https://www.terraeco.net/Notre-Dame-des-Landes-le-tribunal,64239.html
Notre-Dame-des-Landes : le tribunal valide les expulsions
lundi, 25 janvier 2016 / Amélie Mougey

Dans le meilleur des cas, ils ont deux mois pour lever le camp. Dans le pire, ils sont expulsables immédiatement. Les « habitants historiques » de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), onze familles et quatre agriculteurs installés sur la zone concernée par le projet d’aéroport contesté, redoutaient de longue date cette décision : ce lundi 25 janvier, le tribunal de grande instance (TGI) de Nantes a approuvé leurs expulsion.

Ces propriétaires avaient pour point commun d’avoir rejeté les propositions de rachat de leurs terres de la société Aéroports du Grand Ouest (AGO), filiale de Vinci. Devant leur refus, le concessionnaire avait saisi le juge des expropriations. Ce lundi, il n’a pas entièrement obtenu gain de cause. Les habitants qui n’auraient pas quitté les lieux dans les temps échapperont à l’astreinte de 200 à 1 000 euros qu’il réclamait.

Le jugement a provoqué une avalanche de réactions. Celle du Parti de gauche, pour qui le tribunal a accepté « que la spéculation foncière dicte l’aménagement du territoire ». Celle de France Nature Environnement, dont le porte-parole, Benoît Hartmann, souligne que « l’Etat se montre plus ferme quand il s’agit de dépenser de l’argent que d’en récolter », rappelant que la très rentable écotaxe a pour sa part été abandonnée. Sa fédération « aurait aimé la même sévérité (que celle visant les habitants de Loire-Atlantique, ndlr) avec les bonnets rouges ».

De son côté Europe Ecologie - Les Verts « rappelle que des recours concernant la loi sur l’eau et des espèces protégées sont toujours en cours : or, le président de la République s’est engagé à ne pas débuter les travaux ni à procéder à des expulsions tant que les recours ne sont pas épuisés, appels compris ». Le Réseau action climat (RAC) pointe surtout la « contradiction avec la COP21 » : « si ce projet climaticide était maintenu, alors l’accord de Paris resterait un accord de façade et le gouvernement perdrait toute crédibilité en tant que présidence actuelle de la COP ».

A lire aussi sur Terraeco.net :
- Notre-Dame-des-Landes, bientôt un dénouement ?
- Le mirage Notre-Dame-des-Landes
- Combien coûterait un abandon de Notre-Dame-des-Landes ?
- Notre-Dame-des-Landes : le jeu des 7 erreurs