https://www.terraeco.net/La-lettre-de-Bridget-Kyoto-Areva,59040.html
La lettre de Bridget Kyoto : Areva, les branquignols de l’atome
mercredi, 25 mars 2015 / Bridget Kyoto /

Bridget Kyoto est un double déjanté de Laure Noualhat, journaliste, qui offre chaque semaine une Minute nécessaire sur Internet.

Les liens de Bridget : page Facebook, Youtube

Cher Terra eco, je vais vous étonner mais ce mois-ci, je suis ravie. C’est freudien, je jouis d’avoir eu raison. Il n’y a pourtant eu aucun accident nucléaire le mois dernier, me direz-vous. Eh bien, détrompez-vous, Terra eco, il y a eu une grosse cata atomique. Notre très chère entreprise d’Etat, Areva, a annoncé une « perte record » de 4,8 milliards d’euros. C’est pas une cata, ça, pour une industrie florissante ? Moi j’aime bien Areva, c’est notre danseuse à tous. On lui pardonne tout : le shopping foireux – 2,3 milliards d’euros pour une mine sans gisement (1), c’est beau –, les mensonges – je te vends un prototype à 3,5 milliards d’euros (2) mais en fait il faut en raquer 7,4, merci chéri –, les caprices – je retraite à La Hague (Manche), ça marche moyennement mais je m’obstine. Vous sentez l’impudeur de la petite gagneuse ? Et sans vaseline !

Son mac, euh, pardon, actionnaire principal, lui a gentiment tapé sur les doigts en lui demandant de faire un milliard d’économies d’ici à 2017. En réponse, elle s’est désengagée de certains marchés, comme l’Allemagne (1 500 des 5 000 employés à la rue), où, de toute façon, on a décidé de se passer de ses services. Inutile d’être un virulent antinucléaire en sandales pour s’offusquer, il suffit de savoir compter : quand on vous rapporte moins que ce qu’on vous coûte, il y a un os. Et quand l’os, en plus, est radioactif, il y a de quoi s’étrangler. —


- (1) En Namibie, le contenu de la mine d’uranium de Trekkopje avait initialement été évalué à 90 000 tonnes, puis révisé à la baisse à 45 000 tonnes et enfin à 26 000 tonnes.
- (2) L’EPR finlandais