https://www.terraeco.net/Joseph-Brunat-controleur-de,54110.html
Joseph Brunat, contrôleur de certification
mercredi, 5 mars 2014 / La rédaction de Terra eco

Employé d’Agrocert, il se déplace chez les producteurs pour veiller au respect des conditions nécessaires à l’obtention du label bio.

« Le contrôleur de l’agriculture bio vérifie que l’exploitant respecte bien le cahier des charges spécifique à l’agriculture bio. Il transmet son dossier au chargé de certification, qui compile les remarques faites sur le terrain.

C’est ensuite au comité de certification, regroupant agriculteurs, consommateurs et certificateurs, de décider, en cas d’infraction, si un simple avertissement ou un déclassement est nécessaire.

La première partie du travail consiste à contrôler le cahier des cultures compilant toutes les interventions faites sur la parcelle, ainsi que la comptabilité. Puis le contrôleur visite les terres, les bâtiments d’élevage. On vérifie visuellement, par exemple, que le désherbage a été réalisé manuellement. On fait des prélèvements pour contrôler la présence d’antibiotiques chez les animaux ou de produits phytosanitaires sur les fruits et légumes.

Protéger le milieu agricole

Je travaille au sein d’Agrocert depuis un an et demi. J’ai un BTS agricole dans la production végétale et un certificat de production et de commercialisation des produits bio. J’ai aussi obtenu une licence professionnelle en conseil et développement en agriculture bio.

Un contrôleur possède au minimum un BTS agricole, mais n’a pas forcément suivi une formation spécifique dans le bio, car ces formations sont rares. J’aime le contact avec les producteurs, voir les différentes productions et comprendre pourquoi elles fonctionnent bien. Au final, j’aime l’idée de protéger le milieu agricole de pratiques qui ne sont bonnes ni pour le consommateur ni pour l’environnement.

En revanche, je n’aime pas passer pour un policier auprès des producteurs : même si ce sont eux qui font la demande de certification, il faut, dans ce métier, savoir faire preuve d’une grande diplomatie. »