https://www.terraeco.net/Livre-tele-Web-la-culture,62250.html
Livre, télé, Web : la culture chamboulée
mercredi, 28 octobre 2015 / Marie Mercadal

Les librairies indépendantes s’adaptent au géant Amazon. Le petit écran, lui, débauche de plus en plus de « youtubeurs ».

Catalogue presque exhaustif, prix réduits de 5 %, livraison sans frais, le géant américain Amazon a complètement chamboulé le marché du livre dès son lancement en France en l’an 2000. Bons exemples de la vieille économie rivés dans le temps long et dans un espace physique, les libraires indépendants, un temps dépourvus, se sont tournés vers l’économie collaborative pour trouver leur salut. Ainsi, depuis 2008, Placedeslibraires.com et Leslibraires.fr, alternatives tricolores à Amazon, permettent de faire son marché dans le stock de dizaines d’indépendants partout sur le territoire et de choisir entre livraison à domicile et déplacement chez le commerçant du coin. Amazon évoque « une complémentarité d’offres sur Internet », refusant la guerre ouverte.

Identité générationnelle

Le web-activiste Elliot Lepers est quant à lui allé plus loin. Il a développé Amazon Killer, un dispositif qui permet de rechercher un livre chez le mastodonte américain… avant d’être redirigé vers les sites de libraires pour finaliser son achat. Mais l’économie du partage ne s’intéresse pas qu’au livre et tire aussi la bourre aux chantres de la vieille économie dans le domaine de l’audiovisuel. Ce sont les plateformes de diffusion de vidéos en ligne, gratuites et ouvertes à tous, qui représentent le mieux l’aspect collaboratif. « Les jeunes comiques adeptes de Youtube comme Norman ou Cyprien postent des clips réalisés avec un petit budget pour plusieurs millions de vues à chaque fois. Ils explosent les audiences de la télévision classique, notamment du ‘‘ Grand journal ’’ de Canal +, l’ancienne référence en matière de divertissement », explique Jean-Baptiste Soufron, avocat et expert du numérique. Leur force est principalement de savoir manier une identité générationnelle et une communauté. La télé l’a bien compris. Canal + avait justement débauché le « youtubeur » Monsieur Poulpe l’an dernier pour co-présenter la météo. En mars, la chaîne a même acquis une participation de 60 % dans Studio Bagel, une chaîne humoristique présentée alors comme « un incubateur de talents ». Petit à petit, les indépendants se font grignoter.