https://www.terraeco.net/Ademe-2050-100-renouvelable,59411.html
Une France 100% renouvelable : comment et à quel prix ?
mardi, 14 avril 2015 / Amélie Mougey

Alors qu’un colloque sur les énergies renouvelables démarre ce mardi 14 avril, un rapport de l’Ademe, qui a failli rester caché, s’invite dans les discussions. Celui-ci dépeint un Hexagone à l’électricité 100% renouvelable. Comment ? Réponses en infographie.

Mise à jour : Pour consulter la version définitive du scénario de l’Ademe, publiée le 22 octobre, c’est ici.

Une France qui, dans trente-cinq ans, carbure à l’électricité 100% renouvelable n’a rien d’utopique. Le rapport Vers une France 100% renouvelable en 2050 (ici en pdf) commandé par l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et révélé la semaine passée par Mediapart, livre un « travail exploratoire » précis et étayé, qui donne des raisons d’espérer. « C’est là notre rôle de précurseur, savoir questionner ce que l’on croit a priori impossible », a commenté Bruno Léchevin, le président de l’agence, en ouverture du colloque « Les énergies renouvelables dans le mix énergétique français » qui se tient ces 14 et 15 avril. Un rôle plus délicat qu’il n’y paraît. Quelques jours plus tôt, la présentation du rapport, pourtant annoncé comme « le point d’orgue » du rendez-vous, a été retirée du programme, sa publication repoussée de quelques mois. Ce report, révélé par Mediapart, est justifié tant bien que mal par l’Ademe qui soutient que l’« étude n’est pas terminée » malgré ses 120 pages, fruits de quatorze mois de travail et la mention « Rapport final » sur sa page de garde. Interrogée par Le Monde, la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, se défend d’être « intervenue personnellement ».


A l’heure où le projet de loi sur la transition énergétique – qui prévoit simplement de faire passer la part des énergies renouvelables à 40% d’ici à 2030 – fait la navette entre l’Assemblée nationale et le Sénat, l’Ademe prend ses précautions. Finalement contrainte de mettre en ligne ses travaux, elle précise que « cette étude n’a pas vocation à documenter directement une politique énergétique ». Ses conclusions ont tout de même de quoi bousculer les discussions. Principal enseignement du document : les limites régulièrement évoquées pour discréditer les énergies renouvelables n’en sont pas. Episodes sans vent ou sans soleil, moments de grand froid ou de sécheresse, tous les cas de figures ont été passés en revue par les auteurs de l’étude. Verdict ? A condition de limiter la consommation, de mixer les technologies et d’augmenter de manière maitrisée les flux d’électricité entre régions, un équilibre offre-demande pourrait être « atteint à toute heure de l’année ». Deuxième enseignement : se passer du nucléaire ne coûtera quasiment pas plus cher que de miser sur cette ressources pour 50% de l’électricité. Voilà comment.

Si En 2050 la France était 100 % renouvElable | Create infographics