publicité
Accueil du site > Actu > Mobilités > Débuts timides pour le vélo des cheminots
10-06-2010
Mots clés
Transports
France

Débuts timides pour le vélo des cheminots

Taille texte
Débuts timides pour le vélo des cheminots
 
La SNCF lance son service de vélos électriques. Il doit permettre aux employés de certains sites de couvrir de courtes distances sans trop d'efforts et de CO2. En tout, 20 vélos sont mis à la disposition de... 2 000 employés. Un peu juste ?
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Des vélos électriques en libre service pour arriver pimpant aux réunions. Le 1er juin, la SNCF a lancé le service Kiwix sur quatre de ses sites parisiens. Destiné aux employés, le système est gratuit. A tout moment de la journée, les cheminots peuvent ainsi librement emprunter une bicyclette en réservant sur un site internet ou déverrouiller directement la machine de leur choix grâce une carte à puce.

Mais attention, pas question de rapporter son deux-roues au foyer. L’engin est exclusivement fait pour de courtes distances - relier deux sites de la SNCF par exemple - pendant les heures de travail. « Le Velib c’est bien pour les loisirs et les week-ends mais ça fait transpirer, là on peut arriver frais et dispo en réunion grâce à l’assistance électrique », explique-t-on au service de presse.

A condition de trouver un vélo disponible. Pour le moment, seules 20 bicyclettes sont mises à disposition des 2 000 agents des sites concernés. « C’est un test, argumente-t-on au service de presse. L’objectif n’est pas de rester à 20 vélos mais d’étendre le service le plus possible. » Étendre oui, mais pas à vitesse TGV. Dans le communiqué de presse, on avance prudemment : « d’ici le second trimestre 2011, le service pourrait être proposé dans une dizaine de sites SNCF et comprendre une flotte de plus de cinquante vélos. »

« On préfère avoir des objectifs humbles que dispendieux », explique-t-on à la SNCF. Après tout, on ignore encore si les cheminots adopteront leur petites reines, même si leur patron Guillaume Pepy milite pour l’écomobilité tous azimuts. Et le programme Kiwix a un coût. 55 000 euros pour l’achat de la flotte, des bornes de chargement et le contrat de maintenance pour un an.

Sources de cet article
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité