https://www.terraeco.net/Elisabeth-Badinter-dechaine-les,8617.html
Elisabeth Badinter déchaîne les passions
lundi, 15 février 2010 / Karine Le Loët /

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

Certes Elisabeth Badinter n’y est pas allée de main morte en dénonçant le naturalisme régressif dans son dernier ouvrage puis au micro des médias. Depuis, c’est la sphère tout entière des féministes, biologistes, écologistes qui s’enflamme.

Elisabeth Badinter a lancé la bombe le 11 février. La philosophe et féministe de renom était ce matin-là venue présenter son dernier ouvrage au micro de France Inter. Avec “Le conflit, la femme et la mère”, elle entendait remettre les pendules féminines à l’heure et dénoncer un retour régressif aux valeurs dites "naturelles". "Il s’est développé ces 30 dernières années un modèle de mère idéale avec de nouvelles obligations de plus en plus lourdes pour se conformer à la nature ", dénonçait-elle alors.

La preuve ? L’ancien projet de Nathalie Kosciusko-Morizet – ex-secrétaire d’État à l’écologie - de taxer les couches jetables "On fait passer la nature avant les libertés féminines (…) ces couches jetables ont été un des aspects de la libération des mères", s’est insurgée la philosophe. Avant de s’attaquer à Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts : "La bonne mère écologique pour Cécile Duflot, c’est une femme qui allaite et qui lave elle-même ses couches (...) qui fait du brocoli bio." "Ces petits faits (...) trace un modèle de mère et en même temps suscite un destin féminin qui me semble très régressif", a conclu Mme Badinter. La polémique était lancée.

La rebuffade politique :

Les deux intéressées ne se sont pas laissé faire. Première à dégainer Cécile Duflot au micro de RTL. "Elle a complètement tort. Et je trouve ça même invraisemblable. Les exemples qu’elle prend, en plus, sont à côté de la plaque et le vrai sujet, c’est de savoir pourquoi, aujourd’hui, il subsiste des inégalités entre les hommes et les femmes ? Sur les salaires, sur la question du partage des taches domestiques, c’est ça le vrai sujet.” Avant d’enfoncer le clou : “
Je crois qu’elle a besoin de dire des trucs qui ne sont pas totalement vrais mais ça lui fait plein de pages dans les journaux.”

De son côté, Nathalie Kosciusko-Morizet, a choisi les colonnes de son blog pour répondre : "À ses yeux, l’écologie est un ‘naturalisme’ nécessairement rétrograde, auquel elle demande qu’on oppose un ‘artificialisme’ progressiste. Je trouve cela un peu rapide. Mais il est vrai que je ne suis pas philosophe. Les femmes d’aujourd’hui sont aussi, pour bon nombre d’entre elles, des mères. Que ces mères aient envie, comme ça a été mon cas, d’allaiter leur enfant, qu’elles le fassent si et quand elles le peuvent, me paraît être une liberté importante. Je ne compte pas m’en priver au motif que Madame Badinter trouverait cela réactionnaire et qu’elle y verrait matière à dénoncer le mythe de la ‘femme parfaite’."

Le désaccord féministe :

Interviewée par La Vie, Nathalie Huston, écrivaine canadienne et ex-activiste du MLF a ajouté sa pierre au muret des critiques “Ce n’est pas en cherchant exclusivement à s’aligner sur les comportements masculins que les femmes résoudront le problème de l’inégalité. Est-ce vraiment l’idéal des mères contemporaines que de retourner au travail quatre jours après l’accouchement et de déléguer à des tiers l’éducation de leurs enfants dès les premières semaines ?”

Le point de vue scientifique :

Si Mme Badinter remettait dans son ouvrage l’existence de l’instinct maternel, estimant que "l’inconscient, l’histoire personnelle de chacune et le modèle social pèsent plus lourd que les hormones", Sarah Blaffer Hrdy, anthropologue américaine interrogée par le Nouvel Obs, assure pour sa part que le comportement maternel est le résultat d’“interactions complexes entre gènes, tissus, glandes, expériences passées et signes de l’environnement. Les comportements complexes comme le maternage ne sont jamais totalement prédéterminés génétiquement ni produits par le seul environnement.”

A lire aussi sur terraeco.net :
- Badinter et l’écologie anti-féministe

- Elisabeth Badinter au micro de France Inter
- Cécile Duflot répond chez RTL
- Nathalie Kosciusko-Morizet répond sur son blog
- Nathalie Huston répond dans La Vie
- Sarah Blaffer Hrdy réagit dans Le Nouvel Obs