https://www.terraeco.net/A-financer-des-fruits-invendus-a,64552.html
A financer : des fruits invendus à transformer
jeudi, 25 février 2016 / Claire Baudiffier

Fin de la collecte : 10 mars 2016. Objectif : 13 000 euros.

Et si le cuir s’invitait dans votre assiette ? A priori, il y a plus appétissant. Et pourtant, les cuirs de fruits de Soizic Ozbolt le sont. Cette jeune femme de 31 ans, agronome de formation, a lancé, en juin 2015, Fwee, une petite entreprise commercialisant des cuirs de fruits. « Ce sont des pommes, poires, pêches, abricots frais transformés en purée puis séchés », explique-t-elle. A l’arrivée, une sorte de plaque sèche de fruits, coupée en lamelles, sans sucre ajouté ni colorant, qu’il ne reste qu’à déguster et qui se conserve un an. Le vrai plus de Fwee, c’est d’utiliser des fruits invendus des environs de Lyon et de la Drôme provencale, qui auraient été jetés. « Je travaille avec cinq producteurs bios, en conversion bio ou en agriculture raisonnée, précise Soizic Ozbolt. Dans certains cas, comme les pêches l’an passé, il y avait une surproduction. Le fait de les récupérer a permis à l’agriculteur d’éviter de payer des frais d’enlèvement. Dans d’autres, telles les cerises, où le coût de la main-d’œuvre est important, mais dont le cours s’est effondré en fin de saison, j’ai payé la ramasse à l’agriculteur. » 200 kilos de fruits par jour Aujourd’hui, la jeune femme cherche, via le financement participatif, à lever 13 000 euros. « Mon matériel actuel ne suffit plus pour satisfaire les besoins de mes clients, j’aimerais investir dans un déshydrateur professionnel, capable de sécher jusqu’à 200 kilos de fruits par jour. » L’idée de l’entrepreneure est de s’associer, dès le printemps, avec un producteur et d’installer l’atelier de transformation directement sur l’exploitation. —


- Pour financer ce projet, c’est ici