https://www.terraeco.net/Frederic-Mazella-createur-d-idees,54106.html
Frédéric Mazella, créateur d’idées vertes
mercredi, 5 mars 2014 / La rédaction de Terra eco

Grâce à son site de covoiturage, BlablaCar, il fait voyager 700 000 personnes par mois tout en leur permettant de réduire leur impact environnemental.

« J’ai créé covoiturage.fr, premier site Internet de covoiturage en France, en 2006 (devenu BlablaCar, ndlr). Etudiant en informatique en Californie, je faisais du covoiturage avec des amis pour aller à l’Université Stanford, près de San Francisco. Nous empruntions tous les matins les « carpool lanes », les voies réservées au covoiturage. Des voies libres, alors que les autres sont bouchées par d’innombrables voitures, avec une seule personne à bord.

Trois ans après, de retour en France, j’ai voulu rejoindre mes parents en Vendée pour les fêtes de Noël. Or, tous les TGV étaient complets ou hors de prix. J’ai donc cherché une voiture faisant le trajet en partageant les frais. Mais rien sur Internet… J’ai constaté une fois de plus que de nombreuses voitures roulaient à vide, sans passagers.

Mon moteur : apprendre

A l’époque, je cherchais une idée de concept à lancer. Arrivé en Vendée, je n’ai pas dormi pendant 72 h. Mon idée était donc de créer un service utilisant les moyens numériques pour optimiser des ressources physiques. J’ai imaginé toutes les possibilités d’un service de covoiturage synchronisé via Internet et téléphone mobile, permettant de partager des trajets à l’échelle nationale, et en dehors de la famille.

Aujourd’hui 700 000 personnes voyagent chaque mois avec BlablaCar, qui compte 5 millions de membres. Pour transformer une idée en réalité, il faut la partager, la confronter à d’autres opinions. Mais avoir l’idée ne suffit pas, il faut réussir à fédérer autour du projet et enfin travailler dur pour la concrétiser.

Mon moteur à moi, c’est d’apprendre tout le temps. J’ai fait Math sup / math spé à Paris, puis l’Ecole normale supérieure en physique, avant de réaliser un master d’informatique à Stanford. De retour en France, j’ai complété mon cursus par un MBA. »