https://www.terraeco.net/A-financer-Le-jeu-video-Terrabilis,60068.html
Le jeu vidéo Terrabilis est disponible
vendredi, 5 juin 2015 / Claire Baudiffier

Un jeu en ligne de stratégie qui vous apprend à gérer les ressources et qui change du Monopoly, ça vous dit ?

Vous aimez le Monopoly, mais vous avez (un peu) honte parce qu’au fond, acheter des immeubles et ruiner vos adversaires pour gagner toujours plus d’argent, dans la vraie vie, c’est contraire à vos valeurs. Pas de problèmes, nous avons le jeu qu’il vous faut : Terrabilis ! Créé en 2011, ce jeu coopératif de stratégie et de gestion entend « décloisonner le développement durable, explique son concepteur Sylvain Hatesse. Le but : redonner de la valeur à autre chose que de l’argent, être responsabilisant mais pas dogmatique. »  

Concrètement, vous jouez le rôle d’un chef d’Etat qui doit développer son pays. Vous disposez d’un capital économique et énergétique et d’une quantité limitée de ressources sociales et environnementales. A vous de faire les bons choix entre infrastructures énergétiques, services publics et constructions. A la fin, le gagnant n’est pas celui qui a le plus gros pactole, mais celui qui a le mieux su gérer ses ressources… et préserver la planète ! Si Terrabilis – accessible dès 12 ans – revendique aujourd’hui 70 000 joueurs, il voit désormais plus loin, avec une version Web gratuite, disponible sur ordinateurs, tablettes et téléphones portables. Pour cela, la société éditrice Sly Frog Games lance un appel au crowdfunding et recherche 40 000 euros pour financer notamment le graphisme (dessin puis mise en animation), le design du jeu ainsi que la programmation.

« Anglais, peut-être espagnol ? »

« 40 000 euros est un premier palier. Avec cette somme, Terrabilis sera traduit en anglais. Mais nous sommes ambitieux et espérons atteindre les 50 000, voire peut-être même 60 000 euros pour proposer une version en espagnol et un jeu encore plus complet », précise Sylvain Hatesse. Ainsi, la plateforme multimédia sera enrichie avec des contenus éditoriaux émanant d’ONG, d’institutions et de journaux, tels Terra eco, partenaire du projet.

- Le site du jeu