudre, dont les vapeurs sont censées dissuader préventivement et gêner la diffusion de ces champignons... Comme on le fait pour protéger certains arbres fruitiers, par exemple certains pruniers sensibles à des maladies touchant leurs feuilles... Et cela paraît au moins avoir pour effet de ralentir la multiplication des taches...
      Mais on me conseille quand même, l’hiver, quand les rosiers sont sans feuilles et rabattus, de vaporiser de la bouillie bordelaise partout sur les tiges et autour des pieds sur le sol ; je le fais, à regret ; cela n’empêche pas les taches noires de réapparaître à la belle saison l’année suivante, un peu plus tard peut-être et plus timides au début....
      Tandis que les vaporisations de décoctions de prêle ou d’ortie, du fait qu’elles mouillent les feuilles, accélèrent nettement la multiplication de taches encore plus noires et plus grosses...

      Qu’essayeriez-vous ?

      Cordialement,
      MAD

      18.09 à 10h50 - Répondre - Alerter
  • tout être vivant sur cette terre à une intelligence mais nous les hommes croyons tout savoir quand nous brûlons des forêt nous détruisons un nombre important d’intelligence sans compter la faune qui va avec soyons très modeste sur notre savoir je l’ai déjà écrit nous ne sommes rien malgré notre orgueil des civilisations ont disparues que nous découvrons à lheure actuelle le même sort nous attend regarder les ouragans les tremblements de terre les raz de marées quelles défense nous avons contre cela nous ne pouvons que regarder et subir il suffit d’une méteorite tombe sur la planète et tout sera dit où bien que des volcans se réveillent et adieu lee genre humain soyons modeste et respectuons la nature jean charles diot

    13.09 à 17h00 - Répondre - Alerter
  • déjà testé,vraiment tres efficace

    8.02 à 20h39 - Répondre - Alerter
  • La génodique est à la musique ce que les OGM sont à l’agriculture durable.

    La génodique c’est de la manipulation de la vie par les ondes, comme les OGM de la manipulation de la vie par le bricolage mécanique de la génétique.

    Combien de morts et de catastrophes faut-ils pour que les gens s’en rendront compte. Cela témoigne de la bêtise et de l’ignorance humaine.
    Je connais un peu le sujet ayant fait plusieurs expériences sur le sujet et ayant aussi été par le passé un fervent défenseur avant de me rendre compte de la bêtise démesurée.

    Avec de la simple musique baroque dans les vignes ont a de meilleurs résultats que avec les manipulations de la vie de la génodique ! Voir http://musique-pour-soigner-les-pla...

    8.02 à 18h16 - Répondre - Alerter
  • Ma femme aussi se soigne en musque
    Quant elle pète elle se sent miuex

    25.11 à 09h25 - Répondre - Alerter
  • Pour répondre à Bioscope, je dirais que les effets secondaires sur l’environnement ne sont certainement, et de loin, pas aussi néfastes à l’environnement que les produits chimiques inefficaces employés auparavant et en plus, il semblerait que les résultats soient très encourageants. Qui ne risque rien n’a rien !

    7.05 à 09h08 - Répondre - Alerter
    • Je suis convaincu qu’il y a des techniques bien plus respectueuse de la nature qui donnent de bien meilleurs résultats, sauf que la plupart ne les connaissent pas faute de manque de médiatisation.

      Par exemple par des techniques d’electroculture, les musique douce classique baroque et chants d’oiseaux, les huiles essentielles et extraits de plantes, l’amélioration énergétique des terres avec des poudres de roches, etc...
      Tout ces autres techniques ne coute pas grand chose, sont hors du système économique du consommable et bien plus respectueux de l’environnement.

      Avec la génodique c’est à nouveau la culture du consommable, payer une licence, ou le produit, comme avec la chimie, pour manipuler la vie, au lieu de stimuler la vie en lui donnant les meilleurs chances de s’épanouir.

      La genodique pour soigner des maladies, c’est un peu comme soigner un cancéreux avec des ondes pendant qu’il continue à boire des sodas et manger du fast food industriel... car si il commence à vivre une vie et alimentation plus saine, en général ça gueri tout seul, comme les plantes dans l’agriculture si on soigne correctement les terres.
      Ainsi la génodique aide juste à industrialiser et manipuler plus encore l’agriculture gardant ces mauvaises habitudes créant des maladies au lieu de choisir des techniques qui rendent les maladies quasi inéxistantes.

