https://www.terraeco.net/Fast-food-vegetalien-Quick-revient,64269.html
Fast-food végétalien : Quick revient sur sa promesse
vendredi, 29 janvier 2016 / Thibaut Schepman /

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

En 2015, la chaîne demandait à ses clients de proposer sur Facebook des nouveautés dans leurs restaurants et s’engageait à réaliser les cinq ayant reçu le plus de votes. Les menus végétaliens ont gagné… mais ne verront pas le jour.

L’opération de communication devait contribuer à prouver que Quick « a le goût d’en faire plus », elle vire finalement au fiasco. Début 2015, l’enseigne de fast-food ouvrait un site Internet pour demander à ses clients « Et vous, vous voulez plus de quoi ? ». Elle invitait à ses clients à proposer et de voter pour des transformations, et avançait même ceci : « Quick s’engage. Vos cinq propositions les plus plébiscitées seront initiées avant fin 2015. Chez Quick, nous pensons qu’on a toujours raison d’en vouloir plus. Audacieux, non ? »

Pour éviter d’avoir à assumer une proposition impossible, Quick précisait tout de même : « Dans la mesure du raisonnable, bien entendu : nous ne pouvons pas vous garantir de restaurant Quick sur la planète Mars ou repeint en vert, de serveuses en patins à roulettes ni de Giant gratuit pour tous les Bernard. »

« Quick ne peut techniquement pas »

A la fin du référendum, c’est la proposition d’une certaine Done Morgui R. qui recueillait de loin le plus de votes : « Proposer une alternative végétalienne pour chaque type de produit (salade, burger, wrap, glace…) ».

Quelques mois plus tard, en ce début d’année 2016, Quick fanfaronne et montre sur sa page Facebook les souhaits de ses fans qu’elle a exaucés. Mais nulle trace de repas végétarien ou végétalien. En bas du site qui annonce les résultats du référendum, on trouve cette explication : « Même si l’idée ayant remporté le plus de votes le suggérait, Quick ne peut techniquement pas à date proposer de menus végétariens/végétaliens. Mais bien sûr, nous tenons compte de vos souhaits. Nous cherchons toujours à offrir plus d’alternatives végétariennes aux petits comme aux grands. Vous pouvez dès aujourd’hui déguster nos baby carottes à La Vache qui rit, la salade créative italienne sans protéine, la nouvelle gamme de cheezy trio… »

« Punaise, faut arrêter avec ce cliché »

Cette réponse a pas mal amusé et/ou énervé un sacré nombre de végétariens et « végécurieux », qui se déchaînent depuis quelques jours sur la page Facebook de la marque. D’abord, parce que la marque utilise un beau cliché. La viande, ce n’est pas que des protéines, et il y a beaucoup d’aliments végétaux qui peuvent apporter des protéines : pois chiche, quinoa, sarrasin, soja, lentilles…

Ensuite, parce que beaucoup ne comprennent pas ce qu’il y a de compliqué à fabriquer un steak sans viande ou une glace sans lait.

Interrogé sur ce point par Rue89, le service de communication de Quick nous a répondu par e-mail : « Proposer un burger végétarien consisterait, par exemple, à remplacer le steak haché de bœuf par un steak de protéine végétale comme le soja ou le tofu. Or, pour garantir le caractère végétarien d’un produit et la traçabilité de chacun de ses composants, il n’est pas possible de cuire sur une même plaque de cuisson ou dans un même bain d’huile de friture des protéines animales et végétales. C’est pourquoi techniquement, inclure un burger végétarien n’est pas possible. »

Quick se coupe des végécurieux

On comprend qu’inclure un burger végétarien dans ses menus aurait impliqué d’investir dans du matériel pour séparer la préparation des aliments. Un choix que plusieurs enseignes de fast-food ont déjà fait. C’est possible, mais ça a un coût. Un coût que Quick imagine supérieur à ce que la vente de produits végétaliens dans ses magasins pourrait rapporter. Difficile de savoir si elle a raison – d’autres s’y sont déjà cassé les dents – ou tort : elle a été surprise par le succès de la proposition végé à son référendum, elle pourrait être surprise par le succès de ces produits.

Mais en revenant à ses promesses au nom de problèmes techniques et d’arguments assez légers, Quick se coupe un peu plus de ceux qui se posent des questions sur la consommation de viande. C’est peut-être dommage pour elle : ils sont de plus en plus nombreux.

Cet article a initialement été publié sur Rue89 le 28 janvier 2016


AUTRES IMAGES

JPEG - 6.9 ko
110 x 50 pixels

JPEG - 95.2 ko
640 x 1025 pixels

JPEG - 37.5 ko
640 x 204 pixels

JPEG - 39.3 ko
640 x 287 pixels