https://www.terraeco.net/Pourquoi-le-velo-coute-t-il-aussi,53531.html
Pourquoi le vélo coûte-t-il aussi cher ?
jeudi, 30 janvier 2014 / Thibaut Schepman /

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

Une étude menée en 2013 conclut que rouler à bicyclette coûte à peine moins cher que circuler en voiture. « Terra eco » a refait le calcul.

Rouler à vélo coûterait plus cher que se déplacer en covoiturage avec deux autres passagers. Cela reviendrait à 15 centimes d’euros par kilomètre, à peine moins que les 27 centimes du kilomètre pour un automobiliste roulant seul au volant de son bolide. Ces chiffres, calculés en 2012 par la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut), sont utilisés régulièrement dans le débat public et ne cessent donc de faire parler d’eux.

La dernière publication de la Fnaut, dans un article à la une des Dernières nouvelles d’Alsace le 25 janvier dernier, a de nouveau fait hurler ce mercredi les amoureux du guidon et les adversaires de la bagnole.

Le chiffre est en effet très largement supérieur au coût « ressenti » par les cyclistes. Il y a un an, nous vous avions demandé d’évaluer combien vous coûtait votre vélo. Dans des réponses d’une précision impressionnante, plusieurs lecteurs de Terra eco et cyclistes réguliers avaient calculé un coût d’environ une centaine d’euros par an, ou environ 0,05 euro par kilomètre. Le vélo n’est pas gratuit, mais ses usagers le considèrent bien comme le mode de transport le moins onéreux après la marche.

Trop de vélos inutilisés

Nous avons tenté de comprendre pourquoi, diable, le vélo semble donc coûter aussi cher à l’échelle du pays. En se plongeant dans l’étude incriminée, menée sur l’année 2011 par Beauvais consultants, on constate que ce chiffre a été obtenu en divisant l’intégralité des sommes dépensées par les Français pour l’achat d’un vélo ou d’accessoires par le nombre de kilomètres parcourus par les Français à vélo. « Une dépense unitaire de 15 centimes est supérieure à ce qu’on attendait. Cela tient au fait que le coût d’acquisition d’un vélo n’est pas négligeable et surtout que les parcours sont faibles, non seulement parce que la vitesse est réduite mais aussi parce qu’une partie significative du parc n’est pas utilisée quotidiennement », admet l’auteur dans son étude.

En clair, les très nombreux Français qui achètent un beau biclou pour faire deux sorties dans l’année plombent la moyenne nationale. Rappelons donc à ceux-là qu’acheter un objet pour peu l’utiliser est un mauvais calcul et conseillons-leur de faire un tour sur ces plateformes qui permettent de consommer sans posséder, et donc de rouler à vélo sans en avoir un. Pour les motiver à se mettre en selle, nous les invitons à relire les belles paroles du vélosophe Jean-François Balaudé : « Le vélo prépare à la rêverie et libère la pensée »

Manque de travaux en France

Mais, faute de travaux sérieux sur le sujet, difficile d’avancer d’autres chiffres. « Ce chiffre de 15 centimes par kilomètre vient d’un calcul économique totalement fictif. Nous, nous sommes tombés d’accord entre usagers et professionnels sur un chiffre avoisinant plutôt les 150 euros par an. Mais aucun de ces chiffres n’est plus vrai que l’autre malheureusement, puisqu’en France aucun travail d’ampleur n’a été réalisé pour mesurer le nombre de vélos qui circulent régulièrement et encore moins les dépenses qui y sont associées », regrette Geneviève Laferrère, présidente de la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB). Avant d’assurer mettre le pied à l’étrier sur le sujet dans les semaines qui viennent. En attendant, vous pouvez sortir la calculette pour calculer ce que le vélo vous rapporte et vous coûte, et partager le résultat dans les commentaires ci-dessous.

A lire aussi sur Terraeco.net :
- Vélo : les Français en sont fous !