      Ce que la génodique dit pas, c’est que ca influence aussi la génétique par les ondes, pas seulement l’expression des protéines, de ceci de tout les organismes de l’environnement sous le champs d’action du traitement... comme apprenti sorcier c’est peut-être encore pire que les OGM, sauf que la pilule passe mieux avec le greenwashing, l’accent écolo de la communication et la grande ignorance des gens.

      8.02 à 18h37 - Répondre - Alerter
  • haha j’adore les commentaires

    2.07 à 23h49 - Répondre - Alerter
    • BRAVO ! Moi j’y Crois ! Il y’a fort longtemps que la photographie "Kirlian"à démontré l’effet des musiques sur les plantes..& Nous ! ! !
      Alors OUI à la Médecine Quantique, Là-Venir est déjà Ô Présent ! UN Cadeau pour l’humanité ! Gratitude _/I\_ à ses Chercheurs..& Longue Vie à la Nature !

      28.02 à 15h01 - Répondre - Alerter
  • Est-ce que la musique de J.S. BACH si douce à nos oreilles, fait fuir les moustiques ?

    17.06 à 12h14 - Répondre - Alerter
  • Pas de réponse ??? J’ai lu quelque part qu’il fallait du 432 hz, est-ce cela ou pas ??? Une réponse serait la bienvenue Merci

    14.06 à 22h31 - Répondre - Alerter
    • C’est du bullshit ! C’est faux.

      C’est démenti dans la conférence en 4 parties "Eau et vibrations, l’information de l’eau par la voix" sur la chaine Youtube de Marc Henry (Physicien) vers la 9ème minute.

      Je vous recommande de voir la conférence en entier, c’est très intéressant.

      7.02 à 20h55 - Répondre - Alerter
    • Bonjour,

      Un test à démontré que donner de la musique classique baroque en 432 hz donne de bien meilleurs résultats sur la croissance des plantes que la même musique en 440 hz.
      Quoi que d’autres puissent en dire par ignorance, manque de prudence et modestie, réflexions théoriques, naïveté ou carrément désinformation pour certains.

      Des tests énergétiques de mesures sur les plantes et l’humain le démontrent aussi, comme par exemple avec des système de visions d’auras en écoutant les musiques ou avec la photographie kirlian, ou avec encore d’autres mesures électromagnétiques des énergies subtiles. Ces mesures, c’est du concret et pas du blabla de théoréticiens. Chacun peut le tester soi-même au lieu de chercher qu’on nous donne tout sur une cuillère.

      Bonne découverte à tous,

      Yannick

      8.02 à 18h24 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Je trouve cette méthode très intéressante et bien la preuve que nous avons encore beaucoup de choses à "re-découvrir" .....
    J’ai un potager et je serais intéressée de savoir quelle est la musique qui doit être diffusée pour empêcher les nuisibles (que je souhaiterais ne pas devoir tuer) d’attaquer les légumes. Je suis prête à essayer.
    Merci beaucoup

    11.06 à 21h36 - Répondre - Alerter
  • Ciel des câbles et de la sono, alors que le chant des oiseaux, le bruissement du vent, vos soins et saluts quotidiens ou pas émettent déjà le principal dont ont besoin les plantes (y compris vos propres enfants) pour s’épanouir sainement. Le permaculturel et 1 association judicieuse des plantes, suffisent amplement. Pourquoi tant de sophistication ? Si vous avez assez de sous à injecter dans ce procédé, ne pourriez vous pas les donner à des associations qui multiplient les jardins partagés et qui pratiquent sincèrement la bioculture, c’est-à-dire la culture du vivant ? Faire semblant d’aimer ses plantes, n’est pas les aimer...

    9.06 à 11h31 - Répondre - Alerter
  • Le problème, parce que ce serait trop beau, c’est que cette "musique" est en faite composée de fréquence spéciales, qui n’influencent pas uniquement la plante (ici en l’occurrence des vignes) mais tout l’écosystème alentours, ce qui parait évident... Ainsi insectes champignons et tout autre forme de vie sont directement influencés par ces signaux émis... Je pense que c’est une bonne voie mais il faut encore travailler dessus, notamment sur la sélectivité de l’appareil...

    8.06 à 16h09 - Répondre - Alerter
  • Super piste, il fait la faire connaître !

    7.06 à 23h38 - Répondre - Alerter
  • Qui pourrait me dire quelle musique diffuser dans mon jardin ???

    7.06 à 16h35 - Répondre - Alerter
  • Bonjour
    pour poursuivre sur cet article, sait on s’il y a une corrélation entre le chant produit par un oiseau et la variété d’arbres qu’il choisit d’habiter ?

    6.06 à 13h14 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité